Diplomatie et relation internationale

Nucléaire iranien: la condition imposée par les Six est discriminatoire (Téhéran)


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Lundi 23 Juin 2008

Nucléaire iranien: la condition imposée par les Six est discriminatoire (Téhéran)
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Mohammad Ali Hosseini a qualifié lundi de discriminatoire la condition des Six médiateurs internationaux afin de lancer les négociations sur le dossier nucléaire iranien, à savoir la suspension de l'enrichissement d'uranium.

"Il ne faut pas avancer de condition susceptible de léser le droit du peuple iranien (d'utiliser le nucléaire civil)", a déclaré aux journalistes M. Hosseini.

Le chef de la diplomatie de l'UE Javier Solana a remis aux dirigeants iraniens le 14 juin à Téhéran un vaste paquet de propositions des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Russie, Etats-Unis, Chine, France et Grande-Bretagne) et de l'Allemagne concernant le règlement du problème nucléaire iranien.

Ces "stimulants" sont notamment destinés à reconnaître le droit de l'Iran de développer la recherche, la production et l'utilisation de l'énergie nucléaire dans des buts pacifiques, conformément au traité de non-prolifération (TNP). Ils envisagent également d'épauler Téhéran dans la construction de réacteurs à eau légère et de normaliser les relations économiques du pays avec le reste du monde, en évoquant une possible adhésion à l'OMC.

La condition imposée par les Six est la suspension complète par Téhéran de l'enrichissement d'uranium.

Le diplomate iranien a réitéré la position de Téhéran selon laquelle l'Iran poursuivrait ses activités d'enrichissement d'uranium dans des buts civils.

En outre, malgré la pression et les provocations de l'Occident, la république islamique n'entend pas se retirer du Traité de non prolifération nucléaire (TNP) et restreindre sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a-t-il indiqué.

"Nous tenons à respecter notre engagement qui consiste à poursuivre une coopération étroite et multidimensionnelle avec l'AIEA dans le cadre du TNP", a souligné le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Propositions des Six sur le dossier nucléaire: Téhéran prône une écoute réciproque

Téhéran est disposé à examiner les initiatives des six pays médiateurs dans le règlement du problème nucléaire, à condition qu'ils prennent en compte les propositions iraniennes, annoncé lundi Mohammad Ali Hosseini, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

"L'Iran est prêt disposé à négocier l'offre de coopération des Six (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - la Russie, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine plus l'Allemagne, ndlr) s'ils tiennent compte des initiatives de Téhéran sur le règlement des problèmes mondiaux", a déclaré M. Hosseini.

Selon lui, l'Iran et l'Europe possèdent un potentiel favorable en vue du règlement des questions de stabilité et de sécurité internationales. "Ces pourparlers présentent une bonne possibilité de lancer d'une telle coopération", a conclu le diplomate.

Un nouveau paquet d'initiatives des Six destinées à inciter l'Iran à renoncer à l'enrichissement d'uranium a été remis le 14 juin dernier aux autorités iraniennes par le haut représentant de l'UE pour la politique extérieure et de sécurité commune Javier Solana. Téhéran a déclaré qu'il étudierait les initiatives en question et donnerait sa réponse "au moment opportun".

Les mesures sont notamment destinées à reconnaître le droit de l'Iran de développer la recherche, la production et l'utilisation de l'énergie nucléaire dans des buts pacifiques, conformément au traité de non-prolifération (TNP). Elles envisagent également d'épauler Téhéran dans la construction de réacteurs à eau légère et de normaliser les relations économiques de l'Iran avec le reste du monde, en évoquant une possible adhésion du pays à l'OMC.

Les Etats-Unis et certains autres pays reprochent à l'Iran de chercher à mettre au point l'arme nucléaire. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches ont pour seul but de satisfaire les besoins du pays en électricité.

Ces trois dernières années, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté trois résolutions - 1737 (décembre 2006), 1746 (mars 2007) et 1803 (mars 2008) - sanctionnant l'Iran pour son refus d'établir un moratoire sur l'enrichissement d'uranium et d'abandonner son programme balistique. Les autorités iraniennes ont qualifié ces documents d'illégitimes et ont refusé d'en accomplir les dispositions.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Lundi 23 Juin 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires