Conspiration

POUR L’ANCIEN PRESIDENT JIMMY CARTER, LES ETATS-UNIS SONT A L’ORIGINE DU COUP D’ETAT CONTRE CHAVEZ EN 2002



Mercredi 25 Novembre 2009

POUR L’ANCIEN PRESIDENT JIMMY CARTER, LES ETATS-UNIS SONT A L’ORIGINE DU COUP D’ETAT CONTRE CHAVEZ EN 2002
L’ancien président américain, Jimmy Carter, a déclaré ne pas avoir de doutes sur le fait que le gouvernement de son pays a été impliqué dans le coup d’état perpétré au Vénézuela en avril 2002.

Dans un entretien accordé au quotidien colombien El Tiempo, Carter a soutenu que la réclamation permanente de Chávez vers l’ex-président des États-Unis, George W. Bush est légitime, et de signaler que l’administration Bush avait, au moins, une pleine connaissance des plans des putschistes au Vénézuela.

“Je crois qu’il n’y a pas d’aucun doute qu’en 2002, les États-Unis eussent au moins une pleine connaissance ou ont pu être impliqué directement dans le coup d’Etat. De telle manière qu’il (Chávez) a une réclamation légitime contre les États-Unis”, a dit Carter, Prix Nobel de la Paix en 2002.

Il a assuré que, grâce à la participation du Centre Carter, qu’il dirige, dans les processus électoraux réalisé au Vénézuela, il a pu remarquer que les résultats électoraux qui ont maintenu Chávez à la tête de la présidence du pays ont reflété la volonté populaire.“Le Centre Carter a été impliqué dans quatre ou cinq élections, certains d’entre lesquelles ont été très compliquées. Il dirait que chaque résultat électoral a été basiquement compatible avec la volonté du peuple. Ainsi je l’ai vu d’une manière presque consistante dans le passé”.

“Chávez est sorti en avant dans une élection honnête avec presque 60 ó 62 % des votes”, a-t-il ajouté.

Le 11 avril 2002 un coup d’État a été lancé contre le président vénézuélien, Hugo Chávez, qui l’a écarté du pouvoir pour seulement 48 heures. Son retour a été la conséquence de la réaction populaire dans les rues qui a repoussée le gouvernement de fait installé dans ce pays, en plus de l’action de militaires loyalistes de l’armée du Vénézuela.

Durant la présidence Bush, les États-Unis n’ont jamais condamné le coup d’État contre Chávez au Vénézuela, malgré le caractère démocratique de son gouvernement légitime.

De plus, Carter a assuré que le président colombien, Álvaro Uribe, a échoué après avoir refusé d’expliquer devant l’UNASUR les détails de l’accord militaire que son pays a signé avec les États-Unis, qui permettra l’installation en Colombie de 7 bases militaires américaines.

Dans ce sens, il a considéré que le gouvernement colombien irait beaucoup mieux s’il avait donné les explications avant l’annonce de l’accord. Accord qui a été dénoncé par les gouvernements de l’Amérique du Sud devant la possibilité que cela ne devienne une menace américaine pour la région.

Carter, qui a été président entre 1977 et 1981, a assuré que “c’aurait été normal de supposer que, à cause de la longue histoire d’interventions des États-Unis dans la région, le sujet soit très sensible”.

“Dans les pays caribéens, au Nicaragua et dans d’autres endroits par le passé, les leaders américains ont envoyé les soldats d’infanterie navale pour défendre des dictatures qui auraient été renversées par la population locale. C’est pourquoi l’intervention a eu mauvaise presse et je crois que le président Uribe s’est rendu compte de cela un peu tard”, a-t-il remarqué.

NDT : Dans l’article de El Tiempo, Carter est plus mitigé dans ses propos par rapport au Vénézuela, il se déclare déçu par la dérive autoritaire de Chávez de part sa main-mise sur l’ensemble des postes clefs du pouvoir. Il indique aussi que si Chávez n’était pas aussi vitupérant cela irait beaucoup mieux.

Par contre il appuie bien sur le fait que le Vénézuela n’est pas le pire pays d’Amérique Latine comme cela est décrit auprès des populations des Etats-Unis ou d’Europe, et qu’il y a pas mal de choses mises en place par le pouvoir vénézuelien qui sont positives.

Sources : Telesur / MFD http://www.telesurtv.net/noticias/secciones/nota/58016-NN/carter-asegura-no-tener-dudas-sobre-participacion-de-eeuu-en-golpe-de-estado-en-venezuela/



El Tiempo http://www.eltiempo.com/mundo/euycanada/ex-presidente-estadounidense-jimmy-carter-lamenta-el-rumbo-adoptado-por-hugo-chavez-en-venezuela_6151627-1


Traduction : Renaud
http://www.primitivi.org/spip.php?auteur2
http://libertesinternets.wordpress.com






Mercredi 25 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Chaibane le 25/11/2009 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'ancien président des Etats-Unis ,Jimmy Carter a dressé un portait laudateur de Chavez. C'est un jour triste pour les hommes épris de liberté. Les pays producteurs de pétrole continuent d'être les centres de décision de la planète. Certains économistes ont pourtant affirmé que la récession a fait glissé les centres de gravité en Chine et aux Indes. Je découvre que cette analyse ne correspond pas encore à la réalité. En écrivant ce commentaire , je n'ai pas cessé de penser à Eretz Israël ,un petit pays démocratique cerné de toute part devant l'indifférence de Jimmy Carter et d'autres hommes politiques qui en faisant les louanges du pouvoir aux Vénézuela n'ont jamais pu évoquer les relations contre nature entre le Vénézuela et L'Iran. Deux pays immensément riches qui menacent ouvertement Jérusalem et le peuple juif de destruction. Mostafa Chaibane

2.Posté par H@ST21 le 25/11/2009 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

POST1 @ ISRAEL, UN PETIT PAYS DEMOCRATIQUE CERNE PAR LES MECHANTS QUI VEULENT DETRUIRE LE PEUPLE JUIF....ALTERINFO DEVRAIT INTERDIRE LES COMMENTAIRES DES ENFANTS DE MOINS DE 7 ANS..

3.Posté par Larguet le 26/11/2009 06:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Etats-Unis et Israël deux pays qui ont des comportements similaires. Leurs adversaires sont toujours liquidés et les pays ou régimes qui ne leurs plaisent pas sont attaqués diffamés et font l’objet de manipulations mensongères. Et ceci sous les hourras belliqueux et mesquins des pays Européens. Et dire que tout ce beau monde se dit pays de la démocratie et de la liberté. Et dire que les prix Nobel de la paix sont attribués à des dirigeants de ces mêmes pays qui sont à l’origine des massacres, assassinats et guerres à travers le monde. Ces organisations chargées d’attribuer ces prix doivent revoir leurs méthodes et critères de sélection, Nobel ne mérite pas une telle infamie après sa mort, c’est une insulte à sa mémoire que de voir son nom couronner les œuvres de criminels. Quand à Chavez, il sera et restera l’os qui sera à travers de leur gosier. Tant que les responsables des USA continuerons à diriger et gouverner dans le monde de la sorte, tant que la majorité des habitants de ce monde qu’ils maltraitent et méprisent continueront à les vomir. A bon entendeur salut.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires