Géopolitique et stratégie

Nucléaire. La « bombe » larguée sur Israël



Chaimaa Abdel-Hamid - Al-Ahram/hebdo
Jeudi 14 Mai 2009

Nucléaire. La « bombe » larguée sur Israël
La demande américaine à Tel-Aviv de signer le TNP a eu un effet de choc sur Israël qui se voit pour la première fois dénoncé par son allié. Reste à savoir jusqu’où ira Washington dans sa prise de position.

Un changement remarquable dans les relations américano-israéliennes est pointé du doigt. Faudra-t-il y croire ? Les Etats-Unis pourront-ils obliger Israël à signer le Traité de non-prolifération des armes nucléaires ? Rien n’est encore clair, mais ce qui est sûr c’est que les Israéliens ont été choqués par la réaction américaine. Enfin le nucléaire israélien est devenu sujet de débat auprès des alliés américains.

Le nucléaire israélien ne représente-t-il plus un tabou pour l’Administration américaine ? Autrefois, il n’était pas question de s’en approcher. Les capacités nucléaires israéliennes étaient quelque chose que l’on n’évoquait pas à Washington, pour ne pas donner des arguments à ceux qui en Iran et dans le monde arabe exigent que la question nucléaire soit abordée sur un pied d’égalité absolue dans la région.

Et il suffit de voir les réactions israéliennes pour s’en rendre compte. Le quotidien israélien Yediot Aharonot a publié que les Etats-Unis « ont largué une bombe. Pour la première fois, un responsable officiel américain a fait explicitement référence à la capacité nucléaire d’Israël ». Mais sans la moindre hésitation, Israël a rejeté l’appel lancé par une responsable américaine à adhérer au Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP), jugeant cet accord « inefficace ».

C’est d’ailleurs suite à la déclaration qu’a lancée la semaine dernière la déléguée de l’Administration Obama, Rose Gottemoeller, à une session préparatoire pour la conférence mondiale sur le Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP), qui se tiendra en mai 2010 à New York, que les réactions ont commencé à se succéder. Devant les représentants des 189 pays signataires du TNP, la députée a affirmé que les Etats-Unis aspirent à ce que tous les pays du monde adhèrent à ce traité, y compris l’Inde, Israël, le Pakistan et la Corée du Nord. L’Inde, Israël et le Pakistan sont les seuls pays à ne pas avoir ratifié ce traité, la Corée du Nord s’en étant retirée après l’avoir ratifié. « Une adhésion universelle au TNP - y compris par l’Inde, Israël, le Pakistan et la Corée du Nord - demeure un objectif fondamental des Etats-Unis », a-t-elle lancé. Une déclaration qui paraît dans le fond être banale, mais qui en réalité laisse à prévoir un changement majeur dans les relations entre les Etats-Unis et Israël.

Selon Ahmad Sabet, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, on est encore loin de parler d’un changement dans les relations américano-israéliennes. « Il n’existe toujours pas de changement concret que l’on peut citer. On peut appeler cela une reconnaissance américaine de la possession par Israël d’armes nucléaires », et d’ajouter : « Ce qui a attiré l’attention cette fois-ci c’est que l’Administration américaine a toujours fait en sorte de fermer les yeux en ce qui concerne le nucléaire israélien. L’Administration d’Obama essaye, en quelque sorte, d’agir sur un autre plan, celui du conflit palestino-israélien. Elle insinue à Israël que son refus de la création de deux Etats affaiblit la solution proposée par les Américains », explique le politologue.

Des pressions sur un autre volet ?

Effectivement, la référence à la bombe israélienne constitue peut-être le principal alibi, dont va user Obama pour faire plier le gouvernement de Netanyahu qui persiste à refuser la création d’un Etat palestinien, allant ainsi à l’encontre de toute la communauté internationale. Il est à noter que le président Barack Obama venait juste de provoquer les Israéliens au début d’avril, lors d’un discours devant le Parlement turc, lorsqu’il a déclaré l’attachement des Etats-Unis à la solution de deux Etats pour deux peuples. Quelques jours plus tard, l’envoyé spécial américain, Georges Mitchell, réaffirmait qu’il s’agit là «  de la seule et meilleure solution  » pour régler le conflit entre Israéliens et Palestiniens. Cette position américaine tranche avec le refus du nouveau gouvernement israélien d’endosser explicitement cette éventualité.

La nouvelle Administration américaine laisse-t-elle clairement entendre qu’elle compte rompre avec la politique suivie par la précédente équipe sur le dossier nucléaire israélien ?

Selon le Yediot, la dernière déclaration américaine concernant le dossier nucléaire a surpris et scandalisé le monde politique israélien, les Etats-Unis ayant respecté depuis les années 1970 la politique de « l’ambiguïté nucléaire » d’Israël et évité de le contraindre à ratifier le TPN.

La CIA fut la première à conclure qu’Israël avait commencé à produire des armes nucléaires en 1968, mais peu de détails ont émergé jusqu’à 1986, lorsque Mordechai Vanunu, ancien technicien de la centrale nucléaire de Dimona, a donné au Sunday Times des descriptions détaillées qui ont conduit les analystes de la défense à ranger l’Etat juif au 6e rang des puissances nucléaires mondiales. Aujourd’hui, même si Israël ne le reconnaît pas officiellement, il est largement admis par les experts qu’Israël possède de 250 à 300 armes nucléaires, avec leurs systèmes de lancement qui incluent les missiles Yariho (Jéricho) et les avions de chasse F-15 et les chasseurs-bombardiers F-16.

L’Iran principalement visé

Une adhésion au Traité de non-prolifération obligerait Israël à y renoncer. Une éventualité sûrement refusée par Israël. Lors de son premier mandat comme chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahu avait affirmé au président américain de l’époque, Bill Clinton, que «  nous ne signerons pas le TNP, car nous ne voulons pas nous suicider  ».

Sabet affirme : « Peut-être que cette déclaration a-t-elle fait du bruit, mais il ne faut pas s’attendre à ce que les Américains accusent Israël officiellement. Et en ce qui concerne les réactions israéliennes, elles illustrent le mode israélien qui tient toujours à semer la panique et à évoquer le complexe de culpabilité lorsqu’il s’agit d’une chose qui touche à sa sécurité interne ».

L’Etat hébreu le sait d’ailleurs bien. Essayant de calmer les esprits, un responsable du ministère israélien des Affaires étrangères a avoué que cette déclaration n’a pas plu à Jérusalem, mais qu’Israël et les Etats-Unis « sont de la même famille, et même lorsqu’on change de dirigeants, la famille reste la même ». Pour un haut responsable israélien, ce qui est grave c’est que les Etats-Unis semblent avoir adopté une attitude naïve envers le monde arabe et l’Iran, en « vendant » Israël pour les apaiser, une attitude qui s’avérera comme défaillante, lorsque les Américains se rendront compte qu’ils n’ont pas de véritable partenaire pour le dialogue.

De toute façon, cette attitude américaine semble aussi figurer dans sa panoplie de politiques à l’égard de l’Iran. Un haut fonctionnaire américain a ainsi rassuré Israël, déclarant que l’initiative américaine ne vise pas à nuire à Israël, bien au contraire : « Une adhésion israélienne au TPN permettra à la communauté internationale d’exercer des pressions plus efficaces sur l’Iran pour que ce dernier arrête son programme nucléaire  ».

L’affaire sera peut-être close après cette déclaration et n’ira pas plus loin. En tout cas, le débat lancé cette semaine à Washington ne manquera sûrement pas d’alimenter la rencontre qui doit se tenir entre Barack Obama et Benyamin Netanyahu, le 18 mai à la Maison Blanche.

Le TNP

Le club des puissances nucléaires officielles (Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France et Chine) a voulu éviter que d’autres pays accèdent à ces technologies. Le Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP) a ainsi été signé à Londres, Moscou et Washington en 1968.

Il vise à interdire l’exportation des armes et techniques nucléaires vers les pays qui n’en sont pas dotés, à favoriser le désarmement de ceux qui en possèdent et à favoriser la diffusion du nucléaire civil mais reconnaît avant tout le statut de puissance nucléaire aux cinq Etats qui ont fait exploser une arme nucléaire avant 1967.

Il est entré en vigueur en 1970 et pour une durée de 25 ans.

Le TNP n’a cependant pas empêché un second club, officieux, de se former progressivement. A l’exception de l’Inde, du Pakistan et d’Israël, 188 pays ont signé ce traité.

En 1997, un protocole additionnel au TNP a été établi. Cet outil de contrôle nucléaire, qui permet à l’AIEA de visiter tous les lieux auxquels elle n’avait pas accès, a été signé par 67 Etats uniquement.

La révision du TNP doit avoir lieu en avril-mai de cette année. Sa crédibilité risque d’être sapée d’autant plus que l’article VI sur l’élimination totale des armes nucléaires a depuis toujours été ignoré.

Al-Ahram/hebdo - Semaine du 13 à 19 mai 2009, numéro 766 (Dossier)
http://www.info-palestine.net/


Jeudi 14 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par goy le 14/05/2009 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je croix que la question n'est pas de savoir s'ils mentent ou pas, car la réponse est bien évidente, mais la question qu'il faut poser c'est de savoir que cachent-ils derrière ces manœuvres.

2.Posté par -*REZ le 14/05/2009 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

savoir que cachent-ils derrière ces manœuvres. oui bien vue que sera près le président
au usa oui que la suite de cela oui qui sera a la ...............
les usa ne font pas dire non a Israël ce la france qui a donnée la bombe atomique
pour eaux avec les européens et les usa il pas seul non plus usa il
combien de gens ............... qui voulant cette guerre contre iran
et oui .................... 145 millions usa il pas seul sur terre non plus combien
dit il pas seul a dirigé le monde non plus tous les politiques change tous le 4 ans
pas en document officielle non plus rien, pour cela non rien la souche
de tous ...............avec leur accord que de vents oui
les bombes et missiles et tous armes sont la sur terre par tous oui
dans tous les pays du monde .......................................


3.Posté par -*REZ le 15/05/2009 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Chambre des représentants américaine a adopté, jeudi 14 mai, un projet de budget supplémentaire pour 2009 de 96,7 milliards de dollars, principalement destiné à financer les guerres en Irak et en Afghanistan. Les représentants ont approuvé le texte par 368 voix contre 60. Ce sera ensuite au Sénat de se prononcer.

Ce plan avait été approuvé la semaine dernière par la commission de la Chambre chargée de répartir les dépenses du gouvernement. Contrairement à ce qu'avait demandé l'administration Obama, le texte ne contient pas de provision visant à financer la fermeture du centre de détention de Guantanamo. L'administration avait réclamé 80 millions pour la fermeture du camp. Le chef de la majorité démocrate du sénat américain, Harry Reid, a déclaré jeudi que rien ne se passerait "tant que le président n'aura pas proposé un plan" concret, évaluant notamment les risques liés à chaque détenu dans l'éventualité du transfert des prisonniers.

Ce budget supplémentaire pour 2009 doit principalement financer les guerres en Irak et en Afghanistan jusqu'au 30 septembre. Mais la mesure contient également deux milliards pour la lutte contre la grippe porcine ou encore plus d'un milliard d'aide humanitaire.

4.Posté par Jugurta le 15/05/2009 05:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est juste un show a mon avis, souvenez vous que Berzinski veut utiliser les moudjahidines financé par la CIA/MI6/Mossad, comme les taliban, contre la chine ou l'inde, deux pays très peuplés et qui donnent des cauchemars a notre élites eugéniste et darwiniste quand a leur consommations respectives projetées en matière et ressources stratégiques ( pétrole ), le récent problème au derfour découle de cette hantise, aussi la récente offensive des taliban au Pakistan vise a leur donner la bombe avec la bénédiction des américains, car je ne pense pas que l'otan est en Afghanistan pour libérer le peuple afghan mais surtout pour mieux l'instrumentaliser contre les deux voisins géants, et on peut être sur que les talibans fanatiques et adeptes d'une caricature de l'islam n'hésiterons pas a utiliser leur bombes s'ils arrivent avec l'aide et le financement de la CIA/MI6/Mossad a prendre le pouvoir au Pakistan

5.Posté par -*REZ le 15/05/2009 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


International
Nucléaire: une dizaine de pays seront bientôt des puissances atomiques (el-Baradei)
10:48 | 15/ 05/ 2009

Version imprimée

MOSCOU, 15 mai - RIA Novosti. Une dizaine de pays deviendront bientôt des puissances nucléaires, a averti vendredi à Vienne le directeur général sortant de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohammed el-Baradei au journal britannique The Guardian.

"Il y aura bientôt neuf puissances nucléaires et dix ou vingt "puissances dotées d'armes nucléaires virtuelles", a indiqué le directeur, en poste depuis 1997 qui prendra sa démission en novembre à l'âge de 67 ans.

Les puissances nucléaires virtuelles sont déjà capables de produire du plutonium ou de l'uranium hautement enrichi. Pour le moment, ces pays respectent le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), mais peuvent produire et utiliser des armes nucléaires en quelques mois, selon lui.

"Nous vivons dans un monde où posséder l'arme nucléaire signifie acquérir du pouvoir et se doter d'une garantie contre les attaques", a expliqué M.El-Baradei. Le danger de la prolifération nucléaire est particulièrement grave au Proche-Orient, selon lui.

M.el-Baradei a appelé la communauté internationale à respecter strictement le Traité TNP et à poursuivre la réduction des arsenaux nucléaires. Seules des réductions notables des arsenaux nucléaires et l'interdiction universellement reconnue des essais nucléaires et de la production de matières fissiles à usage militaire peuvent rétablir la foi du monde dans le contrôle des armements, à son avis.

"Détruisez 27.000 ogives dont 95% se trouvent en Russie et aux États-Unis. On peut facilement réduire (le nombre des ogives dans chaque pays) à 1.000, voire à 500", a-t-il déclaré.

Si les puissances nucléaires prennent des mesures concrètes en ce sens avant la conférence consacrée à la révision du Traité TNP qui se tiendra à New York en avril 2010, elles auront le droit moral d'influer sur les pays qui s'apprêtent à se doter d'armes atomiques, a conclu le directeur de l'AIEA.

6.Posté par VIRGILE le 15/05/2009 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite aux massacres/génocide de Gaza ce Noël, déclenché un jour de Sabbat, et où ils ont fait une allusion à une potentielle pulvérisation atomique des capitales européennes si l'Europe n'approuvait pas leurs crimes (de guerres et contre l'humanité)
suite aux diverses et courageuses révélations sur les activités des sionistes, via le Mossad ou leurs agents dans les diverses administrations US/Saxonnes (de Kissinger à Wolfovich, perle, Bolton,etc.)(11/09, génocides irakien, afghan, palestinien, etc.)
suite aux dérives racistes, élitistes et extrémistes de l'Etat d'Israël
suite aux guerres mondiales et révolutionnaires qu'ils ont conçu et financé, ETC.

la question est de savoir à combien de centaines de millions de morts générés par les sionistes (ou prétendus tels), les goyim vont activement réagir pour, non seulement imposer un TNP sur ces fous-furieux guerriers mais également les dénécluariser en échange d'une sécurité internationale armée, car c'est avec ce poison qu'ils menacent et font chanter le MONDE et pas seulement les pays mésopotamiens qu'ils ne cessent de spolier et d'humilier, faisant des millions de victimes innocentes. Et dire que 90 % des sionistes sont d'origine Khazarie (Turco-mongols non sémites !!!). Les Illuminati sont morts de rire !

7.Posté par VIRGILE le 15/05/2009 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est hallucinant, c'est que nous savons que ce sont des entités se réclamant d'Israël via ses colistiers banquiers internationaux, qui organisent depuis des générations les kraks boursiers et les guerres de toutes natures, par pur profit et perversité selon une "morale" talmudo-babylonienne particulièrement effrayante, inhumaine et anti-fraternelle.
Ils ont engagé les goyim Saxons (USA/GB principalement), dans des dettes pharaoniques insurmontables par cet incroyable false flag du 11/09 / Guerres Irak/Afghanistan/Pakistan/Liban, etc. L'Europe vient de se faire piéger, impulser par l'Agent Sarkozy et tant d'autres lobbying sionistes incrustés à Bruxelles.
Et les Saxons/US vont continuer à les financer à milliards et se faire cucufier pendant des générations ? C'est du pur suicide agrémenté de tourments éternels.
Nous avons dépasser le stade de la folie. C'est bien la marque de la Bête.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires