Conflits et guerres actuelles

Obama envoie des marines supprimer la population de l'Afghanistan du Sud



James Cogan
Lundi 13 Juillet 2009

Obama envoie des marines supprimer la population de l'Afghanistan du Sud

Le gouvernement Obama a envoyé la 2e brigade expéditionnaire de marines (2 MEB) dans une offensive potentiellement très sanglante dans la province sud d'Helmand. L'objectif est de supprimer la population de Pachtounes, qui est largement hostile à l'occupation de leur pays par les États-Unis et l'OTAN, depuis 7 ans et demi, et qui refuse la légitimité du gouvernement afghan fantoche dirigé par le président Hamid Karzaï.

Tôt le jeudi matin, la 2 MEB a commencé ce qui a été décrit comme le plus grand transport aérien de marines depuis la guerre du Vietnam. Ayant reçu le nom de code « Khandjar » — le mot pachtou pour « coup d'épée » l'opération est la plus importante menée par les marines depuis qu'ils ont mené l'assaut contre la ville irakienne de Falludja en novembre 2004. En tout, 4000 marines et un bataillon de l'armée afghane de 600 hommes sont en action, soutenus par un ensemble d'avions, de drones sans pilotes et d'hélicoptères lourds.

Un article du New York Times de vendredi par la vétéran des correspondants de guerre Carlotta Gall, qui travaille en Afghanistan depuis 2001, expliquait pourquoi Helmand avait été choisi comme cible pour la première opération d'envergure du « renfort » (surge en anglais) d'Obama en Afghanistan.

Elle y écrit que « l'état d'esprit des Afghans a évolué vers une révolte populaire dans certaines régions de l'Afghanistan ». Les gens ont « pris les armes contre les troupes étrangères pour protéger leurs foyers ou par colère après avoir perdu des proches dans un bombardement aérien ».

Gall note : « La province du sud a subi les pires pertes civiles depuis le déploiement de l'OTAN dans la région en 2006. Des milliers de gens ont été déplacés par les combats et ont trouvé refuge dans les villes. "Maintenant il y a plus de gens qui se mettent du côté des talibans que du gouvernement" déclarait Abdul Qadir Noorzai, chef de la commission afghane indépendante des droits de l'Homme… »

Un homme interviewé par Gall en juin déclarait : « Qui sont les talibans ? Ce sont des gens du coin. » Un autre, dont la maison avait été bombardée par des avions américains deux mois plus tôt, disait des troupes étrangères : « Nous les musulmans, nous ne les aimons pas. Ce sont eux, la source du danger. »

La description que donne Gall du véritable état des choses réfute le matraquage de la propagande qui décrit cette offensive comme visant à sauver des gens de la tyrannie des talibans, de leur permettre de voter aux élections qui se préparent et de créer des conditions nécessaires au développement économique. Helmand est, en réalité, l'épicentre de la résistance populaire à l'occupation. Des milliers de soldats ont été nécessaires pour forcer la population à se soumettre.

Dans les premiers jours de l'opération, les troupes d'infanterie de marine ont été déployées en aval de la Vallée de la rivière Helmand, au Sud de la nouvelle base américaine près de la ville de Lashkar Gah. Ils ont occupé les villes de Nawa et Garmser, ainsi que Khan Nashin, à 130 kilomètres de la frontière pakistanaise, où ni les troupes d'occupation ni les troupes afghanes n'ont mis les pieds depuis plus de cinq ans.

L'assaut des marines a été précédé d'une opération britannique deux semaines plus tôt pour s'emparer de 13 ponts au nord de Lashkar Gah, afin d'empêcher l'arrivée de renforts talibans entrant à Helmand depuis la zone de la province voisine de Kandahar, aux mains des insurgés. Hier, des unités britanniques ont commencé une nouvelle offensive pour sécuriser la route entre Lashkar Gah et la ville de Gereshk au Nord de la province.

Les officiers américains ont déclaré au Washington Post que le « Khanjar » était le produit de mois de préparations. Qu'elle a été conçue pour Obama par les mêmes autorités qui ont mené le renfort de dizaines de milliers de troupes supplémentaires en Irak pour le gouvernement Bush en 2007. En particulier, le ministre de la Défense Robert Gates, le président de la conférence des chefs d'état-major, l'amiral Michael Mullen, le commandant du Centcom [Commandement central pour la région du golfe Persique et de l'Asie centrale, ndt] le général David Petraeus et le commandant récemment nommé en Afghanistan, le général Stanley McChrystal.

L'offensive a été prévue pour coïncider avec les premières étapes d'un assaut de l'armée pakistanaise dans la zone tribale du sud Waziristân. Les zones tribales pachtounes sont largement contrôlées par des mouvements islamistes ayant des liens étroits avec les talibans, qui fournissent à la guérilla afghane des lieux de replis et leurs propres combattants contre l'occupation.

Les opérations combinées ont été décrites par un officier pakistanais comme une stratégie « du marteau et de l'enclume ». L'idée est de forcer les talibans à se battre sur deux fronts, à la fois contre les forces des États-Unis/OTAN et contre les forces pakistanaises. Mahmoud Shah, officier pakistanais en retraite, a déclaré au Washington Post, le mois dernier que ses sources indiquaient que les dirigeants talibans avaient déjà « rappelé leurs troupes d'Afghanistan et les renvoient au Pakistan » pour s'opposer à l'offensive militaire attendue. L'armée pakistanaise a également déployé des troupes supplémentaires à la frontière entre Helmand et la province du Baloutchistan, pour empêcher qu'aucun taliban afghan n'échappe aux marines.

Les marines vont reproduire à Helmand les méthodes employées par l'armée américaine en Irak et ils sont bien préparés pour cela. La plupart des soldats et des officiers de la 2 MEB, ont effectué plusieurs services dans la province d'Anbar à l'est de l'Irak. Les tactiques du renfort ont été testées en premier à Anbar, centre de la résistance sunnite à l'invasion américaine. Durant deux ans, les marines ont mis au point leurs méthodes anti-insurrection au prix de milliers de vies irakiennes et de la répression de toute la population.

Tout le monde dans la zone nouvellement occupée d'Helmand – hommes, femmes, enfants – sera traité comme un insurgé potentiel. Les bases seront établies à l'intérieur même des villes et villages, à partir de là les troupes américaines utiliseront l'intimidation pour identifier les résistants. Les Afghans seront confrontés à des barrages routiers permanents, des vérifications d'identité et des fouilles. Les hommes en âge de se battre devront subir les traitements les plus humiliants. Les chefs tribaux locaux se verront proposer de l'argent pour la collaboration de leur clan avec l'occupant. S'ils refusent, ils seront classés parmi les sympathisants des talibans.

Bien que ce soit rarement mentionné dans les descriptions auto-censurées des médias, les tactiques anti-insurrection des États-Unis s'appuient fortement sur les assassinats et la détention arbitraire. Le général McChrystal a été placé aux commandes en Afghanistan principalement pour son expertise dans la direction de telles opérations; de 2003 à 2008, il a dirigé le Joint Special Opération Command (JSOC – commandement interarmes des opérations spéciales), dont les commandos de la mort ont tué ou enlevé des centaines de présumés dirigeants ou sympathisants de la résistance irakienne. Les mêmes méthodes ont déjà été utilisées à travers l'Afghanistan par les forces spéciales américaines, britanniques et australiennes, elles seront maintenant étendues au Helmand du Sud.

Dans les premiers jours de l'offensive du Helmand, la résistance a été minime. Une compagnie de marines s'est battue contre des combattants afghans au sud de Garsmer jeudi, ce qu'un officier a décrit comme « un putain de combat ». Après des heures de tirs, un chasseur a été envoyé pour détruire la position des insurgés avec une bombe de 250 kg. Des accrochages mineurs ont eu lieu hier. Dans la zone autour de Nawa et de Khan Neshin, il n'y a pas eu d'accrochages annoncés.

Jusqu'à présent, un seul marine a été tué et 11 autres blessés. Des dizaines, d'autres ont eu besoin de traitement pour insolation à cause des températures étouffantes de l'été afghan. Les troupes britanniques et danoises qui opèrent dans le secteur nord du Helmand ont également subi des pertes. Mercredi, deux soldats britanniques ont été tués et six autres blessés par une bombe cachée en bord de route à la sortie de Lashkar Gah.Parmi les morts, le lieutenant-colonel Rupert Thorneloe, l'officier britannique le plus gradé à mourir au combat depuis la guerre des Malouines en 1982. Ce même jour, un soldat danois a été gravement blessé par une mine.

En dépit de l'absence de grand affrontement, des inquiétudes ont été exprimées sur le possible échec de l'opération par manque de troupes. Selon le Washington Post, le commandant de la 2 MEB, le brigadier-général Lawrence Nicholson, s'attendait apparemment à ce que des milliers de soldats du gouvernement Afghan soient affectés à Kandjar. Il n'en a eu que 600.

Nicholson a décrit le manque de troupes afghanes comme une « vulnérabilité critique. » Ses marines seront dispersées pour essayer de tenir ce qui n'est après tout qu'une assez petite zone du territoire sous contrôle des talibans, dans des conditions où les insurgés ne se mesureront probablement pas à eux en combat ouvert. Après plus de sept ans, les talibans ont appris à éviter les engagements sans objet contre l'armée d'occupation bien mieux équipée. La résistance va soit se mêler à la population qui lui est plutôt favorable ou se retrancher dans des lieux sûrs en d'autres zones de l'Afghanistan. Les marines au contraire, subiront une série ininterrompue de pertes par les bombes en bord de route, les mines et autres méthodes de la guérilla.

Il y a déjà des signes que les commandants en chef du Pentagone font pression sur la Maison-Blanche et Obama pour envoyer plus de troupes en Afghanistan. Jusqu'à ce jour, Obama a affirmé qu'il ne déploierait pas plus que les 21 000 soldats additionnels qu'il avait envoyés dans le pays en entrant en fonction. Le général David McKiernan, l'ex-commandant américain en Afghanistan, a été renvoyé sans ménagements en mai en grande partie parce qu'il insistait sur le fait qu'il fallait plus de troupes.

Les dissensions au sein de l'armée n'ont clairement pas été réduites au silence. Le journal McClatchy rapportait mercredi que le conseiller à la sécurité nationale, James Jones, qui revenait d'Asie centrale, « commençait à entendre des rumeurs sur les nouveaux commandants et officiers envoyés en Afghanistan qui exigeraient rapidement un nouveau changement de stratégie et plus de troupes. » Un officier expérimenté sous couvert de l'anonymat aurait déclaré au journaliste Bob Woodward qu'au moins 100 000 soldats de plus étaient nécessaires.

Lorsque tous les renforts seront arrivés, il y aura 68 000 soldats américains dans le pays et 30 000 autres de divers pays de l'OTAN, dont la plupart opèrent selon des dispositions qui les empêchent de se rendre dans des zones de combat.

Mercredi dernier, l'amiral Mullen a déclaré aux journalistes que ses instructions au général McChrystal, en ce qui concerne les troupes supplémentaires, étaient de venir le voir et « demander ce dont vous avez besoin ». Il n'y a aucune raison de douter qu'Obama accepte tout ce que l'armée demandera. Dès sa campagne électorale, il dit que sa présidence consistait non seulement à « remporter » la guerre en Afghanistan, mais aussi à l'étendre au Pakistan. Derrière les déclarations de façade sur le fait d'extirper l'extrémisme et le terrorisme islamistes, le but est, et a toujours été, d'établir la domination stratégique des États-Unis sur toute l'Asie centrale.



Lundi 13 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par BoudjemaaA le 13/07/2009 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A toute action, la cause, il y'a une réaction, la conséquence qui s'oppose. c'est tout à fait normal et logique même si en apparence cette conséquence vous parait manquant de sagesse. La conséquence est toujours plus sage que la cause.

Ce que font les occidentaux au Moyen-Orient est du pur terrorisme cause, et ils ont l'audace de traiter les conséquences de terrorisme. La sagesse est de traiter les terroristes causes de terroristes, les conséquences, de victimes des vrais terroristes les occidentaux, avec les américains en tête. Ils représentent le vrai axe du mal, l'axe de la raison. Les tallibans et les irakiens ne sont que des victimes.
Il ne faut jamais oublier que la raison du terrorisme cause, la pétrolade américaine, va, en apparence, gagner toute les batailles, mais elle a déjà perdu la guerre. La victoire a été emportée par la sagesse-foi du peuple afghan et irakinen, et les peuples du reste du monde.

Le géant d'argile, l'empire américain, est en retard sur le temps qui vient de le dépasser. Il fait déjà partie du passé et , pris de panique, il joue la politique de l'Autruche.

Autruche américaine, fais sortir ta tête du sable avant que le loup temps ne te dévore en commençant par les muscles fessies, des troubles sociaux et une guerre civile aux Etats-Unis d'Amérique !

L'U.R.S.S. est passée par là !?
Adieu Etats-Unis d'Amérique !
Bienvenue aux Etats-Désunis d'Amérique !

La porte du musée de la poubelle de l'histoire est grande ouverte et, actuellement, elle se situe à la maison blanche. Derrière cette grande porte, il y'a un énorme arpirateur qui aspire tout ce passe devant lui. Obama est aspiré par celui-ci, l'aspirateur qui se trouve derrière cette porte, et il va bientôt dépasser la ligne d'arrivée, le pas de cette porte, sens unique avec un aller sans retour.
Nous pouvons sortir du musée du palais de l'histoire, de sa poubelle, jamais.
Lisez l'histoire !

2.Posté par ken le 14/07/2009 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, la Russie et la Chine ne laisserons pas gagner les américains, ils font mine de coopérer mais ne laisserons pas s'installer les usa en Afganistan. S'est une guerre d'usure qui est parti pour durée au moin 20 ans. Les Russes et les Chinois vont aider les Afgan peut-ètre qu'ils le font déjà depuis le début. La victoire des Afgans est sûr et certaine, l'amérique et ses alliés sont qu'une alliance de façade, les usa mendi leurs alliés d'envoyer des soldats. Les usa veulent surement partir d'Afganistan mais cette guerre est devenue un symbole pour eux, d'un coté ils veulent se retirer sans humiliation et d'un autre coté ils veulent ètre les premier à avoir gagné une guerre contre les Afgans, ils sont coincer, la défaite des usa va faire chuter l'empire américain comme l'empire d'urss. Qui vivra verra...

3.Posté par dido le 14/07/2009 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le but est d'éliminer tous lesgens sympas de la planète pauvres Afghans, à qui lessoldats cons naifs et nerveux font un sacré bourrage de crane,pauvres orphelins,pauvres femmes.....vous qui etesconsidérés comme de la m......
alors que vous etes super humbles et vous contentez du strict minimum,
courageàvous . EnOccident y enapas beaucoup qui penseà vous mais moi oui!!!!!!
alllez vous fairevoir vous qui pretextez des mensonges pour exterminer "démocratiquement" alors que c un scandale que de tuer des gens qui vous ont rien demandé et tous ça pour consommer et faire consommer encore plus!!!!que le plus Grand vous aide!!!!qu'Allah vousaide!!!nous on est cerné de toute part,parti droite comme de gauches par des sionnistes,dans les écoles, dans nos banques!!!!!ahhhhhlalla!!!!!!quel mal se passe!!!!

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires