Palestine occupée

Nouvelles ingérences américaines dans les affaires libanaises


Dans la même rubrique:
< >


IRIB
Vendredi 8 Février 2008

Nouvelles ingérences américaines dans les affaires libanaises
Dans la conjoncture où les dirigeants des deux composantes ‎du courant 8 mars, à savoir Seyyed Hassan Nassrallah, secrétaire ‎général du Hezbollah et Michel Aoun, chef du courant libre ‎national ont mis l'accent sur le maintien de leur coalition ‎stratégique et sur un consensus pour régler la crise libanaise, les ‎nouveaux agissements des Etats-Unis au Liban inquiètent les ‎milieux politiques du pays. Seyyed Hassan Nassrallah et Michel ‎Aoun en tant que deux dirigeants du courant opposé au ‎gouvernement de Siniora, ont une nouvelle fois réitéré la nécessité ‎d'élire immédiatement Michel Sleimane, commandant en chef de ‎l'armée libanaise comme président de la République, de former un ‎gouvernement d'union nationale où tous les groupes auront une ‎part égale, et d'adopter une nouvelle électorale pour le pays. Ce ‎consensus vise à mettre en application le plan de paix arabe pour ‎le Liban. La Ligue arabe, en présentant un plan de paix demande ‎la tenue de la réunion urgente du parlement pour élire Sleimane ‎comme président du pays et pour mettre sur pied un gouvernement ‎d'union nationale. Le courant du 14 mars au pouvoir fait toujours ‎des obstructions à l'application de ce plan, et ce au moment où ‎Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, avait exprimé ‎ces dernières semaines son espoir sur le règlement de la crise et ‎l'aboutissement du plan de paix arabe. L'expérience montre bien ‎qu'à chaque fois que le Liban approche d'une sortie de crise et ‎d'un accord de principe, les ingérences et les complots américains ‎y font obstacle. Ces derniers mois, les Etats-Unis ont déployé de ‎gros efforts pour déclencher la guerre civile au Liban et diviser ‎l'armée et le Hezbollah et conduire par conséquent le pays vers ‎l'instabilité et l'anarchie. Mais, la vigilance du courant 8 mars en ‎tant qu'opposition du gouvernement Siniora, a bien neutralisé tous ‎ces complots. Le courant du 14 mars en tant que bras droit des ‎Etats-Unis au Liban, profite de toutes sortes d'aides militaires et ‎politiques de Washington. De l'avis des observateurs, les Etats-‎Unis considèrent le Liban comme un terrain pour réaliser leurs ‎plans et politiques, profitant au régime sioniste, et pour atteindre ‎un tel objectif, ils cherchent à acculer le Liban vers une impasse. ‎Les consultations menées par David Welsh, sous-secrétaire d'Etat ‎américain avec Amr Moussa s'inscrivent dans ce même cadre, et ‎ce d'autant plus que Moussa, tout en se déclarant neutre, a appelé ‎au règlement de la crise qui frappe le pays du Cèdre. Les propos ‎de Mme Michèle Sisson, nouvelle ambassadrice américaine au ‎Liban qui a demandé l'élection immédiate et inconditionnelle de ‎Michel Sleimane comme président libanais qui vont à l'encontre ‎du plan arabe, sont à examiner dans ce même droit fil. Le soutien ‎de Washington au courant du 14 mars, a poussé ce dernier vers ‎l'isolement. Cependant, le courant du 8 mas espère toujours que le ‎courant au pouvoir comprendra et retournera au sein de la nation

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Vendredi 8 Février 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires