Sciences et croyances

Plus de 700 tests nucléaires en 50 ans dans le monde (défense)


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 24 Mars 2018 - 00:32 Dieu est unique et transcendant



Mardi 13 Mai 2008

Plus de 700 tests nucléaires en 50 ans dans le monde (défense)
Le Service de contrôle spécial (SCS) du ministère russe de la Défense a enregistré depuis sa création le 13 mai 1958 jusqu'à 730 tests menés sur des sites américains, chinois, français, indiens et pakistanais, a annoncé mardi le chef de la 13e Direction du ministère, le général Vladimir Verkhovtsev.

"En tant que membre du Traité sur l'interdiction universelle des tests nucléaires, la Russie a accès à l'information recueillie par les quelque 320 postes de contrôle international, notre Service enregistre des explosions nucléaires de plus de 1 KT de puissance dans le monde entier", a indiqué le militaire dans un entretien accordé au quotidien Etoile Rouge (journal du ministère russe de la Défense) à l'occasion du 50e anniversaire du SCS.

L'objectif numéro un du SCS consiste à contrôler en continu les essais nucléaires dans le monde et, dans le même temps, à surveiller le respect de ces traités, a rappelé le général.

Les laboratoires du SCS sont situés sur l'ensemble du territoire russe, surtout dans le Grand Nord et en Extrême-Orient. "L'essentiel consiste à garantir leur sensibilité maximale à l'enregistrement des signaux d'explosions nucléaires", a rappelé le représentant du ministère de la Défense.

Selon lui, la dislocation de l'URSS en 1991 a porté un coup dur au SCS, certains laboratoires s'étant retrouvés du jour au lendemain à l'étranger, notamment en Ukraine, au Kazakhstan et Kirghizstan.

Nos chercheurs ont dû alors trouver de "nouvelles méthodes pour relever l'efficacité du contrôle et celles-ci fonctionnent avec succès", a poursuivi le général Verkhovtsev.

Le rééquipement technique de ces laboratoires est un des moyens d'améliorer l'efficacité des laboratoires du SCS, a poursuivi le général. Le passage à l'enregistrement numérique à large bande et l'abandon de l'enregistrement analogique permet de réduire la marge d'erreur en analysant les informations et le temps de traitement, a encore annoncé le représentant du ministère de la Défense.


Mardi 13 Mai 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires