Politique Nationale/Internationale

Nucléaire iranien: Téhéran et Pékin s'opposent aux sanctions contre l'Iran



RIA-Novosti
Vendredi 14 Septembre 2007

Nucléaire iranien: Téhéran et Pékin s'opposent aux sanctions contre l'Iran
Téhéran et Pékin s'opposent à toute pression sur l'Iran, a déclaré le ministre iranien de l'Intérieur, Mostapha Pourmohammadi.

"Les deux parties ont dénoncé les tentatives pour adopter des sanctions ou faire pression sur l'Iran, car ces démarches ne donneront pas de résultats positifs", a affirmé M. Pourmohammadi lors d'une conférence de presse à l'ambassade iranienne en Chine.

Envoyé spécial du gouvernement iranien, le ministre de l'Intérieur Mostapha Pourmohammadi était arrivé la veille à Pékin en visite de deux jours. Durant son séjour en Chine, il a rencontré le membre du Conseil d'Etat Tang Jiaxuan et le chef de la diplomatie chinoise Yang Jieshi.

Selon M. Pourmohammadi, la partie chinoise soutient entièrement les contacts de l'Iran avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). "La partie chinoise nous a souhaité d'approfondir notre coopération avec l'AIEA afin d'empêcher les Etats-Unis de décréter de nouvelles sanctions contre l'Iran", a souligné le ministre iranien.

Il a ajouté qu'en cas de nouvelles sanctions, l'Iran cesserait toute coopération avec l'AIEA, ce qui "ne contribuera pas à la paix et à la sécurité".

L'Iran et la Chine estiment que le dialogue et les négociations avec l'AIEA sont le moyen qui convient le mieux pour régler les contradictions.

En réponse au refus de Téhéran de décréter un moratoire sur l'enrichissement d'uranium, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté les résolutions 1737 et 1747 prévoyant des sanctions contre les programmes nucléaire et balistique iraniens. Téhéran a refusé de remplir les exigences formulées dans ces documents et les a qualifiés d'illégitimes. Cependant, au début de l'été, après une rencontre entre le secrétaire du Conseil de sécurité iranien Ali Larijani et le président de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei, Téhéran a accepté de reprendre sa coopération avec l'AIEA afin de convaincre la communauté mondiale du caractère pacifique de son programme nucléaire.

Il n'en reste pas moins que certains membres permanents du conseil de sécurité, notamment les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, ont de nouveau appelé à accentuer la pression sur Téhéran et à entamer les travaux sur un nouveau projet de résolution prévoyant des sanctions supplémentaires contre l'Iran.

Des représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Allemagne se réuniront le 21 septembre prochain à Washington pour discuter de la nouvelle résolution contre l'Iran. Selon le porte-parole du département d'Etat américain Sean McCormack, les participants à la réunion établiront la liste des sanctions à appliquer conte l'Iran en raison de ses activités nucléaires.


Vendredi 14 Septembre 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires