Philosophie politique

Penser par soi-même...


Penser par soi-même à la lumière de sa Raison, pour ne rien accepter d'inacceptable...


milan.daniel@yahoo.fr
Dimanche 3 Août 2008


L’Internet avec tous les défauts qu’ on lui attribue aura tout de même permis, par delà le virtuel, même si c’est éphémère, peut-être, l’avenir nous le dira, l’éclosion et le retour de la pensée par soi-même, même rudimentaire, au grand dam des flics et des polices de la pensée, qui n’arrivent plus à suivre et qui s’emploient toujours , à étiqueter et à classer fébrilement pensées et individus, dans le sens duquel ils ont été programmés…
Que cela ne tienne, ils s’évertuent toujours à étiqueter et à faire entrer dans les mêmes cases, tout ce qui n’est pas dans « la norme », c’est à dire dans le sens de la soumission et de la servilité…

Leur attachement les poussant à vouloir « tout attacher » et à « rattacher »…

Nos pensées sont façonnées par notre environnement familial, le terroir où nous vivons, nos expériences, nos souffrances, nos rencontres, nos lectures ; et hélas aussi, pour les plus faibles et influençables, par la propagande que l’on nous sert, via nos journaux et la télévision, à longueur de temps…

Nous disposons tous de notre libre-arbitre, c’est à dire celui d’accepter ou de refuser ce que l’on nous impose, mais beaucoup par « facilité », par lâcheté et aussi pour éviter de penser, préfèrent tout accepter sans réfléchir, et déléguer cette faculté de penser aux politiques au service de maîtres, qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts et à leur pouvoir…

Libre à chacun d’accepter pour lui-même en toute connaissance de cause, toutes les chaînes possibles, mais aussi de les refuser…
S’il « peut » les proposer, il ne doit s’autoriser à les imposer aux autres !…

Pour ma part, je refuse toutes les étiquettes et les cases, toutes plus fausses les unes que les autres, que l’on persiste à vouloir m’attribuer…
De même que toutes les pensées qui ne soient pas miennes ou conformes aux miennes…

Je n’ai pas besoin de polices de la pensée, ni même de parti, de directives de parti, qui emplissent ou poursuivent le même rôle, pour me dire ce que je dois penser ou ne pas penser, faire ou ne pas faire, accepter ou ne pas accepter…

Je n’ai pas besoin non plus de « religion » (autre que celle originelle de Dieu Un, conforme à Ma Raison et à mes origines européennes) étrangère à mes origines européennes, qui prône ma soumission (et mon asservissement) à (…) et qui est à l’origine de toute colonisation de par le monde, y compris, et surtout, de la nôtre…

On remarquera que le système, même s’il repose sur le fait que beaucoup ne pensent pas, a peur que nous pensions…
Il est aussi organisé de telle sorte que nous pensions le moins possible, ou alors que celle-ci soit encadrée par l’association, le parti, le syndicat, le club…

Je n’ai besoin d’aucune loi pour savoir quels sont mes droits, ce qui est faisable, acceptable ou pas…

Je n’ai besoin d’aucune loi, pour savoir ce qui est bon ou pas pour moi et que La Loi est avec moi…

L’Instinct et ma Raison me disent que la Vie, la Liberté et la Pensée, sont des droit naturels essentiels de l’individu, de même que l’intégrité physique ; et que personne de quelque profession ou origine que ce soit, ne peut s’autoriser à y porter atteinte impunément ; et qui plus est, en raison des opinions réelles ou supposées de la victime…

Je n’ai besoin d’aucune loi (même si la loi les autorisent) pour savoir que toute oppression, toute persécution, toute répression, même ordonnée (surtout ordonnée !) par des polices de la pensée, sont mauvaises, inacceptables, intolérables et condamnables…

La Raison et la logique qui m’animent me suffisent !

Daniel Milan




Dimanche 3 Août 2008

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires