Sciences et croyances

OGM - La Vérité


Nous sommes pour l’ Energie Nucléaire quand celle-ci est bien maîtrisée et bien gérée :
Tchernobyl a démontré combien il était facile de se tromper quant à sa maîtrise réelle… de
plus nous nous souvenons tous que , sur ordre du gouvernement français de l’époque , des
scientifiques sont venus nous expliquer que la nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière
française !
Nous ne sommes pas pour les OGM : nous pouvons douter de la sincérité des scientifiques qui
oeuvrent dans ce domaine


thule.gov@diplomats.com
Jeudi 12 Mars 2009

OGM - La Vérité

Position d' APPFAI

Nous sommes pour l’ Energie Nucléaire quand celle-ci est bien maîtrisée et bien gérée :
Tchernobyl a démontré combien il était facile de se tromper quant à sa maîtrise réelle… de
plus nous nous souvenons tous que , sur ordre du gouvernement français de l’époque , des
scientifiques sont venus nous expliquer que la nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière
française !

Nous ne sommes pas pour les OGM : nous pouvons douter de la sincérité des scientifiques qui
oeuvrent dans ce domaine : jusqu’à quel point sont-ils sensibles aux pressions du secteur et de
grands groupes comme Mosento ?

Nous n’avons pas le Droit de mettre en danger la biodiversité , et pire la santé humaine en
laissant conduire des campagnes de semences « ogemnisées » , dont les dérives pourraient
amener un désastre écologique : un des premiers dangers semble se concrétiser dans le
Syndrome d’ Effondrement de l’ Abeille , cas précis dont on se garde bien de parler dans la
presse officielle agricole… le jour où les abeilles disparaîtront , combien de temps l’ Homme
aura-t-il à vivre ?

Mais est ce le seul danger : nous ne le croyons pas.
La lettre d’information des cultures arables , que nombre d’entre nous connaissons sous le
sigle SCOP , dans son édition n° 16 de Mars/Avril 2008 , nous présente une certaine idée de
la volonté officielle de pédagogie à l’ Assemblée Nationale , dont le rapporteur du Projet
souhaite une discussion qui soit bien éclairée , donc documentée.

Il est question de cadrer le futur « Haut Conseil des biotechnologies » : parvenir à un
« équilibre complexe de sa composition et de son fonctionnement » selon le rapporteur , nous
parait être extrêmement dangereux à long terme. Qui l’emportera , de la puissance des grands
groupes agroalimentaires, ou de l’intérêt réel de la Planète Bleue ? Par le passé , cela a
toujours été – in fine – l’intérêts des grands groupes qui a prévalu : ne cherche-t-on pas
simplement à surfer sur la vague de l’effort de préservation de la Planète , nouveau concept
qui permet à de grands pans de notre économie de se diversifier avec des options lucratives ?
et de tenter de plaire à la plèbe – par la même occasion – comme les Césars avec les jeux du
cirque dans la Rome impériale … ?

Si je parle de la « plèbe » , à juste escient , ce n’est pas dans un sens péjoratif , mais pour bien
diversifier certaines opinions et certains faits : d’un côté existe un groupe homogène constitué
du monde gravitant autour des députés et des groupes de pression , voire des agriculteurs
possédant ou travaillant de grandes surfaces avec tout un consortium d’aides les plus
« diverses » y compris bancaires, de l’autre l’immense majorité des petits paysans à surface
restreinte , qui de plus sont surtaxés par la MSa avec la complicité du calcul de la valeur des
terres au cadastre , sans tenir aucun compte de leur réelle comptabilité , et qui de plus ne sont
pas réellement aidés , mais tout juste assisté afin que l’idée de « démocratie » persiste alors
qu’à vrai dire seul l’intérêt des céréaliers est pris en compte …

Il faut instituer des barrières efficaces , si l’on veut persister dans la biotechnologie appliquée
aux OGM , des barrières avec des pénalités juridiques draconiennes et des amendes
financières élevées : dans le cas contraire les contrevenants continueront à polluer la diversité
de la nature. Seule l’application de telles pénalités amènera les adeptes des OGM à observer
une grande prudence , voire même à les inciter à ne pas risquer la santé de la population et la
pollution des sites naturels .

Nous n’avons qu’un Biotope de vie , nous n’avons pas le droit à l’erreur : or en France , en
bien des domaines , est en usage un principe jamais cité mais toujours appliqué qui se
prononce par ces mots « … coupables , mais pas responsables … » .
Toucher au génome du Vivant , en tous domaines , est un danger majeur.
Aujourd’hui plus que Jamais.

Dans l’encart en bas de page 3 du n° 16 de SCOP , consacré à la Clause de Sauvegarde , prise
avec sagesse par le Gouvernement Français , ORAMA a organisé le 31 Janvier dernier une
petite conférence de presse à la suite de laquelle les sites de l’ AGPB publient les six fiches du
dossier de presse diffusé à cette occasion . La lecture seule des titres :
1. OGM : une occasion perdue, un intérêt croissant,
2. Intérêts et perspectives de la technologie des OGM ,
3. Positions sur le projet de la loi relatifs aux OGM ,
4. Chiffrage de l’intérêt économique du mais Bt pour l’exploitant ,
5. Premiers résultats du suivi de la coexistence en 2006 ,
6. Impact économique de la non-autorisation des OGM sur les importations d’

Aliments du bétail et sur la production animale dans l’ UE.
Permet à tout un chacun de pouvoir penser que ces « messieurs » sont unilatéralement pour
les OGM , et qu’il n’y a aucune présentation des dangers majeurs d’une telle optique. Nous
allons à notre tour donner quelques liens internet pour pallier à cette insuffisance …
Voulue … ?
A-t-on de réelles assurances que les OGM ne perturberont pas les cycles de vie ...?


Jeudi 12 Mars 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires