ALTER INFO

Pas d’excuse pour Israël, selon le Premier ministre suédois


Dans la même rubrique:
< >


Dimanche 23 Août 2009

Pas d’excuse pour Israël, selon le Premier ministre suédois

Press TV, 22 août 2009


      Le Premier ministre suédois déclaré que son pays ne s’excusera pas pour l’article d’un journal suédois accusant Israël de tuer des Palestiniens pour les dépouiller de leurs organes.


      Fredrik Reinfeldt a déclaré samedi à l’agence de presse suédoise TT : « Personne ne peut exiger que le gouvernement suédois viole sa propre constitution. La liberté d'expression est un élément inévitable dans la société suédoise. »


      Le haut diplomate suédois a également exclu tout projet de présentation d’excuses à Israël.


      Carl Bildt, le ministre des Affaires étrangères suédois, a déclaré aux informations radiodiffusées : « Le gouvernement n’a pas à faire la critique des articles ou de ce que publie la presse. Ce n'est pas son travail. »


      Dans un article intitulé « Ils dépouillent nos fils de leurs organes, » le quotidien Aftonbladet a signalé que des soldats israéliens enlèvent de jeunes Palestiniens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza et rendent leur corps à leur famille après avoir prélevé les organes.


      La famille de Khalid, un Palestinien de Naplouse, a déclaré à Donald Bostrom, qui a rédigé l’article publié le 17 août : « Nos fils servent de donneurs d'organes non consentants. »


      Bostrom a déclaré à Press TV que l'enquête internationale sur les crimes de guerre est en instance sur la récolte d’organes de Palestiniens morts des soldats d’Israël.


      Le journaliste indépendant a souligné que la Cour Internationale de Justice, le principal organe judiciaire des Nations Unies, étudie probablement le rapport.



Original : www.presstv.com/detail.aspx?id=104248&sectionid=351020202
Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info



Mercredi 26 Août 2009


Commentaires

1.Posté par ca2034 le 23/08/2009 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On va certainement assister à une grande manifestation de solidarité pour la liberté de la presse de la part de M. SARKOSY, M. VAL, M. BHL, LE MONDE, LIBERATION, etc...
ISRAEL sera fustigé d'avoir demandé la condamnation de l'article, et de célèbres intellectuels vont participer aux tables rondes organisées sur toutes les télés pour défendre la liberté et l'indépendance de la presse.

Au fait, qu'est-ce qu'ils attendent ???

2.Posté par knossos le 23/08/2009 20:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Suedois seront-ils les précurseurs ? Il semblerait que ce soit la première fois que les pressions Israliennes "tombent sur un os". De quoi donner du courage.
A cette occasion un petit retour en arrière pour se remémorer que les méthodes de cet état ont commencé avant même son existence:


L'express.fr

Dimanche 5 octobre 2008

New York, 1947

Les secrets d'un vote historique
par Hesi Carmel, mis à jour le 08/03/2004 - publié le 27/11/1997

Pendant huit mois, à l'ONU, les partisans du clan sioniste et les représentants des pays arabes se sont livrés à un intense lobbying.
Lorsque j'ai entendu le représentant de la France, Alexandre Parodi, dire oui, j'ai su que nous avions gagné.» Abba Eban était alors membre de la délégation de l'Agence juive à New York. Même aujourd'hui, cinquante ans après, il ne peut évoquer sans émotion cette journée du 29 novembre 1947 où fut tranchée à l'ONU la question de la Palestine.
Il fait froid et gris à New York ce samedi-là. Et, sous la coupole de l'ancienne patinoire de Flushing Meadow transformée en siège temporaire des Nations unies, les jeux sont loin d'être faits. Les représentants des pays arabes s'opposent au principe même du partage. La délégation sioniste, elle, est prête à accepter tout projet, même non viable, pourvu qu'il reconnaisse aux juifs leur droit à un Etat indépendant. Une première résolution a bien été adoptée quelques semaines plus tôt par le comité ad hoc, qui prévoit le partage de la Palestine en deux Etats, mais encore faut-il qu'elle soit entérinée par l'Assemblée générale. Jusqu'au dernier moment, les deux camps se sont livrés à un intense lobbying auprès des hésitants.
En fait, la bataille a commencé huit mois plus tôt, lorsque, le 18 février 1947, les autorités britanniques ont décidé de soumettre l'avenir de la Palestine aux Nations unies. Le 28 avril, l'Assemblée générale de l'ONU charge une commission d'enquête spéciale de lui faire des recommandations. L'UNSCOP (United Nations Special Committee on Palestine) est composée de représentants de 11 Etats «non directement concernés» (Australie, Canada, Guatemala, Inde, Iran, Pays-Bas, Pérou, Suède, Tchécoslovaquie, Uruguay, Yougoslavie). Elle débarque en Palestine au début de l'été, au moment même du drame de l'Exodus.
La détermination de ces rescapés de la Shoah en quête d'une patrie a-t-elle pesé dans le choix des commissaires onusiens? Toujours est-il que l'UNSCOP, qui remet ses conclusions en septembre au secrétaire général de l'ONU, le Norvégien Trygve Lie, décide de recommander la création de deux Etats.
La chasse aux voix est ouverte. Le 11 octobre, la délégation juive marque son premier point: l'ambassadeur américain à l'ONU, Hershel V. Johnson, annonce que Washington soutient le plan de partage. Le surlendemain, le porte-parole de la délégation soviétique, Semione T. Tsarapkine, fait sensation en déclarant que, pour le gouvernement de Moscou, la solution du partage est conforme aux droits des peuples à disposer d'eux-mêmes. Le ralliement spectaculaire du Kremlin apporte un renfort inespéré à l'Agence juive. On est encore loin cependant de la majorité des deux tiers... Les bureaux de l'Agence, dans la 66e Rue, sont devenus un véritable QG opérationnel. «Nous nous étions partagé le monde, se souvient Abba Eban. Chacun des membres de la délégation était chargé de travailler au corps les représentants des pays dont il était responsable.» Ces intenses efforts diplomatiques sont soutenus par un impressionnant dispositif de renseignement, supervisé par le chef des opérations spéciales de l'Agence, Eliahu Epstein, dit Eilat. Grâce aux contacts noués à l'OSS (le précurseur de la CIA) pendant la guerre, il a accès à toute la correspondance du Département d'Etat avec les ambassades américaines dans le monde arabe, ainsi qu'à la transcription des entretiens entre les délégués américains à l'ONU et les représentants des pays arabes.
Un autre service, dirigé par un ancien pilote de la RAF, Mordehay Alon, est chargé des écoutes. Alon a recours à sept stagiaires de la Haganah, l'armée clandestine juive. Ils ont été formés par un avocat américain, ancien membre de l'OSS, Nahum Bernstein, et par William J. Donovan, le premier patron du renseignement américain, et vont constituer le premier noyau du Mossad. Les voitures de la délégation britannique, les résidences et les chambres d'hôtel des diplomates arabes, leurs bureaux à l'ONU sont truffés de micros. Alon a aussi recours aux services du chef de la délégation syrienne, Fares el-Khoury, qui est depuis plusieurs années un agent de l'Agence juive. Sa collaboration va notamment permettre de découvrir la «trahison» d'une diplomate sud-américaine qui s'apprête à voter non pour les beaux yeux d'un délégué de Bethléem... Un coup de fil judicieusement passé suffit à obtenir le remplacement de cette ambassadrice de charme par un ambassadeur plus docile.Un autre agent arabe, Omar Dajani, sert les desseins de l'Agence juive sous le nom de code «l'orphelin». Il a reçu 8 000 dollars pour représenter à New York le point de vue des Palestiniens favorables au partage et, officieusement, les intérêts du roi Abdallah de Jordanie. Le souverain hachémite émarge depuis plusieurs années à l'Agence juive. Sous le nom de code «Meir», il reçoit tous les mois l'équivalent de 30 000 francs actuels. Quatre jours avant le vote à l'ONU, il s'entretient secrètement avec Golda Meyerson (Meir). La rencontre a lieu dans une villa romantique sur les rives du Jourdain, résidence privée du directeur de la centrale hydroélectrique de Naharaym. Abdallah est venu en cachette depuis son palais d'Amman, accompagné seulement d'un chauffeur et d'un garde du corps. Egalement arrivée en catimini, sur ordre de Ben Gourion, la «dame de fer» de l'Agence juive est chargée de vérifier que les bonnes dispositions du roi au sujet du plan de partage et de la création d'un Etat juif n'ont pas varié. De son côté, le souverain hachémite veut s'assurer du soutien de l'Agence à son projet d'annexion des territoires attribués aux Arabes.
C'est le 26 novembre que s'ouvre à l'ONU le débat tant attendu. A la fin de la journée, les membres de la délégation sioniste procèdent à un angoissant pointage: il manque deux voix pour assurer la victoire. Les mauvaises nouvelles se succèdent: le délégué philippin annonce qu'il votera non; celui du Paraguay n'a toujours pas eu d'instructions; le représentant d'Haïti reçoit l'ordre de son gouvernement d'annuler son oui de la veille. «Si on procède aujourd'hui au vote, nous sommes perdus», constate Eban. Il faut à tout prix retarder le scrutin. Les délégués des pays amis sont mobilisés pour tenir la tribune jusqu'au soir. Devant ce marathon oratoire, le président Aranha décide de renvoyer le vote. Comme le lendemain, jeudi, est le jour de la fête américaine de Thanksgiving, il annonce que les débats reprendront le vendredi 28.
Cela laisse une journée pour les ultimes chantages. Propriétaire de plantations d'hévéas au Liberia, le patron des pneumatiques Firestone est sommé de retourner le vote de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest s'il ne veut pas que ses produits soient boycottés par la communauté juive. Le président des Philippines accepte de changer le vote de son pays... après l'intervention de 26 sénateurs américains, appuyés par deux juges de la Cour suprême. Enjeu: les importants crédits que le Congrès doit voter à son pays. Un prêt de 5 millions de dollars ramène également Haïti dans le camp des oui. L'Ethiopie passe du non à l'abstention, le Chili du général Videla, sous la pression de la forte colonie arabe de Santiago, du oui à l'abstention.
Vendredi 28 novembre: la session vient à peine de commencer que le représentant de la France, Alexandre Parodi, propose d'accorder vingt-quatre heures de plus aux deux parties pour une ultime tentative de conciliation. Les sionistes s'inquiètent: la France aurait-elle changé de position? Le vieux leader sioniste Weitzmann en appelle à Léon Blum: «La France restera-t-elle à l'écart de ce moment crucial pour l'histoire de l'humanité?»
Ce n'est finalement que le samedi 29 novembre, à 17 heures, que le président de séance brésilien ouvre le vote. Dans une atmosphère tendue, les 56 délégués sont appelés à se prononcer par ordre alphabétique. Un tonnerre d'applaudissements accueille le oui salvateur de la France. Le décompte final donnera 33 oui, 13 non et 10 abstentions.
David Ben Gourion, qui se repose dans un hôtel de Kalia, au bord de la mer Morte, est tiré de son sommeil. Il griffonne sur un morceau de papier toilette la déclaration officielle de l'Agence juive. Une profonde anxiété mure son visage. Dans son journal, il note: «Je ne peux être de ceux qui dansent... Nous sommes à la veille d'une guerre à la vie à la mort... et nous allons y perdre la fleur de notre jeunesse.»



3.Posté par ibn zyad le 24/08/2009 00:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dieu dis dans le coran:
[2:9] La vache (Al-Baqarah) :
Ils cherchent à tromper Dieu et les croyants; mais ils ne trompent qu'eux-mêmes, et ils ne s'en rendent pas compte.

[18:49] La caverne (Al-Kahf) :
Et on déposera le livre (de chacun). Alors tu verras les criminels, effrayés à cause de ce qu'il y a dedans, dire : "Malheur à nous, qu'a donc ce livre à n'omettre de mentionner ni pêché véniel ni pêché capital ?" Et ils trouveront devant eux tout ce qu'ils ont oeuvré. Et ton Seigneur ne fait du tort à personne

4.Posté par DENFER le 24/08/2009 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Entité sioniste : Cancer de l'humanité pour la décadence et la dépravation ...
C'est ce qui attend les veaux dans notre Gazaland sioniste et les collabos à tout ce système !
Vive le meilleur d'entre Nous !

5.Posté par hellohello le 24/08/2009 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

He bien voila , encore un bel exemple de la bonté sioniste
L'etre humain est bien médiocre en cette époque moderne
Quelle belle justice nous voyons de la part du monde Tous collabos tous complices
Et comme toutes les actions ont une rétrébution il faut s'attendre à des conséquences futures à cette politique globale où le droit élémentaire et la justice sont baffoués
Vive la médiocratie des pays (sous)dévelloppés

6.Posté par Alexandre le 24/08/2009 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Résistez fort. Bravo à Fredrik Reinfeldt , Carl Bildt, et Bostrom.
C’est un devoir pour tout le monde de dénoncer les crimes de régime illégitime sioniste. Démasquer, dénoncer et montrer le vrai visage criminel des sionistes jusqu’à éclatement de ce régime de honte pour l’humanité, est devenu une obligation pour tous.

7.Posté par dubon le 24/08/2009 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et puis, c est bien joli de denoncer les crimes, mais encore faudrait il denoncer les mobiles et les moyens, car, cela fait deja pas mal d annees que ce type d immondice a lieu sur notre belle planete, ...

il faut absolument eradiquer cet "art de la guerre" completement scato, inhumain et qui laisse rellement sans voix

Si on connait les mobiles et les moyens (vendeurs d armes, banquiers, fonds d investissemtn ...) et bien, on peut analyser le pb a la base et faire tout pour que ca s arrete

8.Posté par Hijack le 24/08/2009 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au moins la Suède a fait ce qu'elle avait à faire, le problème vient d'ailleurs et surtout des pays arabes qui ne font pas assez pour que cette info soit massivement médiatisée. C'est aussi notre rôle d'accuser nos médias de ne pas dénoncer assez fort ces pratiques !

Comme dit plus haut, il faudrait des enquêtes poussées, des témoins, des preuves ! Non seulement, il faut que cela cesse, mais il faut que cela soit su, y compris par tous les juifs du monde, afin qu'à leur tour ils accusent le gouvernement sioniste !

9.Posté par hellohello le 24/08/2009 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une guerrede l'information si tu controles la chaine de l'info ta vérité ou plutot ton mensonge devient la vérité
Alors il faut réfléchir à cet etat de fait et en tirer toutes les conclutions
C'est ensemble qu'on fera bouger les choses Avec la volonté on peut faire beaucoup ,dans le droit et la justice Le tribunal international est fait pour çà me semble t-il
Et surtout c'est par notre grand nombre qu'on se fera enttendre

10.Posté par Nizar MAURANGES le 24/08/2009 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin un pays comme la Suède qui n'accepte pas qu'on lui dicte sa conduite sur LA LIBERTE D'EXPRESSION. Et en France, et dans les Pays Arabes, c'est pour quand?
Ah, la Petite Amira porte plainte à la CPI contre Israél le 31 Août. Super, mais insuffisant.
Pas content les Sionistes des Suédois!!!!

11.Posté par Leila Abu Moussa ben Tahtani al Qatari le 24/08/2009 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@dubon.

Il ne faut pas oublier que c’est une guerre médiatique. C’est avec cette arme redoutable que les USA et le régime sioniste arrivent magnifiquement bien manipuler et préparer l’opinion publique mondiale.
Les députés Iraniens ont bien compris cela et viennent de voter un budget de 20 millions de dollars pour dénoncer et démasquer les crimes des ces régimes contre l’humanité. C’est une excellente et importante idée.
Alterinfo doit demander de l’aide et profiter aussi de ce budget voté par les parlementaires Iraniens.


12.Posté par mariama le 24/08/2009 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

incroyable mais vrai, enfin un état qui ne veut plus obeillir à cette secte diabolique qui croît controler lemonde.
Je pleure, ça me fais penser aux soufrances queu subits des milliers d'enfants dans le monde depuis trés trés longtemp ( trafic d'organe, sacrifice, prostitution et autres) ]b

13.Posté par Nizar MAURANGES le 24/08/2009 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Leila Abu Moussa.
Si vous êtes bien placée vis à vis de l'Iran, pourquoi ne pas demander cette aide pour Alterinfo, cela sera super, d'autant plus, qu'on leur met des bâtons dans les roues, on le traîne en justice, ils font tout pour détruire ce site formidable, vraiment cela sera un énorme bien afin que continue des sites comme Alterinfo à diffuser des vraies informations.
Merci à vous. Mes respects

14.Posté par Fredd le 24/08/2009 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Ceux qui exigent des excuses lorsqu'on révèle la vérité au monde...

C'est pas les musulmans!
http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires