Proche et Moyen-Orient

Pakistan: le rôle de l'armée dans l'avenir du pays


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:29 THERESE MAY ET LES ROITELETS DU C.C.G



Jeudi 21 Août 2008

Pakistan: le rôle de l'armée dans l'avenir du pays
Depuis l'annonce de la démission du Président Pervez Musharraf, les observateurs politiques se concentrent sur l'avenir du Pakistan. L'armée pakistanaise ne semble rien faire pour sauver le président civil pakistanais, mais si elle sent que le pays a besoin de l'aide, elle entrera dans un proche avenir sur la scène politique.

Dans une analyse sur la situation du Pakistan de l'après Musharraf, publiée dans le "Los Angeles Times, Tariq Ali, analyste pakistanais écrit que la démission de Pervez Musharraf a été à l'origine de certains problèmes, dont la crise alimentaire et énergétique et l'inflation à travers le Pakistan.

Et d'ajouter:" Le prix du gaz pour l'usage privée a augmenté de 30%."
Selon le résultat d'un sondage d'opinion, réalisé en juin dernier, 86% de Pakistanais ont du mal à acheter quotidiennement de la farine, problèmes dont les racines, on peut trouver dans l'incapacité du gouvernement pakistanais.
"Depuis quand l'armée est-elle à la tête du pouvoir au Pakistan?". Voilà la question qui vient entre temps à l'esprit.

Chodjaa Nawaz qui vient d'écrire un livre sur l'armée pakistanaise, déclare dans le journal "Washington Post" que l'armée préférait ne pas entrer dans le jeu actuel d'ordre politique.
" Pour l'heure, elle veut préparer le terrain à l'accession au pouvoir des civils au Pakistan, pour qu'ils puissent administrer d'une meilleure manière le pays.
Il indique que le gouvernement civil pakistanais doit passer rapidement à l'action pour stabiliser de nouveau le pays qui est le théâtre des heurts entre les forces gouvernementales et les milices.

"Si le gouvernement ne peut rien faire, des rumeurs sont circulés partout au Pakistan concernant que l'armée pakistanaise doit s'ingérer et elle agira conformément au modèle bangladais; il essaient de changer leur façade militaire pour assainir de nouveau l'économie pakistanaise qui est moribond. "L'inflation de 25% pakistanaise a détruit l'économie de ce pays. Les investisseurs sont en train de s'en fuir du Pakistan et la valeur de la roupie pakistanaise face au dollar a atteint son plus bas niveau. Les séparatistes, les islamistes et les extrémistes dans les régions agitées frontalières vont reprendre du poil de la bête. Il semble qu'Islamabad n'est plus à même de leur dicter ses désirs. 20 ans après la mort suspecte de l'ancien chef militaire de l'exécutif pakistanais, Zia Ul-haq, les politiciens de ce pays perdent une fois de plus leurs chances. Par conséquent, on voit que l'armée pakistanaise souhaite impatiemment une telle situation agitée.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Jeudi 21 Août 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires