Propagande médiatique, politique, idéologique

Olof PALME était-il antisémite ? Assiste-t-on à une montée de l'antisémitisme en Europe du nord?



Mounadil Djazaïri
Mardi 25 Août 2009

Olof PALME était-il antisémite ? Assiste-t-on à une montée de l'antisémitisme en Europe du nord?
La question est légitime si on se fie au contenu de l'article ci-dessous qui est en fait un compte rendu de lecture d'un document sur l'antisémitisme dans les pays scandinaves dans la résurgence duquel Olof Palme, ancien premier ministre Suédois assassiné, aurait joué un rôle majeur. Rédigée à plusieurs mains, cette étude est préfacée par un responsable de l'OSCE, (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) et coéditée par le Jerusalem Center for Public Affairs et le Centre Simon Wiesenthal. Oui, le centre Simon Wiesenthal, du nom du fameux chasseur de nazis qui excellait surtout dans la chasse aux dollars et dont le centre éponyme perpétue ce noble art de la chasse au billet vert. Je vous fiche mon billet que cette « étude » a dû bénéficier de subventions, peut-être bien de la même OSCE. En effet, je ne vois pas qui irait payer 29$, c'est le prix de l'ouvrage, pour lire un tel torrent d'insanités.
Je vous recommande cependant la lecture [gratuite] de la note de lecture car elle montre la nature du raisonnement sioniste. Juste un petit commentaire quand même : le sionisme a besoin de l'antisémitisme aussi bien pour le maintien et le développement de sa colonie sioniste que pour celle de son idéologie. Donc, tenez-vous le pour dit, l'antisémitisme ne saurait disparaître. C'est une espèce d'hydre ou de maladie qui n'a aucune cause historique ou rationnelle et ne demande qu'à resurgir pour peu que certaines barrières soient levées. C'est à peu près ce qu'explique BHL dans son livre « Ce grand cadavre à la renverse. » Sauf que ce schéma n'appartient pas en propre à BHL, il est consubstantiel d'une certaine lecture des textes sacrés au sujet des relations avec les Gentils. Israël Shahak ne rappelait-il pas que les sionistes reprennent « la position ségrégationniste du judaïsme classique … de soutenir que tous les gentils haïront et persécuteront toujours tous les juifs, et que la seule solution était donc de les faire tous partir pour les rassembler [concentrate] en Palestine, ou en Ouganda, ou ailleurs encore. »

Si vous le souhaitez, vous pouvez télécharger l'intégralité du livre d'Israël Shahak « Histoire juive – Religion juive.» Il s'agit d'un document important.

Sous le masque humanitaire : les pays nordiques, Israël et les Juifs
sous la direction de Manfred Gerstenfeld
Jerusalem Center for Public Affairs/Simon Wiesenthal Center
256 pages; $29



Compte rendu d'Isi Leibler, Jerusalem Post (Sionistan) 9 novembre 2008, traduit de l'anglais par Djazaïri

Quand nous parlons de la Scandinavie, nous viennent immédiatement à l'esprit des images de gens bien qui sont nos amis. Nous les associons au refus du roi de Danemark d'appliquer les lois raciales nazies, l'évacuation de 7000 Juifs danois vers la Suède neutraliste et de grands humanistes comme Raoul Wallenberg le diplomate Suédois en poste en Hongrie et qui devint le modèle type du «Juste parmi les Nations. Beaucoup d'entre nous se souviennent de Per Ahlmark, l'ancien vice premier ministre Suédois et chef du Parti Libéral, qui militait résolument contre l'antisémitisme et fut probablement le premier homme d'Etat non Juif à affirmer que la haine d'Israël était en voie de devenir un substitut à l'antisémitisme traditionnel.
A notre regret cependant, cette image idéalisée de Scandinaves philosémites est bien loin de la réalité. En dépit de la présence d'à peine quelques minuscules communautés juives dans cette région, les pays Scandinaves sont actuellement en pointe pour la promotion des plus pernicieuses expressions du nouvel antisémitisme et sont à l'avant-garde de la campagne globale pour diaboliser et délégitimer Israël. Ce qui rend leur application de doubles standards et leur grille de lecture encore plus biaisée est la manière hypocrite dont ils enrobent leur venin contre l'Etat juif et les Juifs en général.
Pour la première fois, ce sujet a été largement traité dans un livre comportant 13 essais et interviews publié sous la direction de manfred Gerstenfeld, édité conjointement par le Jerusalem Center for Public Affairs et le Centre Simon Wiesenthal. Il débute par un avant propos de Gert Weisskirchen, représentant personnel du président de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, sur la lutte contre l'antisémitisme. Weisskirchen ne mâche pas ses mots et souligne que la diabolisation d'Israël, spécialement la comparaison des Juifs et des nazis, représente une des plus évidentes manifestations du nouvel antisémitisme qui domine le discours politique sur le Moyen-Orient même chez des politiciens libéraux [au sens anglo-saxon] et dans la presse grand public.
Le livre démontre que loin d'être un phénomène nouveau, l'antisémitisme a dominé la région pendant des siècles, et tire sa source de l'affiliation majoritaire des Scandinaves à l'église luthérienne. Ce n'est pas un hasard si l'abattage juif rituel [du bétail] a été interdit en Norvège avant même l'arrivée au pouvoir d'Hitler, en dépit du fait que les Norvégiens considèrent la chasse comme un loisir national et que la Norvège reste un des trois seuls pays au Monde où la chasse à la baleine est encore autorisée.
L'ouvrage contient des chapitres rédigés par des universitaires Danois qui démontent la prétention selon laquelle le philosémitisme prévaut et démontrent qu'en dépit du sauvetage des Juifs en 1943 (qui d'après des révélations récentes avait aussi des aspects louches), d'autres éléments de l'attitude des Danois sous les Nazis étaient méprisables. Par exemple, 6000 Danois ont rejoint volontairement la Waffen SS, l'industrie danoise a collaboré avec enthousiasme avec les Nazis et des réfugiés Juifs ont été expulsés et livrés aux Nazis entre 1940 et 1943. Efraim Zuroff, le chasseur de Nazis, livre un chapitre qui montre que les gouvernements qui se sont succédés après guerre ont tergiversé et montré beaucoup de répugnance à poursuivre les criminels de guerre et ont même parfois aidé des Nazis à fuir.
Dans un contexte plus contemporain, c'est le premier ministre socialiste de Suède, feu Olof Palme, qui sous prétexte de promotion des droits de l'Homme, devint le premier responsable Européen à subvertir le déni de l'holocauste en accusant les Israéliens de se conduire comme des nazis envers les Palestiniens. C'est également l'archevêque Karl Hammar, qui fut le premier à appeler au boycott des marchandises israéliennes. Dans cette région, les caricatures relatives à des Israéliens sont parmi les pires d'Europe, particulièrement en Norvège où elles ont été comparées aux dessins antisémites qui paraissaient dans Der Stürmer.
L'agressivité et la puissance des Musulmans qui ont immigré dans la région ces dernières années ont été éclairées de manière dramatique par les attaques violentes contre les media danois quand un de ses quotidiens, Jylland Posten, a publié 12 caricatures montrant le prophète Mohamed. En fin de compte, la plupart des media, comme le gouvernement, ont lâchement capitulé face aux menaces d'actions violentes de la part de Musulmans aussi bien au niveau local qu'international.
Une des parties les plus fascinantes du livre est l'interview de Zvi Mazel, ancien ambassadeur en Suède, qui décrit ses heurts et ses tribulations dans le contexte de bizarres attaques anti israéliennes et antisémites émanant du gouvernement suédois et d'ONG et de constantes menaces de mort formulées publiquement par des imams Musulmans. Mazel décrit aussi les réactions hystériques des media après qu'il ait personnellement débranché l'électricité dans une exposition artistique obscène à la gloire des attentats suicide, la création d'un israélien devenu fou qui réside en Suède.
La situation globale est rendue dans un brillant résumé de Gerstenfeld, président du Comité Directeur du Jerusalem Center for Public Affairs qui retrace l'histoire et donne des informations détaillée sur les doubles standards, les biais et l'antisémitisme criant qui se répand dans la région. Ses descriptions les plus dévastatrices se trouvent dans un abrégé des réactions nordiques à la deuxième guerre du Liban. Elles montrent l'incroyable hostilité envers Israël fondée largement sur l'ignorance et les contre vérités promues sous couvert d'un prétendu humanitarisme.
Ce livre est une étude pionnière sur la façon dont à notre époque, même là où peu de Juifs résident, des organisations supposées militer pour les droits de l'Homme ont été détournées par des antisémites qui promeuvent la diabolisation d'Israël comme moyen de salit les Juifs. En effet, elle illustre le fait qu'en Europe occidentale les pays scandinaves ont assumé un rôle d'avant-garde dans les approches biaisées et les distorsions à l'encontre d'Israël à un niveau jamais vu dans aucune autre nation. Elle démontre comment les antisémites traditionnels, les extrémistes de gauche et la presse ont fait collusion pour promouvoir de manière éhontée la haine. Espérons que cela amènera à l'introspection et à l'auto analyse dans la région et encouragera une réaction des gens bien parmi les Scandinaves qui ont jusqu'à présent résisté à participer au déchainement haineux contre Israël et le peuple Juif.

http://mounadil.blogspot.com/ http://mounadil.blogspot.com/



Mardi 25 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Fredd le 25/08/2009 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Selon eux un antisémite sommeille en chacun de nous...

C'est pas les musulmans!
http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

2.Posté par VIRGILE le 25/08/2009 23:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sémite vient du patriache Noé et d'un de ses trois fils SEM. Sem est un homme, il n'avait ni Torah (compilée et écrites seulement suite aux traditions orales, au VIe siècle avant le Messie), et encore moins l'occulte Talmud de Babylone, plus récent encore et toujours augmenté...car les kabbalistes arrivent encore aujourd'hui à "entendre Moïse parler" !!!

SEM n'a jamais été une religion pas plus qu'un parti politique ou géographique !

Le sémitisme est une pure abstraction d'intellectuels athées sortie du cerveau d'Ashkénazes Khazars au 18e siècle, une des variante des "Lumière" maçonnique.

Le sionisme est un mouvement politique (19e siècle) et hégémonique, qui justifie ses prétentions communistes élitistes ethno-centrée, en serpentant entre doctrines babyloniennes, égyptiennes, platoniciennes et talmudiques (Qabala = tradition).

La Bible ne parle pas de l'avènement de ce pseudo-théo-parti politique mais bien des faux docteurs et prophètes tout comme de l'Anti-Christ. Le sionisme comporte tous ces aspects vipérins et il est bien le père du nazisme, (société, état nationaliste) pas seulement sa "ressemblance" !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires