FRANCE

PROCES AZF : CHIRAC ET JOSPIN SE DÉSISTENT, BOVÉ S'INVITE


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 23 Avril 2011 - 14:21 Lettre d’un musulman à Mr Copé


PARIS, 22 février 2009 -

C’est maintenant officiel : Jacques Chirac et Lionel Jospin, les deux têtes de l'exécutif au moment de l'explosion de l'usine AZF en 2001, ne viendront pas témoigner au procès AZF qui s’ouvre demain à Toulouse.


geopolintel@gmail.com
Mardi 24 Février 2009

PROCES AZF : CHIRAC ET JOSPIN SE DÉSISTENT, BOVÉ S'INVITE
L’ancien président de la République et l'ancien premier ministre socialiste l’ont fait savoir par écrit au juge Thomas Le Monnyer, qui présidera le tribunal.

Me Laurent de Caunes, l'avocat de Monique Mauzac, dont le mari, ingénieur à AZF, est décédé lors de la catastrophe, et qui est à l'origine de cette demande de citation, a expliqué à l’agence Reuters que "Jacques Chirac a invoqué la Constitution pour ne pas honorer les débats de sa présence et Lionel Jospin a seulement précisé qu'il n'avait 'rien à dire'".

L’ancien premier ministre n’avait pourtant pas hésité à « dire » quelques heures seulement après le drame, lors d’une conférence de presse improvisée aux abords de l’usine dévastée, que l’explosion était un « accident dramatique ». Sept ans après, on a du mal à imaginer que Lionel Jospin ait pu formuler de tels propos comme ça, à partir de « rien ».

On aimerait aussi savoir pourquoi juste avant, à 12 h 31 mn exactement, une dépêche de l'Agence France Presse, diffusée dans le monde entier, affirmait que "selon les premières constatations effectuées par la police", l'explosion "serait probablement d'origine accidentelle". Or, comme je l'ai démontré dans mon livre, les policiers toulousains n'avaient pas encore eu matériellement le temps, à ce moment précis, de procéder à la moindre "constatation"...

En fin d’après-midi Jacques Chirac avait été encore plus explicite en déclarant que « les données actuelles permettent de penser » que l’explosion est due à un « accident » même s’il est « probablement trop tôt pour l’affirmer avec une totale certitude ».

Sur quelles « données » l’ancien chef de l’Etat s’appuyait-il pour privilégier à ce point une hypothèse accidentelle que les experts judiciaires ont été incapables ensuite de confirmer au bout de cinq ans d’instruction ? Voilà qui aurait été de nature à éclairer les zones d’ombres et les lacunes de ce dossier dont le gigantisme (7500 pièces, 50 000 pages) n’a d’égal que sa vacuité.

Les victimes d’AZF auxquelles Jacques Chirac avait pourtant fait part, le 21 septembre 2001, de sa « compassion » (l’ancien président n’avait-il pas créer un secrétariat d’Etat aux Victimes ?) mais aussi les Toulousains et les Français n’auront pas le droit de savoir. Silence d'Etat toujours...

La réponse des deux anciens chefs de l’exécutif aurait été "d'autant plus intéressante que, par la suite, l'hypothèse de l'accident chimique a bénéficié de la part de la justice du statut de piste unique et exclusive " argumente Me de Caunes qui « doute que le président du tribunal décide de les faire venir par la force publique. » Il en a pourtant le droit. Au moins vis-à-vis de Lionel Jospin qui, à ma connaissance, ne bénéficie pas de la protection de la Consitution.

Me Stella Bisseuil, l'avocate de l’Association des familles endeuillées, présidée par Gérard Ratier, dont le fils, Alain, a perdu la vie lors de l’explosion voit dans l'initiative de Mme Mauzac et de son défenseur « une énième manœuvre de diversion destinée à alimenter la thèse du complot d’Etat ». On ne peut que s'étonner. N’est-il pas normal, dans une démocratie comme la nôtre, que deux anciens gouvernants soient invités à venir s’expliquer sur la teneur de leurs propos tenus dans des circonstances aussi dramatiques ?

En revanche la venue demain à Toulouse de José Bové qui, pour le coup, n'a jamais mis le nez dans le dossier d’AZF ne suscite aucune réaction indignée. Après un petit tour en Guadeloupe, la semaine dernière, aux côtés des manifestants de Pointe-à-Pître, le leader altermondialiste, candidat aux élections européennes en Midi-Pyrénées, tiendra en effet une conférence de presse à quelques encâblures de la salle Jean Mermoz où le procès doit se dérouler pendant plus de quatre mois. Dans une interview accordée, il y a quelques jours à Libé Toulouse, José Bové a déclaré qu'il « souhaite que Total soit cité à comparaître » . Ceci explique-t-il cela ?

Une chose en tout cas semble parfaitement claire : ceux qui auraient des choses à dire se désistent tandis que ceux qui n’ont rien à dire s’invitent. Voilà qui promet...

Marc Mennessier a écrit le livre AZF: Silence d'Etat

www.azfsilencedetat.com

Consultez le dossier AZF de geopolintel
http://geopolintel.kazeo.com/AZF-l-histoire-d-une-raison-d-Etat,r115413.html


Mardi 24 Février 2009


Commentaires

1.Posté par riyuma le 24/02/2009 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

11 septembre version francaise.....
coup monté soit des services secrets extérieurs ( USA, GB, Israel..), soit de la partie atlantiste des services secrets francais.
sauf ke ca a merdé quelque part ...

ou peut etre vengeance d'un pays ou les francais continuent de foutre le bordel.

en tout cas une seule chose est sure, CE N'EST PAS UN ACCIDENT.

2.Posté par rag le 24/02/2009 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jacques Chirac et Lionel Jospin ne souhaitent pas témoigner

L'audience du 19 mars promettait d'être l'une des plus courues de ce procès-fleuve. Selon le calendrier prévisionnel, c'est à cette date que Jacques Chirac et Lionel Jospin, cités par une partie civile, devaient livrer leur témoignage. Ces derniers jours, l'ancien chef de l'État et l'ex-premier ministre ont cependant écrit au président Le Monnyer pour décliner l'«invitation» - rappelant qu'ils n'ont, ni l'un, ni l'autre, été témoins des faits. Dans son courrier, l'ancien chef de l'État invoque l'article 67 de la Constitution qui, à son sens, lui «interdit de témoigner sur des faits intervenus durant [son] mandat». À l'origine de ces deux citations, Me Laurent De Caunes, avocat de la veuve d'un ingénieur d'AZF disparu dans l'explosion, le regrette : «Je souhaitais leur demander pour quelle raison ils ont, quelques heures seulement après l'explosion, déclaré qu'elle était due à un accident.»
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/02/24/01016-20090224ARTFIG00008-jacques-chirac-et-lionel-jospin-ne-souhaitent-pas-temoigner-.php

3.Posté par pellegrin le 24/02/2009 16:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l'origine de l'explosion au sein du hangar 221 de l'usine d'azf, la société spe (societé des poudres et explosifs) sous la tutelle du ministère de la Défense.
En effet, la spe se situant à proximité de l'usine azf. Cette société expérimentait alors un nouveau type de rayon laser.
La veille au soir de l'explosion, le directeur de la Spe a avertit à un certain nombre de son personnel, d'un danger imminent.
A noter, que quelques heures plus tard, durant la nuit, l'on a enregistré des interférences et dysfonctionnements sur les lignes haute tension du secteur.
Et finalement, le 21 septembre 2001 peu de temps avant l'explosion, un hélicoptère de l'armée a survolé le secteur de 'usine azf.
cherchez l'erreur !

4.Posté par domamdi le 24/02/2009 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c tous simplement pour retire la responsabilité de total les zipote a sarco

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires