Conflits et guerres actuelles

Obama étend la guerre au Pakistan


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:25 Lorsqu’Alep sera tombée...



Barry Grey
Samedi 12 Décembre 2009

http://thetruthorthefight.files.wordpress.com/2009/03/obama-terrorism-pakistan_0preview.jpg
http://thetruthorthefight.files.wordpress.com/2009/03/obama-terrorism-pakistan_0preview.jpg
Il y a une semaine, dans son discours de l’école militaire de West Point, le président Obama cherchait à présenter son escalade de la guerre en Afghanistan comme un prélude à un retrait rapide des troupes américaines. Il est de plus en plus clair aujourd’hui que ce discours n’était rien de moins qu’un exercice visant à tromper la population.
Ce discours a été conçu pour endormir le public, pour mieux affronter et désorienter l’opposition populaire de masse à la guerre.
Il est maintenant évident que la politique réelle qu’Obama a décidé de mettre de l’avant n’est pas seulement le maintien d’une occupation militaire illimitée de l’Afghanistan, mais aussi un important prolongement de la guerre au Pakistan.
Seulement quelques heures après le discours, des responsables de l’administration venaient « clarifier » les paroles d’Obama quant au retrait des forces américaines avant juillet 2011, soulignant qu’il n’existait pas de tel échéancier et que des soldats américains allaient demeurer en Afghanistan bien longtemps après cette date. On sait maintenant que l’intensification des frappes de missiles par des drones américains au Pakistan et le déploiement de forces spéciales des Etats-Unis en territoire pakistanais sont des éléments centraux du plan de guerre d’Obama pour mener des attaques contre les insurgés dans ce pays.
Obama n’a rien dit dans son discours mentionnant qu’il allait intensifier la guerre au Pakistan. D’après un article paru mardi dans le New York Times, citant un proche conseiller du président dont l’identité n’a pas été révélée : « Nous avons vite compris que, quels que soient les plans pour le Pakistan, il ne faut vraiment pas en parler. »
Le New York Times, qui, depuis des mois, fait campagne pour une escalade de la guerre et son expansion au Pakistan, a rapporté, le jour après le discours d’Obama, que la Maison-Blanche, le mois dernier, a autorisé une expansion des opérations de la CIA au Pakistan.
Mardi, le journal a rapporté qu’avant le discours d’Obama, son conseiller à la sécurité nationale, le général James L. Jones, a rencontré le chef de l’armée pakistanaise et celui des services de renseignements et leur a dit qu’à moins que le Pakistan ne bouge rapidement pour étendre l’offensive militaire contre les insurgés au Baloutchistan et au Waziristan du Nord, « les Etats-Unis étaient prêts à agir unilatéralement pour étendre les frappes de drones Predator au-delà des zones tribales et, si nécessaire, recommencer les raids des forces spéciales d’opérations dans le pays contre al-Qaïda et les chefs talibans. »
Dans un éditorial parsemé d’arrogance impérialiste et publié mardi, le Times a demandé que les Pakistanais « arrêtent de chercher à gagner du temps et se lancent pleinement dans le combat ». Concernant l’expansion des frappes de missiles au Pakistan, incluant leur prolongement au Baloutchistan, le journal écrit : « De telles frappes ont tué plusieurs extrémistes de hauts rangs, mais le programme demeure largement impopulaire au Pakistan et M. Obama doit être judicieux en ce qui concerne son expansion. Cela veut dire trois choses : prudence extrême dans les cibles, pas de morts ou de blessés civils, ou le moins possible [c.-à-d. autant que nécessaire] et pas de publicité. »
En d’autres termes, le peuple américain doit être gardé dans le noir sur les meurtres ciblés, les morts et les blessés civils provenant de frappes de missiles ainsi que d’autres opérations militaires en sous-main au Pakistan. Et le Times fera sa part pour essayer de supprimer toute l’information sur de telles actions.
L’éditorial a poursuivi en déclarant qu’Obama se devait de persuader les Pakistanais que « les Etats-Unis seront là pour une longue période cette fois-ci ».
On voit se dessiner un programme d’agression militaire américaine sans précédent pour transformer l’Afghanistan et le Pakistan en protectorats américains. C’est ce que signifie la récente déclaration du conseiller à la sécurité nationale Jones selon qui « Nous ne quittons pas cette région. Nos intérêts stratégiques sont immenses en Afghanistan et à l’est de l’Afghanistan au Pakistan… »
Depuis le discours mensonger d’Obama, un programme de domination coloniale des Etats-Unis en Asie du Sud et en Asie centrale a été déployé et les médias américains sont passés à l’action avec une autre tournée de propagande pro-guerre, y compris l’envoi de journalistes de télévision dans les bases américaines en Afghanistan.
La guerre en Afghanistan n’est qu’une partie de la stratégie mondiale de l’impérialisme américain pour assurer leur domination sur une région où le pétrole et le gaz naturel abondent et qui est d’une importance géostratégique cruciale pour la suprématie sur le continent eurasien. Les conséquences de cette nouvelle aventure seront catastrophiques pour les peuples de cette région qui subiront d’innombrables morts, la dévastation sociale et l’oppression néo-coloniale. Mais les conséquences seront aussi désastreuses pour le peuple américain, dont les fils et les filles seront sacrifiés et le niveau de vie sera encore réduit pour payer les aventures militaires sans fin.
Il y a un élément d’imprévoyance délibérée face au risque dans la politique d’agression du Pakistan par Washington. Elle pousse ce pays dans une guerre civile qui peut rapidement déstabiliser toute la région et augmenter le danger d’une guerre entre l’Inde et le Pakistan et entre l’Inde et la Chine, trois pays qui possèdent l’arme nucléaire. La Russie et l’Iran seraient  aussi inévitablement attirés dans le tourbillon.
L’élection d’Obama a été accueillie par des sections de l’élite dirigeante américaine qui croyaient qu’il pourrait servir de figure de proue pour un réalignement de la politique étrangère américaine après le désastre des années Bush. Il est maintenant clair qu’Obama est l’homme de l’armée et des représentants les plus impitoyables de la classe dirigeante.
Il est nécessaire pour les travailleurs et les jeunes de tirer les conclusions qui s’imposent. La lutte conte la guerre est une lutte contre l’administration Obama. C’est une lutte contre le Parti démocrate et le système des deux partis. Et c’est une lutte contre l’impérialisme américain et le système capitaliste sur lequel il est basé.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Samedi 12 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par pallas le 13/12/2009 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Obama a été salué lors de son élection comme le Messie, Sauveur de l'Humanité, adulé dans tous les médias et dans le monde entier.

J'étais un des seuls a avoir compris que derrière ce sourire d'ange ce cachai un être totalement différent.

Je ne me suis pas trompé.




2.Posté par contest-a-terre le 14/12/2009 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ PALLAS

MDR t'aurais du nous prévenir !

3.Posté par Madame Marie Adélaïde DUGLAN le 14/12/2009 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ CONTEST-A-TERRE

lu et approuvé
M-A. D

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires