Politique Nationale/Internationale

Obama - Netanyahou Je T'Aime Moi Non Plus : Faux Dilemne, Vraie Complicité



Dimanche 24 Mai 2009

Pas D'Espoir Ni Changement Attendu De La Rencontre Obama - Netanyahou
Pas D'Espoir Ni Changement Attendu De La Rencontre Obama - Netanyahou
Il n'y a jamais eu autant de battage médiatique concernant une rencontre entre un dirigeant américain et israélien que pour celle qui s'est tenue cette semaine entre le président US Barak Obama et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Comme on pouvait s'y attendre, Obama a rappelé son engagement à entreprendre une démarche diplomatique envers l'Iran de même que de faire un effort considérable pour parvenir à une solution à deux états. Netanyahou continue à inciter à la confrontation avec l'Iran et a refusé de s'engager pour la création d'un état palestinien.

En surface, il semblerait qu'il y ai de véritables différences et qu'on doive s'attendre à une bataille épique entre les forces impliquées de chaque côté - inclus le Lobby israélien- qui déterminera le sort réservé aux relations US-Israël.

Mais, Obama n'a offert que peu de nouvelles informations, réitérant les positions US bien connues qui considèrent les Palestiniens, particulièrement le Hamas, comme les agresseurs, et Israël comme l'innocente victime. Tout en appelant Israël à stopper la construction des colonies ( comme l'ont fait pendant des décennies les présidents US), Obama n'a fourni aucun signe qu'il allait transformer ses paroles en actes. Bien au contraire, le président a dit qu'il ferait pression sur les dirigeants arabes pour qu'ils normalisent leurs relations avec Israël, récompensant à l'avance ce dernier pour toute relance des négociations de paix.

Imaginons, pour argumenter, qu' Obama face, fait sans précédent, pression pour forcer Israël à accepter un accord avec les Palestiniens. Quel serait un tel accord ? Les grandes lignes de celui-ci ont été tracées dans un rapport récent envoyé à Obama par un groupe d'anciens hauts responsables politiques US ayant à sa tête l'ancien conseiller à la sécurité intérieure, Brent Scowcroft. Le document, prévient qu'il n'y a qu'une possibilité "de 6 à 12 mois" avant que ne s'évapore toute chance de paix, et appelle les US à soutenir avec force la création d'un état palestinien. Mais, ce doit être un état démilitarisé tronqué " basé sur " les frontières de 1967. Israël annexera les grandes colonies de la Cisjordanie et il n'y aura pas de droit de retour pour les réfugiés palestiniens. Cet " état " sera occupé indéfiniment par une "force multinationale" dirigée par l'OTAN, pouvant, selon la suggestion du groupe de Scowcrift, comprendre également des soldats israéliens Voir " "A last chance for a two-state Israel-Palestine agreement, 2009

Bien sûr, la proposition de Scowcroft ne représente pas nécessairement la ligne de l' Administration Obama. Mais elle exprime le consensus existant dans l'industrie envahissante du processus de paix qui considère une telle proposition comme " raisonnable" "pragmatique" et inévitable, et elle fait écho aux propres déclarations d' Obama s'opposant au droit au retour et soutenant la demande d'Israël d'être reconnu comme un "état juif".

En d'autres termes, ce que la vaste majorité des Palestiniens considèrent comme un horrible plan pour légitimer leur dépossession, accorde à Israël une licence perpétuelle pour être raciste, et pour transformer un régime d'apartheid issu des Accords d'Oslo en prison permanente. Cela est actuellement considéré comme une réflexion audacieuse et profonde menaçant de rompre les liens américano israéliens.

Netanyahou a peu à perdre à s'embarquer dans une "processus de paix" après s'être embarqué à résister à la pression américaine ( ou extorquer plus de concessions américaines et d'argent). Il sait que les chances d'action sont nulles. Obama n'entreprendra pas de pression significative, et même s'il le faisait ce n'est pas clair sur qui, puisque côté palestinien il n'y a pas de dirigeant prêt, voulant, ou capable de réitérer une fraude type Accords d'Oslo contre leur peuple.

On dit qu'Obama croit que la paix en Palestine est la clé pour transformer les relations entre les US et le "Monde Musulman". S'il est vraiment sérieux là dessus, les US devraient rompre avec toutes les politiques passées et soutenir la paix sur des principes universels démocratiques et des droits de l'homme et d'égalité - - ce qui est incompatible avec l'engagement envers Israël comme étant un "état juif" pratiquant la discrimination légalisée. Tous les signes montrent néanmoins que l' Administration Obama fera pression pour forcer les Palestiniens et les Arabes à accepter la normalisation avec Israël tel qu'il est et que les US continueront de soutenir la faillite morale et politique du projet colonial sioniste par une aide permanente américain militaire, économique, et diplomatique.

Le véritable problème pour les relations US israéliennes, ne doit pas être si Netanyahou murmurera ou non les mots magiques de la "solution à deux états". C'est plutôt qu' après Gaza c'est impossible de continuer à agiter la fiction qu'Israël est une brave démocratie libérale ne dépendant que d'elle -même et qui mérite un soutien inconditionnel. Quelque soit ce que fait cette administration, cela finira par des pressions sur Israël - - tel que le soutien croissant du public américain pour le mouvement mondial de boycott, désinvestissement , et sanctions.

Ali Abunimah - 21/05/09

Article en anglais

Ali Abunimah est co fondateur du site internet Electronic Intifada, et l'auteur de : "One Country: A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse" (Metropolitan Books, 2006). Cet article a d'abord été publié sur bitterlemons international.



Quelques extraits de la conférence de presse conjointe Obama Netanyahou après leur rencontre

Obama :

"... D'abord je veux remercier le premier ministre Benjamin Netanyahou de sa visite je pense que nous avons eu une série de conversations extraordinairement productives non seulement entre nous deux, mais aussi au niveau du personnel et des agences. Cela reflète évidemment la relation extraordinaire, la relation spéciale entre les Etats Unis et Israël. C'est un allié inconditionnel des US. Nous avons des liens historiques, des liens émotionnels. Comme seule véritable démocratie au Moyen Orient, c'est une source d'admiration et d'inspiration pour le peuple américain. J'ai dit dés le début que lorsqu'il s'agit de ma politique envers Israël et le Moyen Orient, la sécurité d'Israël est d'une importance capitale, et j'ai répété cela au premier ministre Netanyahou.C'est dans l'intérêt de la sécurité nationale des US d'assurer que la sécurité d'Israël en tant qu' état juif indépendant est maintenu...."


Sur la "création d'un état palestinien " Obama adopte un langage proche de celui de Netanyahou qui ne parle pas d'état mais accorde aux Palestiniens le droit de se gouverner eux mêmes et surtout met l'accent sur le développement économique principalement de la Cisjordanie, objectif premier de ce dernier.

Obama :

"..Et je pense que nous pouvons - il n'y a aucune raison que nous ne puissions pas saisir cet opportunité et ce moment pour tous les parties concernées de prendre au sérieux ces obligations et d'aller de l'avant de sorte qu'on assure la sécurité d'Israël, qu'on mette fin aux attaques "terroristes" source de souffrance et de détresse, et qu'on puisse stopper les attaques à la roquette sur Israël, mais aussi permettre aux Palestiniens de se gouverner comme un état indépendant qui permet un développement économique, qui leur permet de faire de sérieux progrés pour répondre aux aspirations de leur peuple...."


Dans son intervention, Netanyahou a principalement insisté sur la menace que représente soit disant le programme nucléaire iranien, consacrant peu de temps au règlement du conflit avec les Palestiniens. Evitant de parler d'état palestinien, il a conditionné toute reprise des négociations à la reconnaissance par les Palestiniens d'Israël comme état juif ce qui bien sûr signifie en clair qu'il n'y aura pas de reprise des négociations car personne côté palestinien n'osera le faire c'est la ligne rouge à ne pas franchir.

Netanyahou :

"... Si nous reprenons les négociations, comme nous le prévoyons, alors je pense que les Palestiniens - devront reconnaitre Israël comme un état juif; ils devront aussi permettre à Israël d'avoir les moyens de se défendre. Si ces conditions sont remplies - - si les conditions pour la sécurité d'Israël sont remplies, et qu'il y a reconnaissance de la légitimité d'Israël - - sa légitimité permanente, alors je pense que nous pouvons envisager un arrangement où les Palestiniens et les Israéliens vivront côte à côte dans la dignité, la sécurité et la paix..."


Lors des questions Obama s'est prononcé - même si c'est dit de façon alambiquée - pour faire pression sur les Palestiniens pour qu'ils assurent la sécurité d'Israël via leurs milices de supplétifs entraînés par les US pour pourchasser la résistance en Cisjordanie, et pour faire pression sur les pays arabes pour qu'ils normalisent leurs relations avec le régime sioniste sans attendre la création d'un état palestinien qui de toute façon ne verra jamais le jour sous Netanyahou. En effet, Obama, à aucun moment, n'a évoqué une quelconque pression sur Israël de sa part, répétant tout au long de cette conférence de presse le mantra entendu avec les autres administrations sur la nécessité "d'assurer la sécurité d'Israël."

Obama :

"...Au cour des discussions, et je pense que le premier ministre ne verra aucun inconvénient à ce que je lui dise - - ou que je dise publiquement ce que j'ai - - dit en privé, qu'on reconnaît que les Palestiniens doivent faire un meilleur boulot pour fournir les types d'assurance sécuritaire nécessaires dont les Israéliens ont besoin pour arriver à une solution à deux états, c'est, vous savez, que la direction des Palestiniens devra obtenir - - obtenir plus de légitimité et crédibilité auprès de son propre peuple et fournir ces services. Et c'est ce que les US et Israël peuvent aider à faire accomplir. Les autres pays arabes doivent apporter plus de soutien et être plus audacieux dans la recherche d'une normalisation potentielle avec Israël..."



Titre Traduction Synthèse Mireille Delamarre


Dimanche 24 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par mega le 24/05/2009 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

obama,c'est un discours pour les moutons qui regardent la tèlè,de la poudre au yeux,on a l'impression d'entendre les autres prèsidents,20 ans en arrière,employè des mots comme dèmocratie pour parler d'israel,ça me fait doucement rire,comme d'habitude blablabla et sur le terrain rien ne change,la colonisation par les nazisionistes continue en massacrant et chassant les palestiniens en tout impunitè aux yeux de tout le monde,c'est ça la connerie humaine sans limite.

2.Posté par zenbreko le 25/05/2009 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il a tout simplement peur de se faire flingué comme les autres presidents .Quand il parle encore des assurances a données a Israel ??? bien sur j' avais oublié l' arsenal
nucleaire paestiniens ????.Non , c'est fini il n' y a plus plus rien a esperer .Les jeux sont faits avec des dés pipés alors on sait a quoi s' attendre .......

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires