ALTER INFO

Omar Bongo est mort deux fois


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Omar Bongo est mort. Une de nos premières raisons d'être s’éteint et rien, pas une seconde de joie vengeresse, pas un sourire secret, même pas un soupir de soulagement… non, vraiment, la mort de Bongo, rien. Ça prouve que nos attaques n’avaient rien de personnel, non ?


Mardi 9 Juin 2009

Omar Bongo est mort deux fois
(Dès notre premier numéro, les faveurs de la Une, en bas à gauche)


Le Gabon et les Gabonais méritaient-ils Omar Bongo Ondimba ? Sérigne Seck dit que oui. "Comme les Sénégalais se voient dans Wade et les Français dans Sarkozy."

Les ridiculeries protocolaires… ultimes singeries post-coloniales. La France annonce la mort de Bongo, sans précaution, le 7 juin au soir. Bandeau rouge, tatoué « urgent », qui défile et clignote sur I-Télé, pendant qu’au-dessus conversent les analystes, les victorieux et les défaits des Européennes. « De source proche du gouvernement français ». Charmant linceul pour la funèbre annonce. Le site du Point semble formel. En hommage, je republie la notule biographique du Grand Bestiaire du Gri-Gri. Enrichi d’un innocent dessin de Waga. Avec pour titre Le Mollah Omar Bongo est mort… ce qui ne l’excuse en rien.





Aux alentours de minuit, je tombe sur un début de démenti… Jean Eyeghe Ndong, dit « Le dingue », le Premier ministre gabonais, a déclaré que si Bongo était mort, à son avis, il aurait fait partie, eu égard à sa fonction, des premiers informés… or il n’en était rien. Je me prends au jeu. Et publie illico un C’est dingue, Ndong ne confirme pas la mort du Mollah… 

Peut-être qu’un jour on se demandera qui furent ceux qui prodiguèrent ces apparts, ces bagnoles et ces villas ? Et, partant, pourquoi juger Bongo et pas Chirac et Vincent "Bololo" Bolloré ?

El Hadj Omar Bongo Ondimba a-t-il songé qu’en mourant il nous condamnait à supporter à la télé les conneries de Jean-François Probst ? Faux Prince Pokou et vraie sage-femme des requins de la Françafrique… qui racontait jadis partout l’éminence de son rôle auprès de Chirac pour le retour du Black Milosevic, le Cobra Suprême, le Son of the Beach Denis Sassou Nguesso… ou essayait de vous émouvoir en évoquant Foccart crevant tout seul dans sa chambre… délesté des droits d’auteurs de ses Mémoires, confiés à l’impayable (mais très achetable) Jeune Afrique… J’entends déjà le petit hommage onctueux qu’il va rendre à Bongo, l’air solennel et concerné. Croyant vraiment qu'il a encore des amis en Afrique. 

Dites aussi au petit
Xavier Monnier, l'amateur de bakchich (point info) d'arrêter d'appeler Bongo "le Mollah Omar". C'est estampillé Gri-Gri. Donc interdit aux bakchiens.  






Pas réussi à m’intéresser, tout le long du mois dernier, à la santé de Bongo, et voilà que l’annonce de sa résurrection à midi le 8 juin, me met presque en joie… Ndong confirme qu’il dément. Il a vu Bongo. De ses yeux. Il est vivant. Ça change tout. Si jamais Bongo est immortel, super héros sur les bords, ou même juste Little big man, les Gabonais (et à un degré moindre les Français) ont un début d’excuse et d’argumentaire à formuler… parce qu’il faudra bien un jour pouvoir expliquer, politiquement, anthropologiquement, culturellement, peut-être même métaphysiquement, les 42 années que dura le règne d’Omar Bongo. J'en profite pour publier un délicat Plus fort que Jésus, le Mollah Omar !

Le site BDP (Bongo doit partir) est victime d’attaques… après les menaces du
Centre national de la communication.
Je fais gaffe quand même. Je suis à Paris. Le cul au chaud. Français. Ça va. Pas notre bien aimé proprio. Pas trop de réponse à mes mails. Je suis pas inquiet-inquiet. Mais pas tout à fait rassuré non plus (d’ailleurs Michel, si tu me lis…). 

Sur qui vont miser les amères loques du Quai d’Orsay ? 

Fin de journée. Deux nouvelles. Ali, le fils, à la tête de l’armée, et dauphin potentiel, vient de faire fermer les frontières. Et, cette fois-ci, pour de vrai : Omar Bongo est mort.





Question candide : pourquoi est-il si évident pour les médias et les élites qu’à un Bongo un ou une Bongo doit nécessairement succéder ? 

Texte GP - dessin Waga

http://www.legrigriinternational.com/ http://www.legrigriinternational.com/



Mardi 9 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par hycksos le 09/06/2009 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Françafrique
Depuis les années 60, la France confisque l'indépendance de ses anciennes colonies africaines en y maintenant un
système d'exploitation clientéliste et néocolonial : mise en place de dictateurs (complicité de coups d'Etat, fourniture
d'armes et de mercenaires…), soutien politique, économique et militaire à ces régimes, silence face aux exactions
et crimes qu'ils perpètrent, validation d'élections truquées, sont aujourd'hui les activités de prédilection de la France
en Afrique.
Les réseaux françafricains - économiques, politiques, militaires, médiatiques - que l'on retrouve à l'oeuvre dans le pillage
des ressources africaines et le maintien au pouvoir de ces dictateurs (Eyadema au Togo, Deby au Tchad, Sassou
N'Guesso au Congo, Bongo au Gabon, Biya au Cameroun, etc.) sont originellement et majoritairement situés à la droite
(parfois extrême) de l'échiquier politique (liés au RPF de De Gaulle, puis au RPR, puis à l'UMP). Mais le Parti Socialiste
compte également d'éminents membres de la Françafrique. A l'occasion des commémorations récentes du génocide
rwandais, la presse a rappelé le mépris de François Mitterrand pour les victimes (" Un génocide, dans ces pays-là, c'est
pas trop important ", confidence à ses proches au cours de l'été 1994, rapportée par Le Figaro du 12 janvier 1998) - même
si elle est loin d'avoir porté à la connaissance du grand public la responsabilité maintenant établie de Mitterrand dans le
soutien au régime génocidaire et dans le déroulement même du génocide. Le procès Elf a également montré la collusion
entre certaines personnalités de droite et de " gauche ". Redisons-le encore une fois, le centre de gravité de la
Françafrique est bien à droite, et le premier responsable du soutien de la France aux dictateurs se trouve à l'heure actuelle
à l'Elysée, le même qui a déclaré : " Il faut bien que les dictateurs gagnent les élections, sinon ils n'en feront
plus ! " (Le Canard Enchaîné du 28/07/1999). Mais nous nous devons de signaler que le candidat du Parti Socialiste aux
prochaines élections européennes dans notre région est également un bon exemple de soutien " de gauche " à la
Françafrique.
Rocard : l'ami des dictateurs
Si Rocard a eu des paroles courageuses pour dénoncer le soutien de la France au régime

2.Posté par OSIRIS le 09/06/2009 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le 26 février 1885 prend fin la conférence de Berlin sur l'Afrique.

Considéré par les Européens comme une terre sans maître, l'immense continent noir est partagé comme une vulgaire tarte aux pommes... sans que les habitants, pas plus que les pommes, aient leur mot à dire.

3.Posté par IMHOTEP le 09/06/2009 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Extrait de l'Acte général de la conférence de Berlin du 26 février 1885.


" [Les chefs d'Etat réunis] voulant régler, dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation dans certaines régions d'Afrique, (...) désireux d'autre part, de prévenir les malentendus et les contestations que pourraient soulever à l'avenir les prises de possession nouvelle sur les côtes de l'Afrique, et préoccupés, en même temps, des moyens d'accroître le bien-être moral et matériel des populations indigènes, ont résolu :

1. Le commerce de toutes les nations jouira d'une complète liberté (...) dans tous les territoires constituant le bassin du Congo et de ses affluents. (...)

5. Toute puissance qui exerce ou exercera des droits de souveraineté dans les territoires susvisés ne pourra y concéder ni monopole ni privilège d'aucune espèce en matière commerciale. (...)

6. Toutes les puissances exerçant des droits de souveraineté ou une influence dans les dits territoires s'engagent à veiller à la conservation des populations indigènes et à l'amélioration de leurs conditions morales et matérielles d'existence et à concourir à la suppression de l'esclavage et surtout de la traite des Noirs ; elles protégeront et favoriseront toutes les institutions et entreprises religieuses, scientifiques ou charitables créées et organisées à ces fins ou tentant à instruire les indigènes et à leur faire comprendre et apprécier les avantages de la civilisation. (...)

34. La puissance qui prendra possession d'un territoire sur les côtes du continent africain avertira les autres puissances signataire. (...)

[Signé par : L'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suède, l'Empire ottoman.

4.Posté par Monopoly le 09/06/2009 23:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


A lui tout seul, l'un des Rothschild avait pris posséssion de l' actuel Zimbabwe qu"il avait revendu à l ' un de ses amis brigands de la finance, à savoir Cécil Rhodes. D' où la naissance d'un nouvel Etat sorti de nul part, qui allait s'appeller la Rodhésie !
Merci bwana missié Rothschild !

5.Posté par hafrit le 10/06/2009 00:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bhein y a une justice sur terre , on creve tous , mais bon fermer le pays un jour apres la mort d'omar bongo soit ca permets a certains de prendre la fuite ou eviter que tout disparaissent du pays .mais bon la france afrique a encore de beau jour devant elle .

6.Posté par n'dikitolè le 10/06/2009 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois qu'au-delà de tous ces discours et de toutes ces analyses les africains dans l'ensemble devraient faire un peu preuve de " sentiment commun " et je crois aussi qu'ils devraient connaître et etudier leur histoire ! cela leur eviteraient de repeter les mêmes erreurs. Pendant plus de cinq siècles certains chefs africains s'étaient alliés a de nombreux commerçants pour vendre leurs propre congénères ils etaient aidés en cela par un réseau de complicité qui assurait toute la logistique ( vivres frais pour la traversé, eau fraîche, provisions diverses .....) Ce commerce odieux ayant été supprimé, les nouveaux chefs africains continuent dans cette même optique ! heureusement aujoud'hui ils ne proposent plus leurs congénères comme marchandises mais leur souveraineté et leurs matières premières. Aujoudh'ui comme hier pour mener à bien une telle entreprise il faut bien sùr un réseau bien huilé de complicité infallible ( un nombre plethorique de ministres, de vice-ministres, de généraux, chefs de service, de sous-chef de service, de sous- chef de sous-chef de sous-chef de service . . . comme au bon vieux temps de la traìte négrière chacun y trouve son compte c'est pour cette raison que je pense que l'Afrique ne verra pas le bout du tunnel de si tôt !

7.Posté par Thanatos le 10/06/2009 20:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A n'dikitolè

Les pays africains ont plusieurs handicaps dont celui majeur de ne pas être des nations. C'est triste à dire mais l'esprit tribal et clanique est très fort, trop fort sans doute. Beaucoup ne raisonnent qu'à l'échelle du clan. Les exploiteurs venus d'Europe savaient parfaitement ce qu'ils faisaient en créant des nations artificielles, véritables poudrières identitaires. Les exploiteurs européens défendent avant tout leurs intérêts ce qui est évident. Mais les africains ne le comprennent pas car ils sont décalés et déséquilibrés. Ils ne comprennent pas que le monde a change et que les anciennes querelles entre clans sont dépassées. Chercher de prendre le pouvoir pour le clan est une chose néfaste dont profite allègrement les ennemis des africains. Ils feraient bien de se réveiller et d'essayer d'appréhender la terrible réalité dans laquelle on est. Et en causant avec des jeunes africains je pense qu'il y a de quoi être inquiet pour l'avenir. Certains ont été corrompus par la société de consommation, d'autres malgré leur haut niveau d'études raisonnent encore au niveau du clan, lequel clan a un chef que les membres du clan défendent envers et contre tout comme dans une secte etc... Et les exploiteurs occidentaux au gré de leurs intérêts n'ont qu'à manipuler ce merdier au gre de rumeurs, fausses pistes etc .
Les personnes comme Bongo ne sont que les chiens de berger du troupeau africain. Ils semblent rebelles dans les discours (comme Obama d'ailleurs quelle ironie d'ailleurs qu'il soit noir) mais en fait sont de fidèles serviteurs de leurs maîtres en occident. Même Gbagbo de Côte d'Ivoire est aussi de ce genre là, un peu trop limite pour comprendre dès le début de leur mandat les vrais enjeux du monde. Des gens comme eux sont de gré ou de force de fidèles toutous de l'occident. Le seul moyen qu'ont les africains de sortir du trou où ils sont est de faire une révolution des esprits et trouver leurs véritables ennemis. Car comme dit un rappeur français avec raison : "l'ennemi n'est pas forcement celui contre qui tu te bats, mais celui qui profite des dégâts", alors qui profite des dégâts en Afrique. L'ennemi n'est forcement pas celui qui vous dit ce que vous ne voulez pas entendre. La vérité est ce qu'elle est et elle entre en résonance avec la raison et le bon sens. Mais comme beaucoup d'autres humains, les africains n'aiment pas la vérité et son chemin qui est un chemin difficile et qui demande beaucoup d'efforts. C'est aussi aux africains éclairés et éveillés d'aider leurs frères et sœurs, mais beaucoup d'entre eux ont jette l'éponge et je peux les comprendre car la tâche est immense et ils en ont marre d'avoir l'impression de prêcher dans un désert.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires