Politique Nationale/Internationale

Obama appelle à la patience face à l’Iran et à la crise



Jeudi 26 Mars 2009

Obama appelle à la patience face à l’Iran et à la crise
Le président américain Barack Obama s'attend à des "progrès réguliers" dans les négociations avec Téhéran, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.
Obama a espéré que son message vidéo destiné aux dirigeants et au peuple de la République islamique, une initiative sans précédent réalisée à l'occasion du nouvel an iranien, permettrait de créer une embellie dans les relations bilatérales.
"Certains ont dit: ils ne vont pas immédiatement détruire les armes nucléaires ou cesser de financer le terrorisme. Ce n'est pas ce que nous attendions. Ce que nous souhaitons, ce sont des progrès réguliers dans ce domaine", a indiqué Obama.

Par ailleurs sur le plan économique, Obama voulait rassurer une opinion publique américaine qui commence à douter de l’efficacité des mesures prises pour réguler les dérives du système financier.

Le président américain a défendu sa politique face à la crise. " Les Etats-Unis commencent à voir des signes de reprise des ventes et de stabilisation des prix immobiliers pour la première fois depuis longtemps ", a-t-il dit. Des "signes de progrès" mais la route sera encore longue, a-t-il prévenu. " Il faudra de la patience ", a dit le président démocrate. Mais en même temps, il a tenu à rappeler : "Nous sommes mieux placés parce que des décisions ont été prises".
«Je ferais remarquer que le dollar est extraordinairement fort en ce moment», s'est-il ainsi enorgueilli devant un parterre de journalistes, balayant au passage l'idée chinoise d'adopter une nouvelle monnaie de réserve pour remplacer le dollar. «Et la raison pour laquelle le dollar est fort en ce moment, c'est parce que les investisseurs considèrent que les Etats-Unis ont l'économie la plus forte au monde, avec le système politique le plus stable au monde».

Mais à un long plaidoyer pour la confiance dans l'économie «made in USA» a succédé un bref appel à la lucidité : «Nous allons nous remettre de cette récession, mais cela réclamera du temps, cela réclamera de la patience», a répété Barack Obama, n'excluant d'ailleurs pas que la situation empire pour les banques.

La semaine passée a été la plus dure de l'administration Obama depuis son arrivée à la Maison Blanche, après la révélation que le géant de l'assurance AIG avait versé au moins 165 millions de dollars de primes à certains cadres alors qu'il ne devait son salut qu'aux injections d'argent de l'Etat. Et si Barack Obama reste populaire, avec quelque 60% d'opinions favorables, cette affaire fait toujours scandale. L'époque des «primes démesurées et de la spéculation effrénée» est révolue, a-t-il assuré mardi soir, sans «diaboliser chaque investisseur et chaque entrepreneur qui cherche à faire des profits».
Évoquant la prochaine réunion du G 20 à Londres, Barack Obama a plaidé pour une action globale afin de stopper le ralentissement économique mondial.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Jeudi 26 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par hafrit le 26/03/2009 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.europarl.europa.eu/news/expert/infopress_page/030-52609-082-03-13-903-20090325IPR52608-23-03-2009-2009-true/default_fr.htm

Un nouvel accord de partenariat transatlantique s'impose pour resserrer les liens avec les Etats-Unis suite à la prise de fonction de Barack Obama, estime le Parlement européen. A quelques semaines du sommet informel UE / Etats-Unis, la résolution du Parlement propose une nouvelle architecture institutionnelle, notamment la création d'un Conseil politique.
L'actuel "nouvel agenda transatlantique" datant de 1995 doit être remplacé par un nouvel accord de partenariat transatlantique reposant sur une nouvelle architecture institutionnelle, souligne le rapport de Francisco José Millán Mon (PPE-DE, ES). La relation avec les Etats-Unis y est décrite comme "le plus important partenariat stratégique" de l'UE. Ce rapport a été adopté à une large majorité par 503 voix pour, 51 voix contre et 10 abstentions.

Les députés proposent de créer un Conseil politique transatlantique (CPT) comme "organe de consultation et de coordination systématiques de haut niveau pour la politique étrangère et de sécurité". Celui-ci serait présidé par le Haut représentant ou vice-président de la Commission européenne, côté Union européenne, et par le Secrétaire d'État, pour les États-Unis. Des réunions auraient lieu au minimum tous les trois mois.

Une commission parlementaire PE-Congrès américain

Une commission parlementaire mixte devrait remplacer l'actuel dialogue transatlantique des législateurs, selon le rapport. Composée de députés européens et de membres du Congrès américain, elle devrait se réunir en plénière deux fois par an.

Cette commission devrait être en mesure de soumettre des propositions aux Conseils politique et économique, ainsi qu'à l'occasion des sommets UE/Etats-Unis ; ses deux co-présidents devraient être invités à participer à l'ouverture des réunions des deux conseils. La commission mixte devrait aussi pouvoir procéder à l'audition des membres de ces conseils.

Le rapport ajoute que les sommets UE/Etats-Unis devraient avoir lieu deux fois par an pour donner "une orientation stratégique et dynamique au partenariat".

Sommet informel Etats-Unis - UE

Le Parlement se félicite vivement de l'organisation du sommet qui se tiendra à Prague le 5 avril 2009 et qui réunira le Président Barack Obama et les 27 chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne. Il espère que "cette rencontre insufflera une dynamique puissante au renforcement de la relation transatlantique et à l'élaboration d'un agenda commun".

Prisons secrètes de la CIA, questions internationales

Par ailleurs, le rapport encourage les Etats-Unis à fermer les prisons secrètes de la CIA hors de leurs territoires, à mettre un terme à la politique de reddition extraordinaire, ainsi qu'à ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale et à y adhérer.

Pour les députés, le partenariat renouvelé devrait aussi permettre d'aborder avec la Russie les défis communs aux deux blocs comme le désarmement et la non-prolifération des armes nucléaires.

Enfin, il devrait permettre de mieux coordonner les réponses sur d'autres questions d'intérêt commun comme la promotion d'une paix durable au Moyen-Orient au travers du Quartet, la lutte contre le terrorisme, et la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, notamment en Afrique.

Marché transatlantique unifié: respecter la date butoir de 2015

Le Conseil économique transatlantique (CET) devrait être mis à profit pour surmonter les obstacles actuels à l'intégration économique et pour réaliser un marché transatlantique unifié d'ici à 2015. Les députés demandent à la Commission européenne d’élaborer, sur la base d'une étude financée par le Parlement européen au titre de son budget pour 2007, une feuille de route détaillée des obstacles actuels à surmonter dans l’optique de respecter cette date butoir.

Ils soulignent aussi le rôle à jouer par le CET en matière de coopération macroéconomique transatlantique et prônent un renforcement de la coordination entre les institutions monétaires européennes et américaines.


Vous trouverez, dès sa disponibilité, le texte adopté tenant compte des amendements éventuels, à l'adresse ci-dessous, en cliquant dans le calendrier sur le jour du vote (26.03.2009).

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires