Actualité en ligne

Nucléaire iranien



IRIB
Dimanche 7 Octobre 2007

"Le peuple iranien ne renoncera pas à son droit ‎légitime et indéniable à bénéficier de la technologie ‎nucléaire pacifique.", a affirmé le Président iranien, ‎Mahmoud Ahmadinejad, devant les rangs des ‎manifestants et des fidèles qui participaient à la ‎cérémonie de la prière du vendredi 5 octobre, où l'on ‎célébrait, également, la journée mondiale de Qods. ‎

Mahmoud Ahmadinejad a, également, évoqué le ‎processus censé renvoyer le dossier nucléaire iranien à ‎l'Agence internationale de l'énergie atomique, unique ‎instance habilitée, selon lui, à assumer la responsabilité ‎de l'examen technique du dossier. "Le monde doit savoir ‎que nous sommes raisonnables et en faveur du dialogue, ‎et qu'ils peuvent discuter avec nous, dans le cadre de ‎coopérations constructives, des questions liées à la ‎sécurité mondiale. Mais ce dialogue ne signifie pas que ‎l'Iran renoncerait un tant soit peu à ses droits légitimes, ‎en matière de nucléaire. Pour nous, le dossier nucléaire ‎est clos.", a précisé le Président de la RII.

Mahmoud ‎Ahmadinejad a poursuivi son discours en ces termes : ‎‎"Nous avons, bien sûr, envers l'Agence, des engagements ‎que nous remplissons, mais nous n'avons pas entièrement ‎usé des droits que nous reconnaît cet organisme ‎international. En effet, nous n'avons pas constaté le ‎soutien de ses membres, alors qu'en tant que membre de ‎l'Agence internationale de l'Energie atomique, l'Iran ‎devait recevoir l'appui des autres membres." A son tour, ‎le prédicateur de la prière du vendredi, à Téhéran, M. ‎Hachemi Rafsandjani, a considéré comme "une grande ‎erreur" l'attitude des Occidentaux consistant à faire front ‎à la volonté du peuple iranien d'exercer son droit en ‎matière du nucléaire. "L'Occident veut faire front devant ‎une nation, qui a prouvé qu'elle sait défendre, avec ‎conviction ses droits, l'histoire de cette nation venant à ‎l'appui de cette affirmation.", a fait remarquer Hachemi ‎Rafsandjani.

Le Président de l'Assemblée des experts et ‎du Conseil de Discernement du bien de l'Ordre islamique ‎a, en outre, fait allusion à la coopération établie entre ‎l'Iran islamique et l'Agence, malgré les tergiversations ‎des pays occidentaux auxquels il a conseillé ‎d'abandonner leur langage de la force, pour entrer en ‎dialogue avec l'Iran, dans des conditions d'égal à égal et ‎en faisant appel au bon sens, pour que la vérité éclate au ‎grand jour. Les responsables sionistes, pour leur part, ‎n'ont pas manqué d'intensifier leur campagne ‎d'intoxication, sur les activités nucléaires iraniennes, ‎simultanément à la célébration de la journée mondiale de ‎Qods. En réaction aux propos de Mahmoud ‎Ahmadinejad, sur la réalité historique sur laquelle repose ‎la formation et l'existence de l'entité sioniste, le porte ‎parole de la diplomatie israélienne a estimé que ces ‎déclarations devraient donner un coup d'accélérateur à la ‎décision de la Communauté internationale d'enrayer les ‎activités nucléaires iraniennes. Plus loin, dans ses propos, ‎le Président iranien a affirmé que la seule manière de ‎résoudre la questions de la Palestine était de passer par ‎un référendum auquel participeraient tous les habitants ‎des territoires occupés, toutes confessions confondues, ‎sans oublier la nécessité de résoudre les questions liées ‎au droit au retour des réfugiés palestiniens.

Dans le ‎même temps, le Secrétaire général de l'Organisation de la ‎Conférence islamique, Ekmeleddin Ihsanoglu, a défendu ‎les activités nucléaires pacifiques iraniennes, lors d'une ‎conférence de presse, vendredi après-midi, au siège des ‎Nations-unies. "L'accord conclu entre l'Iran et l'Agence ‎doit servir de base aux efforts visant à résoudre les ‎questions en suspens.", a affirmé le Secrétaire général de ‎l'OCI, devant les journalistes, à New York. "Tous les ‎pays ont le droit de poursuivre des programmes ‎nucléaires civils, dans le cadre des engagements ‎internationaux, et de les développer, comme le réclament ‎leurs intérêts.", a-t-il ajouté.


http://fren.irib.ir/


Dimanche 7 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par Zorglub le 07/10/2007 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les rapports entre fournisseurs et clients peuvent-elles être des rapports d'égal à égal ? les fournisseurs étant les puissances nucléaires d'aujourd'hui qui dénient le droit à d'autres nations souverraines de produire et d'exploiter eux-mêmes la fission nucléaire, il serait bien plus profitable que l'Iran ne soit qu'un client évidemment ! C'est simple le commerce..

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires