Palestine occupée

Olmert poursuit ses menaces



Mercredi 20 Février 2008

Olmert poursuit ses menaces
« Le problème, ce n'est pas de dire la vérité, mais c'est, surtout, de ne pas la dire entièrement ». L'adage n'aura jamais trouvé meilleure illustration qu'en Israël. Voici un régime-pion, érigé en pseudo-Etat, à la faveur du soutien séculaire de ses maîtres occidentaux, qui n'hésite pas, pour sa scandaleuse survie, à commettre les pires des crimes, mais qui promet, en même temps, d'être encore plus dur qu'il ne l'est envers ses victimes : lundi, au siège de Kadima, le Premier ministre Olmert s'est félicité d'avoir coupé, depuis des semaines, l'électricité aux habitants de Gaza, de les avoir affamés, humiliés, sanctionnés, avant de se dire déterminé à briser leur résistance, au besoin, à coup de missiles. Mais s'agit-il vraiment d'une nouveauté ? Depuis des mois, Gaza vit au rythme de bombardements ciblés. Pas un véhicule, pas une voiture, n'est à l'abri de cette chasse aérienne aux innocents à laquelle participent les F16 et les F14 de l'armée de l'air sioniste, munis de roquettes-laser, d'engins à sous-munitions, de bombes intelligentes. Ainsi, le Gazaoui moyen est confronté, outre à la malnutrition, au manque de médicaments, aux risques d'extension des épidémies, à ce phénomène qu'une ONG belge qualifiait, voici peu, de « déluge de mort ». Ce véritable enfer, les habitants de Gaza le doivent, en partie, à l'Autorité autonome, cette autorité « atone » et « aveugle », qui a choisi, on ne sait sur la base de quelle considération, de pactiser avec le diable, plutôt que de faire bloc contre l'ennemi commun. L'autre partie de ce triste et affligeant épisode se joue, en Occident, où les puissances s'acharnent à mettre au pas le Hamas et tous ceux qui les ont, de près ou de loin, soutenus. La guerre que M. Olmert déclare aux Gazaouis a débuté depuis longtemps, depuis que ceux-ci ont décidé d'élire à leur tête, non pas des poltrons, prêts aux plus grandes humiliations, pour rester au pouvoir, mais de vrais patriotes, dont le cœur bat au rythme de l'amour qu'ils portent à la Palestine. A une telle guerre il ne peut y a avoir qu'un seul vainqueur : les Palestiniens eux mêmes.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 20 Février 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 20/02/2008 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je vien de lire une dépeche de reuters,Les Palestiniens pourraient déclarer leur indépendance a l'image du kosovo, Yasser Abed Rabbo, conseiller du président fantoche Mahmoud Abbas, déclare que les Palestiniens devraient envisager de proclamer unilatéralement leur indépendance, à l'image du Kosovo dimanche, si leurs négociations de paix avec Israël continuent de piétiné

2.Posté par BELH le 20/02/2008 18:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Kosovo est serbe depuis le moyen-âge et la Corse depuis combien de temps est elle française?

3.Posté par Jordan le 20/02/2008 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis un peu plus de 200 ans ils font partis du territoire Français.
Le Kosovo c'est les Américains qui l'ont soutenu. Si c'était une région faisant partie de ces pays qui ont dit OUI comme la France, l'histoire ne se serait pas passé comme ça.
Redk tu pourrais donner ton lien de la dépêche concernant ce que tu dis ?

4.Posté par redk le 20/02/2008 23:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


jordan, je le marque c'es une dépeche de l'agence de presse reuters il y a pleins de cite qui ons repris l'infos :

http://tempsreel.nouvelobs

http://www.cyberpresse.ca/apps/
http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/i

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires