Politique Nationale/Internationale

Obama pris au piège du changement



Dimanche 3 Août 2008

Obama pris au piège du changement
"Est-ce que Barak Obama est le point culminant de l'histoire américaine?" Pour le moment, les propos de Barak Obama sur l'Irak ou la peine de mort a provoqué des suspicions de ses partisans.
Le quotidien allemand "Die Welt" vient de publier un article, le quel fait allusion au désarroi du candidat démocrate à la présidentielle américaine 2008, rappellant Alors qu'un mois s'est écoulé depuis la victoire d'Obama dans les primaires américaines, on remarque une situation chaotique, prévalant dans le camp démocrate. Le terme du "changement" est un mot magique grâce duquel le sénateur démocrate est parvenu à faire échouer son rival, Hillary Clinton. Et ce, alors que dans une telle situation, les décisions et les propos ambivalents d'Obama sur le financement de la guerre et la peine de mort ont surpris ses partisans. La politique étrangère d'Obama dans ces courses électorales et les programmes de ce candidat sur l'Irak ont provoqué l'ire de ses partisans. Bien que le sénateur de l'Illinois ait précédemment fait état de sa décision de sortir pendant 16 mois les GI's d'Irak, ses récents propos témoignent d'une autre réalité. Il a conclu que sa décision de se retirer le plutôt possible d'Irak dépend de ses négociations avec les Généraux de l'armée irakienne.
" Le problème principal, c'est qu'on a besoin combien de personnes pour former et entraîner la police irakienne", a-t-il indiqué.
Pour justifier ses propos ambivalents et alléger les inquiétudes de ses partisans, Obama a précisé (Je cite):" Mes propos ne créera pas aucun changement dans mes stratégies précédentes à l'égard de la guerre de l'Irak".
Le candidat républicain, John McCain, a critiqué Obama, avant de préciser:"Obama a accepté la responsabilité du changement dans la politique de l'Irak". Les résultats des derniers sondages d'opinion montrent que la plupart d'Américains s'accordent avec la décision de McCain de retirer d'ici 2013 les marines US d'Irak. Ils croient qu'avant le retrait progressif de ces effectifs, le terrain soit rendu propice à la formation d'un gouvernement démocratique et stable à Bagdad.
" Par ailleurs, Obama a du plomb dans l'aile dans le domaine des droits civiques, car ses partisans se sentent attristés de son aval, sur son web site, à la loi de l'écoute.
Le changement de cap d'Obama sur le financement de sa campagne électorale a fait l'effet d'une douche froide pour ses partisans. Contrairement aux propos précédents d'Obama dans ce domaine, il préfère maintenant s'appuyer sur les aides financières privées à qui on a attribuées. Le responsable de la campagne Obama a indiqué que les suspicions parmi les tenants du sénateur de l'Illinois n'étaient guère pour l'instant considérables, mais de tels mécontentements pourraient peu à peu se traduire par une vague de critiques anti-Obama. En tout état de cause, le quartier général des Républicains tente de profiter de la politique des deux poids deux mesures d'Obama en sa faveur.
L'auteur de l'article tient à comparer la politique instable de John Kerry, ancien candidat échoué des Démocrates, lors de la présidentielle américaine 2004, avec celle d'Obama pour indiquer que la politique de Kerry avait échoué il y a 4 ans, après qu'il avait changé de cap après sa victoire dans les primaires américaines.
Au moment où le candidat démocrate fait tout pour concentrer sa campagne sur la politique étrangère, il a en vérité emboîté le pas à Kerry.
En 2004, Kerry s'était rendu en Europe, ce qui n'avait d'autre résultat que son impopularité auprès de l'électorat américain, il le considérait comme un candidat, trop attaché à l'Europe, les erreurs que perpètre de son côté le démocrate Obama.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 3 Août 2008


Commentaires

1.Posté par oscar fortin le 03/08/2008 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsqu'un candidat perd sa "collonne vertébrale" pour devenir une girouette entre les mains de ceux qui ont le pouvoir réel de l'argent et de ce qu'on peut en faire, il ne peut plus être le porteur des intérêts de tout un peuple. Le charisme initial transformé en opportunisme devient vite sans vie. Il semblerait que ce soit ce qui se passe actuellement avec la candidature de M. Obama.

2.Posté par Eva le 04/08/2008 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans la démocratie occidentale, le peuple n'a aucun pouvoir, sauf d'aller voter dans le sens de la propagande officielle pour se donner bonne conscience.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires