Conflits et guerres actuelles

Piège électoral en Irak


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE



Gilles Munier
Lundi 8 Mars 2010

Téléchargez ce dossier  http://www.afrique-asie.fr/_medias/dossiers/Irak.pdf
Téléchargez ce dossier http://www.afrique-asie.fr/_medias/dossiers/Irak.pdf

Le 7 mars prochain, les Irakiens auront le choix entre voter pour des candidats manipulés par l’Iran ou la CIA - à quelques exceptions près bien sûr - … ou s’abstenir. La chasse aux patriotes lancée par le Comité pour l’Intégrité et la Justice (CIJ) – pro-iranien - a relégué au second plan les préoccupations des Irakiens que sont la double occupation du pays, l’insécurité, la corruption et la misère. Le scrutin ne sera ni plus démocratique ni plus légitime que la mascarade électorale de janvier 2005 (1).

 

Le CIJ qui a rayé des listes électorales plus de 511 candidats et 14 partis politiques soupçonnés de sympathie envers le parti Baas (2), mène campagne pour purger la société de tous ceux qui rappellent l’époque de Saddam Hussein. Qui sait que plus de la moitié des candidats interdits de se présenter aux législatives sont « chiites », comme le sont la plupart des dirigeants désignés par le jeu de cartes du Pentagone (3)? En Irak, le chiisme n’est pas menacé, quoi qu’en disent les agents de Téhéran. Seules sont en cause les pratiques introduites à partir du 16ème siècle dans le chiisme duodécimain par la dynastie perse safavide, qui permettent aux mollahs khomeynistes d’instrumenter les adeptes de leur secte pour exporter leur « révolution » (4). Ainsi, dans le sud du pays, majoritairement chiite, des conseils provinciaux ont créé leur propre comité pour exclure les fonctionnaires chiites qui ne se plient pas aux desiderata des partis pro-iraniens au pouvoir.

 

Saleh al-Mutlaq (5), principalement visé par l’Iran, avait le tort de diriger le Front du dialogue national, dont les membres sont issus de toutes les couches sociales, sans distinction d’appartenance religieuse ou ethnique. Le respect que ses prises de position inspire dans le pays donnait un vernis nationaliste à la liste Iraqiya, coalition où il côtoie l’ancien Premier ministre Iyad Allaoui - connu pour son passé baasiste, puis d’opposant pro-occidental à Saddam Hussein (6). Iraqiya est créditée, grâce à Mutlaq, de 22% des suffrages exprimés (7), selon un sondage réalisé pour Al-Hayat. Zafir al-Ani, autre député exclu, porte-parole du Front de l’Accord irakien, avait aggravé son cas il y a quelques mois en s’opposant à l’expulsion des Moudjahidine du Peuple iranien du camp Ashraf.

 

La débaasification, cocktail américano-israélo-iranien

Le CIJ qui a succédé au Conseil de débaasification créé en 2003 par le gouverneur Paul Bremer, est un organisme conçu avant l’invasion par Salem Chalabi (8), juriste neveu d’Ahmed Chalabi, chef du Conseil national irakien (CNI). Salem était à l’époque très lié à Marc Zell (9), de Zell, Goldberg & Co, « un des cabinets juridiques d’affaires israélien dont la croissance est la plus rapide » (10), avec qui il constitua l’Iraqi International Law Group (IILG) pour introduire les entreprises israéliennes de sécurité sur le marché irakien. Le Conseil de débaasification était dirigé par Ahmed Chalabi et un certain « Jawad » al-Maliki, désigné plus tard Premier ministre sous le nom de Nouri al-Maliki. Selon Ali al-Lami, leur porte-parole… et actuel président du CIJ, 150 000 personnes (professeurs, fonctionnaires, policiers) furent licenciées pour délit d’opinion rien qu’entre mai et septembre 2003.

 

Après la mise à l’écart des Chalabi - Salem pour l’assassinat de Haithem Fadhil, directeur général du ministère des Finances (11), et Ahmed pour espionnage au profit du Vevak (le service secret iranien), et fabrication de fausse monnaie - « Jawad » al-Maliki relança la campagne anti-bassiste en janvier 2005, juste avant les législatives, en dénonçant la présence de 15 baasistes sur la liste d’Iyad Allaoui (12). Nommé Premier ministre en 1986, il fit voter – non sans difficultés - une nouvelle loi sur la débaasification en prétendant qu’elle faciliterait la « réconciliation » entre chiites et sunnites ! 143 députés étaient présents sur 245… 90 l’approuvèrent. Saleh al-Mutlaq avait quitté la salle avec les députés du Front du dialogue national en signe de protestation. Le Comité pour l’Intégrité et la Justice (CIJ) fut créé peu après, mais les parlementaires ne réussirent jamais à se mettre d’accord sur sa composition. Ali al-Lami en prit la direction d’autorité, en toute illégalité.

 

Comme en 2005, la fraude sera massive

Dans le camp pro-iranien, on assiste à une belle empoignade. La liste « Etat de droit » de Nouri al-Maliki est créditée de 30% des suffrages, mais n’en cherche pas moins à écraser ses concurrents de l’ « Alliance nationale irakienne (INA) », coalition des partisans d’Ammar al-Hakim et de Moqtada al-Sadr qui ne dépasserait pas les 17%. Comme en 2005, et lors des élections régionales (13), des fraudes massives sont à prévoir. Qasim Daoud, député de la liste chiite INA, estime à 800 000 le nombre de faux électeurs pro- Maliki, notamment sur les listes d’expatriés. Il accuse le Premier ministre d’exclure et de réintégrer des anciens baasistes, selon son bon vouloir, pour engranger des voix sunnites. Sur le terrain, des liasses de dinars, des terres et même des armes sont offertes en fonction de l’importance de l’interlocuteur. L’Irak n’est malheureusement pas prêt de sortir du chaos provoqué par le renversement du Président Saddam Hussein.

 

Notes :

(1) Lire : La journée des dupes (Elections législatives de 2005), par Gilles Munier

http://www.france-irak-actualite.com/pages/legislatives-de-2005-la-mascarade--2599107.html

(2) Les partis interdits de présenter des candidats sont : Iraqi National Unity Grouping, Solution Movement, Iraqi Republican Grouping, Al Rafidayn National Trend, Iraqi Al Sawaid Grouping, Our Sons Bloc, National Council of the Grouping of Iraqi Tribes, Iraqi Social Movement, Sad al-Jubouri List, Iraqi Kurdistan Justice Party, All of Iraq Bloc, People’s Trend, Iraqi Resurrection Party, et le National Change Plan.

(3) Sur le jeu de cartes distribué aux GI’s par le Pentagone figuraient la photo et quelques informations sur les dirigeants irakiens recherchés par les troupes d’occupation.

(4) Lire : Le croissant chiite… safavide, par Gilles Munier

http://www.france-irak-actualite.com/pages/le-croissant-chiite-safavide-5-3-07--1988076.html

(5) Saleh al-Mutlaq, membre du parti Baas jusqu’en 1978, dirige le Front du Dialogue irakien (al-Hiwar al-Watani) et est l’un des rédacteurs de la nouvelle constitution irakienne.

(6) Lire : Iyad Allaoui, du Baas à la CIA, par Gilles Munier

http://www.france-irak-actualite.com/pages/iyad-allaoui-du-baas-a-la-cia-2608116.html

(7) En 2005, la liste d’Iyad Allaoui n’avait obtenu que 9% des voix. Malgré ses relations avec la CIA et le MI6 britannique, de nombreux Irakiens préfèrent voter pour lui que pour des agents iraniens, estimant, par expérience, qu’il est plus facile de se débarrasser ensuite de partisans d’un ennemi lointain (hier les Mongols) que de ceux d’un voisin (les Perses ou les Turcs).

(8) Rapporteur de « Transition vers la démocratie », diffusé en 2002 par le Conseil National Irakien (CNI), groupement d’opposants constitué par la CIA pour renverser Saddam Hussein.

(9) Israélien originaire de la colonie sioniste de Alon Shvut (Le chêne du retour, en hébreu), au sud-ouest de Jérusalem. Membre quelque temps du comité central du Likoud, il a fait campagne pour Benyamin Netanyaou en 1996. C’est un proche de Douglas Feith, ancien sous-secrétaire d’Etat américain à la défense.

(10) Zionist settler joins Iraqi to promote trade, par Brian Whitaker (The Guardian – 7 octobre 2003) http://www.guardian.co.uk/world/2003/oct/07/iraq.israel

(11) Les charges contre Salem Chalabi furent levées en décembre 2004, après sa démission de la direction du comité chargé d’organiser le procès du Président Saddam Hussein. Il n’a pas remis les pieds à Bagdad depuis.

(12) Allawi Runs With Alleged Baathists, par Eli Lake (New York Sun – 12/1.05)

(13) Elections régionales : l’envers du décor, par Gilles Munier (Afrique Asie – mars 2009, et AFI-Flash n°89)

http://www.france-irak-actualite.com/pages/elections-regionales-l-envers-du-decor-2664005.html

http://www.france-irak-actualite.com/article-piege-electoral-en-irak-45892688.html http://www.france-irak-actualite.com/article-piege-electoral-en-irak-45892688.html



Lundi 8 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par ABC le 08/03/2010 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" La chasse aux patriotes lancée par le Comité pour l’Intégrité et la Justice (CIJ) – pro-iranien - a relégué au second plan les préoccupations des Irakiens que sont la double occupation du pays( c.a.d l'Iran aussi)..."

Toute la ligne editoriale et politique de ce Magazine a pour but de denigrer l'Iran en le prsentant comme une dictaure mafieuse,il n' y a qu' à voir le dernier numero qui presente un grand dossier concernant les emeutes post-electoraux en Iran en les presentant comme etant une seconde "révolution iranienne " contre la tyranie du reseau d'Ahmadinjad.
De toute façon,les crimes d'occident en Iraq on les connait et on a pas besoin de ce magazine sorti de nul part pour les connaitre.

--------------------------------------------------------------------------------


Voici un dossier complet sur l'iraq sur le lien ci-dessus,avec document à telecharcher et accés aux sources des articles et analyses presentés dans ce dossier .

I : L'agression annoncée II : L'invasion III : L'occupation IV : La résistance V : La guerre de libération
12 ans d'embargo Dictateur sanguinaire ou dirigeant charismatique ?
Comment déclenche-t-on une guerre ? Farce onusienne L'ombre de Sharon A contre-courant
Compte à rebours Fouineurs frustrés Chirac et l'Irak Schröder et l'Irak
Powell va au charbon "Fuck the Frogs" Les "pacifistes" sont de retour Manifestations anti-guerre Derniers jours


2.Posté par ABC le 08/03/2010 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J' ai oublié de mensionner que je parlait du magazine " Afrique Asie ",je m'en exuse.

3.Posté par madou24 le 09/03/2010 07:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ ABC

J'ai bien peur que nombreux des visiteurs de ce site, font tout pour trouver des excuses à chaque fois que l'on ose critiquer l'Iran et les mollahs Iraniens ....

Avez vous oublié les brigades de Bader ( formées et endoctrinés en Iran ) ceux des Al Hakim qui n'ont de Hakim que le nom, et qui sur les traces des américains, n'hésitent pas à égorger d'innocents Irakiens devant leur enfants et en pleine rue !! ?

Avez vous oublié ( ou sans doute je délire ) tous ces fanatiques pro-iraniens, qui interdisent l'entrée des facs aux filles non voilées, que nombreuses sont enlevées et torturées depuis la chute de Sadam ? Sachant que sous le régime du parti Baas, ces femmes et ces filles pouvaient se balader seules , et même tard la nuit en toute liberté, chose qu'elles ne peuvent plus faire aujourd'hui , et même en plein jour ...

Niez vous que toute la police Irakienne, est verrouillée et contrôlée par ces mêmes brigades de terreur .?

Voulez vous des liens internet de vidéos de tortures et d'expéditions punitives, qu'ils sèment partout en Irak, pour étouffer toute voix opposée ?

L'article que vous critiquez est d'une grande rigueur, et merci à alterinfo de l'avoir publié.

USA et Iran, au sujet de l'Irak, sont tout deux .. les deux faces de la même pièce de monnaie...

Respectueusement.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires