Palestine occupée

Nuit de Cristal à Hébron


Peu soucieux d’êtres arrêtés par la police ou poursuivis par le système judiciaire israélien, les colons juifs fanatiques dans la ville palestinienne d'Hébron (Al-Khalil) ont attaqué les Palestiniens, dégradé et saccagé des propriétés, exactement comme le faisaient les Nazis aux propriétés juives en Allemagne il y a 80 ans.

Par Khaled Amayreh


Samedi 29 Novembre 2008

Photo : Des colons israéliens apprennent à leurs enfants à tuer les Palestiniens
Photo : Des colons israéliens apprennent à leurs enfants à tuer les Palestiniens
Les colons, qui prétendent agir au nom du vrai judaïsme, adhèrent à une doctrine messianique prônant la violence et le terrorisme contre les non-Juifs en Israël-Palestine dans le but de créer un pur royaume juif qui serait gouverné par une Halacha ou loi religieuse juive.

Les colons, qui représentent le cœur de sionisme religieux, croient que le nettoyage ethnique des non-Juifs en Terre Sainte conduira à l'âge messianique et accélérera l'apparition du Messie juif, ou Rédempteur, qui accordera la rédemption aux Juifs et gouvernera le monde entier depuis Jérusalem.

Ces dernières semaines, ces voyous ont attaqué des maisons palestiniennes, en cassant les voitures, en vandalisant les propriétés et en entretenant un climat général de peur et de terreur dans cette ville de près de 200.000 personnes.

Al-Ahram Weekly a inspecté les dommages causés par des colons et a écouté très attentivement les victimes terrorisées qui se sont plaintes que les autorités et l'armée israéliennes ont donné, en réalité, carte blanche aux terroristes paramilitaires pour terroriser les Palestiniens. «Ils [les colons] sont des Nazis, et s'il existait un qualificatif plus fort, je n'hésiterais pas à utiliser. Vous ne pouvez pas imaginer la laideur et la brutalité de leur comportement», a déclaré Ahmed Al-Jamal, une cible fréquente du terrorisme et du vandalisme des colons.

"Tous les vendredis soirs et samedis, des dizaines de colons, y compris les enfants, descendent sur notre quartier pour casser nos voitures, nos fenêtres et nos propriétés en criant « Mort aux Arabes! " C'est leur façon de célébrer le jour du Sabbat et d’être agréables à Dieu".

Al-Jamal dit que des dizaines de colons, certains d'entre eux masqués, ont attaqué la semaine dernière sa maison ainsi que celles de son frère et de son voisin vers 2h30 du matin et ont cassé les vitres et les pare-brises des voitures garées. "Nous avons informé la police et la police nous a dit qu'elle se penchera sur la question. C'est à peu près ce qu'ils nous disent toujours depuis 1970, lorsque ces«Nazis» sont venus habiter ici."

Mohamed Daana, qui vit à Wadi Al-Nasara, situé juste au sud de la colonie juive de Kiryat Araba, a déclaré qu'il a déposé au moins 500 plaintes auprès de la police israélienne dans un effort désespéré pour mettre un terme à la violence et au terrorisme des colons contre lui et ses famille.

"La dernière fois que je suis allé me plaindre à la police de Kiryat Araba, un policier m'a emmené dans une pièce et m'a dit : "Je veux vous donner un conseil, cela ne sert à rien de déposer toutes ces plaintes. Nous ne pouvons rien faire pour vous aider. Les colons contrôlent l'État et l'armée ne peut pas faire grand-chose pour vous protéger d'eux." Interrogé pour savoir ce qu’il allait faire pour protéger sa famille, Daana dit : "Je n'ai pas d’autre choix que de rester vigilant. Un voisin malfaisant mourra ou partira», a déclaré Daana, en citant un vieux proverbe arabe.

La semaine dernière, des dizaines de jeunes colons, dont beaucoup d'entre eux portaient des masques et étaient armés de mitrailleuses, se sont déchaînés dans le quartier Khaled Ibn Al-Walid, non loin de la colonie de Kiryat Arbat. Des colons, habillés en tenues religieuses, ont saccagé un cimetière musulman et dessiné l'étoile de David sur des tombes musulmanes.

Sur les murs de la mosquée Khaled Ibn Al-Walid, les voyous ont écrit la phrase suivante: "Mohamed est un porc." C'est le nouveau slogan que les colons ont à la bouche pour offenser et provoquer les Palestiniens. L'autre slogan, c’est Mavet el Arabim ou «Mort aux Arabes!"

Ces obscénités exaspèrent les Palestiniens qui ont prévenu que les colons tentaient de fomenter une guerre religieuse au Moyen-Orient.
"Qu'est-ce que le prophète Mohamed a à voir avec le conflit? Pourquoi nous provoquent-ils de façon délibérée? Nous n'avons jamais et nous ne parlerons jamais en mal de leurs prophètes et leurs personnalités religieuses», a déclaré Hassan Jaber, un voisin de la mosquée.

"Quand quelqu'un touche à un cimetière juif n’importe où dans le monde, les Juifs font un scandale et parlent d'antisémitisme. Mais lorsque les Juifs commettent des actes blasphématoires contre l'Islam et le Christianisme, c'est de la liberté d'expression."

Ce n'est pas la première fois que des colons suffisants, qui prétendent suivre la Torah, cherchent à offenser les sensibilités religieuses musulmanes.

D'après les Palestiniens, les colons ont nettement augmenté leur discours anti-islam, principalement en écrivant des épithètes sacrilèges qui sont profondément contraires à la foi islamique, comme des injures au nom arabe de Dieu (Allah) et au prophète Mohamed. Il y a plusieurs années, un immigrant juif de l'ancienne Union Soviétique avait collé sur les portes des boutiques et échoppes arabes de la vielle ville d'Hébron des dessins représentant le prophète de l'Islam comme un porc écrivant le Coran.

Ces actes sacrilèges restent généralement impunis par le gouvernement israélien, ce qui permet aux colons et à leurs partisans de se sentir puissants et à l’abri de toute action gouvernementale.

La majeure partie des colons juifs dans les territoires palestiniens occupés suivent les enseignements d'Abraham Kook, le premier rabbin d'Israël, qui professait que les Juifs devraient chercher à accélérer l'apparition du "Rédempteur" ou Messie juif en perpétrant des actes de violence et des bains de sang.

En 1994, un colon juif terroriste, un immigré américain du nom de Baruch Goldstein, a assassiné au moins 29 fidèles arabes qui priaient dans la mosquée d'Abraham.
Goldstein, qui a ensuite été tué par les survivants, est devenu un héros national chez les Sionistes religieux et les extrémistes juifs en général, et sa tombe à Kiryat Arba est devenue un lieu de pèlerinage pour les sionistes religieux du monde entier. Les colons adoptent manifestement une idéologie génocidaire sur la façon dont les non-juifs vivant en Israël doivent être traités.

Cette idéologie qui, selon les colons, est basée sur le Talmud, est enseignée au collège religieux Sioniste de Mirkaz Harav à Jérusalem et ne donne aux Palestiniens vivant en Israël-Palestine que trois choix : premièrement, une réduction totale à l’esclavage dans lequel les non-juifs, ou goyem, doivent accepter leur statut d'infériorité, deuxièmement, l'expulsion pure et simple, « de peur qu'ils restent une source d’irritation constante», et, troisièmement, une extermination physique dans le genre de l'Ancien Testament.

La communauté des colons à Hébron n'est pas importante en terme de nombre. Selon les statistiques du gouvernement israélien, pas plus de 500 à 600 colons et étudiants de Yeshiva (école religieuse) vivent dans la vieille ville d'Hébron parmi les 180000 à 200000 habitants palestiniens de la ville. Toutefois, des milliers de soldats israéliens et des troupes paramilitaires gardent et protègent en permanence les colons, en utilisant, comme principale méthode, l’interdiction d’accès aux Palestiniens à de grandes parties de la ville.
En d'autres termes, 200.000 personnes sont otages des caprices de 500 à 600 voyous qui demandent que les non-Juifs soient réduits à l’esclavage, expulsés ou exterminés.

Inutile de dire que cela provoque d'immenses difficultés pour les habitants palestiniens dont la liberté de circulation et les activités économiques sont sévèrement limitées. Dans certains cas, un Palestinien vivant, par exemple, dans les environs de la mosquée Ibrahimi, est forcé de faire plusieurs kilomètres pour aller de chez lui dans une école ou une épicerie. La raison de ces restrictions draconiennes est de rendre la vie insupportable aux Palestiniens ordinaires pour qu'ils quittent leurs maisons "volontairement" afin que les colons puissent alors s’en emparer sans avoir besoin de recourir au meurtre d'habitants.

Comme d'habitude, le gouvernement israélien continue à traiter les colons avec la plus grande retenue, en refusant de prendre des mesures décisives pour mettre fin à leurs presque quotidiens actes de violence et de terrorisme contre les Palestiniens.

Il y a trois raisons principales qui contribuent à cette politique de modération à l'égard des colons.
Tout d'abord, un grand nombre de soldats servant dans les territoires occupés, en particulier dans la région d'Hébron, sont eux-mêmes des colons et réticents à arrêter leurs collègues. Après tout, les soldats et les colons ont souvent le même rabbin et fréquentent la même école talmudique, et vont dans la même synagogue. En outre, les soldats qui sont aussi les colons ont, d’abord et avant tout, à rendre de comptes à leurs rabbins, et seulement ensuite à leur supérieur dans l’armée.

Deuxièmement, l'État d'Israël lui-même considère les colons comme un atout stratégique qui lui permettra d'éviter la création d'un État palestinien viable, garantissant la poursuite du contrôle israélien sur la Cisjordanie.
C'est totalement le contraire de la propagande officielle qui affirme que la violence des colons juifs est perpétrée en dépit du gouvernement.

Troisièmement, la proximité des prochaines élections israéliennes, qui devraient avoir lieu le 10 Février, fait que le gouvernement, en particulier le ministre de la Défense Ehud Barak (chef du Parti Travailliste) réfléchit à deux fois avant de s'aliéner les colons, et même avant d’appliquer es décisions de la Haute Cour.

La semaine dernière, la Haute Cour israélienne a ordonné à l'État d'évacuer les colons juifs arabes d'un bâtiment qu'ils avaient saisi après avoir falsifié des documents de propriété. Toutefois, les colons et leurs partisans, dont 48 membres de la Knesset (sur 120) et d'anciens ministres, ont juré de faire face à l'armée et à la police "quoi qu’il en soit".
En outre, les colons avaient organisé un grand rassemblement à Hébron pour protester contre la décision du tribunal et souligner leur détermination à rester.

Le président israélien, Shimon Peres, le père des colonies juives en Cisjordanie qui est t présenté à tort comme un homme de paix, a déclaré lors d'une visite à Londres la semaine dernière qu’«Israël aura du mal à évacuer les colonies de peuplement, sans une guerre civile."

Yossi Sarid, un ancien ministre, a parlé d'un «État dans l'État qui a surgi dans les territoires."

Dans le Haaretz du 21 Novembre, Sarid a écrit : «Une nouvelle coutume a surgi dans le pays: Les décisions de la Haute Cour sont une chose, la réalité en est une autre. L’une n’a rien à voir avec l’autre. Les colonies et les avant-postes sont fermement incrustés et refusent d'être déracinés; les terrains privés des Palestiniens sont volés en toute liberté; des quartiers entiers nés dans le péché sont peuplées; des maisons qui ont été volées sont remplies de gens, une clôture est placée à côté de l’originale, un plan arbitraire avec seulement un minimum de changements."

Les remarques de Sarid pourraient même être une sous-estimation de la réalité.

Un journaliste israélien a m’a écrit la semaine dernière qu’Israël était confronté à deux scénarios cauchemardesques face à la détermination des colons qui refusent de quitter la Cisjordanie: «Nous avons deux possibilités, soit nous entrons dans une guerre civile soit nous devenons un Etat fasciste ou nazi . Ces deux choix deviennent de plus en plus réels avec chaque jour qui passe."

Source :http://weekly.ahram.org.eg/
Traduction : MG pour ISM


Samedi 29 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par Aigle le 29/11/2008 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" .....Un journaliste israélien a m’a écrit la semaine dernière qu’Israël était confronté à deux scénarios cauchemardesques face à la détermination des colons qui refusent de quitter la Cisjordanie: «Nous avons deux possibilités, soit nous entrons dans une guerre civile soit nous devenons un Etat fasciste ou nazi . Ces deux choix deviennent de plus en plus réels avec chaque jour qui passe......" .........IL etait ou ce journaliste depuis 65 ans .......??

2.Posté par redk le 29/11/2008 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La photo de ces gosses de colons bavent comme si ils avais en main une console de jeux vidéo!!, papa nazi instruit à l'art sioniste d'enlever des vies à son rejeton, les jeunesses hitlérienne n'ont pas fait mieux!!

Aigle, le journaliste viens de se réveiller d'un long coma surement!!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires