ANALYSES

Omar Mazri : le Mufti Obama et la République islamique iranienne


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


Tout le monde attend avec impatience les résultats de l'élection présidentielle d'aujourd'hui en Iran, y compris les troupes de la garde islamique de la république du Président Mahmoud Ahmadinejad. Les résultats de l'élection ne sont pas perçus de la même manière par les Iraniens et le reste du monde ?

Selon les dépêches d'informations le président Obama s'est prononcé sur l'intérêt qu'il manifeste pour les élections en Iran allant jusqu'à dire "Un changement est possible" dans les relations entre les Etats-Unis et l'Iran après la présidentielle iranienne, quel qu'en soit le vainqueur."


zineomar@gmail.com
Samedi 13 Juin 2009

Omar Mazri : le Mufti Obama et la République islamique iranienne
Tout le monde attend avec impatience les résultats de l'élection présidentielle d'aujourd'hui en Iran, y compris les troupes de la garde islamique de la république du Président Mahmoud Ahmadinejad. Les résultats de l'élection ne sont pas perçus de la même manière par les Iraniens et le reste du monde ?

Selon les dépêches d'informations le président Obama s'est prononcé sur l'intérêt qu'il manifeste pour les élections en Iran allant jusqu'à dire "Un changement est possible" dans les relations entre les Etats-Unis et l'Iran après la présidentielle iranienne, quel qu'en soit le vainqueur."

 


Faisant référence au discours qu'il a prononcé la semaine passée au Caire à l'adresse des musulmans il exprime une fois de plus la mégalomanie américaine et son hégémonie sur le destin des peuples. Les changements attendus en Iran donnent une leçon de démocratie au monde par au moins le fort taux de participation d'une manière générale et le taux de participation des femmes en particulier. Pour Obama c'est son discours du Caire qui apporte déja ses fruits.

Obama attribue donc à son discours au Caire la volonté de changement et la forte participation aux élections allant jusqu'à supputer : "Nous avons essayé d'envoyer un message clair disant que, selon nous, un changement est possible"

Personne n'ignore la conscience politique élevée, pour des raisons historiques et doctrinales, de nos frères musulman du Madhab chiite et en particulier de nos frères iraniens. Personne n'ignore que le principe "une voix un vote" quand il trouve terrain démocratique favorable, est un principe islamique par excellence car exprimer son choix et donner sa voix est une obligation religieuse. Tout manquement à ce devoir social et politique est considéré sur le plan religieux comme silence devant l'injustice, obstruction à la dynamique du monde et faux témoignage (chahadate az zor).Le Coran a enseigné aux iraniens leurs devoirs :

{Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. } al baqara 143

{Ô les croyants! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l'ordonne, fût-ce contre vous mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu'il s'agisse d'un riche ou d'un besogneux, Allah a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez qu'] Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Ô les croyants! Soyez fermes en votre foi en Allah, en Son messager, au Livre qu'il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu'il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Allah, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s'égare, loin dans l'égarement. Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n'ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardonnera pas, ni les guidera vers une chemin (droit). Annonce aux hypocrites qu'il y a pour eux un châtiment douloureux, ceux qui prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu'ils recherchent auprès d'eux? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allah} an nissa 135

{ les croyants! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l'équité: cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Allah a promis à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres qu'il y aura pour eux un pardon et une énorme récompense.} al maida 8

Le Prophète a demandé aux musulmans, gouvernants et gouvernés, de se soutenir mutuellement par le bon conseil loyal et avisé en disant " la religion est le bon conseil..."

Le Coran ordonne donc le témoignage véridique et équitable ainsi que le conseil sensé en demandant aux musulmans de fonder leur opinion loin des conjectures et de l'ignorance. Aussi bien le président américain que les médias occidentaux versent dans l'amalgame, la désinformation, la diversion et prennent leur souhait pour des désirs. Ils oublient que la présidence en Iran est un organe exécutif. Le pouvoir réel est consultatif relevant du guide suprême de la Révolution, du conseil de la sécurité nationale et des représentants des différents courants politiques et idéologiques.

M. Obama n'a soutenu explicitement aucun des candidats en lice, ne voulant plus faire la faute de son prédécesseur mais la formulation de son communiqué et la campagne occidentale anti Ahmadi Najad témoignent du soutien implicite à Moussaoui. Moussaoui ou Najad ne changeront rien aux constantes de la République islamique. Les deux hommes diffèrent dans leur style et les moyens proposés pour parvenir à faire de leur nation une nation forte et indépendante ce qui n'est pas le cas des Arabes.

Les Occidentaux pensent qu'il est toujours possible de renverser le régime iranien et d'en faire un allié de l'Occident lui redonnant le même rôle régional à jouer que celui qui a été donné au Shah destitué par la révolution islamique toujours pas digérée par l'Occident et les Arabes.

Obama dévoile l'implication de l'Amérique dans le maintien du statut quo qui ne donne pas la victoire attendue par le Hezbollah. Tout est affaire du Moi américain. Ainsi le statut quo libanais est vu comme un changement et il dit toujours en s'ingérant dans le choix des peuples musulmans ce qui est bon ou mauvais pour eux.

IL a estimé que les Iraniens envisageaient de "nouvelles possibilités", comme les Libanais qui, moins d'une semaine plus tôt, ont donné la victoire à la majorité parlementaire soutenue par les Etats-Unis et l'Occident, contre le Hezbollah radical soutenu par l'Iran.

Les médias occidentaux sont proches de l'hystérie. Le vote n'est pas achevé que déja l'AFP et Reuters annoncent la victoire de Moussawi. Ces occidentaux ne peuvent pas laisser les peuples musulmans gérer leurs affaires sans interférer dans leur volonté et leur vision du monde jusqu'à altérer le sens et la réalité.

Naturellement l'Occident veut croire, et il le dit, que ce scrutin changera le désir de l'Iran pour le projet de se doter des installations nucléaires. Quel que soit le vainqueur des élections, ce vote en Iran n'a pas pour enjeu le projet nucléaire. En faire un enjeu c'est faire preuve une fois de plus d'arrogance et de stupidité. L'enjeu principal pour le peuple iranien est à qui faire porte la responsabilité politique du chômage et à qui qui reconnaitre la compétence économique pour répondre aux besoins de progrès social et économique des Iraniens.

L'Occident devrait abandonner l'espoir qe voir "un vrai changement" de la stratégie nucléaire de l'Iran. Mirhossein Mousawi peut parler avec plus d'ouverture aux Américains - s'il gagne - mais les installations nucléaires continueront non seulement de le fonctionner mais de se développer. C'est un choix stratégiques pour le régime iranien et une fierté nationale pour le peuple iranien.

Investir sur Moussawi pour impliquer l'Iran dans la même vision idéologique des " droits de l'homme" ou de la " démocratie occidentale" c'est méconnaître l'impact islamique de la révolution menée par Khomeini qui garde son cap malgré des hauts et des bas, des avancées et des remises en causes sur tel ou tel autre aspect. L'Occident ne peut voir les autres que comme des républiques bannières et il a du mal à voir dans l'Iran, contrairement à ses voisins arabes, une nation avec des institutions qui fonctionnent et ces institutions ont permis de résister à deux chocs : l'agression irakienne menée par Sadam Hussein au nom des Arabes contre la jeune République islamique et l'embargo américain qui a gelé les avoirs iraniens à l'étranger et bloquent son développement en rendant l'accès technologique rédhibitoire pour les iraniens. On peut souligner que durant cette guerre Iran Irak Moussawi a été premier ministre iranien et que cela est mal compris par l'Occident qui voit en lui l'homme du changement.

Moussawi par rapport à Ahmadinajad n'est pas le symbole du changement si on se met dans une perspective de rapport de génération il représente les vielles elites alors que l'actuel président représente les jeunes élites qui apportent le changement dans le regard sur les changements sociaux et la gestion de ces changements.

Moussawi ne représente pas le clan des "réformateurs" contre le clan des " conservateurs" d'Ahmadinajad comme les médias occidentaux veulent le voir. Le clivage réel en Iran est sur quatre fronts qui recomposent le paysage politique et idéologique iranien : l'émergence de la jeunesse contre les idées et les privilèges des anciennes élites épuisés et sans capacité d'innovation. L'opposition ville campagne du fait des inégalités et du centralisme des anciennes élites. Ahmadinajad a mis en place la décentralisation en transportant son conseil des ministres à l'intérieur du pays lui faisant prendre des décisions dans une sorte de démocratie participative inédie même en Occident. Le troisième front est une sorte de lutte de classes dans laquelle Ahmadinajad est le fer de lance car il vie modestement et prend des mesures en faveur des pauvres qui commencent à sentir des améliorations sociales. Enfin le quatrième front est le clivage entre les vieilles élites des conservateurs et des réformateurs réunis autour de Moussawi et les jeunes élites des conservateurs et des réformateurs réunis autour d'Ahmadinajad. L'enjeu est capital : il s'agit de maintenir la gestion traditionnelle des élites embourgeoisées et bureaucratisées ou d'opérer le changement en faveur de l'innovation qui consiste, par exemple, non seulement à associer le peuple dans la décision économique et le partage des revenus mais d'en faire des entrepreneurs qui prennent l'initiative. Le débat de fond est la gestion de la rente des hydrocarbures. Ahmadinajad, toujours dans l'esprit de la révolution islamique, conduit un changement subversif contre l'ordre établi.

Si on met de côté les gesticulations des médias occidentaux et arabes c'est Ahmadinadjad qui est perçu comme l'ennemi le plus dangereux car il conduit le peuple iranien au ressourcement de l'Iran dans sa source principale la Révolution islamique iranienne et son double attachement à la lutte contre l'impérialisme et à la défense des opprimés. Laisser Ahmadinajad c'est renforcer cette voie islamique anti impérialiste.

Un dernier élément sur Moussawi. Il a été premier ministre durant la guerre Irak Iran. Même s'il serait vainqueur des élections il ne va pas oublier le rôle des américains qui ont poussé les deux pays musulmans à s'entretuer allant à armer l'un contre l'autre et vice versa pour que les deux pays sortent exsangues de la guerre. Le peuple iranien retient de cette guerre l'injustice et la trahison des arabes mais il retient aussi le combat titanesque de la garde islamique de la Révolution qui a mené la lutte sur deux fronts internes contre la contre révolution et externe contre la coalition arabo américaine. Cette garde jouit d'une autorité morale en Iran et d'un double prestige, historique et actuel dans son soutien aux mouvements de résistance contre le sionisme le Hezbollah et le HAMAS. Cette garde révolutionnaire soutient Ahmadinajad l'anti sioniste.

Les nouvelles en provenance d'Iran donnent une avancée notoire d'Ahmadinajad et c'est l'occasion pour les médias occidentaux d'appeler à des troubles en Iran pour entacher le vote d'iirégularités et surtout de voler la victoire à Ahmadinajad et de mettre de l'ombre sur la réussite des élections iraniennes qui restent un défi par le taux de participation le plus élevé.

Moussawi pourrait préter le flanc en succombant au chant des sirènes occidentales et aller, contre le fair play, contester la régularité du scrutin. Dans ce cas on comprendrait l'avertissement du guide suprême et du chef de la garde révolutionnaire contre les partisans qui militent pour les valeurs occidentales ou qui ont l'intention de pocéder à une contre révolution. A travers images montrées on voit les fantasmes de l'Occident sur l'Orient, fantasmes colonialistes et sexistes :

http://www.independent.co.uk/multimedia/archive/00186/pg-18-Iraq-Reuters_186204t.jpg

Ceux qui suivent depuis longtemps la diversion des médias et des hommes politiques occidentaux savent que la réussite des élections démocratiques est à inscrire à l'actif des peuples à qui il faut rendre hommage pour leur conscience politique et religieuse. Nous devons rester vigilants, sunnites et chiites, dans ce regard méchant porté sur nous par l'Occident ethnocentriste et se rappeler que la bataille idéologique fait partie du combat pour la foi, pour la vérité et la défense des opprimés :

{Vous apprendrai-Je sur qui les diables descendent? Ils descendent sur tout calomniateur, pécheur. Ils tendent l'oreille. Cependant, la plupart d'entre eux sont menteurs Et quant aux poètes, ce sont les égarés qui les suivent. Ne vois-tu pas qu'ils divaguent dans chaque vallée, et qu'ils disent ce qu'ils ne font pas? à part ceux qui croient et font de bonnes œuvres, qui invoquent souvent le nom d'Allah et se défendent contre les torts qu'on leur fait. Les injustes verront bientôt le revirement qu'ils éprouveront!} as chouâara 221

 

 



Samedi 13 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par Aigle le 13/06/2009 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"......nvestir sur Moussawi pour impliquer l'Iran dans la même vision idéologique des " droits de l'homme" ou de la " démocratie occidentale" c'est méconnaître l'impact islamique de la révolution menée par Khomeini qui garde son cap malgré des hauts et des bas, des avancées et des remises en causes sur tel ou tel autre aspect. L'Occident ne peut voir les autres que comme des républiques bannières et il a du mal à voir dans l'Iran, contrairement à ses voisins arabes, une nation avec des institutions qui fonctionnent et ces institutions ont permis de résister à deux chocs......"

Oui Mazri LA TARE CONSUBSTANTIELLE A L'OCCIDENTALOCENTRISME N'EN FINIT PAS DE LEUR JOUER DES TOURS ........LE PLUS RISIBLE C'EST QUE CETTE TARE PORTEE COMME UN SIGNE EXTERIEURE D'INTELLIGENCE ILS L'ONT INOCULEE A DES "" EXPERTS " Bougnoulisés invités sur les plateaux pour donner du credit a sdes INSANITES " Scientifiquement" elaboréés ...............

2.Posté par Omar Mazri le 13/06/2009 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Aigle

Oui ! Ce sont d'ailleurs ces élites qui parlent en notre nom sans vivre notre proximité populaire et sans partager le même sens et le même contenu de la foi et des valeurs universelles qui nous donnent l'envie, le devoir et la mission de témoigner d'une autre vérité qui leur échappe et qu'ils ne veulent pas voir sombrés dans leur narcissisme et leur stéréotype. Malek Bennabi etait amusé par nos intellectomanes qui acceptent d'être des larbins de service alors que dans l'histoire de l'humanité jamais un eunuque (makhsi) ne s'est appelé eunuque.

Les gens de ma génération ont suivi la guerre irak iran et en gardent des stigmates. Ils ont vu un pays crée par Dieu pour être le pays d'Abel devenir une décennie noire, rouge puis une décennie fade car nos bavards intellect-illusion ont préféré se vendre aux enchères sur les plateaux de télévision au lieu de servir dignement leur pays ou pleurer pour les malheurs que leur inconséquence va faire subir à un peuple qui vient à peine de sortir de la nuit coloniale.

On ne leur demande pas de se taire mais juste être pudique. Comme ils persistent dans leur manque de probité morale et intellectuelle il faut oser leur apporter la contradiction en faisant entendre une autre voix et casser la pensée et la voie unique qu'ils monopolisent.

3.Posté par -*REZ le 14/06/2009 06:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qu'en soit le vainqueur."

4.Posté par dik le 14/06/2009 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Occident est de plus en plus une calamité pour les peuples musulmans, tant et si bien que, plus les musulmans s'en rapprochent - "succombant au chant des sirènes" - pour s'inspirer de ce qu'il a de meilleur, plus le retour de manivelle empire les choses. Moi-même qui est de culture plutôt occidentale et me voudrait ouvert à toutes les civilisations sans la moindre discrimination, réellement atterré par la désinformation occidentale, je mesure l'effet désastreux de cet occident sur ceux qui n'en ont aucune idée. Il ne reste plus pour ces derniers que...de s'exploser !!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires