ALTER INFO

Pétition à l'initiative du Comité Valmy -- NON à la Constitution européenne maquillée


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Samedi 10 Novembre 2007

Pétition à l'initiative du Comité Valmy -- NON à la Constitution européenne maquillée

EXIGEONS LA TENUE D’UN REFERENDUM POPULAIRE !


Nous contacter : admin@petitionreferendum2007.fr

Faire ratifier le nouveau traité européen par les Assemblées, et cela dès le mois de décembre si possible, tel est le projet de Nicolas Sarkozy. Le Président veut aller vite et priver le peuple français du droit élémentaire de décider souverainement de son avenir. Son clan prétend que le vote majoritaire qui l’a élu en mai tient lieu de referendum ! Comme si les électeurs lui avaient donné un blanc-seing sur un texte qui n’était pas, alors, rédigé et donc inconnu ! En fait, les commentateurs politiques doivent reconnaitre que le refus de donner la parole au peuple est motivé par la « prudence », c’est-à-dire la crainte d’un nouveau scrutin de rejet. Une fois suffit, considère l’oligarchie qui accapare le pouvoir et qui est hostile à une France libre
La propagande officielle, relayée par les médias, presque tous aux mains de la finance mondialisée, avance un second argument : cette fois, il ne s’agit plus de constitution. L’accord signé à Lisbonne par les dirigeants des 27 Etats de l’Union européenne ne serait plus qu’un ‘mini traité’, ‘simplifié’ par surcroît (le texte compte 256 pages …), qui ne porterait que sur son organisation administrative. Ses symboles, tels le drapeau étoilé et son hymne, ont disparu. Pour rassurer davantage, on prétend mensongèrement que la référence au «marché libre et non faussé » est passée à la trappe. Cette mise en scène vise à détourner l’attention des citoyens et à semer la confusion : ‘Circulez, il n’y a rien à voir !’.
La vérité est autre. Tous ceux qui refusent la souveraineté populaire et qui avaient encensé le projet de constitution (Giscard d’Estaing, en tête), se déclarent plus que satisfaits du texte élaboré à Lisbonne. Ils ne cachent pas qu’ils y voient une revanche aux Non français et néerlandais de 2005. De leur point de vue, ils ont raison. Tous les traités signés depuis l’Acte unique -Maastricht, Amsterdam et Nice- demeurent la pierre angulaire de la politique économique et anti-sociale de l’Union européenne. Le « marché libre », « la concurrence » à tout va, la réduction du coût du travail et toute l’idéologie néo-libérale restent le fondement du nouveau traité, véritable constitution européenne en contrebande. Tous les peuples d’Europe en font les frais : la pauvreté, la misère même, gagnent chaque année du terrain. L’accord de Lisbonne permettrait, s’il était appliqué, d’accentuer le processus : par une centralisation accrue (un Président de l’Union qui parlerait au nom de tous), et un système de vote majoritaire au sein des instances qui serait imposé aux nations récalcitrantes.

Ainsi, le Pouvoir en France, chaque jour plus autoritaire, voudrait priver les citoyens de leur droit imprescriptible de décider de leur avenir. La souveraineté du peuple, celle de la République, est inaliénable.
La voie parlementaire dans ce cas précis, ne serait qu’un substitut inacceptable visant à contourner l’obligation d’une nouvelle consultation populaire et serait illégitime.

Forces républicaines et progressistes fidèles à la souveraineté populaire et nationale, nous tous Français au delà de nos votes précédents exigeons un débat public et le respect de la volonté populaire. Unissons-nous pour exiger un referendum !

Pétition basée sur l’Appel du Comité Valmy lancé à Paris le 21.10.2007


Cette liste des premières signatures souligne que les diverses sensibilités politiques de l’arc républicains peuvent converger sur une démarche de large rassemblement progressiste, pour la démocratie et le droit du peuple de France à maîtriser son avenir .

• Anicet Le Pors, ancien ministre ;
• Amiral Michel Debray, ancien président de l’Institut Charles de Gaulle ;
• Maxime Grémetz, militant communiste, Député de l'Assemblée Nationale ;
• Georges Hage, Président du PRCF, Ancien doyen de l’Assemblée Nationale ;
• Claude Beaulieu, militant communiste, président du Comité Valmy ;
• André Bellon, Comité Valmy, ancien Député socialiste et ancien président de la Commission des affaires étrangères ;
• Gilles Bachelier, Comité Valmy, Collectif des gaullistes de Gauche ;
• Jean Yves Autexier, MRC, ancien Député, ancien Sénateur ;
• Henri Alleg, ancien directeur d’Alger républicain, militant anticolonialiste ;
• Gilberte Alleg-Salem, militante anticolonialiste ;
• Etienne Chouard, Enseignant ;
• Alexandre Dorna, Comité Valmy, universitaire, professeur Université de Caen ;
• Albert Salon, gaulliste, ancien Ambassadeur de France ;
• Jean Claude Ramos, Comité Valmy, ancien Député socialiste ;
• Léon Landini, ancien résistant FTP – MOI, président du PRCF ;
• Danielle Bleitrach, militante communiste ;
• Pierre Lévy, Rédacteur en chef de Bastille République Nations ;
• Jacques Niconoff, ancien président d’Attac ;
• Georges Labica, professeur honoraire des universités ;
• Jacques Dauer, président de l'Académie du gaullisme ;

• Christine Tasin, militante du MRC, professeur ;
• Erik Blondin, gaulliste de gauche, policier, syndicaliste ;
• Gérard Schmitz, militant communiste, ancien résistant ;
• Sébastien Nantz, militant gaulliste ;
• Georges Gastaud, responsable du PRCF ;
• Yvon Grinda, militant du MRC, co-fondateur du Comité Valmy ;
• Gérard Euzenot, Comité Valmy, militant communiste, responsable CGT ;
• Anne Casanova-Euzenot, militante communiste, syndicaliste CGT de la recherche ;
• Etienne Tarride, militant gaulliste de gauche, avocat ;
• Jules Molina - vétéran du PCF - militant anticolonialiste ;
• Mathieu Brétillard, Comité Valmy, responsable de République et démocratie ;
• Gilbert Legay, Comité Valmy, militant socialiste ;
• Christophe Chastanet, militant gaulliste de progrès ;
• Isabelle Voltaire, militante associative ;
• Jean Lévy, militant communiste et syndical ;
• Claude et François Roddier, astrophysiciens, militants républicains ;
• Serge Cattet, enseignant, responsable syndical ;
• Ali Abchiche, Comité Valmy, militant socialiste ;
• Maxime Vivas, écrivain ;
• Denis Griesmar, gaulliste de progrès, militant associatif ;
• Véronique Thisse, Comité Valmy, militante républicaine ;
• Jean-Pierre Page, syndicaliste ;
• Jean Pierre Hemmen, militant communiste, PRCF ;




Signer la pétition
- Voir les signataires


Samedi 10 Novembre 2007


Commentaires

1.Posté par JMarc le 10/11/2007 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est écrit dans cet article : "Ainsi, le Pouvoir en France, chaque jour plus autoritaire, voudrait priver les citoyens de leur droit imprescriptible de décider de leur avenir. La souveraineté du peuple, celle de la République, est inaliénable."

Je voudrais que l'on m'explique depuis QUAND les français décident de leur avenir ? La souveraineté du peuple et de la république a-t-elle déjà connu une existence autre que théorique ? A ma connaissance non. Mais tout est relatif.
Comment priver un peuple d'une liberté qu'il n'a jamais eue ? Moi j'ai l'impression que dans tous les cas, l'avis du peuple n'est qu'illusoire dans ce qui s'appelle la "démocratie française". Si le peuple veut un jour le droit à la parole, il devra faire une VRAIE révolution.

2.Posté par Lulia le 10/11/2007 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

QUAND les français décident de leur avenir ? Quand DE GAULE a reconnu et signer le droit des peuples a disposer d'eux même. Quand il a quitter ce qu'il appelait LE GRAND MACHIN, L' OTAN. La révolution, se fait sous nos yeux tout les jours, partout sur la planète les gens se battent pour leur droit, la France est la pointe de ce combat. DE GAULE, en visionnaire a aussi donné à la France les moyens de rester souveraine et reconnaitre ce même droit aux autres. Chaque génération doit se battre pour ses droit, la révolution doit d'abord commencer dans les têtes.

Petite fille d'ancien combattant 14/18

3.Posté par MIJEON Amaury le 10/11/2007 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France s'est peut etre battu pour la liberté!mais elle n'est pas libre!elle n'a aucune réelle puissance!
elle est dirigé par des gouvernent qui serve leurs propres intérets et qui ne cessent de mentir au peuple divisé,affaibli par l'individualisme,et la corruption.
Nous ne sommes pas solidaires,et encore moins fraternels!nous devons revoir les devises de la république.
Je n'en dirais pas plus car cela ne serres actuellement à rien!
Sarkozy ne nous demandera pas si il faut suivre les américains dans leur conneries.

4.Posté par xray le 13/11/2007 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les hommes politiques sont au service du Grand Capital, le Capital de la Dette publique (Pour la France, cinq fois le budget net de l’État).
Les hommes politiques n’ont pas de compte à rendre aux électeurs. Électeurs qui, d’ailleurs, votent un peu comme on leur demande.

Il fallait voter NON !
http://mondehypocrite.midiblogs.com/files/Il_fallait_voter_NON_.doc

Les élections démocratiques : Un simulacre
http://les-elections-democratiques.over-blog.fr/

5.Posté par Séb le 17/11/2007 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous organisons la riposte face au déni de démocratie que représente la ratification, en plus sans débat, d'un Traité européen, faussement qualifié de "mini", à propos duquel tous les juristes s'accordent pour dire qu'il reprend dans son intégralité la Constitution massivement rejetée par référendum en 2005. Cher ami administrateur de ce site, n'hésitez d'ailleurs pas à parler de cette initiative à vos lecteurs et à aider à sa diffusion !

Nous avons mis au point un petit argumentaire pour mobiliser l'opinion, l'informer. Il est à diffuser MASSIVEMENT.
b
====> Le diaporama à diffuser est ICI : [bhttp://test.antemia.eu/html/16/File/referendum.pdf


Copiez-le sur votre ordi pour ensuite le diffuser par mail en pièce-jointe, ou diffusez directement le lien ci-dessus.

Participez ainsi à la "CHAINE du REFERENDUM" : chacun envoie à au moins 10 de ses connaissances ce diaporama (petit fichier pas lourd qui s'ouvre donc facilement). Tout peut aller très vite, on peut toucher beaucoup beaucoup de monde et changer la donne.

Plusieurs milliers d'internautes sont déjà dans la chaîne !

Mobilisons-nous contre la pire et la plus violente atteinte à la démocratie de la Vè République. Ne laissons pas tomber la souveraineté populaire, c'est trop grave !
Et ne comptons pas sur une presse servile pour faire naître le débat ou même seulement dire la vérité aux Français.

====> Le diaporama à diffuser est ICI : http://test.antemia.eu/html/16/File/referendum.pdf


6.Posté par LAMBERT Anne le 02/12/2007 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En france, on pense que la démocratie est une institution acquise une bonne fois pour toutes. Je pense, moi, qu'elle est chose fragile et qu'elle peut s'affaiblir et disparaître en douceur, sans que l'on en ait vraiment conscience. Il faut exiger des actes citoyens chaque fois qu'on en a l'occasion. On nous a permis de donner notre avis sur un traité constitutionnel, pourquoi nous retirer aujourd'hui cette possibilité ? C'eau au peuple de définir les règles de gouvernance qu'il souhaite.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires