Actualité nationale

Polémique à Marseille sur la gestion de l'Islam par la mairie UMP


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 22:10 VOTEZ PANAMZA !


Polémique à Marseille après les "Rencontres COBEMA" du 29 janvier et suite au discours du Président concernant la gestion des abattoirs de Marseille ainsi que la Grande Mosquée !

Texte du discours :


cobema@laposte.net
Mardi 2 Février 2010

Polémique à Marseille sur la gestion de l'Islam par la mairie UMP
 Mesdames, Mesdemoiselles Messieurs Bonsoir,  Votre présence parmi nous ce soir est la marque de la confiance sans cesse  croissante que vous accordez à la COBEMA. Je m’en honore et je vous en  remercie.
 Cela fait bientôt deux ans que nous œuvrons au bien-être de la Communauté à  travers des actions éducatives, culturelles mais aussi économiques et politiques.
 Nous avons su à chaque fois créer l’événement par nos différentes manifestations  dans certains quartiers. Par exemple l’organisation d’une offre alternative pour l’Aïd  el Kébir 2009, tant la situation aux abattoirs de Saint Louis est inacceptable !
 Abattoirs desquels nous avons été sciemment et honteusement évincés cette année  par les services de la mairie et plus précisément, il faut les nommer, par madame  Martine VASSAL et monsieur Salah BARIKI.
 Pourquoi donc ? Parce que nous avons catégoriquement refusé leurs méthodes  clientélistes et rejeté les propositions de soumission qui ont fait le malheur de notre  communauté et qui n’ont que trop duré. Le but de cette éviction était, vous vous en  doutez, de freiner l’élan de la COBEMA. En fait, rien ne pourrait restreindre sa  croissance inexorable car la COBEMA est portée à bout de bras par vous tous et je  m’en félicite.
 Que ce soit clair, ON NE NOUS ACHETE PAS ! Nous sommes avant tout dans une  logique de terrain, orientée exclusivement vers l’intérêt de notre communauté. Mais  après deux années d’existence, le constat est peu reluisant.
 Malgré des réussites individuelles certaines, nous demeurons les tristes spectateurs  d’une stigmatisation érigée en système d'État, et délibérément dirigée contre notre  communauté qui doit plus que jamais se libérer du carcan dans lequel elle est  t’emprisonnée depuis des décennies.
 Qui pointer du doigt ?
 Qui dénoncer si ce n’est la gestion plus que honteuse des autorités politiques  confortées par la complicité de certains membres manipulés et parachutés de notre  communauté, irrésistiblement attirés par les « koursi » ou sièges éjectables tant  convoités. La bassesse des débats actuels sur les quelques « burqas » et autres  « niqabs », en sont un exemple flagrant.
 L’hypocrisie atteint son paroxysme lorsque survient la polémique autour des

 minarets.
 La République est-elle à ce point menacée ? Est-elle si fragile ?
 Ce débat s’apparente à un débat de chiffonniers et je pèse mes mots.
 Au sens figuré, un chiffonnier est un homme de lettres de bas étage, qui collectionne  et diffuse des faits, des nouvelles hétéroclites, sans intérêt et souvent sans  fondement.
 
 Ces chiffonniers, ont-ils déjà oublié que c’est grâce au 7è régiment des tirailleurs  algériens que notre ville a été délivrée ? Auraient-ils oublié que notre communauté a  marqué l’histoire par sa participation à la libération de la France voire de l’Europe,  que ce soit à Monté Cassino ou à Baden Baden, tout comme elle a participé à sa  reconstruction ?
 Malgré tout, il semble que nous soyons toujours mis en demeure de justifier notre  présence dans ce pays, la France, qui est le nôtre. Ne leur en déplaise !
 Comment percevoir et comprendre autrement les débats actuels sur l’identité  nationale qui en premier lieu visent notre communauté et sa religion, l’Islam. Chaque  semaine apporte son lot de petites phrases assassines et insultantes. Les exemples  hélas, sont légion.
 Ce débat sur l’identité nationale, voulu et organisé par le gouvernement Sarkozy,  aura au moins permis à certains de montrer leur vrai visage.
 Comment oublier les paroles de Brice HORTEFEUX, ministre de la république  disant à notre propos :
 «Un arabe ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes !»  Ou celles de Nadine MORANO pour qui Tout jeune musulman porte une casquette  à l’envers, parle le verlan et a du mal à se lever le matin !
 A vrai dire, devant leur incompétence à gérer les affaires du pays, et notamment la  crise grave qui arrive, la communauté sert d'écran de fumée destinée à accaparer les  médias et le débat public.
 Ici même, dans notre belle ville de Marseille, fondée faut-il le rappeler il y a 2600 ans  par des étrangers venus d’Asie Mineure, le dérapage est venu de notre maire, Jean-  Claude GAUDIN.
 Ce soir, je saisis cette occasion pour saluer Mourad GOUAL ici présent, le seul à  avoir tenu tête à Jean-Claude GAUDIN, lors d’un débat sur l’identité nationale,  malgré la présence de nombreux élus parachutés de la communauté dont on taira  les noms par charité musulmane.
 Aujourd’hui, il paie sa franchise et son courage en se voyant écarté de la liste UMP  aux élections régionales alors qu’avant ce malheureux épisode il était pressenti. Sa  place fut proposée par la suite à Myriam SALAH-EDDINE qui a eu la présence  d’esprit et l’honnêteté de la refuser. Quel bel exemple de liberté d’expression et de  démocratie interne !
 Voici une illustration claire de ce qu’est un «koursi éjectable». La COBEMA soutient  fermement et totalement ces deux personnes dans leur combat pour l’indépendance  d’esprit et la dignité.
 
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, certains comportements ne sont plus  acceptables.
 Le parachutage des élus à patronymes maghrébins roulant clairement pour des

 intérêts bien éloignés des nôtres, doit cesser.
 Les élus de la communauté doivent venir de la base ; ils doivent être choisis pour  leur compétence et leur abnégation et non pour leur degré de servilité au système.
 Notre expérience du terrain nous a montré la réalité des choses ! La gestion de la  communauté a des relents colonialistes d’un autre Temps ! Les mêmes « bachagas »  sont là pour calmer ou acheter les foules désireuses de changement, et ainsi mieux  les tromper.
 L’exemple flagrant et d’une extrême violence est la gestion de la grande mosquée de  Marseille. Grande certes par la taille mais bien petite par la notoriété et la légitimité.
 Que ce soit bien clair, nous ne sommes pas contre le projet d’une Grande Mosquée  à Marseille. Nous sommes contre ce projet de Grande Mosquée.
 Il apparaît clairement que cette mosquée sera un lieu touristique type « salon de  thé » sur le même modèle que la mosquée de Paris, dirigée par des pantins  autoproclamés. Les touristes pourront y déguster des baklawas aux amandes avant  d’être invités à en admirer l’architecture ! L’équipe en charge de ce dossier a été  mise en place par le même Salah BARIKI, dont la mission est de ficher la  communauté, surtout ses imams, en tenant des dossiers destinés aux  renseignements généraux.
 Les documents sont à la disposition de ceux qui veulent les consulter.
 Peut-on envisager une seule seconde la même gestion de la communauté juive par  exemple, et le fichage de tous les rabbins de Marseille ?
 I N I M A G I N A B L E !
 C’est un privilège spécifiquement réservé aux maghrébins voire aux musulmans.
 Cette mosquée, dont le budget initial était de 7 millions d’€ est passé à 22 millions en  quelques années ! Quelles sont les réelles raisons du triplement du coût de la  construction ? Voilà une question pertinente !
 Nous devons absolument mettre fin au sentimentalisme qui nous caractérise. Ce

 n’est pas parce qu’une personne porte un nom à consonance maghrébine qu’elle est  présumée loyale ou honnête.
 Il nous faut demander des comptes, suivre les actions, se questionner sur les  financements et les donneurs d’ordre. La vie politique est une affaire sérieuse et on  doit s’en occuper car on n’est jamais mieux renseigné et informé que par soi-même !
 
 Il faut donc absolument s’intéresser de plus près à ce qui se passe sur le terrain et  s’impliquer totalement dans les affaires de la cité. Autrement, d’autres feront ce  travail et ce ne sera pas dans notre intérêt !
 Il est temps aujourd’hui que la communauté choisisse elle-même ses représentants.
 Voila pourquoi, depuis bientôt six mois, nous avons entamé un travail de fond avec  pour objectif, de permettre à la communauté d’être représentée clairement et  effectivement au Conseil Régional.
 Après avoir discuté avec les principales formations politiques locales, Michel  VAUZELLE est le seul à avoir tenu compte de nos préoccupations et de nos  revendications.
 Nous tenons d’ailleurs à remercier Guillaume THIERIOT, son directeur de cabinet,  présent parmi nous ce soir, pour l’intérêt qu’il porte à la COBEMA.
 Cependant, que les choses soient claires : La COBEMA n’est, et ne sera jamais en  rien inféodée à un quelconque mouvement politique. Notre indépendance et notre  liberté de ton ne seront jamais négociables.
 Et c’est dans cet esprit que nous avons mis en avant la candidature de Mohammed  DAHMANI au sein de la liste menée par l’actuel président de région ; avec pour but,  une fois la victoire acquise, d’être à la fois un élu de la république et un représentant  de la communauté au sein du Conseil Régional.
 La confiance que nous lui accordons n’est cependant ni gratuite, ni aveugle.

 C’est pourquoi ce soir, je vous appelle à voter au premier tour de ces élections  régionales pour la liste menée par Michel VAUZELLE et laisse donc le soin à

 Mohammed DAHMANI de se présenter à vous.
 
 Merci pour votre attention !
http://www.med-in-marseille.info/spip.php?article722



Mardi 2 Février 2010


Commentaires

1.Posté par joszik le 02/02/2010 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vous conseil d'aller au parti communiste car ils défendent les causes perdues (en principe)
en tous cas, UMP, pour un arabe( ou maghrébin), ça fait plutôt mauvais genre.
Il faudrait, pour bien faire, au moins respecter la chronologie sociale française qui consiste à -être communiste quand on est en bas de l'échelle sociale et UMP quand on est en haut.
faire le contraire génère inévitablement un sentiment d'injustice, la justice qu'on veut pour soit, pourquoi ne la souhaiterions nous pas pour les autres
Ex: un noir qui dit "il y a trop d'arabe en France" ou un arabe qui dit "il y a trop d'africain ici"
après vérification vous vous apercevrez, hélas, que tous les deux votent UMP.

Aura-t-il fallut un tel évènement pour changer son point de vue?

2.Posté par Fethi GHARBI le 02/02/2010 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui,en effet, il y a la une contradiction insurmontable...

3.Posté par Brigitte le 02/02/2010 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne faisons pas d'amalgame entre origine et partis politiques. Les communistes ne sont pas plus aptes à défendre les intérêts des maghrébins que ne le sont les UMPtistes.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires