MONDE

Nucléaire iranien: la diplomatie dispose d'une marge de manoeuvre (Moscou)



Vendredi 15 Janvier 2010

Andreï Nesterenko, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.
Andreï Nesterenko, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.
Le problèmes nucléaire iranien peut être réglé par des moyens politico-diplomatiques, a déclaré vendredi à Moscou Andreï Nesterenko, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"La situation autour du programme nucléaire iranien reste compliquée. Néanmoins, nous estimons que la diplomatie dispose d'une marge de manoeuvre suffisante aux négociations pour progresser dans la mise en application des ententes enregistrées le 1er octobre dernier à Genève lors de la rencontre entre les représentants de l'Iran et des Six, notamment sur le schéma proposé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prévoyant d'envoyer l'uranium iranien faiblement enrichi à l'étranger pour son enrichissement supplémentaire et la production du combustible pour le réacteur de recherche de Téhéran", a indiqué le diplomate.

Et de rappeler que début janvier l'Iran avait soumis à l'AIEA ses propositions supplémentaires sur des livraisons de combustible au réacteur de Téhéran.

"A  l'heure actuelle, nous les étudions en commun avec les autres participants au projet, en espérant trouver une solution commune", a poursuivi le porte-parole de la diplomatie russe.

Les Six médiateurs internationaux pour le dossier nucléaire iranien sont la Russie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et l'Allemagne)

Les Etats-Unis et certains autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert du programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.

L'Iran, qui possède 1.200 kilos d'uranium faiblement enrichi, a récemment rejeté les propositions de l'AIEA visant à porter cet uranium à un degré d'enrichissement plus poussé sur le territoire de pays tiers (Russie, Turquie, France).

L'Agence a alors formulé une nouvelle initiative invitant l'Iran à envoyer en Turquie 900 kilos d'uranium faiblement enrichi sur les 1.200 qu'il possède actuellement. Une fois portée à un degré d'enrichissement plus élevé, la matière devait être envoyée en France pour la fabrication des barres de combustibles. Ce schéma a également été refusé par les autorités iraniennes.

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Vendredi 15 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par Joël le 15/01/2010 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne pas faire transiter surtout pas la France de Sarkozy leurs barres d'uranium pour enrichissement, ils se feraient rouler ! Avec l'apatride notoire qui a vendu la France à l'empire "UE"comme le maquereau vends sa pute, il serait malvenu que les Iraniens croient à ce genre d'individu!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires