Politique Nationale/Internationale

Penser une alliance inimaginable



La semaine dernière, les Etats-Unis et la Fédération de Russie ont annoncé conjointement qu’ils reprendront, après de longues années de gel, leur coopération nucléaire à un niveau bien défini. Dans ce cadre, la Secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice s’est entretenue au téléphone avec son homologue russe Sergueï Lavrov des dernières évolutions internationales.


Mardi 18 Juillet 2006




De Mahdi Morovati




Mais les discussions ne sont pas déroulées comme prévues. Alors que les républicains étaient en train de négocier avec les Russes, Bush junior a fait état soudainement du soutien de la Maison Blanche à l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN. En réaction aux propos de Bush, les hautes autorités du Kremlin ont annoncé qu’elles réviseraient leur politique étrangère. En fait, elles ont menacé les Etats-Unis et les autres pays qui soutiennent l’adhésion de Tbilissi et de Kiev à l’OTAN. Il semble donc que les tensions seraient éternelles dans les relations Moscou-Washington.

Pour mieux comprendre les problèmes il faut remonter à l’époque où les le plan des réformes de Michaël Gorbatchev se sont voué à l’échec et l’on a assisté à l’effondrement de l’Union soviétique. Par conséquences, la période de l’ordre mondial basé sur le partage du monde entre les deux grands bloc a révolu. Après la fin du communisme, Boris Eltsine a pris le pouvoir à Moscou, et étant donné la situation particulière de la fédération de Russie, Ieltsine a dû se replier sur la politique intérieure. La redéfinition du rôle internationale du Kremlin, après l’effondrement de l’Union soviétique, était difficile pour Ieltsine et son entourage. Tandis que l’on constatait un repli sur soi de la part de Boris Eltsine, les dirigeants américains ivres de voir sortir l’adversaire communiste de la scène, prônaient un « nouvel ordre mondial », bien que des évolutions à la fois rapides et profondes survenaient à l’intérieur des Etats-Unis :

La seconde guerre du golfe Persique en 1991 et l’intervention militaire des Etats-Unis de Bush senior en Irak lui ont valu un échec amer aux élections de 1992 face au démocrate Bill Clinton. Clinton et Eltsine ont réduit les tensions dans les relations russo-américaines à leur niveau le plus bas, depuis l’effondrement de l’ex-URSS.

Mais lorsque Eltsine cédait la place à Poutine, la donne a complètement changé. Celui-ci était un pragmatique qui voulait que la Russie retrouve la puissance de l’époque soviétique sur les plans stratégiques géopolitiques. Contrairement à Eltsine, Vladimir Poutine cherchait à redéfinir la situation politique, sociale et stratégique de la Russie.

Aux Etats-Unis de Bill Clinton, on constatait des évolutions à peu près du même genre. Mais après les élections présidentielles de 2000 (quoique truquées), le premier Président des Etats-Unis au XXIe siècle, George Walker Bush a adopté une vision du monde diamétralement différente de celle de son prédécesseur démocrate.



Source : Resalat


Mardi 18 Juillet 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires