Politique Nationale/Internationale

Opacification, une vraie stratégie face à l'Iran et la Syrie?



Dimanche 30 Novembre 2008

Opacification, une vraie stratégie face à l'Iran et la Syrie?
Alors que les Etats-Unis et leurs alliés continuent à mettre en cause la probité nucléaire de l'Iran et ce, sans s'appuyer sur aucune preuve digne de ce nom, un nouveau front vient d'être ouvert, cette fois, contre la Syrie. La méthode semble être le même : "complication et opacification gratuite".

La session saisonnière du Conseil des Gouverneurs de l'AIEA, tenue samedi à Vienne, a été marquée par les déclarations pour le moins surprenantes de Mohamad El Baradai lequel a qualifié d'obstacle à la conclusion de son enquête sur le cas syrien, la disparition des images satellites appartenant au site nucléaire de la Syrie. Sans daigner d'expliquer les raisons de cette mystérieuse disparition, M. le directeur s'est contenté seulement de regretter "la perte" et d'estimer que lui et son organisme s'en ressentaient particulièrement "inquiets".

David Albright, président d'un institut de recherche sécuritaire basé à Washington et à l'origine de la fuite des informations concernant ces images satellites cultive, lui, moins de mystère : " Les Américains et les Israéliens ont tout fait pour maintenir un black-out total sur la nature des activités nucléaires syriennes, le degrés de leur avancement. Avec cette disparition, il est désormais quasi impossible de savoir où en sont les Syriens dans leur programme nucléaire et même où se situe exactement ce site tant controversé ".

Assaillie par les journalistes, Melissa Fleming, Porte-parole de l'AIEA a tenté de fournir quelques explications mais là aussi, les lacunes sont si béantes que personne ne la croit. En réalité, Washington et Tel-Aviv perpétuent face à la Syrie ce qui semble s'ériger en une néfaste tradition et qui consiste à accuser la partie adverse d'avoir développé un programme nucléaire qui "manque de transparence" et qui demande à être "inspecté par l'Agence". Un moyen, soi-disant, destiné à percer les secrets militaires de l'ennemi, à lancer la balle dans son terrain, à le placer en ligne de mire.

Ce scénario se joue d'ailleurs depuis 5 ans dans un autre dossier, celui de l'Iran. Voici un pays dont les activités nucléaires, de l'aveu de l'AIEA, sont exemptes de toutes les ambiguïtés possibles et imaginables ; un pays que les Américains et les Sionistes accusent à tors et à travers sans que jamais une quelconque preuve vienne étayer leurs accusations. La dernière invention en ce sens est les fameuses "études présumées" qui ne visent qu'à embrouiller la situation et à en bloquer toutes les issues logiques et rationnelles.

Les interférences de Washington et de certaines capitales occidentales se multiplient pour ternir le climat des pourparlers et pousser l'AIEA à exiger des inspections illégales sur les sites nucléaires iraniens. L'Iran, par la voix de son représentant auprès de l'AIEA, ne cesse de réclamer les preuves concernant la véracité des "études présumées", et l'Amérique refuse d'obtempérer pour la simple et bonne raison qu'elle formule des accusations purement "imaginaires". Ces "prétendues études" n'ont aucun fondement et elle ne vise qu'à dévier les débats de leur trajectoire.

Bref, la diabolisation de l'Iran continue, celle de la Syrie entre dans les premières phases de sa gestation et tout ceci parce que les grandes puissances ne tolèrent pas que les pays musulmans sortent la tête de l'eau et qu'ils voient enfin le bout du tunnel de leurs retards en matière technique et scientifique!

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 30 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par tonton le 30/11/2008 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'article dit à la fin "les grandes puissances ne tolèrent pas que les pays musulmans sortent la tête de l'eau et qu'ils voient enfin le bout du tunnel de leurs retards en matière technique et scientifique!"
Mais il serait bon de savoir si le retard scientifique est réel...je parlerai plutôt d'organisation de ce retard dans les pays concernés.

En effet, nombre de chercheurs et de scientifiques viennent de ces pays. Simplement, le manque de financement (organisé par on sait qui) et les déstabilisations acharnés et mené depuis plusieurs décennie on mené à ce constat.

La Syrie serait-elle plus facile à maîtriser que l'Iran ? Auquel cas on comprendrait pourquoi on dévierait sur ce pays...

2.Posté par Aigle le 30/11/2008 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OUI Tonton tu as mille fois raison la bonne question est celle de savoir .....pourquoi "l'organisation de ce RETARD dans les pays arabes " ?? Des centaines de scientifiques /chercheurs irakiens et palestiniens ont été executé depuis les annees 2000 et les Medias ne veulent pas en parler .....Quant au traitement reservé à la Syrie et à l'Iran il n' a rien d'etonnant puiqsqu'il est dans la logique du " Choc des civilisations " qui est et sera la constante de toutes les actions des Dirigeants Occidentaux infeodés au sionistonazis ....

3.Posté par soravardi le 30/11/2008 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ajouterais concernant la syrie qui est maintenant a son tour accusé a tord de dissimuler une industrie militaire que baradei avait conclu qu'il en était rien

La réalité c'est que le fiston Assad n'a pas envie de reproduire la même connerie que son pére qui a autorisé les américains a utiliser son sol pour bombarder l'IRAK en 90 en échange certainement d'un retrait du golan

Rien a changer depuis ce temps ou est le retrait du golan? ou est le l'état palestinien ?

Si l'Irak signe cet accord avec les états unis,elle deviendra par la même occasion une nouvelle base américaine .

4.Posté par Ecossais le 30/11/2008 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les avis convergent plus ou moins. Les néo-cons n'hésiteront pas à provoquer un nouveau Pearl-Harbor (tout était programmé, comme pour le 11/9) pour pouvoir mettre la main sur toutes les énergies de la planète.
Et il m'est avis que, derrière les attentats en Inde, on trouve sans doute possible, la griffe de la CIA et du Mossad, grands bailleurs de fonds du Pakistan, entre autres.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires