Propagande médiatique, politique, idéologique

PRÉSERVATIF : CE QUE LE PAPE A VRAIMENT DIT…



Jeudi 26 Mars 2009

PRÉSERVATIF : CE QUE LE PAPE A VRAIMENT DIT…

On a beau être des bouffeurs de curés chez L&I, on sait reconnaitre une manipulation médiatique quand on la voit… à commencer par sondage cité en boucle et établi à partir d’un échantillon de 600 personnes. Un cas d’école…

Le Pape et le Sida - Petit exercice pratique
[Centre d'éducation à la foi - Nanterre - Mars 2009]
(…)Puisqu’il est dit que la parole du pape est incompréhensible, voici un exercice pédagogique et non polémique qui permet de mieux la comprendre.

ETAPE 1 : LISEZ CETTE PHRASE :

“ (…) on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. ”

ETAPE 2 : LISEZ CE TEXTE DE BENOIT XVI :

Je pense que l’entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est justement l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses réalités diverses. Je pense à la communauté de Sant’Egidio qui fait tellement, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, je pense aux Camilliens, à toutes les sœurs qui sont au service des malades…

Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème.

On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels.

Ce sont ces facteurs qui aident et qui portent des progrès visibles. Autrement dit, notre double effort pour renouveler l’homme intérieurement, donner une force spirituelle et humaine pour un comportement juste à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et notre capacité à souffrir, à rester présent dans les situations d’épreuve avec les malades.

Il me semble que c’est la réponse juste, l’Eglise agit ainsi et offre par là même une contribution très grande et très importante. Remercions tous ceux qui le font. Source : salle de presse du Saint-Siège (traduction La Croix)

ETAPE 3 : REPONDEZ A CES DEUX QUESTIONS :

  1. Recevez-vous les propos du pape exactement de la même manière après la 1ère étape et après la 2ème étape?
  2. Qu’arrive-t-il lorsqu’on isole un morceau de phrase d’un propos global ?

http://catholique-nanterre.cef.fr/IMG/pdf/Urgence_Pape_Sida_v2.pdf

http://libertesinternets.wordpress.com/2009/03/26/preservatif-ce-que-le-pape-a-vraiment-dit/ http://libertesinternets.wordpress.com/2009/03/26/preservatif-ce-que-le-pape-a-vraiment-dit/



Jeudi 26 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par farinoor le 26/03/2009 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on sort la phrase de son contexte et on lui fait dire TOUT ce qu'on a envie .

2.Posté par 1200μ le 26/03/2009 18:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il ya une autre, qui est assez juste aussi :
“ (…) on ne peut résoudre ce fléau en faisant fixation sur des propos détournés du pape : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. ”

3.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 26/03/2009 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Démonstration efficace.

4.Posté par Thanatos le 26/03/2009 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que l'on aime ou pas le pape, il faut retranscrire fidèlement ses propos.

"Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires." Je trouve cette phrase forte et tellement vraie.
j'espère que ceux qui ont tiré à boulets rouges sur le pape sans même avoir pris la peine de connaître toute sa réponse auront au moins la décence de s'excuser et l'intelligence de comprendre que les médias ne sont pas à un miroir fidèle des faits, mais au contraire les déforme pour épouser la position de certains intérêts. Cette affaire est une bonne leçon de morale pour les gens honnêtes et cela prouve qu'il ne faut jamais laisser l'émotionnel surpasser la raison.

5.Posté par DURANDUPONT le 26/03/2009 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TOUT EST DIT , TOUT EST REVELE !

6.Posté par DURANDUPONT le 26/03/2009 22:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...APRES L'INTOX MEDIATICO -SIONISTE QUI CONSISTE A N' EXPLOITER QU'UNE PARTIE DES FAITS OU DES PROPOS POUR SALIR ET RIDICULISER LA VERITE LORSQU'ELLE EST DERANGEANTE ..

7.Posté par thdoree le 27/03/2009 00:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avis d'un athée convaincu et même pire, un impie. Il est fort possible que les propos du pape, comme ceux d'Ahmadinejad aient été sortis de leur contexte. Lui, par exemple, n'avait pas dit qu'Israël devait être rayé de la carte mais qu'il disparaîtrait des pages de l'histoire. Dès lors qu'il n'existerait plus, lorsque la solution à un état serait trouvée donc.
Remettre les choses en place est tjrs important.
Pour autant que connaît-il de la sexualité, lui, comment peut-il dire qu'elle est déshumanisée ?
Sûrement pas plus déshumanisée que les évêques négationnistes que ce pape de merde voulait réintégrer au sein de la communauté. Un Vatican qui avait bien collaboré avec les nazis pendant la 2ème guerre mondiale, avant pendant et après, en faisant expatrier des nazis par les valises diplomatiques du Vatican vers l'Amérique du Sud.
Les croisades et autres guerres de religion ont tué combien de gens, pour collaborer avec les politiques de conquêtes des pouvoirs de l'époque.

Ou annoncer dernièrement que le viol est moins grave que l'avortement. Tous les prosélytes d'une quelconque religion, vous n'êtes que des nuisibles dont l'humanité ferait bien de se débarrasser aussi rapidement que du communisme et du capitalisme.

Il fût une époque ou ladite église coupait les têtes des savants qui annonçaient que la terre était ronde. Que la controverse de Valladolid statuait sur l'humanité ou non des indiens, avaient-ils une âme ou étaient-ils des animaux ?

Ou encore pour parler de sexualité n'autorisait qu'une seule position. J'espère qu'un jour vous paierez vos crimes.

8.Posté par tarci le 27/03/2009 01:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'attaque contre le pape est reservee a la partie de la population sans un baggage intellectuel minimum.
De la meme maniere que les emissions d'Arnaud ou bien d'autres... avec coups de tel a donner a 0.56 euros la communication ++.

c'est ainsi que thdoree nous sort l'histoire de l'église coupant les têtes des savants qui annonçaient que la terre était ronde.
Nous sort : les évêques négationnistes que ce pape de merde voulait réintégrer au sein de la communauté.
etc...etc....

Avec un peu de lecture sur wikipedia et ailleurs il verrait rapidement que tout ce bourrage de crane est faux.

Non, dommage que thdoree ne fasse pas l'effort de verifier ses histoires. En ce moment, il semble faire partie des cibles d'une certaine franc-maconnerie peu reluisante.

9.Posté par DURANDUPONT le 27/03/2009 01:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE DISCOURS DU PAPE FAIT DAVANTAGE APPEL AU BON SENS QU"A LA CULTURE..CEUX QUI EN SONT POURVUS L'ONT BIEN COMPRIS, C'EST LE PLUS IMPORTANT

10.Posté par wilhelm le 27/03/2009 02:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le pape a raison, pas de sexe, pas de sida, tous a la branlette !!!! c'est super, je bosse dans le porno et je vais me faire un max de fric !!

A pardon, le message était destiné aux Africains, sans âmes et qui ne s'aident pas... citation "S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème."

Dons commencez par avoir une ames, ensuite aidez-vous, et la on distribuera des préservatifs au tracto-pelle..

il a raison, en plus tout ce plastique c'est pas très ecolo, et qui va les payer ? nos esclaves, dans leur Afrique pille par nos soins ? c'est la crise, ils ont pas de quoi faire pousser du riz, et le vatican ne va quand meme pas se rendre responsable de la latexisation ( je veux des droits sur ce mot) de l'Afrique... c'est asse le crade la-bas comme ca..

L'eglise catholique est malade.. je vis dans un pays tres tres catholique et je sais de quoi je parle, on se croirait parfois au moyen-age.... je blague pas..

Mais bon, j'ai beaucoup de respect pour tout les croyants, tant qu'ils ne dictent pas aux peuples ce qu'ils doivent faire.. dicter comme dictature..

Amen..

11.Posté par LSD, 100 µg, i.m. le 27/03/2009 06:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je viens d'entendre à la radio que l'Evêque d'Orléans, souhaitant sans doute relayer les propos du Pape, présuppose que le virus HIV passe à travers le latex. Je veux bien qu'on nous livre le texte complet, là aussi...

12.Posté par Un passant le 27/03/2009 08:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LSD, le texte a été publié dans AlterInfo, quelques temps plus tôt. Sachant qu'un préservatif ne parvient pas toujours à retenir un spermatozoide et que le virus du SIDA est 150 fois plus petit, quelque raisonnement logique s'ensuit?

En ce qui concerne le Pape, c'est le vieil anticléricalisme... pardon, c'est la vieille haine de l'Autre des Français. On a vu que trop de fois que tout ce qui n'était pas français, n'avait pas les valeurs dominantes françaises, ou autre est directement détesté de pas mal de personne. Les Afghans n'ont rien contre les français soi-disant! Ils détestent juste les Américains! Ca marche pour tout, le Pape, les Américains, les Noirs, les Arabes, les Italiens, les Chinois, les Iraniens...

Mais reste que les bigots religieux qui me font le plus dégueuler, c'est les fanatiques de la religion de l'Holocauste et les Universalistes droit-de-lhommistes, qui s'imaginent que tous les peuples veulent la même chose, le modele occidental. Le Pape est un enfant de choeur à coté d'eux, lui au moins n'envoie pas des B-52 pour éduquer les impies...

13.Posté par Paradisial le 27/03/2009 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est très fourestien comme technique.

Tariq Ramadan en fit les frais également.

14.Posté par amedia95 le 27/03/2009 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le pape a voulu protéger Williamson ! voila comment on le discrédite et ce n est pas fini et si le seul remède au sida en Afrique était la fidélité il y a pas de miracle a l horizon encore moins des groupes pharmaceutiques

15.Posté par obliga le 27/03/2009 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quant est ce que les chrétiens comprendrons que les sionistes ne sont pas leurres amie mais plutôt leur pire ennemie et cauchemar !!!

16.Posté par FENEANT le 27/03/2009 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que les propos du pâpe soient déformés ça ne m'étonne pas!
De toute façon je crois qu'il faut se méfier des hiérarchies de toutes sortes (qu'elles soient religieuses, politiques, etc.........) et de leurs Princes.
Elles ont corrompu toutes nos institutions sans exception.
Et c'est toujours le petit, en bas, qui trinque.
Récemment au nom d'une certaine hiérarchie mon père à failli se faire euthanasier dans un de ces établissements Alzheimer créés récemment et cela par privation de nourriture.
Au nom d'une certaine hiérarchie on m'insulte encore et il y peu de temps on m'avait même incité au "suicide".

17.Posté par Renaud le 27/03/2009 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ LSD, 100 µg, i.m 11

voici l'étude ( incomplète ) sur la quelle s'appuie certainement le Pape et l'évèque d'Orléans :


LE TAUX D’INSUCCÈS DU PRÉSERVATIF COMME CONTRACEPTIF

Les préservatifs furent conçus initialement pour servir de contraceptifs mécaniques. L’index de Pearl du contraceptif est compris entre 2 et 15, avec une valeur moyenne entre 2 et 34.Le taux d’échec du préservatif masculin dans la prévention de la grossesse, défini comme la probabilité de grossesse sur une période d’un an pour une femme n’utilisant que le préservatif comme moyen contraceptif est de l’ordre de 5 à 30% (4% dans les couples très motivés d’une Association de Planning Familial selon Vessey), entre 6 et 22% des couples étudiés par Grady5. Une étude américaine à large échelle sur l’efficacité de différents préservatifs pour prévenir les grossesses montre in échec de 15% chez les jeunes usagers dans leur première année d’utilisation, et un échec de 2% chez les couples experts dans l’usage du dispositif6 Dans une revue faite par Gordon le taux d’échec du préservation dans la prévention des grossesses varie entre 10 et 30%7 (5 à 12% par et par année de contraception par préservatif)8 Ces échecs sont expliqués par une mauvaise utilisation du préservatif et aussi par des fuites et des déchirures de l’instrument9. Dans un article récent il a été dit que l’échec du préservatif était la cause première des grossesses non désirées. Sur les 4666 femmes qui vinrent avorter au Marie Stopes Centre à Leeds entre 1989 et 1993, 40% d’entre elles rendirent l’échec du préservatif responsable de leur grossesse non désirée10. La cause la plus fréquente d’échec du condom, selon Gordon, serait les déchirures. Considérant que la période fertile chez l’homme occupe 6 à 10 jours du cycle, éliminant le facteur de fertilité, un échec de contraception constaté ne représente que 21 à 36% des échecs réels du préservatif dans l’établissement d’une barrière efficace face au sperme. Le taux réel d’échec pourrait être 3 à 5 fois plus élevé11.

ECHEC DES PRÉSERVATIFS A EMPÊCHER LES MST

Abandonnés comme contraceptifs, les préservatifs ont été proposés dans notre siècle pour des raisons de prophylaxie antivénérienne, pour empêcher la transmission des maladies sexuellement transmissibles (MST). Cependant, de façon d’ailleurs logique, on observa un taux d’échec dans cette prévention comparable à celui noté dans la prévention des grossesses12. D.Barlow, sur un total de 3543 diagnostics de gonorrhée chez des hommes observés durant une période de six mois, trouva que les utilisateurs de préservatif (247 hommes) avaient un peu moins de MST (259) que les non-utilisateurs (3543 sur un total de 3300 malades). Les urétrites non spécifiques se rencontrèrent aussi souvent dans le groupes des utilisateurs que dans le reste des patients de la clinique13. Cohen et al. effectuèrent une étude dans laquelle des malades ayant contracté une MST reçurent une formation à l’utilisation des préservatifs. Dans les 9 mois suivant cette formation, 19.9% des hommes et 12.6% des femmes revinrent avec une nouvelle MST, certains plusieurs fois de suite. Le taux de réinfection par MST augmenta en fait chez les femmes à la suite de cette formation14. Une étude faite dans une clinique génito urinaire de Londres montra que, bien que l’utilisation des préservatifs avait augmenté de 4% à 21% entre 1982 et 1992, celle-ci n’avait pas eu d’impact sur le nombre de maladies sexuellement transmissible à virus observées15. Le gouvernement des Etats Unis a d’ailleurs retiré le financement accordé de 2,6 million de dollars d’une étude sur les préservatifs dans la crainte qu’un nombre inacceptable d’utilisateurs de préservatifs ne soient infectés au cours de cette étude. Le préservatif réduirait les infections bactériennes sexuellement transmissibles selon un taux de 2 sur 1016.
Des études réalisées par le MISH (Medical Institute for Sexual Health) aux Etats Unis sur la transmission d’infections génitales à Chlamydiae ont montré que lorsque des partenaires non mariés utilisaient un préservatif comme prophylactique lors de leurs rapports sexuels, le préservatif n’empêchait pas la transmission des Chlamydiae et paraissait même l’exagérer17.

EFFICACITÉ TECHNIQUE DES PRÉSERVATIFS

Le rôle protecteur des préservatifs peut se montrer défaillant pour trois raisons techniques:
- la structure poreuse du latex
- la possibilité de fuites et de ruptures
- la dégradation possible du latex

A - LA STRUCTURE DU LATEX

Certaines études in vitro ont montré que les membranes de latex des préservatifs étaient imperméables au VIH et autres agents des MST20. Cependant, ces résultats ont été mis en question - en particulier lors de la Vth International Conference on AIDS à Montreal - après que des préservatifs bien contrôlés, issus de fabricants bien connus aient montré une perméabilité à des microsphères de taille supérieure à celle du VIH (6 préservatifs sur 69)21. Gordon concluait de ces résultats que les méthodes actuelles pour contrôler la qualité des condoms n’étaient pas suffisantes pour que l’on puisse en déduire que les préservatifs étaient imperméables au VIH22.
Le VIH est en effet un virus très petit (90 à 120 nm). il est 60 fois plus petit que la bactérie qui cause la syphilis et 450 plus petit que les spermatozoïdes23. C’est du reste le fait que les VIH aient pu passer la filtration destinée à retirer les champignons et les bactéries du plasma qui amena les premiers chercheurs à identifier comme virus l’agent causal du SIDA24. l est clair que l’utilisation d’un préservatif de latex comme barrière de protection contre un virus pose un autre problème que celui de la prévention d’une infection bactérienne ou du passage de spermatozoïdes.
L’efficacité de l’effet de barrière et l’intégrité des préservatifs en latex est testée au travers d’une épreuve de fuit. Pour les VIH, tout orifice plus grand que 0,10m serait à considérer comme une fuite au travers de laquelle le virus pourrait passer. Le problème est que la sensibilité du test de fuite pour de petits défauts de la membrane n’est pas très grande. On a calculé que le plus petit orifice détectable par ce test sous des conditions idéales devait mesurer 10-12 microns25. Cette limite de sensibilité du test rend critique le problème des défauts des membranes en élastomères.
L’intégrité de la structure du latex dépend de la formation d’un film cohérent par coacervation et coalescence des particules de latex. Dans le latex naturel ces particules mesurent de 0.1 à 5 microns. La très petite taille des virus pose une exigence inhabituelle sur tout matériel devant faire office de barrière. Bien que l’on suppose que la structure initiale capillaire du latex, d’avant lavage, traversée par des passages interstitiels, s’effondre lorsque le film sèche, l’examen en microscopie optique suggère la persistance d’une structure rappelant les particules originelles du caoutchouc. Cette structure originelle de particules se perpétue dans le matériel ultime sous forme d’un réseau étendu de pores26. Ces pores ont des diamètres atteignant 1,5 microns, comme le montre les images de microscopie électronique27. Le lavage par gel humide semble diminuer la porosité de la surface, suggérant que la structure poreuse est un reflet de la présence de résidus hydrosolubles qui empêchent la coalescence des particules de latex.
Les gants en latex produits par quatre manufactures différentes, examinés au microscope électronique, montrent des creux allant jusqu’à 15 microns de largeur et 30 microns de profondeur. Plus importants pour la question du passage du VIH, des passages de 5 mm de large, traversant toute l’épaisseur de la membrane, ont été trouvés sur des sections fracturées par congélation de tous les gants28. En se basant sur ces faits, les chercheurs ont recommandé à ceux manipulant des éléments infectés par le VIH de porter deux paires de gants superposées. Une même recommandation a été faite en ce qui concerne les préservatifs29. A cela doivent être ajoutées les anecdotes relatant le passage de secrétions corporelles au travers des gants en latex portés par les médecins lors de leur examen et les infirmières. Les chirurgiens mettent une second paire de gants lorsqu’ils arrivent au niveau des tissus particulièrement exposés à l’infection, tels que les os, au cours d’une intervention chirurgicale. La taille déduite expérimentalement des défauts du latex naturel varie entre 5 et 70 microns. Les différents protocoles d’expérience ont donné des résultats qui concordent entre eux.
Donc, la présence de défauts dans le latex, due à la structure en particules de ce matériel, est bien établie. L’utilisation d’un tel matériel pour une barrière de protection contre un virus de 100 nanomètres semble peu sage. Le latex ne peut que réduire la probabilité de transmission du virus. Mais il ne s’agit que d’une réduction, pas d’une barrière absolue. Il y a des pores dans le latex et ces pores sont suffisamment grands pour laisser passer des particules de la taille du VIH, et même de la taille de spermatozoïdes pour certains de ces pores30. Carey et coll. ont observé au travers 33% des membranes des préservatifs en latex étudiés, le passage de particules de la taille du VIH 31.
On dit que, comme le VIH est associé aux spermatozoïdes, ces pores du latex n’ont pas une réelle importance parce que les spermatozoïdes ne peuvent pas de toutes façons passer au travers. Les pores naturels trouvés dans les préservatifs en latex ne permettraient pas le passage du VIH, parce que celui-ci est dans les spermatozoïdes et que l’ensemble est trop grand pour passer au travers de ces pores. Mais ceci est trompeur. Les articles de Anderson 32 et Scofield33 ont été certes utilisés pour supporter ces allégations. Ces articles signalent que le VIH est présent dans le sperme sous la double forme de l’association à des cellules et du virus libre. Ces articles montraient aussi que la première des cellules avec laquelle le VIH s’associe est le globule blanc et que les leucocytes semblent constituer un composant très infectant du sperme. Ils pourraient servir comme vecteurs dans la transmission du VIH. Anderson souligne aussi que “il y a une grande chance pour que des virus VIH-1 sous forme libre, présents dans le sperme, puisse passer dans l’organisme du partenaire”. Les deux articles semblent différer sur un point. Anderson écrit que “le sperme peut aussi servir de vecteur de la transmission de VIH-1 mais que des faits conclusifs manquent à ce propos”. Scofield propose pour sa part que “le sperme absorbe directement et incorpore VIH-1, que le DNA viral est transmis du sperme aux cellules-cibles du tractus génital”. Ce qui paraît clair est le fait que le VIH existe bien dans un état libre, non combiné à des cellules dans le sperme et qu’il est très vraisemblable qu’il est alors infectant et que si une fraction du VIH se trouve associée au sperme, alors le sperme peut agir en augmentant réellement l’infectivité virale.
Il est dit que, en effet, un condom asséché laisserait passer le VIH (et d’autres virus) par ses pores, mais que l’humidification du préservatif le rend imperméable au VIH, à cause de la tension hydrostatique qui empêche tout passage de particules du genre du VIH. Le latex serait imperméable au VIH, bien que laissant passer le virus de l’hépatite34. Cependant, si la surface du préservatif est enduite d’huile (par exemple par un liquide lubrifiant huileux), alors la tension superficielle à la surface du préservatif diminue, ce qui abaisse l’obstacle opposé au passage de l’eau et des molécules ou corps hydrophiles (virus). Les utilisateurs de préservatifs sont donc avisés de ne pas utiliser des liquides lubrifiants huileux lors des rapports sexuels. L’huile rendrait le latex cassant.

B - LA POSSIBILITÉ DE FUITES ET DE RUPTURES

R. Gordon pense que les préservatifs en latex échouent à prévenir les grossesses à cause des ruptures de ces éléments. Rompre le préservatif alors qu’on l’utilise n’a rien d’exceptionnel. Cela arriverait dans 1,4% des cas, selon le Pr. J.G. Girard, Directeur du Service de Santé Publique français. Ce taux de rupture s’éleverait jusqu’à 5% en cas de sodomie, selon I. Vicenzi35. Golombok et coll., étudiant l’utilisation des préservatifs chez 262 hommes homosexuels trouva un taux de rupture de 1 sur 27 préservatifs durant les rapports anaux. 31% de ceux qui avaient utilisé un préservatif lors d’un rapport anal reportaient au moins un incident de rupture36. Steiner et cool. ont observé que les lots plus récents de condoms ont un taux de rupture de 3.5-8.8% tandis que le taux de rupture pour des lots plus anciens va de 9.8% à 18.6%37. Cependant, J.Richters et coll. n’ont observé, en Australie, qu’un taux de rupture de 0,5% (3 sur 664 préservatifs) dans les préservatifs utilisés pour rapport sexuel vaginal chez 4 prostituées féminines. Ils attribuent ce taux très modéré de rupture à l’expérience de la prostitution, où les rapports sont plus courts que ceux des “rapports sexuels amateurs”, et où les utilisateurs ont plus d’expérience38. Dans une étude faite par Ahmed et coll., 29-42% de ceux qui ont utilisé des préservatifs ont eut au moins une rupture de préservatif.39. Dans une enquête effectuée par l’Université de Manchester, 52% de ceux qui avaient obtenu des préservatifs par leur clinique de planning familial éprouvèrent au moins une fois ou un éclatement ou un départ du préservatif durant les trois mois précédant l’enquête40. Les auteurs se déclarèrent surpris de trouver combien les personnes participant à cette enquête avaient eut des “accidents” avec les contraceptifs, même ceux qui apparemment utilisaient les préservatifs comme leur méthode de contraception élective, et cela alors que ces personnes avaient reçu une information détaillée sur la façon d’utiliser correctement les préservatifs. Dans des études de Albert et coll.41 et Wright et coll.42, respectivement 36% et 38% des répondants rapportèrent des épisodes de rupture de préservatif.
Pour une plus grande sécurité, les utilisateurs de préservatifs devraient donc être invités à utiliser deux préservatifs, l’un sur l’autre, ou d’utiliser des préservatifs faits en un matériau plus solide que le latex, et totalement imperméable (par exemple l’acier inoxydable).

C - LA DÉGRADATION DU LATEX

Les préservatifs en latex doivent être stockés de façon adéquate et utilisés correctement afin d’éviter la dégradation du latex. En effet, le latex se détériore avec le temps et devient cassant lorsqu’il se trouve exposé au soleil, à la lumière solaire, et aux lubrifiants huileux.
Les préservatifs sont sensibles au froid et au chaud; pourtant ils ne sont pas transportés dans des véhicules climatisés. Vesey, dans son étude des préservatifs43, vérifia 72,000 camions et pu produire des photographies montrant des oeufs en train de frire dans la partie arrière de camions où étaient stockés les préservatifs.
Pour un usage plus effectif et plus sûr des préservatifs, les utilisateurs sont avisés:
- de lire l’étiquette du produit pour vérifier ce qu’il est supposé empêcher;
- de faire attention aux dates d’expiration des préservatifs avec spermicides;
- d’utiliser un lubrifiant aqueux;
- de se méfier des préservatifs vendus en distributeurs (sont-ils exposés au chaud et au froid?);
- de ne pas conserver dans le porte-monnaie ou le sac un préservatif pour plus de quelques heures;
- de ne pas conserver de préservatifs dans la boite à gants de la voiture;
- de ne pas ouvrir le paquet de préservatifs avec les dents, des ongles pointus ou des ciseaux;
- de faire attention à l’ouverture du paquet, en contrôlant ses gestes;
- de vérifier si le préservatif n’est pas collant, ou du type chewing gum, ou adhérant à lui-même;
- de vérifier si le préservatif n’est pas cassant et ne présente pas de trous ou de déchirures;
- de ne pas dérouler le préservatif pour l’examiner;
- de faire attention à ne pas abuser d’alcool ou de drogues car ceux-ci rendent oublieux des conditions de bon emploi ou diminuent l’aptitude à utiliser correctement les préservatifs.
Cette liste étant donnée, et sachant que 83% des jeunes entre 14 et 15 ans disent que leur premier rapport sexuel n’était pas prévu, quelles sont les directives que l’on peut raisonnablement espérer voir suivre par les adolescents?(et d’autres).

III - ECHEC DES PRÉSERVATIFS DUS A UNE CONTAMINATION DIRECTE PAR LE VIH

A - CONTAMINATION DE LA SURFACE EXTÉRIEURE DU PRÉSERVATIF PAR LE VIH
Une autre raison pour laquelle les préservations peuvent ne pas protéger contre le VIH est que leur surface externe peut être contaminée soit par des secrétions porteuses de virus, au moment de l’installation du préservatif, soit par du sperme échappé du préservatif à la fin de l’acte sexuel. On a mis en évidence la présence du VIH dans les liquides prééjaculatoires44. Le virus est aussi présent dans différents liquides ou secrétions venant de l’appareil génital du partenaire male VIH positif durant la première partie du rapport sexuel, avant que l’érection ne permette l’installation du condom. Comment peut-on imaginer qu’un partenaire engagé dans un rapport sexuel soit suffisamment de sang-froid pour contrôler l’installation du préservatif sans en souiller la surface externe par quelque secrétion? Nous savons avec quel soin les chirurgiens mettent leurs gants avant une intervention, évitant tout contact entre la peau et la surface externe du gant. Pouvons-nous attendre un tel soin de la part des utilisateurs de préservatifs?
Les hommes sont en général bien protégés par les préservatifs. Mais les femmes sont bien plus exposées à la contamination, comme celle par le VIH présent à la surface externe du préservatif. Ceci est d’autant plus vrai que les femmes ont une infection vaginale (par défaut d’hygiène ou MST), ou, lors du premier rapport, lorsque l’hymen rompu expose la muqueuse à la pénétration d’un agent infectieux potentiel comme le VIH.

B - CONTAMINATION PAR LE VIH PRÉSENT DANS LES SECRÉTIONS PREEJACU LATOIRES

Jusqu’à présent on pensait que le VIH n’était présent que dans le sperme et le sang. Ilaria et coll. ont montré que le VIH est aussi présent dans les liquides prééjaculatoires qui passent dans l’urètre masculin avant que ne soit installé le préservatif45. Pour cet auteur les “liquides prééjaculatoires doivent être considérés comme des vecteurs potentiels dans la transmission du VIH-1″. Pudney et coll. dans un autre article ont conclu qu’”il serait prudent de considérer le liquide prééjaculatoire comme potentiellement infectant, et donc d’éviter d’exposer les muqueuses à ce liquide dans la pratique du “sexe sûr”46.
On sait maintenant avec certitude que, chez un homme VIH séropositif, le virus est présent non seulement dans le sperme, mais aussi dans les secrétions qui précèdent l’éjaculation, avant que l’érection n’ait permis d’installer le préservatif47.

IV - TAUX D’ECHEC DU PRESERVATIF DANS LA PROTECTION CONTRE LE VIH

Les études sur l’effet protecteur du préservatif contre l’infection à VIH sont particulièrement riches en inconséquences méthodologiques qui rendent bien difficile les comparaisons entre ces études48. Seules certaines de ces études, concernant uniquement les couples VIH-discordant (un des partenaires VIH séropositif, l’autre séronégatif), peuvent être considérées comme conduites de façon scientifique.

A - STATISTIQUES PLUS OU MOINS FIABLES
La première remarque à faire, à propos des préservatifs, est que s’ils confèrent certes une protection contre le VIH, cette protection n’est pas totale. De nombreuses études ont montré que le risque de contract er l’infection à VIH malgré l’utilisation du préservatif masculin peut atteindre 15-16% et ces résultats ne peuvent être ignorés49.
En 1988 E.N.Ngugi et coll. distribuant gratuitement des préservatifs à une population de prostituées à Nairobi, Kenya, observèrent une augmentation consécutive de l’utilisation du préservatif par ces femmes et une diminution parallèle de la seroconversion au VIH dans cette population. Cependant 23 des 50 femmes qui utilisaient le préservatif devinrent malgré tout séropositives50. En 1987, Fischl, étudiant la contamination par le VIH dans les couples séro-discordants utilisant régulièrement le préservatif constata qu’une épouse sur dix devenait infectée par le virus du SIDA (10%)51. En 1988 N.Hearst, dans une étude faite au Californian Center for AIDS prevention, constata un taux de séroconversion de 10% dans un groupe d’homosexuels utilisant le préservatif52. Dans une autre série (J.Goerdent), le chiffre de séroconversion reporté monta à 17% - un pour six -53. En 1989 R.Detels et coll.54 étudiant le taux de séroconversion dans une population de 2915 VIH-séronégatifs hommes homosexuels pratiquant des relations ano-génitales, dans quatre centres du Multicentre AIDS Cohort Studyy (MACS) aux Etats Unis (Balti more, Chicago, Los Angeles, Pittsburg), trouvèrent, au cours des 24 mois de leur étude, une séroconversion chez 232 de ces sujets (taux de conversion de 8%). Ce taux s’élevait à 9.5 lorsque les sujets n’utilisaient pas de préservatifs et avaient plus de neuf partenaires (1587 hommes); il était de 5.96 lorsque les sujets utilisaient périodiquement un préservatif dans leurs rapports; il s’abaissait à 3,32 lorsque le préservatif était toujours utilisé (7 hommes contaminés sur 72). Ainsi le préservatif assurait bien une protection dans cette série, mais cette protection n’était pas complète. St.Moses et coll.55 suivant une cohorte de 1000 prostituées à Nairobi trouvèrent que les femmes qui utilisaient le préservatif voyaient leur risque de séroconversion diminuer par trois, avec aussi une réduction dans l’incidence de la gonorrhée et des autres MST (de 2,86 cas par femme en 1986 à 0,66 cas par femme en 1989). Ces auteurs pensaient que le préservatif prévenait ou au moins retardait l’infection à VIH chez les femmes non infectées, probablement en prévenant les MST. L’utilisation du préservatif diminue en effet les ulcérations génitales, en sorte que l’infectivité des femmes est réduite, même si elles n’utilisent pas toujours le préservatif. Dans une étude faite en Floride 56 sur des couples hétérosexuels utilisant le préservatif on trouva que 17% des partenaires des malades du SIDA furent contaminés par le VIH dans les 18 mois. En 1993 S.Weller57, dans une meta-analyse de 11 publications, donna un taux de protection contre le VIH par le préservatif de 69% (échec dans 31% des cas). S.Weller, dans la même étude, rappela que le même préservatif assurait une protection de 87% contre les grossesses.
R.Gordon, dans une revue de la question58, constate que le préservatif a plus d’échecs vis à vis du VIH que comme contraceptif, et ceci même chez des utilisateurs très motivés et utilisant le préservatif de façon experte. Ceci doit faire considérer, dit-il, le préservatif comme peu efficace pour une protection de longue durée dans le cadre d’un couple discordant. L’auteur conclut que la réduction de risque obtenue par l’usage du préservatif chez un individu donné est inadéquate. Cet auteur trouve en effet un taux d’infection par le VIH chez les personnes utilisant le préservatif allant de 8% à 23%, supérieur au taux d’échec de 10-30% du préservatif pour prévenir les grossesses. Un taux d’infection à VIH allant de 13 à 27% est reporté par April et Schreiner59 dans un autre article de synthèse. Ces auteurs disent qu’ils n’ont pas rencontré de risque de contamination inférieur à 10-20% chez les personnes utilisant le préservatif. Ils concluent que la supposition selon laquelle le préservatif donne une protection fiable contre le VIH est une dangereuse illusion. J.Kelly a récemment rappelé60 que l’usage du préservatif n’assure pas une protection totale aux partenaires sexuels, et que, dans les meilleures statistiques, on en reste à un taux de contamination de 6 pour 100 femmes utilisant au mieux le préservatif.


18.Posté par Josué le 27/03/2009 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bon article qui éclaire un peu plus sur le manque de réflexion de notre société actuelle... A lire et à diffuser !
Titre : "Pas de doute. Cet homme-là, c’est Satan ou l’Antéchrist !"
Lien : www.causeur.fr/et-preserve-nous-du-mal,2135

19.Posté par Josué le 27/03/2009 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rectificatif :
Titre : "Et préserve-nous du mal"
Sous-titre : "Le monde s’est inventé un nouveau grand Satan tout blanc"
Le sous-titre explique bien l'article...

20.Posté par Les culs de pyramide le 31/03/2009 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rien ne sert de discourir il faut argumenter à point: le responsable du SIDA n' a toujours pas à ce jour été identifié, rien ne prouve donc qu' il s' agisse de Benoit XVI !

Les documents scientifiques associant le VIH au SIDA en 1984 sont des faux

(article de D. Gutierrez reproduit et commenté le 07/03/2009 sur Alterinfo)

J' espère que knossos ne m' en voudra pas si je cite un extrait de ses excellents commentaires:

Vous oubliez que le sida est un syndrome et pas une maladie. Si vous avez un cancer des poumons, un mélanome, un lymphome, un cancer des os et que vous mourrez, vous serez mort de ces maladies. Mais si on vous a décrété séro positif et que vous mourrez dans la suite de ces mêmes maladies, en réalité on dira que vous êtes mort du sida. Quand à ces images de personnes amaigries sans cheveux etc, ce sont les mêmes apparences que quelqu'un qui est "traité" pour un cancer ( effet de la chimio officiellement toxique, dont l'AZT hypertoxique, poison sur ordonnance selon le Pr Duesberg)

21.Posté par quadflieg le 30/04/2009 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dire que le préservatif est efficace à X % c'est prétendre qu'il a un défaut.
Or S'il est bien mis, c'est-à-dire :
avec la bonne taille
sans déchirer l'emballage inconsidérément
sans le manipuler avec doigts sales
sans le contaminer par des doigts ou des parties corporelles non exempts de trace de sperme ou autre liquide pré-éjaculatoir
en pressant le petit vase d'expansion avant de l'enfiler
en s'en servant dans les minutes qui suivent sa mise en place (pas trois heures après quoi!)
sans le déchirer lors des préliminaires amoureux
en employant des préservatif sans gel uniquement pour les rapports bucco-génitaux (une pipe pour ceux qui font semblant de ne pas comprendre)
en employant des préservatifs plus résistants (épaisseur) pour la sodomie
en expliquant à ses enfants tout ceci AVANT et non après leurs premiers rapports
Il est efficace à 100 %

Amenuiser ce pourcentage sans préciser est aussi débile que de dire qu'un plâtre n'aide pas à réduire les fractures sous prétexte que certains mettent des plâtres de travers ou sur des entorses.
Parce que si je me mets une aspirine dans l'oreille je ne calmerai pas ma céphalée.

L’emploi du préservatif doit donc être précédé d’une explication, tout comme l’emploi du casque, que l’on doit porter avec sa jugulaire mise en place !

Que le latex soit poreux est une chose (tous système moléculaire ou atomique, toute la matière l’est ! On le sais depuis la découverte de la radioactivité)
Que, pour les préservatifs, cette porosité soit suffisamment faible pour stopper le virus ou une charge virale nécessaire à la contamination est une chose tout aussi certaine.

Souvenez-vous que les murs des centrales nucléaires sont aussi poreux, mais leur construction garantit la sécurité. Idem pour la capote.


De plus j'entends certains idiots (et non des moindres) qui prétendent que plus on distribue des préservatifs plus le SIDA gagne...
Ces gens interprètent des chiffres sans aller voir le contenu.

A ce tarif là je peux vous dire la chose suivante

« Partout là où on renforce les contrôles routiers, on constate les taux d’accidents les plus élevés ! »
Si on ne vous explique pas que c’est lorsque les taux sont élevés que l’on renforce ces contrôles, vous trouverez des ramollis du bulbe tout prés à vous dire que les contrôles aggravent la sécurité routière.

J’en ai même vu un dernièrement à la télévision, il prenait l’avion pour l’Afrique.


Enfin
Messieurs et mesdames des religions,
Les dogmes sont les caractéristiques des religions.
Le propre des religions est donc basé sur l’ignorance,
Mais le droit à croire en ces derniers est une liberté.

Mais
Quiconque déclare, avec autorité … urbi et orbi,
En contradiction avec la médecine,
Que distribuer des capotes aggrave le SIDA
Commet un exercice illégal de la médecine.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires