ANALYSES

On ne déconstruit pas le mensonge comme on entre dans un bordel mexicain


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »



redaction@mecanopolis.org
Dimanche 24 Mai 2009

On ne déconstruit pas le mensonge comme on entre dans un bordel mexicain

Mecanopolis

« On a, dit Nietzsche, imaginé par un mensonge le monde idéal, on a enlevé à la réalité sa valeur, sa signification, sa véracité. Le mensonge de l'idéal a été jusqu'à présent la malédiction suspendue au-dessus de la réalité. L'humanité elle-même, à force de se pénétrer de ce mensonge a été faussée et falsifiée jusque dans ses instincts les plus profonds, jusqu'à l'adoration des valeurs opposées à celles qui garantissaient le développement, le présent en devenir. »

Qu'est-ce donc le mensonge de l'idéal sinon la vérité du pouvoir ? Quand le vol a besoin d'assises légales, quand l'autorité se couvre de l'intérêt général pour s'exercer impunément à des fins privées, comment voudrait-on que le mensonge ne fascine pas les esprits, ne les plies à ses lois jusqu'à faire de ce pli comme une disposition naturelle de l'homme ?

Il est vrai que l'homme ment parce que, dans un monde régi par le mensonge, il ne lui est pas possible d'agir autrement ; il est lui-même mensonge, lié par son propre mensonge.

Cependant, personne ne reste grimaçant vingt-quatre heures sur vingt-quatre sous le poids de l'inauthentique. Même chez les imbéciles les plus radicaux - toutes espèces confondues - le mensonge porte en soi la lumière qui le fait transparaître : il est peu d'aliénation qui ne se brisent, l'espace d'un instant, sur leur désaveu subjectif. Personne n'est tout à fait dupe de ce qui le détruit, pas plus que les mots n'obéissent tout à fait au pouvoir.

Un conditionnement parcellaire a remplacé la présence du divin dans notre monde, et le pouvoir s'efforce d'atteindre, par une grande quantité de petits conditionnements, à la qualité de l'irremplaçable. Cela signifie aussi qu'en un sens - celui des gouvernements des hommes - le progrès des connaissances humaines ne cesse de perfectionner l'abatardisation des masses. Plus l'homme se connaît par la voie officielle, plus il s'aliène. La science est l'alibi des polices : elle enseigne jusqu'à quel degré on peut torturer sans entraîner la mort et elle enseigne surtout jusqu'à quel point on peut être l'honorable bourreau de soi-même et devenir qu'une "chose", tout en gardant une apparence humaine.

Un philosophe arabe disait (je le cite de mémoire, donc peut-être approximativement) : « La confluence est l'approche du néant. Dans la confluence totale, la présence remue ». L'abatardisation s'étend à toute les activités de l'homme et les dissocient à l'extrême, mais, se dissociant du même coup, elle devient partout plus vulnérable.

Sous la dissociation, il y a l'unité ; sous l'usure, la concentration d'énergie ; sous l'émiettement de soi, la subjectivité radicale. Le qualitatif en lieu et place du quantitatif. C'est à ce niveau que doit se concevoir un renversement des forces. Mais on ne déconstruit pas le mensonge comme on entre dans un bordel mexicain, car le pouvoir est une vielle catin qui a l'habitude d'éviter les obstacles par le renouvellement et le rajeunissement des structures de l'apparence : il multiplie nos cauchemars comme d'autres multipliaient les pains.

Mecanopolis

Profil Facebook de Rédaction Mecanopolis



Dimanche 24 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par VIRGILE le 24/05/2009 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le prestigieux philosophe Nietzsche est mort fou. La Vérité est simple mais c'est un acte de foi que Dieu seul donne dans sa plénitude, dans une exaltante révélation progressive.
La Poste est étroite. Deux mille ans après la Croix, l'Humanité est encore dans les douleurs de l'enfantement. La multitude croit aux séductions antiques de "ce monde", de ce qui est "agréable à la vue, au goût et qui donne de cette intelligence du bien et du mal", nous faisant Dieu par nous-mêmes et pour/contre les autres. Tragédie toujours en cours avec ce petit plus des ADM...

La Vérité est pétrie de Grâce et d'Amour. L'homme n'en veut pas, il préfère son égoïste petit business, confiné entre les mains d'une poignée d'Illuminés, qui passent et trépassent, d'âge en âge. L'Amour est devenu "histoires de cul", la fraternité, des instincts grégaires regroupés en élites de "loges" et autres réseaux mafieux, la Liberté, un business qui se "mérite" et le Salut, un Club fermé à quelques initiés, rendant un culte aux démons et autres hérésies philosophico-solaires...
Oui, les philosophes de "la mère Raison" ont de quoi mourir fou tout comme l'existentialisme d'un J.P. Sartre qui trouvait cette "vie absurde".

Mais l'Amour ne s'impose pas, il se reçoit comme la rosée du matin.
La Vérité ne se force pas, elle s'écoute à toute oreille bien disposée,
Le Salut ne se mérite pas, c'est un don gratuit du divin Créateur.
Satan et ses anges n'ont plus qu'à se préparer pour le grand barbecue final, dans le lac de feu et de souffre.
La Foi ne s'explique pas, elle se reçoit et se vit. C'est gratuit. C'est la raison pour laquelle l'homme charnel, cupide, vaniteux, en a horreur car elle ne glorifie pas son égo. et ses "oeuvres.
Il n'y a qu'un seul Mensonge. C'est de ne pas croire que Dieu soit Vrai ! Le reste n'en sont que de multiples et funestes conséquences à la gloire des actuels Illuminati de toutes dénominations.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires