Géopolitique et stratégie

Nucléaire: Moscou pose ses conditions



Samedi 6 Juin 2009

Nucléaire: Moscou pose ses conditions
La Russie ne réduira pas son arsenal nucléaire tant que Washington n'exposera pas clairement ses projets de bouclier antimissile en Europe, a prévenu le chef d'état-major de l'armée russe.
 
"Nous ne toucherons pas à notre potentiel nucléaire tant qu'il n'y aura pas de clarté sur la situation dans le monde, en particulier sur le bouclier antimissiles américain", a dit le général Nikolaï Makarov, cité par l'agence Interfax.
 
"Les forces nucléaires stratégiques, c'est pour nous une question sacrée. Nous n'y consacrons que les moyens nécessaires au maintien de la stabilité à long terme dans le monde ", a-t-il toutefois ajouté.
 
Russes et Américains sont actuellement engagés dans des discussions sur la réduction de leurs arsenaux nucléaires, le traité START I de désarmement nucléaire, conclu dans les derniers mois de l'URSS en 1991, expirant en décembre.
 
De son côté, le président russe, Dmitri Medvedev, a indiqué qu'il espérait aborder ce thème lors de sa rencontre début juillet à Moscou avec son homologue américain, Barack Obama.
 
 
Les questions examinées par des experts des deux pays avant cette visite sont "complexes et stratégiques", avait déclaré mercredi un diplomate russe, qui n'a pas souhaité être cité.
 
Moscou attend toujours une "concrétisation" des intentions de Washington concernant le bouclier antimissile qui "complique inutilement les relations bilatérales", avait-il ajouté.
 
Le président américain avait fait savoir en avril que ce projet initié par son prédécesseur et auquel tiennent la République tchèque et la Pologne serait maintenu, sauf si la menace iranienne disparaît.
 
Les Etats-Unis estiment que le bouclier vise à protéger le monde de pays "voyous", tel l'Iran, alors que la Russie le considère comme une menace pour sa sécurité.
 
Concernant START 1, les négociations qui se sont déroulées pendant trois jours en début de cette semaine à Genève sur un nouvel accord de désarmement nucléaire ont été "productives", avait estimé jeudi la chef de la délégation américaine, Rose Gottemoeller.
 
Les présidents russe et américain "ont donné pour directive de remettre un rapport en juillet sur les progrès faits durant nos réunions de travail sur un nouvel accord", avait-elle ajouté.
 
Un troisième round de négociations sera organisé à Genève "dans la seconde moitié de juin", selon le ministère russe des Affaires étrangères.
 
Moscou fait ainsi allusion au projet américain d'installer de nouveaux intercepteurs de missiles en Pologne et une station radar en République tchèque. Les Etats-Unis et la Russie négocient actuellement un nouveau traité de désarmement nucléaire, pour succéder au traité START qui expire le 5 décembre.
 

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Samedi 6 Juin 2009


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires