MONDE

Operation mains propres en Côte d'Ivoire: le retour de l'Etat de droit ou operation cosmetique



contact@mlan.fr
Lundi 30 Juin 2008

Décidément, la Côte d’ivoire reste l’un des pays africains aux actualités brûlantes. La dernière en date concerne l’opération mains propres initiée par le président Laurent Gbagbo. Cette opération qui se résume à de nombreuses arrestations des auteurs présumés des détournements de fonds de la filière café cacao. Pour le Mouvement de Libération de l’Afrique Noire (MLAN), le cas ivoirien intéresse la jeunesse populaire africaine au moins pour deux raisons. Premièrement, le pays est longtemps resté la vitrine de l’Afrique de l’Ouest et une chasse gardée française. Deuxièmement, depuis 2000, le pays a un président qui selon ses dires, partage nos valeurs, c’est-à-dire redonner aux africains la fierté d’être noirs et amorcer une véritable indépendance. Pourtant, ces dernières années, la Côte d’ivoire est devenue l’un des pays africains le plus corrompus. L’enrichissement illicite est devenu la règle et la saine gestion une exception. Le point d’orgue a même été atteint avec le déversement des déchets toxiques pour des billets de CFA. Vous imaginez chers lecteurs notre étonnement face à ce revirement encourageant certes mais soupçonneux. La présente réflexion essaie de comprendre si le retour de l’Etat de droit est effectif dans ce pays ou c’est juste une opération électorale.

Le fouet dans la cour ou l’opération mains propres

Après s’être débarrassé de son ex directeur de protocole, Son Excellence Allou Wanyou Eugène, ce sont les responsables de la filière café cacao qui font les frais du « moteur diesel » très remonté. Pour comprendre, rappelons qu’au lendemain des indépendances, les caisses de stabilisations ont été crées dans presque tous les pays africains. Mais à la faveur des ajustements structurels, ces caisses ont été liquidées ou remplacées par d’autres structures. C’est le cas de la Côte d’ivoire où la CAISTAB a été remplacée par de nombreuses structures dont la BCC (Bourse du café et cacao), Fonds de Développement pour la promotion des activités des producteurs café- cacao (FDPCC), A.R.C.C( Autorité de Régulation du Café Cacao) société d’Etat chargée de la régulation administrative, F.G.C.C. Fonds de Garantie des Coopératives Café/Cacao, F.R.C. Fonds de Régulation et de Contrôle. Ce sont donc les responsables de certaines structures qui sont aujourd’hui mis au banc des accusés. Il s’agit Pêle-mêle, de Tapé Do Lucien, Amouzou, Théophile Kouassi, Angeline Kili, Firmin Kouakou, Tano Kassi, Kouassi Tohouri Prospère Mmes Dago Sophie-Laure et Obogui, née Houssou Amenan Rosine, tous des barons de la filière de la filière café-cacao. Ils y ont été déférés par le juge d’instruction Gadji Gnakalé Joachim qui les a placés sous mandat de dépôt. Les chefs d`accusation qui sont retenus contre eux sont, entre autres, abus de biens sociaux, faux et usages de faux, utilisations illicites de ressources communes, etc. Ces arrestations de ces présumés délinquants économiques laissent croire à un retour de l’Etat de droit dans un pays où il suffit d’arpenter les couloirs des hauts lieux pour devenir riches. Lato sensu, l'Etat de Droit, avec des majuscules, quand à lui est au minimum un système institutionnel dans lequel les administrations publiques sont soumises au droit, et ou, la légitimité du droit a administrer pour le prince provient d'un contrat ou d'un ensemble de texte statutaire dûment validé par la population, a ce titre l'Etat de Droit est l'ensemble des administrations d'Etat légitime devant une population et ayant force droit sur un territoire dûment délimité. Et aujourd’hui ce que font les juges ivoiriens ou du moins la justice ivoirienne sonne comme le retour de cet Etat de droit car en pratique, le principe de l'État de droit suppose l'existence de juridictions indépendantes, compétentes pour trancher les conflits entre les différentes personnes juridiques en appliquant à la fois le principe de légalité, qui découle de l'existence de la hiérarchie des normes, et le principe d'égalité, qui s'oppose à tout traitement différencié des personnes juridiques. Le MLAN soutient de telles actions et souhaite que cela ne se limite pas seulement à cette filière mais à tous ceux qui ont en charges la gestion des deniers publics.


L’ombre d’une opération cosmétique

Habitué à l’incohérence temporelle des hommes politiques qui à l’approche des élections font ce qu’ils n’ont jamais fait auparavant, faut-il croire à la sincérité d’un médecin qui laisse se propager un virus pour vouloir le soigner après ? bien sur que non, c’est là nos inquiétudes. Comment comprendre que les auteurs des déchets toxiques qui ont fait plusieurs morts ont été mis en liberté et même réhabilités dans leur fonction. Dans une république ou du moins dans un Etat de droit, le droit est opposable et applicable à tous, pourquoi donc ce traitement différencié ? Quel est cette justice au comportement caméléonesque ? Pour que cette opération ait une crédibilité, il faudra laisser la justice dire le droit afin que ceux qui ont le privilège de servir leur peuple ne confondent pas la caisse et leurs poches. Il est difficile d’accorder plus de crédit qu’il en faut à cette opération au regard du mutisme des autorités ivoiriennes vis-à-vis des habitudes dont on a point connu sous les autres mandatures. Des dignitaires du pouvoir qui se sont enrichis au vu et au su de tous en si peu de temps. Le cri d’alarme du professeur Mamadou Koulibaly n’a même pas ébranlé les fondamentaux de ces demeurés de la république. A quelques coudées des élections, cette opération mains propres ressemble plus à une opération de charme. Mais les africains ne sont pas dupes et nous invitons les ivoiriens à exiger des sanctions et des coupables surtout les vrais car il ne suffira pas de trouver des boucs émissaires et laisser en liberté les vrais voleurs. Ce serait une injure aux pauvres paysans qui sous le soleil douloureux, à la cadence de la daba et de la machette, travaillent pour leur survie.
Dans sa parution du 27 juin 2008, le journal le patriote faisait état de la prudence de certains ivoiriens quant à l’issu de cette affaire. Le souhait du peuple ivoirien, c’est qu’elle aille plus loin et que rien n’entrave sa mise en œuvre. «Que ça ne soit pas de la poudre aux yeux du peuple»

La justice ivoirienne sur le perron de l’histoire


Dans le dossier sur le Café-Cacao, la justice ivoirienne a un coup à jouer. Celui de sa réhabilitation. Depuis la mise sous les verrous des barrons de la filière Café-Cacao, ils sont nombreux les ennemis de cette opération main propre qui doutent de la capacité de la justice ivoirienne à faire triompher le droit. La justice ivoirienne a une occasion de réenchanter le regard que l’on a d’elle depuis quelques années, une justice boiteuse, partisane et incapable de prendre des initiatives comme la mise en examen des personnes soupçonnées de fraude. Dans cette affaire infecte, le président du Conseil économique et social (CES), Laurent Dona Fologo, dont les propos sont repris vendredi 27 juin 2008, par le quotidien gouvernemental Fraternité Matin, disait "qu’il est important que cette opération aille jusqu’au bout. (...) L`heure de l`impunité est terminée". Le MLAN souhaite vivement que ceux qui, face à l’argent, manifestent le reflexe de Pavlov, avec une envie effrénée de piller ce qui ne leur appartient pas, soient traités à la mesure des sommes volées. Nul n’est au dessus de la loi, et la justice ivoirienne doit donner un signal fort à ceux qui sont habitués à la république des « protégés ». Dura lex sed lex (La loi est dure mais c'est la loi). Il est temps de frapper le bois vert pour donner une leçon au bois sec. Faisons en sorte chers frères ivoiriens que la vérité ne trébuche point à la place publique.

Que la justice de Dieu se manifeste !
Vive la Nouvelle Côte d’Ivoire !

Le président du MLAN
Prao Yao Séraphin
www.mlan.fr
contact@mlan.fr



Lundi 30 Juin 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires