Palestine occupée

« Nous mourons à petits feux »


L’UNRWA étant maintenant dans l’incapacité de distribuer l’aide alimentaire à ses centaines de milliers de bénéficiaires, la question n’est plus de savoir s’il y aura une famine, mais plutôt quand...
Sameh A. Habeeb - Live from Palestine



Mardi 9 Décembre 2008

Rafah : frontière fermée avec l’Egypte.
Rafah : frontière fermée avec l’Egypte.

Israël a encore renforcé son blocus sur Gaza, où certains secteurs ont été complètement plongés dans l’obscurité depuis que le manque de fuel a arrêté l’unique centrale électrique de Gaza il y a de cela 25 jours.

Les coupures électriques affectent toutes les activités qui dépendent de cette énergie car les autres sources d’électricité venant d’Israël et d’Egypte ne peuvent pas répondre aux besoins de la totalité de la bande de Gaza.

L’accès à l’eau potable et pour l’irrigation est affecté, aussi bien que le traitement des eaux sales, ce qui risque de propager des maladies. Déjà, le résultat est que des millions de litres d’eaux usées polluent tous les jours la mer Méditerranée.

Israël refuse également la nourriture à 1,5 million de Palestiniens dans la bande de Gaza. Selon le Comité Populaire Contre le Siège, les produits alimentaires de base dont le lait, la farine, l’huile de cuisine, la viande, le riz et les légumineuses ne sont pas disponibles en quantités suffisantes. Quelques chiffres indiquent que seulement 15% des besoins en nourriture de Gaza entrent par les frontières sous contrôle israélien.

Les Palestiniens à Gaza se voient refuser le droit à un traitement médical. Les médicaments de base ont disparu du territoire, dont ceux pour le traitement du diabète, des maladies de coeur, de l’asthme et d’autres maladies chroniques.

Il y a également des pénuries de médicaments pour traiter les cancers, les affections hépatiques rénales et d’autres maladies pouvant être mortelles. Les approvisionnements en stérilisants et désinfectants aussi bien que d’autres produits nécessaires à un traitement sûr des patients sont à court d’approvisionnement.

Les machines dont le fonctionnement signifie la vie ou la mort pour des patients de Gaza se détériorent parce qu’Israël n’autorise pas le transfert de pièces de maintenance. Les médecins ont même des difficultés à diagnostiquer les maladies parce que les coupures électriques ont endommagé les équipements de radiographie dans les hôpitaux de Gaza.

La population de Gaza dépend en grande partie de l’aide humanitaire car Israël lui a refusé le droit de travailler depuis que le bouclage a été imposé sur le territoire il y a des années. Mais à présent même l’aide humanitaire est en grande partie bloquée, et Israël a sévèrement limité l’aide fournie par l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine. L’UNRWA étant maintenant dans l’incapacité de distribuer l’aide alimentaire à ses centaines de milliers de bénéficiaires — la majorité des habitants de Gaza sont les descendants des réfugiés qui étaient il y a 60 ans les véritables propriétaires des maisons et propriétés dans ce qui est maintenant Israël — la question n’est plus de savoir s’il y aura une famine, mais plutôt quand...

Israël s’est assuré que ce n’est pas seulement la population humaine de Gaza qui sera affamée, mais aussi bien les animaux. Depuis quatre semaines Israël n’a pas permis l’importation de fourrage alors que l’agriculture de Gaza en exige 150 tonnes par jour. Le secteur agricole de Gaza, souffrant déjà du fait qu’Israël empêche l’exportation de ses productions agricoles depuis une année et demie, est sévèrement touché par le manque de vaccins pour les animaux d’élevage, de graines, d’insecticides et d’engrais.

Gaza est devenu un lieu où toute vie normale est impossible. « Je suis nourri comme un animal en cage, » a dit Khalil Barakat, un réfugié entre deux âges et sans emploi, du camp de réfugiés de la plage. « A Gaza nous sommes en cage comme des animaux . Si j’avais une chance d’émigrer pour vivre dans la paix les années qui me restent, alors je le ferais. »

J’ai demandé à une vieille amie, une jeune mère qui se nomme Um Muhammad Abu Ouf, comment sa famille a été touchée par le siège. Alors que l’obscurité descendait sur la rue Omar al-Muktar dans la ville de Gaza, elle a répondu, « le siège est devenue un cauchemar quotidien, jour et nuit. L’électricité est coupée et cela effraye mon petit enfant âgé de 11 mois. Cela rend les conditions de vie peu sûres pour lui. J’essaye aussi de trouver pour lui de la nourriture enrichie. Je suis allée dans beaucoup de magasins et d’échoppes mais en vain. Je ne peux trouver ni produits alimentaires complémentaires ni approvisionnements pour mon fils car il y a une pénurie de beaucoup de produits de base nécessaires aux enfants en bas âge, comme le lait, les couches-culottes et ainsi de suite. »

En attendant, Nahed Deeb, qui craint que la famine ne s’approche, ressent une semblable frustration : « Nous mourons lentement et personne ne réagit. J’ai perdu mon travail il y a huit ans et je dépends de l’aide qui est de plus irrégulière. Cela s’applique aux centaines de milliers de personnes dans des conditions similaires. Et les pauvres personnes comme moi n’obtiennent plus aucune sorte d’appui. »

Il est peu probable que les habitants de Gaza aient un répit face à la punition collective que représente le siège israélien : le ministère israélien de la défense a récemment annoncé que les frontières de Gaza demeureraient fermées jusqu’à nouvel ordre.

Cette semaine les forces israéliennes d’occupation ont empêché un bateau libyen chargé de trois mille tonnes de produits alimentaires d’atteindre les rives de Gaza, sous le prétexte que le bateau pouvait transporter des armes.

Un bateau qatari est programmé pour naviguer depuis Chypre jusqu’à Gaza afin de tenter de fournir une aide humanitaire au territoire assiégé, et des bateaux de Turquie, du Koweit, du Yémen et de Jordanien vont également tenter de briser le siège ; des responsables de la communauté palestinienne en Israël se sont engagés à faire de même ce week-end.

Si le siège a pour objectif de faire pression sur les Palestiniens de Gaza pour qu’ils abandonnent leurs droits, Israël ne rencontrera que de la résistance, comme l’a affirmé un habitant du nom de Muhammad : « Nous avons été patients durant 60 années. Nous avons traversé des périodes plus cruelles que celle-ci. Alors pourquoi abandonner cette année ? Nous devons être résolus et patients et le siège finira par être levé. »

3 décembre 2008 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/v2/ar...
Traduction de l’anglais : APRales

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5509 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5509



Mardi 9 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 09/12/2008 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allez les pros sionistes, venez nous soutenir que nous somme d'affreux islamistes ou antisémites de les traité de nazis, ça!! se qui se passe en se moment a gaza c'est quoi d'autre qu'un procédé de nazis?!!! digne et pire que celui de Varsovie!! !!

2.Posté par redk le 09/12/2008 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le regard de cette femme est insoutenable!!, dans ses yeux nous pouvons y lire la souffrance et la détresse, elle semble s'adresser à la terre entière " HUMANITÉ OU ÊTES VOUS, QUE FAITE VOUS?" !!!

3.Posté par Aigle le 09/12/2008 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le regard de cette DAME est insoutenable oui !! Mais il degage une DIGNITE QUI REFROIDIRAIT UNE COMPAGNIE DE LACHES SIONISTONAZIS CACHES DANS BLINDE MADE IN USA

4.Posté par Edelweiss le 09/12/2008 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on reste surtout indifférent, occupés que nous sommes à remplir nos ventres et à surtout fuir toute souffrance !!
nous sommes TOUS complices, mettez bien ça dans votre tite tête d'occidentaux capricieux.......et surtout bien endormis !!!!!!!!!
nous aurons à rendre des comptes !!!!!!!!!

5.Posté par bedmiki-99 le 09/12/2008 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ redk,

Q'est-ce que vous racontez, il n'y a plus d'humanité!!! le busher l'a dit, ou vous étes avec nous, ou contre nous.Quant à la pauvre dame,c'est vrai que son regard en dit long, mais ce que j'aurais moins supporté, ça aurait été celui d'un gamin.
@ Edelweiss,

C'est tout à fait vrai aussi, nous sommes complices mais les plus responsables de cette complicité ce sont nos dirigeants, et ceux des pays arabes et musulmans. Comme dit un proverbe " une seule main ne peut pas applaudire " et c'est encore plus grave, lorsque un pays dit " le plus démocratique " se permet de parler et d'agir au nom de la communauté internationale.

6.Posté par bedmiki-99 le 09/12/2008 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je voudrais ajouter une chose encore, si tous ces pays qui voudraient vraiment aider les palestiniens se presenteraient tous en même temps, avec leurs bateaux, leurs camions, et même à pied s'il le fallait, je ne pense pas qu'ils risquent de se faire couler. Ou on est courageux, ou on ne l'est pas!!!

7.Posté par redk le 09/12/2008 20:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bedmiki-99, que se soit un gamin ou une dame le crime reste le même!!, la détresse et la souffrance se lis de la même manière !!

se que dis le crétin boucher planétaire n'a aucune importance, depuis quand les criminelles sont une référence?(sauf pour lui, les néocons et les sionistonazis), et si ils est des inhumains pour le suivre, il en est pas de même pour l'humanité entière, ou alors ils nous reste plus qu'a acceptés de vivre comme des sous hommes!!, j'en suis pour ma part très loin d'accepter cela comme beaucoup d'autres, après libre a chacun de vouloir regardé ailleurs ou se mètre la tête dans le sable comme une autruche !!

8.Posté par Colibri le 09/12/2008 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Il est bon de rappeller certaines vérités :

// L' arbre dit à la hache: "si ton manche n'etait pas fait en bois, jamais tu
n' aurais pu m' abattre ! ".//

Si les sionistes n' avaient pas pour complices, certains "musulmans" eux-mêmes, jamais nous n' aurions eu à désespérer de voir une telle détresse et un tel reproche dans le regard !

ô Salaheddine, puisses-tu nous pardonner nos lâchetés et nos misérables
et basses guéguerres intestines. Honte à nous !



9.Posté par Bogdan le 09/12/2008 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci à tous pour vos commentaires et pour votre soutien à la cause palestinienne.

@redk

Pourtant si tu pouvais éviter les comparaisons pauvres, inutiles, et qui mettent de l'huile sur le feu, ce serait mieux. Arrête de comparer gaza avec le ghetto de Varsovie, ce sont deux problèmes différents qui ont eu lieux à des époques différentes et avec des gens différents. Pareil pour les nazis, laisse les où ils sont. Aujourd'hui ce sont les sionistes qu'il faut combattre.
Je vais t'expliquer pourquoi je dis ça : Même si le fait qu'en quelquesorte aujourd'hui il y a un retournement de l'Histoire ironique et tragique qui fait du peuple génocidé un peuple oppresseurs, par respect à toutes les victimes qui sont mortes dans les camps nazis et à toutes les victimes des nazis, n'utilise pas des mots comme ça à l'emporte pièce par provocation et impressionnisme. Aujourd'hui nous sommes dans un nouveau monde, avec un nouveau contexte et de nouveaux oppresseurs. Appelons les par leur nom.

10.Posté par redk le 09/12/2008 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://jamcomandante.blogspot.com/2008/01/ghetto-gaza-varsovie_11.html

Gaza, nouveau ghetto de Varsovie: Plus d’un million de personnes meurent à petit feu http://www.lecalame.mr/index.php?option=com_content&task=view&id=1790&Itemid=1

Le Ghetto de Varsovie et Gaza : troublantes similitudes
http://www.protection-palestine.org/spip.php?article5934

Le ghetto de Gaza, comme celui de Varsovie, a droit à son soulèvement
http://newsgroups.derkeiler.com/pdf/Archive/Soc/soc.culture.belgium/2008-04/msg01879.pdf

comme tu le vois je ne suis pas le seul a faire la comparaison !!!

et j'ai eux l'occasion, a mainte reprise de mettre des docs de preuves qui unis les sionistes et les nazis!!!

11.Posté par bedmiki-99 le 10/12/2008 00:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

excusez moi si je me suis mal expliqué, je n'ai jamais dis qu'il fallait se resigner bien au contraire il ne faut pas baisser les bras.C'est vrai que la détresse est insuportable pour tous mais d'après le sujet,on dit que les petits sont les plus touchés et je suis désolé mais les soufrances ne sont pas resenties par les adultes de la même manière que par les enfants plus fragiles. Et aucune raison ne justifie le génocide qui se prepare .
les occidentaux ont dient pour les camps de concentrations qu'ils ne savaient pas, et ils ont dient aussi PLUS JAMAIS CA . Aujourd'hui ça se passe au su et au vu de tout le monde, et le pire c'est que ceux qui étaient victimes hier sont devenus les boureaux d'aujourd'hui

12.Posté par codeverseau le 10/12/2008 02:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces gens-là seraient mieux traités dans un zoo... L'humanité n'existera pas tant et aussi longtemps que les gens ne s'aimeront pas eux-même et d'après ce que je vois, ce n'est pas demain la veille.... De toute manière, peut être 0,1% de la société est CONSCIENTE et cette partie consciente a toute intérêt à sauvegarder SA liberté. Et c'est ce que je fais, faut quand même pas se faire d'illusions là-dessus... Pour ma part, réserve de toutes sortes pour 10 ans et tous les moyens pour me soigner moi-même, SANS DÉPENDRE DES AUTRES.

J'ai fini de militer pour une société qui haie, haie et qui ne sait que faire ça...... J'ai hâte de me trouver un endroit composer de humains.

13.Posté par Alien le 10/12/2008 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Oui Edelweiss, nous sommes tous complices.
En payant nos impôts déjà, dont une partie non négligeable sert à armer ce pauvre petit état juif qui ne fait que se défendre !
Si tous les pays envoyaient en même temps leurs bateaux à Gaza, Bedmiki, ce serait comme si tous les gars du monde se donnaient la main, le monde serait complètement changé ... Mais les pays en question sont bien trop occupés à se mettre à plat ventre pour s'attirer les bonnes grâces du bourreau tout-puissant ... On ne peut pas tout faire non plus !
Et pour Bodgan enfin, l'époque dorée du sionisme existe depuis longtemps, elle n'est pas d'aujourd'hui. Qui a financé Hitler à ton avis ? L'Allemagne était à genoux mais la banque Rothshild était là pour veiller à ce que tout se passe comme prévu.
C'est une stratégie de longue haleine et personnellement, j'aimerais qu'on les arrête avant qu'ils en arrivent à leur solution finale.

GLOIRE AU PEUPLE PALESTINIEN SI DIGNE ET SI COURAGEUX
HONTE AU RESTE DU MONDE

14.Posté par Bogdan le 10/12/2008 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui ok redk pour les similitudes. Mais elles ont des limites.

Perso si j'avais le choix, je préfererai être à Gaza aujourd'hui que dans le ghetto de Varsovie pendant la guerre.

Les gens du ghetto de Varsovie, ont sait ce qu'il est advenu d'eux pour la plupart et surtout de quelle sorte ils sont morts.

Bien-sûr je prie et j'éspère inch'allah pour les palestiniens, mais je pense qu'ils n'auront pas un sort in fine aussi dramatique que celui des juifs du ghetto de Varsovie.

J'ai de l'espoir pour la Palestine.

15.Posté par redk le 10/12/2008 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comparaison entre Gaza et le Ghetto de Varsovie
Par Dorothy > dor_naor@netvision.net.il

S'il vous plait, comparez la description de Gaza (l'article de Patrick Cockburn parue dans The Independent le 7 septembre dernier :
"Gaza est une prison. Nous ne pouvons pas partir. Nous sommes au bord de la famine") à la brève description du ghetto de Varsovie.
Les similitudes ne sont pas des coïncidences!!!!!.

Gaza est une prison. Nous ne pouvons pas partir. Nous sommes au bord de la famine
Patrick Cockburn – The Independent – 7 septembre 2006

Traduction du Collectif de traduction : pueblo@sympatico.ca et diffusé sur le site de Michel Collon


À Gaza toute la société est en train d'être détruite. Un million et demi de Palestiniens sont emprisonnés dans une des régions les plus peuplées au monde. Israel a mis fin à tout commerce. Même les pêcheurs n'ont pas le droit de s'éloigner du rivage et doivent s'attaquer au ressac pour essayer en vain d'attraper des poissons avec des filets lancés à la main.

Les incursions israéliennes terrestres et aériennes, qui ont lieu tous les jours, ont tué un grand nombre de personnes.

Depuis le 25 juin, elles ont fait 262 morts et 1 200 blessés, dont 60 ont eu un ou plusieurs membres amputés déclare le Dr Juma al-Saqa, directeur de l'Hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, qui n'aura bientôt plus de médicaments. Il y avait, parmi ces personnes, 64 enfants et 26 femmes. Jusqu'à présent, le conflit sanglant qui a lieu à Gaza n'a reçu que très peu d'attention consacrée par les médias internationaux à la guerre ayant lieu au Liban.

C'est le 25 juin que le soldat israélien Gilad Shalit a été capturé et que deux autres soldats ont été tués par des militants palestiniens, qui ont utilisé un tunel pour quitter la bande de Gaza.

Dans un article du quotidien Haaretz, Gideon Levy écrit qu'à la suite à ces événements l'armée israélienne «s'est livré a des saccages partout à travers Gaza (il n'y a pas d'autre mot pour décrire ces actes), tuant et démolissant, bombardant du sol et de l'air aveuglément».

Gaza est pratiquement réoccupée puisque les soldats et les tanks israéliens peuvent aller et venir à leur guise.

La semaine dernière, dans le district septentrional de Shajhayeh, ils ont envahi et occupé plusieurs maisons pendant cinq jours. Au cours de cette période, ils ont tué 22 Palestiniens, détruit trois maisons et détruit au bulldozer des bosquets d'oliviers, d'agrumes et d'amandiers.

Fuad al-Tuba, agriculteur âgé de 61 ans, qui possédait une ferme ici, a déclaré : «Ils ont même détruit 22 de mes ruches et tué quatre moutons».

Il a indiqué tristement du doigt un champ de sable brun, labouré par des marques de chenilles et dans lequel des troncs, des branches et des feuilles fanées formaient plusieurs tas. Tout près, une auto jaune se dressait, le nez enfoncé dans le sol, au milieu de blocs de béton qui avaient constitué autrefois une petite maison.

Son fils, Baher al-Tuba, a décrit comment les soldats israéliens l'ont enfermé avec des membres de sa famille pendant cinq jours dans une chambre de sa maison et comment ils ont survécu en buvant de l'eau d'un étang à poisson.

«Des tireurs d'élite se sont places à des fenêtres et ont tire sur toute personne qui s'approchait», a-t-il dit.

«Ils ont tué un de mes voisins, Fathi Abu Gumbuz, âgé de 56 ans, puis sont allés chercher de l'eau».

L'armée israélienne avertit parfois les personnes avant de détruire une maison. Ce qui cause le plus de frayeur aux Palestiniens c'est d'entendre dans leur cellulaire la voix d'un inconnu leur dire qu'ils ont une demi-heure pour quitter leur maison avant que celle-ci ne soit frappée par des bombes ou des missiles. C'est une sentence sans appel.

Mais les incursions israéliennes ne sont pas les seules à détruire Gaza et sa population.

Dans un rapport publié le mois dernier, qui minimise les faits, la Banque mondiale affirme que la Cisjordanie et la bande de Gaza seront confrontées à «une année de récession économique sans précédent.
En 2006, les revenus réels diminueront d'au moins un tiers, et la pauvreté affectera près de deux tiers de la population».

Dans le contexte local, le terme «pauvreté» signifie un revenu quotidien par personne inférieur à 2,00$ (£1.06).

Il y a des signes de désespoir partout. Le taux de criminalité augmente. Les personnes font tout ce qu'elles peuvent pour nourrir leur famille. Les soldats israéliens sont entrées dans la zone industrielle de Gaza à la recherche de tunnels et ont expulsé la police palestinienne.

Quand les soldats israéliens se sont retirés, ils n'ont pas été remplacés par la police mais par des pillards. Un jour au cours de cette semaine, des personnes ramassaient, dans trois charrettes tirées par des ânes, des morceaux de métal trouvés dans les décombres de fabriques qui employaient des milliers.


«C'est notre pire année depuis 1948 [année du début de l'exode massif de réfugiés palestiniens à Gaza]», affirme le Dr Maged Abu-Ramadan, ophtalmologiste devenu maire de la ville de Gaza. «Gaza est une prison. Ni les personne ni les marchandises n'ont le droit de quitter la région. Les gens connaissent déjà la famine. Ils essaient de survivre en mangeant du pain, des falafels (boulettes frites de fèves sèches et de pois chiches), et les quelques tomates et concombres qu'ils font pousser.»

Les rares moyens que les habitants/antes de Gaza avaient pour faire un peu d'argent ont disparu. Le Dr Abu-Ramadan dit que les Israéliens «ont detruit 70% des orangeraies pour créer des zones de sécurité».

Les oeillets et les fraises, deux principaux produits d'exportation de Gaza, ont été jetés ou abandonnés et pourrissent. Un bombardement aérien israélien a détruit la centrale électrique et 55% de l'énergie électrique est maintenant presque aussi intermittente qu'à Baghdad.

L'offensive israélienne au cours des deux derniers mois a frappé une société déjà durement affectée par le retrait des subventions de l'Union européenne après qu'en mars le Hamas a été élu en tant que gouvernement palestinien. Israël retient les taxes prélevées sur les marchandises qui entre à Gaza. Ployant sous les pressions des États-Unis, les banques arabes à l'étranger ne remettent pas les fonds au gouvernement.



La vie dans le Ghetto de Varsovie
Vie dans le Ghetto de Varsovie, Emanuel Ringelblum cité dans les documents de Yad Vashem sur l'Holocauste, pp 228-229:


La contrebande a commencé au moment même où le secteur juif de la résidence a été construit; ses habitants ont été forcés de vivre avec 180 grammes de pain par jour, 220 grammes de sucre par mois, 1 kilo de confiture et 1 kilo du miel, etc.

On a calculé que les rations fournies officiellement ne couvraient même 10% des conditions normales.

Si on avait voulu vraiment se limiter aux rations officielles alors la population entière du ghetto aurait dû mourir de faim en très peu de temps….

Les autorités allemandes ont tout fait tout pour isoler hermétiquement le ghetto et pour ne pas autoriser un seul gramme de nourriture. Un mur a été construit autour du ghetto de tous les côtés qui ne laissaient pas un seul millimètre d'espace libre….

Ils ont fixé du barbelé et du verre cassé sur le haut du mur. Quand cela n'a pas aidé, le Judenrat a reçu l'ordre de rendre le mur plus haut, aux dépens des Juifs, naturellement….

Plusieurs sortes de gardes ont été nommés pour les murs et les passages; les catégories de gardes étaient changées constamment et leurs nombres ont augmenté.

Les murs étaient gardés par la gendarmerie ainsi que par la police polonaise ;

Dans le mur de ghetto, il y avait poste de gendarmerie, la police polonaise et la police juive…

les victimes de la contrebande étaient principalement des juifs, mais il n'en manquait pas non plus parmi les Aryens (Polonais).

Auerswald, aussi, a utilisé brusquement des mesures répressives pour arrêter la contrebande. A plusieurs reprises, des contrebandiers se sont fait tirer dessus au blocus central de la rue Gesiowka.

Une fois, ce fut un véritable massacre (100 personnes ont été tuées près de Varsovie).
Parmi les victimes juives de la contrebande, il y avait des dizaines d'enfants juifs âgés entre 5 et 6 ans, que les assassins allemands ont abattu en grands nombres près des passages et des murs….

Et en dépit de cela, sans prêter attention aux victimes, la contrebande ne s'est jamais arrêtée un seul instant.

Quand la rue était encore glissante du sang qui avait été versé, d'autres contrebandiers repartaient déjà, dès que les "bougies" avaient signalé que la route était dégagée, pour continuer le travail….



Guide d'un professeur sur l'Holocauste
Produit par le Florida Center for Instructional Technology,
College of Education, University of South Florida © 2005.

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=5449&type=temoignage&lesujet=Incursions

y'a bien rien a envier dans l'horreur entre Gaza et Varsovie, la même chose !!
et appelons les par leurs noms, des nazisionistes !!!

16.Posté par Aigle le 10/12/2008 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bodgan !! le post 15 de Redk te suffit il ???
Quant à la collaboration zélée des fondateurs du BETAR et ensuite de l'Irgoun avec les dechets de l'espece humaine qu'etaient les Himmler , Heydrich ET CONSORTS.... les preuves ont en ete amplement exposées ......Alors ...expliques nous ce qui te semble si exageré

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires