Economie et pouvoir financier

Plus d’un milliard de personnes vont connaître la famine en 2009


Dans la même rubrique:
< >

Dans un rapport remis lundi dernier à l’occasion de la Conférence de Bangkok (Thaïlande)des Nations unies sur la politique alimentaire, Jacques Diouf, secrétaire général de la FAO (Organisme des Nations unies pour l’alimentation et pour l’agriculture) a averti que plus d’un milliard de personnes dans le monde connaîtront très probablement des problèmes de famine en 2009. Ce chiffre dépasse les 963 millions, soit d’après les prévisions de la FAO, autour d’une personne sur sept en 2009.


Mercredi 22 Avril 2009

Plus d’un milliard de personnes vont connaître la famine en 2009
Par Hiram Lee

Diouf a souligné qu’alors que les prix des denrées agricoles de première nécessité comme le riz, le maïs, ou le blé ont baissé par rapport aux prix catastrophiques atteints en 2008, ils demeurent autour de 30 pour cent plus élevés qu’en 2005. La semaine dernière, dans une interview donnée au Financial Times, Diouf a soutenu que la crise alimentaire n'est pas terminée.

Les prix actuels constituent déjà une énorme charge pour les pauvres et pour la classe ouvrière de par le monde. Diouf a prévenu que les prix pourraient une nouvelle fois être au niveau de ceux de 2007 et de 2008 suite à l’absence de crédits actuellement accordés aux agriculteurs, ce qui a nui à leur production et à leur capacité de production et de développement.

En 2007 et en 2008, le prix du maïs a augmenté de 31 pour cent, celui du riz de 74 pour cent, celui du soja de 87 pour cent et celui du blé de 130 pour cent. L’incapacité d’un grand nombre de personnes à accéder dans ces circonstances à des produits alimentaires basiques a provoqué des troubles au niveau mondial et des émeutes de la faim ont éclaté dans pas moins de 30 pays.

La FAO a établi dans le détail une liste des urgences dans le domaine alimentaire. Dans la mise à jour la plus récente des urgences alimentaires, publiée en février, la FAO signale que 32 pays du monde sont dans un état de crise immédiate et d’insécurité alimentaire et ces pays ont besoin d’une aide extérieure. La FAO a accordé une importance particulière à la bande de Gaza, dévastée par les récentes agressions israéliennes ainsi qu'au Kenya, à la Somalie et au Zimbabwe, pays « où la sécurité alimentaire est précaire suite à des récoltes affectées par la sécheresse, à une guerre civile et/ou à la crise économique. »

Selon ce rapport « En Afrique de l’Est, plus de 18 millions sont confrontés à de graves problèmes alimentaires soit à cause de conflits, soit à cause de troubles, soit à cause de mauvaises conditions météo, soit à cause de l’association de ces problèmes. Au Kenya des millions de personnes sont confrontées à des problèmes alimentaires et le gouvernement « a déclaré l’état de catastrophe nationale et a indiqué qu’approximativement 10 millions de personnes n’ont aucune sécurité alimentaire, y compris les 3,2 millions de personnes subissant la sécheresse ».

Toujours selon ce rapport, en Erythrée (en Afrique du Nord Est) « le prix des céréales est toujours élevé, affectant la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population tandis que de l'autre côté de sa frontière occidentale, dans le sud du Soudan, malgré une amélioration globale de la fourniture en céréales, des problèmes de transport et du système des marchés rendront impossible tout mouvement des zones excédentaires vers les zones déficitaires ».

De son côté, la Confédération syndicale internationale a publié en mars un rapport intitulé « Un remède contre la faim, pourquoi le monde manque de nourriture » qui essaie de dresser un tableau plus large de la crise tout en se faisant l’écho des prédictions données par Diouf et par la FAO. « En Afrique, les plus pauvres sont les plus durement touchés. 160 millions de personnes essaient de survivre avec moins d’un demi-dollar par jour. La plupart de ces foyers sont des acheteurs nets de nourriture, pas des producteurs. Ceci entraîne que l’augmentation des prix alimentaires frappent durement les budgets domestiques des habitants les plus pauvres des pays en voie de développement. Cet impact est immédiatement ressenti parce que entre 50 et 70 pour cent de leur budget est consacré à la nourriture, écartant par là toute idée de régime équilibré à apport nutritionnel élevé. »

Le rapport continue en affirmant « dans le monde entier, les prix alimentaires n’ont jamais été aussi élevés depuis les années 70 et depuis la crise pétrolière... le choc des prix élevés avait déjà commencé en 2006 et les prix des matières premières agricoles n’a pas cessé d’augmenter jusqu’à la moitié de 2008.Des projections de la FAO à moyen terme indiquent que les prix alimentaires pourraient baisser en 2009 mais qu’ils resteront, au cours des années à venir, bien au dessus de leur niveau antérieur à 2004. »

Après avoir fait un certain nombre de prédictions sinistres concernant la famine mondiale, Diouf a proposé une solution pour faire face à la crise en demandant une aide financière aux dirigeants du G20. Diouf a affirmé que « le premier et le principal élément c’est le besoin d’investir dans la production agricole et ceci exigerait 30 milliards de dollars par an ».

La solution au problème que Diouf, la FAO et d’autres agences chargées de surveiller les urgences alimentaires proposent sont très éloignées du cœur du problème. Si on a besoin de 30 milliards de dollars ou plus par an, il faut se demander sous quel contrôle ou et dans l'intérêt de qui ces investissements devront être réalisés. Laisser entre les mains des dirigeants du G20, et des classes dirigeantes des Etats qu’ils représentent, l’apport de nourriture et sa distribution à la population mondiale, ne fait que conduire la crise alimentaire dans un chaos sans fin.

L’état déjà fragile et anarchique de la production alimentaire mondiale a été fortement aggravé par la crise du crédit et par la spéculation rampante sur la nourriture qui s’est produite lors de l’explosion des bulles du crédit, mais la racine de cette large insécurité alimentaire ne vient pas de la crise actuelle mais de la nature même du système capitaliste lui même, qui a donné naissance à cette crise.


Mercredi 22 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par Saber le 22/04/2009 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Comment pouvons-nous accepter le milliard d'être humain qui risque de mourir de faim ?

C'est quoi un humain ? Y a-t-il des méritants pour vivre et d'autres non ?

Comment accepter que l'Occident arrogant puisse dépenser des milliards de dollars pour des engins de morts sous le fallacieux prétexte de promouvoir la démocratie par la force et dans le même temps oser penser que nous ayons un soupçon d'humanité?

Si le dajjal n'est pas encore là, alors, tout est prêt pour l'accueillir maudit qu'il soit.

Une pensée curieuse m'envahit par moment sur le fait que certains trouvent plus facilement de l'argent pour semer la mort que pour semer la vie et en cela les ploutocrates ont-ils du sang qui coule dans les veines ?

Mes questions s'adressent surtout aux musulmans qui n'ont rien compris du message du noble coran.

Comment pouvez-vous adhérer à quelque chose qui interdit l'entre-aide sachant que l'islam dit le contraire ?

Comment faire pour renverser cet ordre établi et instaurer la justice la vraie ?

RENVERSONS CET ORDRE DU DIABLE QUI ENCOURAGE CES SUPPOTS.

2.Posté par AS le 22/04/2009 23:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la hawla wa la quwata ila billah

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires