Sciences et croyances

Paradoxe de simultanéité en épidémiologie et l’hypothèse de non séparabilité biologique (NSB)

Texte publié la première fois en novembre 2008



Strub Thierry [strub.thierry@sfr.fr]
Lundi 9 Mars 2009

Paradoxe de simultanéité en épidémiologie et l’hypothèse de non séparabilité biologique (NSB)

Ré enchanter le monde

 

Introduction

Sachant que 40 millions de personnes sont infectés par le VIH dans le Monde[1], dont 26 millions en Afrique, 150 000 en France (2005)[2]. Il existe les trithérapies, c'est toujours mieux que rien ! Mais c’est insuffisant (Fig. :1 et- 1.3.1)

Soit on attend (très longtemps) une solution radicale traditionnelle, soit on explore une voie  « originale », solution choisie. En gardant une distance avec les raisonnements habituels en recherche fondamentale. Avec un regard critique sur les théories de l'évolution actuelles, en particulier sur le hasard qui présiderait à la mutation génétique. Ce processus serait contraint[3], canalisé, corrélatif, et mais en ne mettant absolument pas en cause son caractère aléatoire. Approche assimilable à l’« Intelligent Design » (ID) [4], mais à la différence d’être expérimentale (critère de Karl Popper : proposition réfutable ou falsifiable)

 

Chapitre un :

Parallélismes évolutifs ou paradoxe de simultanéité (notion de non localité). C'est au coeur de ma proposition, la simultanéité implique une corrélation temporelle. L'incertitude est associée à l'action à distance (en théorie quantique), nous avions l'habitude de l'introduire une action de proche en proche, la continuité est la règle : toutes les théories de l'évolution sont fondées sur cet a priori qui fonde le paradigme. Or le domaine empirique manifeste très clairement au moins deux épidémies simultanées, l'une à VIH, l'autre a virus Ebola. Elles s'opposent au paradigme de « l’action de proche en proche » :

  • Pourquoi la première épidémie à VIH a-t-elle commencé au début des années 80 en même temps en Afrique et aux États-Unis alors que l'on sait que ce virus est nouveau sur le Nouveau Monde, ancien en Afrique, et que les populations touchées sont totalement différentes. Son arrivée aux États-Unis est connue, on sait que le passage est dans le sens Afrique→ États-Unis, via les Caraïbes[5]. De plus, il y a 2 virus en cause, VIH -1 et VIH-2.
  • Un arraisonnement analogue avec la double épidémie a virus Ebola. Pourquoi en 1976, lors de la même semaine explose une épidémie l'une au Soudan (Maridi) l'autre au Zaïre (Yambuku) Ces deux épidémies sont dues aussi à deux souches virales issues d'un ancêtre commun, souches apparentées, mais bien indistinctes du point de vue génétique. Aussi une épidémie de l'une ne peut être responsable de l'autre (deux  virus différents), comme précédemment. « C’est tout le mystère de ces deux épidémies simultanées dues à deux variants du même virus, nouveau pour la science »[6].
  • Du côté du CDC d'Atlanta, le virus homologue américain, on nous dit, que ces deux souches « présentent apparemment une remarquable coïncidence[7], bien qu'aucun transport de l’agent du Soudan au Zaïre soit a priori envisageable. Ces deux épidémies ne sont pas reliées entre elles, excepté dans le temps »[8] l'émergence de ces virus est d'autant plus paradoxale qu'elle ne succède pas au passage de l'animal à l'homme, les études réalisées sur des prélèvements après 1976 montrent qu'ils circulaient toutes les deux dans les populations humaines. Lors de sa réapparition en 1995 dans le nord du Zaïre «tout comme en 1976, le virus s'est manifesté dans deux foyers distants d'une centaine de kilomètres apparemment sans relation »[9].

 

 

Chapitre deux :

Nous devons reprendre les théories de l'évolution. :

  • le darwinisme historique, « déterministe et mécaniste » : une tautologie[10]  (Fig. 2.1 1)
  • Gregor Mendel (1822-1884)) [11](Fig.  2.1.2)
  • le gradualisme (la théorie synthétique) et le néo-darwinisme (ajout des découvertes sur l'hérédité biologique) (Fig. 2.1.3)  
  • le ponctualisme (Fig. 2.1.4)
  • la théorie neutraliste (Fig. 2.1.5)
  • Le gène robot (théorie mécaniste) (Fig.  2.1.6)
  • le finalisme (Fig. 2.1.7, 2.1.8 et 2.1.9)
  • Images de l’ADN (Fig.2.4)
  • L’approche proposée.

Chapitre trois :

L'apparition de la vie sur Terre il y a 3,5 milliards d'années (Fig. 3.2.1 et Fig. 3.2.3 et Fig. 3.2.4)

Les faits observés (et leurs coïncidences temporelles) :

  • la sortie de l'espace marin
  • la mammalisation (Fig. 3.2.4)
  • et enfin l'hominisation. (Fig. 3.2.5 et. Fig.3.2.6)

« Un processus aléatoire ne pourrait expliquer ces étonnants phénomènes de convergence adaptative observée entre des groupes très éloignés et qui ont donné des ailes aux insectes, à des reptiles, à des oiseaux et à des mammifères »[12]

«À la fin de l’oligocène un certain nombre de grands primates s'engagèrent dans la voie qui conduit à l’homme. Cette tendance atteint à peu près en même temps, et de façon indépendante, un certain nombre de genres, en des lieux très éloignés les uns des autres »[13].

Chapitre quatre :

Il fallait donc expérimenter l'hypothèse envisagée

Après deux séries d'expériences réussies, favorables à l'hypothèse, au CRSSA, sous la direction de Dominique Dormont, qui a considéré que mon travail devait être validé par une personne de référence et en un lieu de référence : une troisième série d'expériences a ainsi été réalisée à l'Institut Pasteur de Paris chez Mme le Pr. Françoise Barré Sinoussi. Bien sûr il s'agit que d'un résultat in vitro qui consiste à infecter des cellules peu permissives au VIH lors de 2 séries successives, quelque jour plus tard (apparemment le virus s’adapte aux cellules peu permissives, alors que l'on utilise le même virus et les mêmes cellules, et un protocole identique, avec un résultat étonnant : soit une chance sur 10 43 pour que ce soit le seul effet du hasard[14]. (Fig. 4.1 et fig. 4.2)

Chapitre cinq :

Cette très faible probabilité[15] devait être expliquée.

La causalité est adaptée à la théorie physique orthodoxe, nous raisonnons toujours sur un paradigme de continuité, avec une action qui doit nécessairement agir de proche en proche. En revanche l’idée de corrélation s'impose naturellement dans le discours de la théorie quantique qui s'associe à un principe d'action à distance (ou téléportation[16]), de corrélations (pas de forces ou d’informations). Des liaisons hydrogène, qui par l’effet tunnel[17] (Chapitre 5.5, voir schéma 5.3) typique de cette théorie, est à l'origine d’une tautomérisation (= isomérisation)[18] (Fig. 5.6) Cela conduit lors à faire des « erreurs » de réplication à l’échelle mésoscopique (voir schéma 5.4), phénomène clé du processus de mutation. Cette action à distance a été démontrée par Alain Aspect[19] à l'institut d'optique, cette tautomérisation est liée au «spin » (Fig. 5.7) des particules ainsi corrélées[20] quelles que soient l'éloignement des particules en question. C’est l’intrication quantique[21].

Chapitre six :

Quel cadre théorique choisi :

Le principe anthropique fort. Pourquoi : Parce que ce principe suppose que toutes les propriétés de la matière sont utilisés par le vivant (dont les propriétés quantiques) (Cp 6.1). Par ailleurs, nous nous rapprochons du finalisme (plutôt de la téléonomie, plus acceptable en sciences du vivant) à distinguer bien sûr d'une banale tautologie mais aussi d'une conception intentionnelle (anthropomorphique) en reconnaissant une complexité irréductible de la nature, en étant clairement opposé à toutes idées créationnistes. Ce principe anthropique évoque les extraordinaires coïncidences concernant les constantes physiques, constat cosmologique qui s'exprime dans un univers étonnamment homogène, structuré, où le rayonnement fossile est identique partout dans tout l'univers[22] . Simplement on pense que la non séparabilité quantique issue du domaine microphysique ne trouve sa pertinence que dans le monde macroscopique. Par exemple l'incertitude d'Heisenberg n'a aucune pertinence dans le domaine macroscopique. : Le chat de Schrödinger (cf. illustration 5.1) n’est pas un paradoxe, et bien sûr c’est le paradoxe EPR (cf. schéma 5.2) qui l’est ! C'est un constat (c'est une propriété de la matière, importante car elle fonde l’indéterminisme ontologique). En revanche la dans le domaine macroscopique l'idée d'une action à distance est très importante pour les théories de l'évolution car la non séparabilité quantique est valable sur des distances macroscopiques[23]. Nous proposons (hypothèse de travail) que le vivant est mésoscopique (voir schéma 5.4),), canalisé, hautement cohérent (cohérence temporelle = simultanéité). L’individu n'est pas isolé face à son environnement, c'est toute une population qui est concernée, l’origine commune fédère tout un phylum !

 

Conclusion :

Cela voudrait donc dire que si on modifie volontairement le cours évolutif d’un parasite in vitro, l'hypothèse propose qu’à distance que le même processus aura lieu, in vivo. Il faut trouver la bonne cellule, la cellule clé, qui détournerait le processus évolutif du VIH vers un variant qui n'infecterait plus les lymphocytes (monocytes, cellules du SNC, adipocytes et hépatocytes)[24]. La barrière d’espèce pourrait être pertinent comme alternative thérapeutique.

L’embryologie, le fonctionnement du système nerveux central, mais aussi les autres maladies infectieuses (virales, bactériennes, parasitaires) ainsi que l’oncologie. Le changement devient paradigmatique, si l’on admet une solidarité entre les cellules issues d'une origine commune, tout l’organisme dérive d'une seule cellule. Selon le critère de Karl Popper cette hypothèse serait falsifiable (expérimentable), sa démonstration serait acquise.[25]. Changer de paradigme devient nécessaire !



[1] http://www.actupparis.org/article1901.html

[2] Sida Info Service

[3] Gilbert Chauvet « Comprendre l'organisation du vivant

[4] Jean Staune « Notre existence a-t-elle un sens ? » Ed Presses de la Renaissance 2007 p. 327

[5]M. J Leibowitz J. Un virus étrange venu d'ailleurs. Édition Grasset 1984.

[6] Professeur Sureau (enregistré sur un document de la FEMIS) Vidéo  http://hnsb.org

[7] C’est moi qui souligne

[8] McCormick JB JID 1983 ; 147 (2) : 276-81.

[9] Encyclopédie universalis 1998

[10] Voir texte p.7

[11] http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9o-darwinisme

[12] Jacques Ruffié. De la biologie à la culture. Éditions Flammarion 1983 p 198

[13] Ibid p 242 + Y Coppens. L'Afrique et à l'origine de l'homme. In l'anthropologie I 1974.

[14] Institut Pasteur de Paris dans le service de Mme Françoise Barré Sinoussi expertise réalisée avec le soutien de Dominique Dormont, dans le cadre de l'activité du comité Troisié (Association 1901 ; JO 01/02/1989 n°140581-80) L'expertise de Gabriel Gras (Pierre et Marie Curie) en génétique des populations, et l’aide financière de la société CDR-communication.

[15] Une probabilité infime constatée par F. Kaplan. Le paradoxe de la vie. Éditions la découverte 1994 p 151

[16] M. Riebe et al., Nature, 429, 734, 2004 ; M. Barrett et al., Nature, 429, 737, 2004

[17] Pierre-Jean Lamy Nucléaire -. Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2006 - vol.30 - n°1. 7.

[18] Watson et Crick Genetical implication of développe désoxyribonucléic acid. Nature 1953 ; 4361 : 964-7.

[19] A. Aspect et al Physical Review Letters 49 p 91 (1982) vidéo : http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/alain_aspect.ram

[20] Déchirer une feuille de papier, sans précaution, vous aurez deux bords totalement irréguliers, arbitraires, mais rassembler les deux morceaux vous constatez alors une complémentarité parfaite, absolue. Un changement minime de la séquence, le clinamen dans le sens d'Epicure, à savoir  un petit phénomène (corrélations) oriente l'ensemble du système vers un autre mode de fonctionnement, c’est « l'effet papillon », bien connu des climatologues où un petit changement peut avoir d'importantes conséquences, une tempête. (Thermodynamique + chronologie + Chap. 3.3)

[21] Pierre-Jean Lamy Nucléaire -. Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2006 - vol.30 - n°1. 7

[22] Trinh Xuan Than. La mélodie secrète édition Fayard Paris 1988 p 236.

[23] D’Espagnat B. À la recherche du réel ed Gautier Villars 1981  p 47.

[24] Les différentes cellules cibles identifiées pour le VIH.

[25] Auteur : Dr Strub Thierry tel : 06 98 33 91 27



Dimanche 27 Décembre 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires