Politique Nationale/Internationale

Obama au Caire est un coup porté à la démocratie


En optant pour Le Caire, en Égypte, comme tribune de son discours à la communauté musulmane mondiale qui est attendu depuis si longtemps, le président Barack Obama compte, comme on pouvait s’y attendre, sur une dictature digne de confiance étouffant un pays qui est au bord de l’inefficacité politique et religieuse.
En effet, l'Egypte moderne ressemble à son attraction touristique omniprésente, le Sphinx, gardien symbolique du temple, un lion couché paré d'une tête humaine.
Par Wajahat Ali


Mercredi 13 Mai 2009

Obama au Caire est un coup porté à la démocratie
De la même manière, l'autocratie brutale d’Hosni Mubarak en place depuis près de 30 ans pèse lourdement sur la masse immobilisée d’une population exaspérée, réprimée et fière qui a vu avec lassitude son pays, un ancien phare du nationalisme arabe, se transformer en fidèle chien de garde et larbin des politiques anti-démocratiques et « pro-occidentales ».



Peut-être que la Turquie, où Obama s'est rendu le mois dernier, aurait été un lieu plus idéal et plus dynamique en raison de son mariage réussi entre la démocratie laïque et l'Islam, comme l'a démontré l'élection du parti de l'AKP, un parti politique modéré et pro-occidental avec des penchants islamiques.

Ou Obama aurait pu choisir l'Indonésie, la nation musulmane la plus peuplée au monde où ont eu lieu récemment des élections libres et où les citoyens ont carrément rejeté les partis islamiques d’extrême-droite, très conservateurs en faveur du non-sectarisme et de la modération.

Le discours d’Obama en juin au Caire sera son troisième adressé au monde musulman, à la recherche de partenariat et de concertation avec les Musulmans fatigués par la politique humiliante de "guerre contre le terrorisme" et la rhétorique divisionniste et pernicieuse de l’inlassable belligérant George Bush. Dans sa première grande interview accordée à Al-Arabiya, Obama a proclamé : «Mon travail avec le monde musulman, c’est de lui faire savoir que les Américains ne sont pas votre ennemi."

Pourtant, le choix d’Obama de l'Égypte est une approbation et une acceptation implicite de la dictature de Moubarak, et cela réitère le cliché souvent ressassé dans le monde musulman quoique trop vrai que les États-Unis ne convoitent que des intérêts purement égoïstes au lieu de la démocratisation, de l'autonomie et de l'autodétermination par et pour les peuples arabes et musulmans.

Au cours d'une visite en Egypte la semaine dernière, Robert Gates, le secrétaire américain de la Défense, a affirmé que les Etats-Unis continueraient à accorder 2 milliards de dollars d'aide à l'Egypte, assurant ainsi à l'Égypte, une position perpétuelle de l'un des plus proches alliés et des bénéficiaires de la bienveillance financière des Etats-Unis.

Cette charité est versée chaque année au gouvernement égyptien, malgré sa brutale répression de l'opposition politique, de la liberté de la presse, des dissidents et même des blogueurs critiques, dont le châtiment va du harcèlement et des arrestations à la torture et aux "disparitions mystérieuses". Par exemple, un blogueur chrétien, Hani Nazeer Aziz, s'est rendu après que les services de sécurité du gouvernement aient arrêté deux de ses frères et les aient utilisés comme otages pour le forcer à se livrer.

L'Egypte de Moubarak a également un accord lucratif d’externalisation avec les États-Unis. Au lieu des services de télécommunications et soutien à la technologie, l'Égypte, comme la Syrie, est spécialisée dans la torture, aussi les États-Unis peuvent commodément contourner les lois, le respect des procédures et des droits de l'homme.

Mamdouh Habib, qui avait été pour finir envoyé à Guantánamo Bay, avait été sous-traité par les États-Unis, où il a déclaré avoir été "suspendu par les bras à des crochets, avoir reçu de façon répétée des décharges électriques, avoir été presque noyé et sauvagement tabassé", selon le Washington Post.

En prenant part à ce qui est maintenant un passe-temps pratique et habituel pour les dictateurs des pays musulmans, Moubarak manipule la constitution avec désinvolture comme de la pâte à modeler. Son gouvernement l’a récemment modifiée pour interdire "les partis religieux" d’opposition, comme les Frères Musulmans - un parti politique islamique influent et extrêmement conservateur, qui a remporté 20% des sièges au parlement lors des élections de 2005 - et neutraliser la surveillance impartiale de la future parodie d'élections, s’assurant ainsi que la dynastie de la dictature Moubarak serait transmise à son fils, Gamal.

L'Arabie Saoudite, le Pakistan et la Jordanie pratiquent cet étalage effronté de tentatives musclées destinées à étouffer la démocratie. Tous sont depuis longtemps des alliés des États-Unis avec qui les dirigeants respectifs ont des relations intimes et mutuellement bénéfiques. Malheureusement, les États-Unis semblent de plus engagés à soutenir des despotes dignes de confiance qui obtempèrent au lieu de traiter avec des partis démocrates représentant les désirs et les valeurs de la population.

Si Obama est sincère quand il dit vouloir traiter les Musulmans en tant que partenaires et discuter avec eux dans un respect mutuel, ses belles paroles devraient inspirer une réforme politique légitime.

Premièrement, il devrait profiter de cette occasion pour s’identifier aux préoccupations de la population en dénonçant les crimes odieux et la conduite oppressive et intolérante des despotes à sa solde, comme Moubarak et la famille royale d'Arabie Saoudite - pour n'en nommer que deux.

Deuxièmement, il devrait mettre en œuvre une initiative politique à long terme qui favoriserait l'émergence de partis démocratiques qui représenteraient la voix du peuple dans l’ensemble du Moyen-Orient, en particulier en Egypte, qui a été paralysée par une économie nationale défaillante et des décennies de dictature implacable.

Même si le silence honteux d’Obama sur le massacre israélien dans la bande de Gaza et ses attaques aux drones de plus en plus vaines et causant de nombreuses victimes au Pakistan ont frustré de nombreux Musulmans, ses paroles de réconciliation, de dignité et de respect continuent d'inspirer les Egyptiens et les Musulmans optimistes à l'étranger, dont la seule devise maintenant est l'espoir d’une nouvelle ère de relations différentes et éclairées des Etats-Unis avec le Moyen-Orient, qui ne dépendraient pas des dictatures et du prosternement.

Source : http://www.guardian.co.uk/
Traduction : MG pour ISM



Mercredi 13 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par zenbreko le 15/05/2009 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne suis pas d' accord avec ton approche ni meme avec ta conclusion. Ce n'est pas parcequ' on a une origine mixte avec un pere musulman et une mere americaine que les choses seront favorables aux palestiniens en particuliers et aux musulmans en general . Obama n' a rien dit sur le masacre des palestiniens, en Afganistan il bombarde
des populations civiles , il envoi des renforts de troupes , il bombarde des populations civiles au pakistan , il fait comme Bush ,il obeit aux lobby du complexe militaro industriel .Il va voir le salaud moubarek pour le pressé de detruire le hamas et les opposants palestiniens qui menent une resistance a Israel . Et demain une fois que le
hizbollah ,le hamas ,la resistance afgane et la resistance pakistanaise seront reduite , c'est l' Iran qui sera la prochaine cible. Obama est un truand avocat comme sarkozy ,il sait manipuler les mots et le verbe tout comme le fait sarkozy maintenant . il va dire au
traitre egyptien dictateur et antidemocrate auquel il consent a debloquer 2 milliards chaque année , qu' il est pour un etat palestinien mais on attendra encore longtemp comme le disais d' ailleurs recement le pape en palestine, pauvres palestiniens la souffrance n' est pas fini pour eux.. Obama avant toute chose est president d' un etat imperialiste qui cherche simplement a redorer le blason terni par Bush , il a besoin d'un peu de temp pour refaire une santé militaire a l' armée US ,et il ne faut pas se leurrer outre mesure les projets americains de domination mondiale ne s'arreteront pas au proche et au moyen orient .Mais j' espere et je le souhaite vivement qu' ils connaitront des deconvenus quand ils voudront etendre leur domination a la Chine et a la Russie .

2.Posté par VIRGILE le 18/05/2009 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Égypte reste pour moi, plus qu'un symbole. Pilier antique de nos civilisation moderne, histoires bibliques inégalées, pérennité depuis des millénaires, etc. Abraham et bien des Patriarches y ont séjourné et une Alliance éternelle a été conclue, non seulement avec Abraham (en vue du Christ à venir) mais également avec Ismaël, premier-né d'Abraham, avec Agar, la servante égyptienne.
Israélites et Egyptiens sont réellement frères, par le sang d'Abraham et la volonté de Dieu. Les gouvernants passent et trépassent. la Parole et la Terre restent.
Sous les manœuvres talmudiques (à ne pas confondre avec la sainte Torah) et les affidés maçonniques, l'occident à tout fait pour piller et empêcher le développement de l'Orient. "L'orientalisme" à fait le reste et le racisme est savamment instrumentalisé.
Je suis également agacé par ces notions soit-disant civilisatrices de "démocratie". Nous en voyons les fruits aujourd'hui (ADM, guerres impitoyables sur des motifs mensongers, états policiers, liberté de la presse et du citoyen bafoués, élections truquées, luxures, cupidité et débauches de nos gouvernants, etc.). Nos démocraties ressemblent à des systèmes barbares, irresponsable quant aux conséquences, sans spiritualité biblique digne de ce nom, fabriquant des égocentriques, cupides, orgueilleux et vaniteux et ou l'amour du plus grand nombre se refroidit...Massacres sur génocides, injustices sur impiété...Quelle démocratie voulons-nous imposer à coups de bombes sales et de false flag à ces Fils d'Abraham scellés par la Parole de Dieu ?
D'Alexandre le Grand jusqu'à G.W. Bush, l'occident de Zeus puis du christianisme à la Constantin, a toujours été un impitoyable prédateur et pilleur. Ne serait-il pas temps de stopper cette folie inhumaine, diabolique et de nettoyer devant sa porte ? il est Ecrit quelque part que nous sommes tous Frères, en tout cas, apparentés. La "race supérieure" à la Gobineau devrait montrer l'exemple ou je me trompe ?
Obama a déjà échappé à un attentat sioniste en Turquie (G20). La communauté juive d'Egypte est nombreuse (comme en Iran). Il marche sur des charbons ardents. Laissons faire car "Tout est accompli". Jusqu'ou iront les Illuminati ?

3.Posté par dik le 19/05/2009 00:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moubarak est, depuis sa prise de pouvoir, le Pinochet des arabes. Il a de tout temps été l'allié du diable voisin (Israël) et lointain (USA). Inutile d'insister sur les détails. En tous cas, c'est le chef de file des régimes abjectes cités par l'auteur. Tous les peuples arabes vomissent ces régimes et forcément, les puissances qui les forment, les arment et les encouragent. Rien à cirer pour les arabes du discours d'Obama en Egypte, même s'il leur promettait monts et merveilles!!

4.Posté par zenbreko le 20/05/2009 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

de quelle porte s'agit il ??????????

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires