Palestine occupée

Olmert, mis en tenaille



Samedi 31 Mai 2008

Olmert, mis en tenaille
Quotidien Ressalalt- Le ministre de la guerre du régime sioniste, Ehud Barak, a demandé au Premier ministre, Ehud Olmert, de démissionner de ses fonctions. Barak a menacé qu'au cas où Olmert refuserait de quitter le pouvoir, son parti respectif serait contraint de demander les élections anticipées. Le parti travailliste d'Ehud Barak qui a formé avec le parti Kadima d'Ehud Olmert un gouvernement de coalition, est en train de former un gouvernement d'urgence avec la coopération du parti droit du Likoud. Par conséquent, le Kadima sera contraint à quitter la scène du pouvoir. Pour l'heure, un tribunal israélien est en train d'instruire le dossier de la corruption financière d'Olmert. Mardi dernier, un homme d'affaire américain a déclaré devant un tribunal à Beït Ol-Moqadas qu'il avait versé pendant 15 ans des fonds à Olmert.
L'américain Morris Talansky a reconnu qu'Olmert avait reçu ces argents pour sa campagne électorale, argents en échange desquels il n'a exigé rien. De son côté, le Premier ministre du régime sioniste s'est vu contraint d'avouer qu'il avait récolté ces fonds dans le sens de ses soi-disant « objectis politiques légitimes ». Il a refusé tout délit à ce propos. Devant la justice, le juif Talansky a affirmé donner des pots de vin au Premier ministre Olmert. En tout état de cause, des enquêtes ont été ouvertes pour lever le voile sur la réalité de l'affaire. Le procureur, chargé d'instruire le dossier d'Olmert souligne qu'il était trop tôt d'inculper Olmert. Et ce, alors que le quotidien Haaretz a récemment publié le résultat de son sondage d'opinion, effectué aprsès les méa culpa de Talansky. 70% de sondés refusent aux propos d'Olmert qu'il avait affirmé récolter les aides les aides financières de Talansky, pour sa campagne életorale. Le pire est que 51% d'électeurs du Kadima ne croient pas du tout aux propos d'Olmert. En ce sens, les avocats d'Olmert indiquent qu'on ne pouvait pas évidemment dire que ses contrats avec la banque du milliardaire américain avaient été légaux ou non. Quoi qu'il en soit, un coup dur a été porté au crédit d'Olmert. Il est maintenant au bord du gouffre.
« Le successeur d'Ariel Sharon est pour sa part un pion brûlé. Il a perdu pour l'heure sa place sur la scène politique, notamment dans son parti. « En un mot, Olmert est un ambitieux stupide, mais personne n'a jamais été destitué, seul en raison de son ambition.
L'intéressant est que les aides financières de Talansky à Olmert continuaient pour un longtemps sans qu'aucun rapport à ce propos soit rendu public », écrit le Haaretz.
Il est, dit le journal, difficile de dire que les aveux du bancaire américain aient des impacts rapides sur l'échiquier politique.
Etant donné que les Minsitres de la guerre et des Affaires étrangères, Ehud Barak et Tzipi Livni n'ont pas l'intention de quitter la scène politique, ils laisseront seuls Olmet. Reste à savoir quelle est la différence entre Olmert et Benjamin Netanyahu qui s'était rendu à maintes reprises en Europe, alors que c'étaient des millionaires qui avaient financé ses visites à Paris et à Londres.
« Tôt ou tard, on appellera Olmert « ex Premier ministre » et il sera contraint de dira adieux au monde politique », a conclu Haaretz

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 31 Mai 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires