ALTER INFO

OSC : Alliance Russie-Iran ?


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Lundi 1 Septembre 2008

OSC : Alliance Russie-Iran ?

​​​

​​​L'USG Open Source Centre a traduit un article de la presse russe qui propose une alliance stratégique entre la Russie et l'Iran.


Par Juan Cole


Expert : Sur l'alliance possible entre la Russie et l'Iran pour contrer les mouvements « hostiles » des États-Unis
Article de Radzhab Safarov, directeur général du Centre Russe sur les Études Iraniennes : « L'atout iranien. La Russie peut prendre le contrôle du Golfe Persique »
Vremya Novostey
Vendredi 29 août 2008
Type de document : Traduction d'un texte de l'OSC



​​​La reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie par la Russie est une étape judicieuse pour protéger ces nouvelles républiques des agressions géorgiennes. Toutefois, en tenant compte du fait que les États-Unis envisagent d'accélérer l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine au bloc militaro-politique de l'OTAN, la situation près de la frontière Russe demeure alarmante. Dans le même temps, Moscou a un grand choix de contre-mesures équilibrées contre tout plan hostile des États-Unis et de l'OTAN. En particulier, la Russie peut compter sur les pays qui s'opposent efficacement à l'expansion des satellites des États-Unis. Seuls des efforts collectifs peuvent aider à créer une situation qui pourrait, si ce n'est supprimer, du moins réduire, le risque de transformer la guerre froide en conflits locaux et mondiaux.


​​​Par exemple, Moscou pourrait renforcer ses liens militaires et techniques avec la Syrie et ouvrir des négociations sur le rétablissement de sa présence militaire à Cuba. Toutefois, l'avancée la plus grave que les États-Unis, et Israël en particulier, craignent (d'ailleurs, Israël a fourni des armes à la Géorgie) est la révision hypothétique de la politique étrangère russe envers l'Iran. Une alliance stratégique suppose la signature avec l'Iran d'un nouveau traité militaro-politique de grande envergure pouvant changer totalement le tableau géopolitique du monde contemporain.


​​​Des nouvelle relations des alliés pourraient résulter le déploiement d'au moins deux bases militaires dans les régions stratégiques de l'Iran. Une base militaire pourrait être déployée au nord du pays, dans la province iranienne à l'est de l'Azerbaïdjan et l'autre dans le sud, sur l'île de Qeshm dans le Golfe Persique. Grâce à la base à l'est de l'Azerbaïdjan en Iran, la Russie serait en mesure de surveiller les activités militaires en Azerbaïdjan, Géorgie et Turquie, et partagerait ces informations avec l'Iran.


​​​Le déploiement d'une base militaire sur l'île de Qeshm permettrait à la Russie de suivre les activités des États-Unis et de l'OTAN dans la région du Golfe Persique, d'Iraq et des autres États arabes. À l'aide d'équipements spéciaux, la Russie pourrait surveiller efficacement tout ce qui navigue dans ce goulet d'étranglement de la mer, la provenance et la cargaison de tout ce qui vient de l'océan Indien ou y retourne.


​​​Pour la première fois, la Russie aura la possibilité d'arrêter les navires suspects et d'inspecter leur cargaison, ce que les Étasuniens ont fait cyniquement dans cette région pendant de nombreuses décennies. En échange du déploiement de ses bases militaires, la Russie pourrait aider les Iraniens à déployer une défense aérienne moderne et des systèmes de défense antimissiles le long du périmètre de ses frontières. Téhéran, par exemple, a besoin des nouveaux S-400 SAM russes.


​​​Les dirigeants iraniens accordent une grande attention aux rapports indiquant qu'une résolution secrète du gouvernement géorgien a donné carte blanche aux États-Unis et à Israël pour utiliser le territoire géorgien et les bases militaires locales afin de lancer des frappes de missiles et de bombes contre les installations iraniennes en cas de besoin. Un autre voisin, la Turquie, est non seulement un membre de l'OTAN, mais aussi un puissant adversaire régional et un rival économique de l'Iran. En outre, la République de l'Azerbaïdjan est devenu le partenaire clef de l'Occident sur la question du transport des ressources énergétiques de la mer Caspienne vers les marchés mondiaux. Les Iraniens sont aussi préoccupés par le plan de Bakou, de donner à l'Occident (surtout aux Étasuniens) un accès capital au soi-disant secteur azerbaïdjanais de la mer Caspienne, ce qui est porteur de nouveaux conflits car le statut juridique de la mer Caspienne n'a toujours pas été défini jusqu'ici.


​​​La Russie et l'Iran peuvent aussi accélérer le processus de mise en place du cartel des principaux producteurs de gaz, ce que les journalistes ont déjà surnommé l'« OPEP du gaz. » La Russie et l'Iran occupent respectivement la première et seconde place mondiale en fonction des réserves de gaz naturel. Ils possèdent à eux deux plus de 60 pour cent des gisements de gaz du monde. Par conséquent, même une petite coordination dans l'élaboration d'une politique de prix unique peut forcer une moitié du monde, du moins pratiquement toute l'Europe, à modérer ses ambitions et à traiter les exportateurs de gaz d'une manière plus conviviale.


​​​Tout en progressant vers des rapports d'alliés, la Russie peut développer sa coopération avec l'Iran dans pratiquement tous les domaines, dont l'énergie nucléaire. La Russie peut gagner des dizaines de milliards de dollars dans la construction de centrales nucléaires uniquement en Iran. Téhéran peut recevoir de la Russie du soutien non seulement économique, mais aussi politique, dans le développement de son propre secteur de l'énergie atomique.


​​​En plus de ça, compte tenu de la rupture imminente de la CIS, d'où est déjà sortie la Géorgie, la Russie pourrait accélérer le processus d'admission de l'Iran en tant que membre à part entière de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). En acceptant l'Iran, l'un des principaux pays du monde islamique, l'organisation pourrait changer radicalement en fonction à la fois de ses possibilités et de son rôle régional. Dans l'intervalle, en tant que membre du SCO l'Iran se trouvera sous la protection collective de cette organisation, notamment sous la protection des États nucléaires comme la Russie et la Chine. Cela posera les bases du puissant axe Russie, Iran et Chine, que les États-Unis et leurs alliés craignent tant.



Original : www.informationclearinghouse.info/article20657.htm
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info




Mercredi 3 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par djeha le 01/09/2008 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les valeurs de Kouchner
Combien ces guerres ont-elles coûté jusqu´à maintenant? Quelle est l´ampleur des dommages causés aux infrastructures? Selon un rapport du Service de recherche du Congrès des États-Unis mis à jour le 23 juin 2008, jusqu´au 26 décembre 2007 le Congrès a approuvé la somme totale de 700 milliards de dollars. Dans la première année de guerre en Afghanistan, le coût financier de la guerre en Afghanistan s´élèverait à $1 milliard par mois. Avec l´avancée spectaculaire de l´Alliance du Nord et la prise de Kaboul, on imagine que ce coût astronomique va bientôt se réduire...Les États-Unis ont déjà envoyé
6 000 missiles et bombes sur le sol afghan. Le coût de certains missiles s´élève à $1 million pièce. Attention à ne pas se tromper de cible! Les 50.000 militaires américains basés en Asie touchent en guise de motivation $150 par mois...et la gloire en plus bien sûr.
Personne ne gagne à faire la guerre sauf peut-être l´industrie militaire...".(2).
Selon Joseph Stiglitz et Linda Bilmes du journal The Times, «les coûts des conflits en Irak et en Afghanistan sont estimés à la somme de 3000 milliards de dollars.Par ailleurs, selon des chiffres gouvernementaux, quelque 1.4 million d´Irakiens se trouvent maintenant en Syrie, jusqu´à 750.000 en Jordanie, 80.000 en Égypte et quelque 200.000 dans la région du Golfe. La Syrie, à elle seule, accueille un minimum de 30.000 Irakiens par mois»(3). Quand on pense à tout le tapage fait en France et en Italie à propos de la chasse aux basanés. La France pays de vieille civilisation arrive à traquer 25.000 clandestins par an alors que la Syrie- pays barbare au sens de la nouvelle doxa européenne- en accepte 30.000 par mois!!!

2.Posté par Floydrose le 01/09/2008 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LOL!!!!
C'est quoi le rapport avec l'article???

3.Posté par Gigi le 01/09/2008 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



http://www.youtube.com/watch?v=rpiccERJaFk&eurl=http://www.videosift.com/video/RE-Fitna-Schism-The-Bible-version-of-Fitna

4.Posté par moi même le 01/09/2008 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

enfin une idée interessante,personnellemnt j'ai absolument pas compris cette aggression( ultra violent d'ailleurs,à coup de missille sur les villages ossettes) georgienne,stratégiquement,j'étais perdu,je me disais;"pourquoi se mettre à dos les russes,juste avant une attaque contre l'iran" et surtout j'imaginais l'idée de cet article,"cette guerre va jetter la russie dans une alliance avec l'iran",et j'apprend aujourd'hui que 60% des reserves de gaz se trouve dans ces deux pays,Mais qu'est ce qu'ils attendent pour la creer leurs opep du gaz!!!plus personne n'osera attaquer l'iran apres cette alliance,les articles de ses derniers jours m'ont fait prendre la mesure de la volonté guerriere d'israel,se servir de la géorgie pour lancer leurs avions malsains sur téhéran,j'espere que c'est faux,mais avec eux tout est possible.
bref,cette guerre ratée se solde par une nouvelle defaite du vrai axe du mal,NOUS LES OCCIDENTAUX,maintenant il faut esperer que les tarés de l'état hebreux comprenne le caractère vain et sutout inutile startégiquement de bombarder l'iran,comme si,apres ce bombardement l'iran ne cherchera pas encore plus à se doter de l'arme qui la mettra à l'abris de la guerre

5.Posté par mega le 02/09/2008 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tout ce que je vois c'est qu'il prepare bien les deux camps pour une putain de 3 eme guerre mondiale ,c'est ce qu'ils veulent d'un cotè les etats unis,israel et l'europe et de l'autre l'iran ,la russie ,la chine et surement d'autres pays du moyen orient,preparer vous ça va saigner

6.Posté par UN chouka le 02/09/2008 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que je vois , c'est l'activation opportune de la Russie :-D
C'est vous qui voyez .

7.Posté par UN chouka le 02/09/2008 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'a a y gagner une Europe populaire a la traine des actionaires de "l'ouest" dans le commèrce unilatéral du pétrole et du gaz ?
Un monopole inflexible et dictateur, comme celui qui a détrui les industries de l'ouest ,ne peut que renforcer une dépendance déjas a la limite du suportable pour ceux qui n'ont plus de place pour vivre de leur travail ?
Semer la division dans la concurance entre les actionaires du monde entier ,n'est peut etre qu'une illusion pour l'oligarchie mondiale, mais "on "peut peut etre croire encore un peut a la libèrté de choisir nos fournisseurs pour quelques temps ,et faire encore un peut ce que nous voulons chez nous ?

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires