Conflits et guerres actuelles

Plan D'Obama Pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !


"...L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite " d' Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin 2011..." Et quand Obama affirme, comme dans son discours sur l'Etat de l'Union, qu'il mettra fin à la guerre, c'est simple, il ment et il le fait délibérément. Mentir comme Bush, Yes I can !


Dimanche 1 Mars 2009

Plan D'Obama Pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

Orwell à Babylone : se retirer sans se retirer

Est ce superflu de faire remarquer qu'un plan pour "mettre fin" à une guerre qui inclut le maintien d'une garnison de 50 000 soldats en terre hostile est, en réalité, une façon de continuer la guerre, et non pas d'y mettre fin. Pour produire un tel plan et affirmer qu'il "met fin" à la guerre c'est l'équivalent précis de vider sa vessie chez son voisin et lui dire que le liquide est en fait une pluie bienfaisante.

Mais c'est exactement ce que l' Administration Obama propose pour l'Irak. Des "hauts fonctionnaires de l' Administration" ont fait passer le message du retrait, utilisant des "journaux respectables" (qui n'ont même pas critiquer la propagande du gouvernement) comme quoi le Président Obama et ses généraux (ou plutôt, les généraux et les larbins du Pentagone dont il a hérités de Georges W Bush, et qu'il s'est empressé de maintenir en poste) se sont mis d'accord sur un compromis concernant le plan de retrait d'un certain nombre de soldats américains du pays que les Etats Unis ont détruit dans une guerre d'agression sans provocation. Obama voulait un agenda de retrait partiel de 16 mois, son rival potentiel pour la campagne présidentielle de 2012, le Général David Petraeus, voulait 23 mois. Donc, animé par la sagesse de Salomon, ils ont coupé la poire en deux et retireront, au lieu des 16 ou 23 mois, une partie des soldats américains en 19 mois.

Mais le plan envisage clairement une présence militaire américaine substantielle et surtout permanente en Irak, qui dominera les orientations politiques de cette importante et riche nation pétrolière, ce qui était bien sûr dés le départ l'un des principaux objectifs des agresseurs militaires de l' Administration Bush. En mettant en application son plan pour continuer la guerre, Obama complète l'oeuvre de Bush et de sa clique de militaristes. Du New York Times :

"Même avec cet ordre de retrait, Mr Obama projette de laisser derrière une "force résiduelle" de dizaines de milliers de soldats ( 50 000 selon les derniers chiffres cités ndlt) pour continuer à entraîner les forces de sécurité irakiennes, chasser les groupes de "terroristes" étrangers et protéger les institutions américaines..."

Et un "officier de haut rang " envoyé pour semer la propagande au Los Angeles Times a ajouté un autre rôle potentiel pour ces soldats américains restants : combattre pour l'Irak toute guerre contre l'Irak. Il a également fait preuve d'une franchise rafraîchissante sur les intentions finales du plan :

"L'officier de haut rang a dit que les soldats pourraient aussi aider à protéger l'Irak d'une attaque extérieure, quelque chose que les irakiens ne peuvent pas encore faire."

"Quand le Président Obama a dit que nous allions nous retirer en 16 mois, certaines personnes ont entendu " retirer" et que tout le monde partait. Mais ce n'est pas ce qui va se passer a dit l'officier."

Non, effectivement, "ce n'est pas ce qui va se passer." L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite" d'Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin de 2011. Bien sûr, cet "accord" a toujours été considéré pat tout le monde comme une farce - à l'exception des médias de masse US qui ont continué de rapporter les "dures négociations" comme si le pacte aurait une quelconque signification dans le monde réel. L'accord contient des clauses échappatoires permettant au gouvernement irakien de " requérir" une présence militaire américaine continuelle après la date butoir de 2011 - et, considérant que tout gouvernement irakien en place en 2011 sera désespérément dépendant des armes et de l'argent américain pour se maintenir au pouvoir, une telle "requête" a toujours été une certitude absolue. Donc, je suppose que nous devons admirer la candeur de l'Administration Obama qui abandonne toute prétention comme quoi les forces US vont quitter l'Irak à un moment donné du futur proche.

Mais l'hypocrisie - littéralement une hypocrisie meurtrière - d'affirmer que ce plan " laisse l'Irak à son peuple et met fin à la guerre de manière responsable" , comme l'a affirmé Obama dans son discours de l'Etat de L'Union, est écoeurante. Il ne fait pas une telle chose et il le sait.

Au lieu de cela, ce plan plonge de plus en plus profondément les Etats Unis dans une guerre de "contre insurrection" pour le compte de toute clique ou faction de partis sectaires en Irak, moyen le plus efficace d'adhérer à l'agenda dominateur de l'Amérique dans la région. Il envoie un flot apparemment sans fin de soldats américains mourir - - et ce en plus grand nombre - - et tuer, dans le cadre d'une action criminelle qui a aidé à provoquer la faillite de notre propre pays tout en envoyant des ondes de violente instabilité et d'extrémisme partout dans le monde. Il développera encore plus l'étendue de la corruption et des profits de guerre qui ont déjà atteint des proportions mondiales historiques vertigineuses.

C'est tout ce que le plan d'Obama-Petraeus fera. Mais ce qu'il ne fera pas c'est de "mettre fin à la guerre" - - "de manière responsable" ou autre. Quand Obama dit qu'il le fera - - comme il l'a dit la nuit dernière devant une audience en extase - - c'est simple, il ment et il le fait délibérément.

Chris Floyd 25/02/09 www.counterpunch.org

Chris Floyd est un écrivain américain et contribue régulièrement au site de Counterpunch. . Son blog, Empire Burlesque: High Crimes and Low Comedy in the American Imperium : www.chris-floyd.com.


Information complémentaire

Lors d'une déclaration faite aux médias, John McHugh, le représentant républicain au sein de la commission sénatoriale sur les forces armées US , a dit que " Il ( Obama) m'a assuré qu'il reverrait son plan si la situation sur le terrain se détériore et si la violence s'accroît". Il a également affirmé qu'Obama l'avait assuré qu'il existait un Plan B parce que l'Irak est confronté à des défis importants.

Obama a affirmé que l'armée US n'a pas non plus l'intention de rester en Afghanistan pendant longtemps alors même qu'il vient d'envoyer 17000 soldats supplémentaires, ce qui veut dire accroître l'effort de guerre. Ramener le nombre de soldats en Irak à peu prés au même nombre que celui en Afghanistan, 50 000, est vendu à l'opinion publique par les médias propagandistes comme la fin de la guerre, "Mission Accomplished" comme l'avait affirmé son prédécesseur à la Maison Blanche.

Ces soldats américains qui vont rester stationnés en Irak ne serviront pas seulement à l'entraînement des troupes irakiennes mais seront également engagés dans des opérations de combat. Le secrétaire à la défense US, Robert Gates, qu'Obama a confirmé dans son poste qu'il occupait pendant l'Administration Bush, a déjà dit qu'il pense que c'est une bonne idée de conserver une " présence modeste US " en Irak après 2012. Cette "modeste présence" fait probablement partie du Plan B d'Obama.


Samedi 28 Février 2009
Traducton et synthèse Mireille Delamarre
http://www.planetenonviolence.org/


Dimanche 1 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Coolpix le 01/03/2009 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on a toujours dit que ce bounty était un escroc, les preuves arrivent en cascade, yes we can fuck you!

2.Posté par bledmiki-99 le 01/03/2009 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est exactement ce que j'avais dis au lendemain de l'éléction de mister "Hossein" Obama. Déjà, son investiture était louche, suivie du plébiscite, et surtout le tocard adversaire sur qui, le dernier des républicains n'aurait pas misé 1$. Un noir à la Maison Blanche ! quelle comèdie ! après Bush, ils ont trouvé une autre marionette pour essayer de redorer le blason, et par là faire croire que la super démocratie du pays de l'oncle Sam est plus que jamais existante. Quel réveil pour ces pauvres Americains et le reste du monde qui y ont vraiment cruent. La seule chose qui va changer, c'est la méthode, le reste , peut-on le continuer ? yes we can !!!

3.Posté par farid_y le 01/03/2009 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir,

Typiquement la méthode du de l'impérialisme malin et discret,"soft" power.

Quelle bande de criminels sans conscience !!!



4.Posté par abdel le 02/03/2009 04:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

..... ET MÊME S'ILS SE RETIRAIENT MILITAIREMENT????

Vous croyez sincèrement que les multinationales le feront elles?

5.Posté par Someguy le 02/03/2009 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans militaires ou un gouvernement fantoche pour les soutenir, oui, de gré ou de force.

Dans un Irak libre, surgirait très rapidement un "Hugo Chavez" pour les foutre dehors.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires