Géopolitique et stratégie

OTAN: la nouvelle stratégie au coeur d'un entretien Rasmussen-Albright



Vendredi 4 Septembre 2009

OTAN: la nouvelle stratégie au coeur d'un entretien Rasmussen-Albright
Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a rencontré vendredi à Bruxelles l'ex-secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, chargée de définir les fondements de la nouvelle conception stratégique de l'Alliance, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place. Auparavant, le secrétaire général de l'OTAN avait choisi Mme Albright en tant que présidente du "groupe des sages" (12 experts, diplomates et scientifiques américain, néerlandais, canadien, britannique, allemand, français, italien, turc, espagnol, polonais, letton et grec) devant mettre au point le projet de nouvelle conceptions otanienne.
A part M.Rasmussen et Mme Albright, l'adjoint de cette dernière, l'ancien PDG de Royal Dutch Shell, le Néerlandais Jeroen van der Veer a participé à la rencontre de vendredi au QG bruxellois de l'Alliance.
Aujourd'hui même, les "sages" rencontreront les membres du Conseil de l'OTAN, délégués permanents des 28 pays membres de l'Alliance.
Lors du sommet anniversaire de l'Alliance en avril dernier, les leaders des pays membres ont confié au nouveau secrétaire général de l'OTAN l'élaboration d'une nouvelle stratégie de l'Alliance vers le prochain sommet du bloc prévu pour fin 2010.
L'élaboration de la stratégie a formellement débuté le 7 juillet dernier à Bruxelles, lors d'une conférence sur la sécurité internationale organisée à l'initiative de l'OTAN.
La nouvelle stratégie doit remplacer celle de 1999 et englober, entre autres, les problèmes de la piraterie et de la sécurité énergétique.
Le nouveau secrétaire général de l'OTAN a promis que l'élaboration de la nouvelle conception serait accompagnée de "consultations publiques", notamment sur le site de l'Alliance.

OTAN: la nouvelle stratégie au coeur d'un entretien Rasmussen-Albright

Quel nouvel concept stratégique pour l'OTAN?

Interview de Fedor Loukianov, rédacteur en chef de la revue "Rossia v globalnoï politike" (La Russie dans la politique mondiale)



Question: Un "groupe de sages"qui vient de faire son apparition avec à sa tête Madeleine Albright est chargé d'élaborer une nouvelle conception stratégique de l'OTAN vers la fin de 2010. Qu'est-ce que cela signifie? Quels seront les principaux objectifs de l'OTAN?


- Quels seront les principaux objectifs de l'OTAN? Personne ne peut encore y donner la réponse pour la simple raison que personne ne la connaît. C'est en cela que réside le principal défi à l'OTAN : une organisation existe, son potentiel existe, mais elle n'a plus d'objectifs à atteindre car cela a été déjà fait. L'Union Soviétique a disparu, mais l'OTAN telle qu'elle est n'arrive pas à s'adapter à une nouvelle situation dans le monde. L'OTAN est, par définition, par son origine, une organisation régionale, mais les menaces revêtent un caractère global et, même si celles-ci étaient régionales, elles existent dans les régions éloignées de celles qui entraient dans sa sphère de responsabilité . La tentative de faire de l'OTAN une organisation globale s'est soldée par un échec. Ce qui est parfaitement évident, car, sauf les Etats-Unis et, dans une certaine mesure, la Grande-Bretagne, personne n'y aspire, entre autres, l'Union européenne, car, pour une alliance aussi puissante, il n'y a pas d'objectifs en Europe et dans son espace. Ces contradictions entraînent des discussions incessantes sur une nouvelle conception de l'OTAN, la création de tels ou tels groupes, mais, pour l'instant, rien de précis n'a été formulé.



Zbigniew Brzezinski a récemment énoncé l'idée de transformer l'OTAN en centre d'une structure de réseaux, en élément central des organisations régionales qui viendraient l'aider à maintenir l'ordre dans d'autres pays du monde. A mon avis, c'est une idée intéressante, belle, mais tout à fait chimérique. Quant à Madeleine Albright et d'autres doyens sages, je suppose que leurs efforts seront vains, car Albright et d'autres membres du groupe sont habitués à avoir affaire à l'OTAN classique de la période de son épanouissement et de son triomphe lorsque la situation, l'état d'esprit et l'atmosphère étaient différents. A présent, tout a changé, mais ces sages ont, à mon avis, la mentalité d'une autre époque, laquelle fait qu'ils ne sont pas prêts à accepter les mesures radicales que requiert la transformation de l'alliance. Ceci dit, il serait curieux d'apprendre ce qu'ils parviendront à faire, mais, à mon avis, leur travail sera, pour le moins, très difficile.


Question: Comment peut changer la conception stratégique à l'égard de la Russie, comment peut changer l'attitude envers la Russie?



- A vrai dire, la situation serait idéale pour l'OTAN et son activité, si la Russie représentait pour l'OTAN la même menace militaire que l'Union Soviétique, dans ce cas, tout reprendrait sa place, comme auparavant. Mais la Russie possède déjà un autre potentiel, elle applique une autre politique, c'est un autre pays et, en l'absence d'une grave menace extérieure de la part de la Russie, les rapports avec la Russie restent en suspens. La Russie a cessé d'être un ennemi, mais elle n'est pas devenue pour autant un allié. Elle ne sera certainement pas un ennemi et, comme tout l'indique, un allié. En effet, il est difficile de s'imaginer dans un avenir prévisible que la Russie adhère à l'OTAN ou qu'elle y accomplisse tels ou tels engagements en qualité d'allié. C'est pourquoi, soit il sera possible d'édifier par des efforts communs une nouvelle architecture de la sécurité, ce dont a parlé le président russe Dmitri Medvedev et ce dont on parle beaucoup en Russie, où l'OTAN sera un des éléments qui la constituent, mais pas l' élément dirigeant, et à ce moment là, donc, la Russie et, probablement, d'autres pays en feront partie, ce sera une tâche ardue, très ambitieuse, mais c'est l'unique moyen de sortir du cercle vicieux; soit les rapports actuels entre la Russie et l'OTAN - une confrontation symbolique avec la coopération dans certains domaines et le vide dans d'autres - resteront les mêmes. Malheureusement, le modèle actuel ne présage nullement l'apparition des prémisses de changements institutionnels.


Ce texte n'engage que la responsabilité de l'auteur.
 

http://fr.rian.ru http://fr.rian.ru



Vendredi 4 Septembre 2009


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires