Diplomatie et relation internationale

Nucléaire iranien : les considérations politiques des puissances


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 28 Septembre 2008

Dans sa tentative d'accéder au nucléaire civil, l'Iran a ‎respecté, pleinement, ses engagements, dans le cadre du TNP, et a ‎répondu à toutes les questions de l'AIEA. Par conséquent, il est ‎temps, comme l'a souligné le représentant de l'Iran, auprès de ‎l'Agence internationale de l'Energie atomique, Ali Asghar ‎Soltaniyeh, de clore le dossier nucléaire iranien auquel ont apporté ‎leur soutien plus de 100 pays membres de l'AIEA. Il faut clore le ‎dossier nucléaire iranien, car l'Iran est même allé bien au-delà de ‎ses engagements pris dans le cadre de l'AIEA, pour assurer la ‎Communauté internationale de la nature pacifique de ses activités ‎nucléaires. Mais, certaines grandes puissances, ne faisant aucun ‎cas de la coopération de l'Iran avec l'Agence, avancent leurs ‎exigences illégales. Dans son rapport, publié, en février, le ‎Directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique ‎a indiqué, clairement, que l'Iran avait répondu à toutes les ‎questions et toutes les ambiguïtés autour de son programme ‎nucléaire. En dépit de cela, les autorités américaines, hostiles, dès ‎le début, à une solution diplomatique de la question du nucléaire ‎iranien, ont mis en avant de nouvelles allégations, des allégations ‎qui n'en finissent pas, bien que l'Iran ait, toujours, fait part de sa ‎disponibilité à répondre à toute question de l'AIEA ou de tout pays ‎membre de cette institution, au sujet de ses activités nucléaires. ‎Dans une démarche inattendue, les ministres des Affaires ‎étrangères du groupe 5+1 se sont mis d'accord, à New York, sur le ‎projet d'une nouvelle résolution anti-iranienne. L'objectif des ‎Etats-Unis est de perturber le processus de la coopération entre ‎l'Iran et l'Agence, de maintenir la saisine du Conseil de sécurité et ‎d'empêcher, ainsi, la clôture du dossier nucléaire, au sein de ‎l'AIEA. En fait, l'objectif des Etats-Unis et de leurs alliés est de ‎priver le peuple iranien de l'accès au nucléaire civil. Pressée, par ‎les Etats-Unis, l'Agence internationale de l'Energie atomique reste ‎incapable de tenir ses engagements, à l'égard de l'Iran. Cependant, ‎le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a réaffirmé, jeudi, ‎officiellement, dans un entretien avec la chaîne américaine PBS, ‎que l'Iran était déterminé à faire valoir tous ses droits, au sein de ‎l'Agence internationale de l'Energie atomique. Et le Président ‎Ahmadinejad de conclure : « Jusque là, l'Iran a coopéré bien au-‎delà de ses engagements avec l'Agence internationale de l'Energie ‎atomique ; désormais, cette coopération se fera, uniquement, dans ‎le cadre des règles de cette organisation ». ‎

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 28 Septembre 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires