Géopolitique et stratégie

Nouvelles guerres, nouvelles armes


Les dictionnaires militaires expliquent la différence entre la guerre et la paix par l'emploi massif d'armes à feu. Or, la situation contemporaine et la multiplication des conflits militaires montrent que cette définition est désespérément obsolète. L'objectif de la guerre de demain n'est pas de s'emparer du territoire adverse, mais de porter des frappes ponctuelles contre les points névralgiques de l'ennemi, et ce sans violer les frontières internationales. L'emploi massif de l'armée de terre basée sur les blindés tombe dans l'oubli, et le rôle de l'aviation stratégique s'affaiblit. Quant à la notion d'armement "stratégique", l'accent se déplace de la "triade nucléaire" aux moyens non nucléaires sur la base des systèmes d'armes de haute précision de différents types de stationnement.


Andreï Kisliakov
Lundi 28 Mai 2007

Nouvelles guerres, nouvelles armes
Par Andreï Kisliakov, RIA Novosti



Cela suppose la présence d'un grand nombre de moyens satellitaires de reconnaissance, de prévision et de désignation des objectifs qui nécessitent à leur tour une protection, facteur qui conditionne la naissance d'armes spatiales.

Le dossier que nous vous proposons présente les travaux menés dans le domaine des systèmes d'armes orbitaux, relate la modernisation en cours des armements stratégiques et la conception d'armes résolument nouvelles.

Qu'est-ce qu'une arme spatiale?

De manière générale, les armes spatiales regroupent des systèmes d'armes et des moyens auxiliaires spatiaux dont le type, le mode de fonctionnement et la vocation sont différents et qui sont conçus pour être installés et utilisés dans l'espace extra-atmosphérique. Ces armes se divisent en éléments de frappe et éléments passifs. Parmi ces derniers, on peut notamment citer les systèmes de renseignements, de télécommunications, de ciblage et ainsi de suite que de nombreux pays utilisent depuis longtemps.

La plus grande menace émane, cependant, des éléments actifs qui pourraient être utilisés à des fins de défense antimissile et de lutte électronique, dans le cadre d'une frappe orbitale nucléaire et non nucléaire en n'importe quel point du globe et enfin comme une arme antisatellite.

Parmi les principaux types d'armes spatiales de frappe figurent:

1. Les missiles balistiques intercontinentaux dont les ogives sont placées sur une orbite dite d'attente. En cas de situation de crise ou de commande de neutralisation des cibles, c'est l'étage de déploiement des ogives qui se met en marche. Ce type de stationnement était proposé pour le missile balistique intercontinental américain M-X au début des années 1980, quand les tensions entre l'URSS et les Etats-Unis étaient au beau fixe.

2. Les missiles antisatellite stationnés au sol, dans l'air et dans l'espace.

3. Les armes à énergie dirigée, notamment les lasers chimiques et à rayons X, ainsi que les armes à faisceaux.

4. Les armes électroniques, autrement dit les générateurs d'impulsions pour la lutte électronique, les impulsions magnéto-cumulatives et les impulsions plasma.

L'important est que la militarisation de l'espace a pour objectif d'instaurer un contrôle global de la surface planétaire. Ainsi, l'apparition dans l'espace circumterrestre de bases militaires permanentes et habitées n'est qu'une question de temps.

Les vaillants Scythes

Si on est encore loin de créer des bases militaires dans l'espace, la conception de systèmes d'armes automatiques fondées sur les nouveaux principes physiques est menée depuis longtemps. L'histoire connaît un exemple où une station militaire, qui n'était pas une maquette, a été placée sur une orbite circumterrestre afin de pouvoir frapper au missile et au laser aussi bien des satellites en orbites basses que les appareils en orbites moyennes et stationnaires.

Il est à noter que depuis l'ouverture d'une confrontation militaire entre l'URSS et les Etats-Unis à la fin des années 1950, deux axes d'efforts étaient fixés dans le domaine spatial: la défense antimissile et la lutte contre les engins spatiaux de l'ennemi potentiel.

Mais si aux Etats-Unis les deux axes sont promus de succès en échec, mais sans contradictions apparentes, en Union soviétique tout s'est déroulé dans les meilleures traditions de la lutte invisible des clans. (à suivre)

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Lundi 28 Mai 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires