ALTER INFO

Nucléaire iranien : propositions de Mollah Nasreddine


Dans la même rubrique:
< >

La question de l'enrichissement du nucléaire par des états voyous concerne
chaque être humain sur terre. Un iota de vox populi ne saurait nuire au
débat alors que plus le temps passe plus ces derniers semblent s'enliser.
Avoir une guerre mondiale, éventuellement nucléaire, pour épée de Damoclés
devrait rendre à chacun le sommeil plus difficile à trouver.


jeansanterre@gamail.com
Dimanche 7 Janvier 2007

En cas de guerre avec l'Iran, il y a de fortes chances pour que l'Italie
soit en Europe la première et la seule touchée. Elle est le seul grand
pays européen à portée des missiles Shihab-5 iraniens. Dans la mesure où
les nuages ne s'arrêtent jamais aux frontières, comme l'a prouvé
l'expérience de Tchernobyl, ceci ne devrait rassurer personne. Rome est
assez éternelle comme cela, pour ne pas avoir besoin d'être préservée par
les rayons cosmiques. L'éventualité d'une guerre est à elle seule
l'assurance d'une catastrophe. Quant à l'invasion d'un des pays qui a le
plus de voisins et de frontières sur terre, c'est une idée que ne saurait
avoir que Napoléon à l'assaut de Moscou avec Waterloo pour services
rendus. Le nation building étant de surcroît une tâche à la démesure de
tous.

Il faut donc s'empresser de trouver une solution qui prenne en compte, de
part et d'autre, les besoins et les inquiétudes des états concernés. Du
point de vue européen et américain c'est la sécurité de la planète qui
compte. Une dictature théocratique ne saurait disposer d'un bouton rouge.
Une petite folie guerrière jaillie dans le cerveau d'un mollah est une
perversion contre laquelle il faut se prémunir à tout prix. Du point de
vue iranien, c'est l'instabilité des régimes démocratiques qui pose
problème. Le régime veut être à l'abri des variations électorales. La
France par exemple pourrait très bien devenir atlantiste du jour au
lendemain en 2007 sans parler des autres nations. Dans les deux cas ce qui
semble faire défaut ce sont les garanties suffisantes et nécessaires.

La solution au problème pourrait donc être à la portée de tous. Il ne peut
s'agir évidemment d'échanger des pistaches et des tapis contres des boieng
ou des airbus. Il faut à chacun un parapluie. Les européens et les
américains ont le leur, il s'appelle l'Otan. Celui des iraniens n'existe
pas encore. Que pourrait-il être ?

Ne pourrait-on par exemple intégrer l'Iran dans l'Otan ? C'est un pays
musulman certes. Mais la Turquie en fait quand même partie. C'est une
Dictature mais une alliance militaire n'est pas spécialement une alliance
de brebis. Evidemment mettre un voyou dans sa basse cour c'est un peu
comme mettre un renard dans un poulailler. Mais les dispositifs techniques
et réglementaires dont dispose l'Otan sont justement faits pour pallier à
ces risques ; et les Etats-Unis, avec la maîtrise du commandement,
seraient, en première ligne, les garants de la sécurité globale. Outre le
fait que l'Iran a un besoin urgent de renouveler et de mettre à niveau son
armement, cette solution a l'avantage de donner à l'Otan une amplitude et
un rôle que cette organisation peine à retrouver.

Il reste évidemment une autre possibilité moins heureuse pour l'Europe
mais tout aussi efficace. Il suffirait que la Chine et la Russie
confirment militairement leur alliance diplomatique temporaire avec
l'Iran. Alors adieu marchés, Airbus, tapis et pistaches. Cette solution
est sans aucun doute la moins raisonnable. Elle reviendrait à confirmer et
ancrer définitivement et au dépens de l'Europe, la multipolarité du monde
. Elle reste toutefois réalisable pour peu que l'ASEAN s'y intéresse. Il
faudrait que les Etats-Unis intègrent l'ASEAN, ce dont il n'est pas sûr
que les chinois veuillent, mais qu'ils pourraient concéder au titre de la
reconnaissance et de la confirmation de leur statut de puissance mondiale.

Les Etats-Unis qu'on le veuille ou pas sont la clef de voûte de toute
solution. De par leur destinée manifeste - ainsi que leur puissance de
feu, ils sont les seuls garants possibles et sur terre, de la sécurité
mondiale. L'Iran doit s'y faire. De même que l'Iran a le droit légitime de
se développer sans devoir en permanence surveiller son espace aérien.
Dans tous les cas, s'il est clair que seul l'ours et le panda peuvent
protéger le lion des assauts de l'aigle, imaginer qu'il est possible, avec
cette protection, de vivre en paix sous les yeux et les serres de l'aigle
est une illusion indigne des safavides.

Dernier point : les installations nucléaires posent des problèmes de
gestion des déchets radioactifs absolument insoutenables en l'état actuel
des connaissances scientifiques. Les iraniens prétendent-ils les avoir
déjà tous résolus ?


L'avis de l'auteur ne coïncide pas avec celui de la rédaction Alter Info


Dimanche 7 Janvier 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires