Géopolitique et stratégie

POURQUOI, CETTE ALLIANCE DE CIRCONSTANCE ET « CONTRE NATURE » ENTRE JUIFS ET INTÉGRISME FÉMINISTE?


Dans la même rubrique:
< >


Jean Pierre Aussant
Mercredi 16 Novembre 2016

POURQUOI, CETTE ALLIANCE DE CIRCONSTANCE ET « CONTRE NATURE » ENTRE JUIFS ET INTÉGRISME FÉMINISTE?
(Extrait du « complot inconscient », génocide participatif du sexe masculin.) http://www.edilivre.com/le-complot-inconscient-jean-pierre-aussant.html

Exode 20.13 « tu ne tueras pas »
Gen 2 :24 « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »
Ces deux commandements issus de la Torah condamnent implicitement mais clairement les deux préceptes fondamentaux du féminisme que sont l’avortement et la légalisation du mariage homosexuel. Sur le « papier », en l’occurrence pas n’importe quel papier puisqu’il s’agit ici de la Bible hébraïque (Ancien Testament pour les chrétiens), les juifs condamnent au moins autant que les catholiques la culture de mort. Pourquoi donc cette bonne entente entre juifs et féministes ?
Certes, le drame de la Shoa explique en partie qu’il est, à juste titre, plus difficile de critiquer ce peuple qu’un autre. Les féministes n’échappent sans doute pas à la règle, elles aussi sont tenues à un devoir de réserve quant aux enfants d’Israël qui ont tellement soufferts pendant la dernière guerre. La vraie question n’est donc pas de savoir pourquoi les féministes ménagent les juifs mais plutôt pourquoi les juifs (y compris beaucoup de rabbins) ménagent les féministes, voire s’associent avec elles. C’est que les féministes, pour imposer leur culture de mort, ont besoin de « déconstruire » les cultures nationales. C’est exactement cette idée qui, d’une façon plus ou moins inconsciente et inavouée, séduit certains juifs. Cela, au fond, est logique et on ne peut pas vraiment leur lancer la pierre. En effet, l’histoire du peuple juif est une histoire parsemée de souffrance liée à sa diaspora. Le juif a toujours souffert dans les nations et à cause des nations. Cela a commencé quasiment dès le début de son histoire avec l’exil en Égypte. Il y a- et c’est compréhensible- une sorte de méfiance réflexive et viscérale des juifs à l’endroit des nations constituées. Puisque le juif souffre dans la nation qui souvent le persécute, il convient donc de diluer celle-ci pour ne plus souffrir. C’est fondamentalement pour cette raison que le juif répond souvent aux sirènes de la « déconstruction » nationale (entretenant d’ailleurs ainsi l’antisémitisme des populations autochtones dans une espèce de cercle vicieux), soit comme dans le passé et traditionnellement en adhérent à des loges maçonniques, soit comme plus récemment en s’unissant aux forces du politiquement correct féministes, voire en soutenant les lobbies gays. Certes, considérant d’une part que le judaïsme est la mère des religions monothéistes et que d’autre part, tant la franc-maçonnerie que le féminisme, se proposent justement de vouloir les extirper de l’humanité, cela, bien évidemment, peut paraître paradoxal. C’est qu’imprégné de sa souffrance historique « d’exilé » entre les nations et en prime ayant dans sa mémoire immédiate cette rupture civilisationnelle qu’aura été Auschwitz, le juif considère que le risque de se faire anéantir par ses alliés, certes « contre nature » et de circonstance (franc-maçonnerie et féminisme), est tout de même moindre que celui de se faire exterminer par les nations. Entre deux maux, il essaye de choisir le moindre. Ce choix est faux mais on peut le comprendre. Le peuple d’Israël est hanté par la proximité d’Auschwitz (70 ans est un petit instant au regard de l’histoire) mais il n’a pas encore l’expérience, il n’a pas encore en mémoire les tribulations à venir qui lui seront imposées par les forces sataniques de la culture de mort, qui tôt ou tard, après avoir éradiqué en grande partie les deux autre religions monothéistes (christianisme et islam) se retourneront contre lui. Dans cet esprit, il n’est pas faux de dire que les juifs se trompent d’alliés et scient la branche sur laquelle ils sont assis.
Cette idée qui consiste à croire que toute nation homogène et chrétienne contient en elle les germes de l’anéantissement des juifs, est fausse. Le nazisme, au fond, était en partie fondé sur les délires du racisme « scientifique », issu de la déesse « raison » des lumières « débarrassée » de l’obscurantisme religieux (sic) et non pas, pour condamnable qu’il soit, sur l'antijudaïsme chrétien. C'est pour cette raison que les nazis n'ont jamais demandé aux juifs de se convertir. Les juifs ont été exterminés pour des raisons racistes et non pas religieuses de même d'ailleurs que les tziganes qui eux pourtant n'étaient pas juifs mais chrétiens! Il apparaît d'ailleurs clairement dans « Mein Kampf » qu'Hitler était certes vaguement déiste mais en aucun cas chrétien. Il n'y avait pour lui aucune religion révélée et son « déisme » était en fait une espèce de sublimation de la nature, une espèce de darwinisme à la sauce "spirituelle". Cela n'allait pas plus loin. Il en a fallu, d’ailleurs, de très peu pour que les catholiques du troisième Reich (qu’on appelait souvent « juif-catholique ») se fassent massacrer aussi. Le lendemain de la nuit de cristal (Reichkristallnacht) les nazis ont dit : « après les juifs, maintenant c'est au tour des amis des juifs » (Judenfreunde). Et les amis des juifs, c'était pour les nazis, les catholiques. Étrangement, ces évènements ne sont pas beaucoup repris par les historiens. Au-delà des historiographies mensongères d’après-guerre dont le seul but est de discréditer l’Église, nous savons que c’était justement les jeunes des mouvements catholiques qui rechignaient le plus à accepter l’appellation de jeunesse hitlérienne « Hitlerjugend » (Sophie Scholl-Barbara Leisner-déjà cité). Même si cela ne fait pas plaisir à entendre dans notre monde de la pensée unique, les catholiques en Allemagne nazie, n’avaient pas la « cote ». Ce n’est pas un hasard s’il y avait dans le sinistre camp de concentration de Dachau des baraquements réservés uniquement aux prêtres. Des milliers y ont été exterminés pour faits de résistance au régime. On ne trouve pas l’équivalent pour les pasteurs protestants. Tiens, bizarre, cela non plus n’est pas très connu…




Mercredi 16 Novembre 2016


Commentaires

1.Posté par Karim le 16/11/2016 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Juifs n’ont souffert que dans les Nations Chrétiennes, à cause de la haine héréditaire qu’ils portent au Christ. Les juifs supportent toutes les sévices, se font petits et résistent. Rester parmi les populations chrétiennes qui leurs ont donné asile, n’était pas motivé uniquement par l’usure et l’enrichissement, mais pour un but bien déterminé, celui de faire disparaitre la religion chrétienne et d’asservir les Chrétiens. Ne pouvant détruire les sociétés chrétiennes physiquement, pour prendre leur revanche, les Juifs les détruisent moralement, en menant une guerre longue, silencieuse et pernicieuse, en leurs faisant avaler des théories, inventées par leurs penseurs que sont Marx, Freud, Durkheim, Wilhelm Reich, Herbert Marcuse…, et que continuent aujourd’hui encore les penseurs juifs contemporains. Les remparts de la société que sont la religion et la famille sont ainsi détruits. La culture chrétienne est polluée. La subversion morale est totale. « Là où le veau d’or sera roi, un peuple sans morale tu auras » Les peuples ne vivent alors que pour le plaisir et la consommation et deviennent ainsi une proie facile pour leurs prédateurs qui les maintiennent dans l’ignorance, car l’Occident ne s’aperçoit même pas de cette défaite humiliante. Obnubilé par son progrès, aveuglé par son orgueil et par son arrogance, il se croit toujours donneur de leçons au reste du monde, sans se rendre compte qu’il est au service de satan

2.Posté par Depositaire le 16/11/2016 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A dire vrai, cet article présente quand même quelques exagérations. A l'en croire, les juifs ont durant toute leur existence été persécutés par les peuples et nations où ils ont vécus.

La réalité est à la fois plus complexe et plus simple.

La première chose à se demander, est la suivante. Pourquoi ont-ils été persécutés ? A cause du crime de "déicide" contre Jésus ? Il ne faut rien exagérer. Il y a certes eu, ici ou là des persécutions ponctuelles contre des juifs par des fanatiques à cause de ce prétexte, mais globalement, les juifs ont toujours très bien vécus en Europe.

Mais ici, il faut quand même distinguer plusieurs choses.

Les juifs européens ne sont pas et n'ont jamais été des sémites descendants des peuples du Moyen Orient qui ont vécu dans l'antiquité il y a des milliers d'années. Ces derniers sont surtout les palestiniens. Les juifs européens sont les descendants directs des population germaniques et turco slaves issus de l'ancien empire Khazar dont l'empereur pour des raisons strictement politiques, pour ne dépendre ni de l’Église de Rome, ni de l'Islam s'est converti au Judaïsme talmudique et a imposé cette conversion à son peuple.

A la disparition de cet empire qui s'étendant en Europe de l'est et dans les Balkans, les peuples ont commencé à émigrer vers l'ouest et beaucoup se sont établis en Allemagne. La persécution faite par Hitler et les nazis contre eux, au départ n'avait rien à voir avec une question de racisme, d'ailleurs, c'est oublier un peu vite que les juifs ne constituent et n'ont jamais constitué de "race". Si tant est-ce que le concept de "race" soit réellement fondé.

Cette persécution a été motivée à cause des exactions que les juifs commettaient en Allemagne en agissant pour pervertir moralement la jeunesse avec des livres et projections à caractère pornographique, en imposant des taux usuriers dans le prêt d'argent, etc. Cela a irrité Hitler qui voulait justement lancer son concept de "race pure" germanique et faire de la jeunesse allemande un modèle pour les peuples. Concept tout aussi absurde, mais en radicale opposition avec ce que les juifs influents en Allemagne cherchaient à imposer.

L'histoire est bien plus complexe que ce que le sionistes avec leur propagande mensongère cherchent à répandre un peu partout dans le monde.

Toute l'histoire sur les juifs depuis au moins le début du siècle dernier, serait à revoir et à réécrire sans qu'il y ait une influence sioniste qui interfère. Y compris la fameuse "shoah" qui craque de toutes parts. Il y a de plus en plus d'informations qui font surface qui démontrent que c'est un mythe inventé pour justifier la création d'israël en Palestine.

Cela ne signifie nullement que l'intégralité des juifs vivant dans le monde sont des individus crapuleux, Dieu merci, ce n'est pas le cas et il s'agit surtout d'une minorité , mais une minorité très influente et très riche. Ceci explique cela.

Mais si on va au fond des choses, il faudrait clairement définir le sens du mot "juif". Est-ce l'appartenance à un peuple ? Mais même si certains peuples se sont convertis au Judaïsme, comme ceux de l'ancien empire Khazar en Europe de l'est ou certains peuples berbères d'Afrique du nord un peu plus tôt dans le temps, cela n'a rien à voir avec un peuple spécifique. Alors une race ? Mais il est très facile de démontrer que le concept de "race juive" est non seulement un non sens, mais n'a jamais existé. En fait, on peut dire qu'un juif, dans son principe, est celui qui pratique le Judaïsme ou, à tout le moins, qui s'y réfère.

D'évidence, l'auteur de l'article s'appuie un peu trop sur la propagande sioniste sur cette histoire du "peuple juif" persécuté à travers les siècles.

De même sa conception de l'Islam par bien des côtés est assez fantaisiste.

Le féminisme comme bien d'autres mouvements, n'est qu'un symptôme du déséquilibre de nos sociétés désacralisées. Il n'est pas un problème en soi. Vouloir traiter le symptôme au lieu de traiter la cause est une perte de temps.

Il faut revenir à la vérité fondamentale sur tous ces événements, ce qui implique une recherche exhaustive en la matière, et ensuite revenir aux valeurs fondamentales de l'humanité : Spirituelles, d'ouverture à "l'autre", de bien vivre ensemble, d'éducation d'éveil à l'universel, d'enseigner à nos enfants que nous sommes les héritiers de toutes les cultures, donc cesser de fermer et se se fermer à autrui parce que différent.

3.Posté par Saber le 16/11/2016 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Karim est très généreux.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires