ALTER INFO

Nos amis les Russes…fiables… jusqu’à quel point ?


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Abdellah Ouahhabi [abdellah.ouahhabi@online.fr]
Dimanche 10 Février 2008

Cet éditorial est une réflexion sur trois articles de Rian.ru.


Un premier article était une revue de la presse russe du 20 novembre 2007, qui reprenait un article de Kommersant :
« L’Algérie occupe actuellement la troisième place pour les achats de matériel de guerre russe: l’année dernière, des contrats pour un total d’environ 8 milliards de dollars ont été signés avec ce pays.
Aux termes du contrat conclu en mars 2006, la Russie doit livrer à l’Algérie 28 MiG-29SMT et 6 MiG-29UB. Cependant, aussitôt après la livraison des premiers avions, l’Algérie a avancé des griefs envers leur qualité technique, a indiqué une source proche de l’administration présidentielle russe. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a envoyé en août une lettre à ce sujet au président russe Vladimir Poutine. “La Russie a proposé de remplacer deux MiG-29UB livrés en 2006 par l’usine Sokol de Nijni-Novgorod, mais l’Algérie n’a pas encore donné de réponse” affirme la source.
Les experts n’excluent pas que les problèmes concernant les MiG-29 soient à l’origine de l’intérêt manifesté par l’Algérie pour le FC1, bien que les caractéristiques combatives de cet avion soient deux fois moins efficaces que celles des MiG. »
On notera que la Russie pays a du mal à fidéliser des gros clients comme l’Inde ou l’Algérie parce que l’industrie russe ne maîtrise pas toujours les coûts initiaux, parce que les délais (la centrale nucléaire de Boushehr en Iran) ne sont pas tenus ou encore parce que le matériel de série fourni n’est pas toujours à la hauteur des prototypes proposés en démonstration avant la vente.


Le second article est plus récent puisqu’il date du mercredi 6 février 2008 (14:26) ; il rapporte la nouvelle selon laquelle « lundi, l’Iran a effectué un tir d’essai réussi d’une fusée capable de mettre en orbite un satellite » et la réaction du vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Lossioukov : « Toutes les tentatives pour développer de telles armes inquiètent la Russie et d’autres pays ». Le titre de l’article est donc : « la Russie préoccupée par les tentatives iraniennes visant à créer un missile à longue portée ». Au lieu d’accueillir avec joie la naissance d’un nouveau membre du clug spatial, la Russie s’en alarme. Pourquoi ? Pourquoi ne s’alrme-t-elle pas des bombes atomiques iraéliennes, de leur récente xépérimentation d’un vecteur balistique capable de trasporter des charges reconnues comme non cnventionelles (atmomiques, chimiques, biologiques) ?.


Autrement dit, la Russie se met sur la même position stratégique que « d’autres pays », comme les USA ou Israël ou d’autres États impérialistes pour contester le droit d’un pays musulman d’avoir des armes pour se défendre à égalité contre les dangers du Moyen-Orient au premier rang desquels l’existence d’un État raciste, théocratique, colonial, artificiel : Israël.
En une telle circonstance, les USA proclament qu’ils garantissent à Israël une supériorité technologique écrasante au Moyen-Orient.


Le troisième article est du jeudi 7 février 2008 ; il reprend en fait le journal Komersant qui écrivait jeudi : « Au cours des auditions annuelles d’hier (mercredi) sur les problèmes de sécurité, où le rapport présenté par le directeur du renseignement américain Michael McConnell était au centre de toutes les attentions, Russie et Chine ont été officiellement proclamées sources de menace extérieure pour les États-Unis, au même titre qu’Al-Qaïda, l’Irak et l’Iran ».
Cet article a été suivi par une déclaration de la diplomatie russe selon laquelle, elle allait interroger les États-Unis sur cette posture inamicale.
Ces derniers évènements renvoient directement vers l’installation en cours de radars en Pologne et en Tchéquie pour la surveillance en profondeur de l’espace aérien de la Russie. Ces radars sont accompagnés d’un dispositif anti-missile qui les protègera contre toute attaque, voire qui pourra porter des premières frappes nucléaires paralysantes en territoire russe. De telles frappes seront inévitables du fait d’une proximité extrême de la frontière russe – ce qui ne laissera pas de délai pour vérification-confirmation-tir aux systèmes anti-missiles russes.


Par ailleurs, le quotidien La Croix a publié ce jeudi 7 février 2008, un article pour dire que « La France a permis à Idriss Déby de sauver son régime. Des troupes spéciales françaises ont pris part aux affrontements de la semaine dernière, tandis que la France soutenait en munitions et en renseignement le régime tchadien ». Cette information a choqué tous les anti-impérialistes français fort remontés contre la survivance de la Françafrique.


Où veut-on en venir avec ces citations ?


Réponse :
La Russie se plaint des menées impérialistes US contre elle, si elle attend des altermondialistes, de ceux qui croient encore au marxisme quelque compréhension, quelque aide, quelque soutien. Comment juger le fait que la Russie s’aligne sur les positions US contre l’Iran en ce qui concerne les sanctions visant à empêcher le pays de disposer de sources indépendante de carburant nucléaire pour son électricité ?


Nous avons salué avec beaucoup de chaleur le retour de la Russie avec Poutine.


Mais notre but n’est pas d’affaiblir notre propre pays, la France, l’Europe, pendant que nous allons aider d’autres pays à transplanter les intérêts économiques de notre économie impérialiste. Nous ne sommes pas dupes, ni des traîtres ni des idiots.
Nous comprenons très bien l’importance de l’accès du marché américain pour l’industrie d’un pays, l’importance de l’admission à l’OMC. On imagine aisément la nécessité d’attirer les capitaux US et européens et de maintenir le contact avec les institutions financières yankees. Mais finalement, tout n’est pas à vendre.


Nous sommes prêts à soutenir toutes les actions collectives et indépendantes vers un monde multipolaire en vue de l’accès des pays les plus pauvres au développement, organisé autour de pôles multiples, égaux et indépendants : USA, Europe, Russie, Chine, Inde, Pakistan, Iran, Afrique du Sud, Égypte, Brésil, Nigéria. Nous sommes pour démocratiser l’ONU et définitivement anéantir ce qui y reste de l’ancienne Société Des Nations dans la politique du Conseil de Sécurité actuel : son rôle néocolonial qui l’autorise d’interdire l’accès des sciences de pointe aux pays qui ne baissent pas la tête devant les USA.


Le but, c’est aller vers une humanité réellement solidaire, qu’enfin on comprenne que nous serons tous bénéficiaires d’un monde plus égalitaire qui profiterait de l’intelligence de cinq à six milliards de personnes instruites et en bonne santé. Et cela n’est pas un mythe, ce n’est pas une utopie, c’est une réalité indiscutable : un pays instruit et industrialisé achète plus et vend plus.


En fin de compte, la vente de matériel militaire qui n’est pas tout à fait au point, passe. On peut améliorer les chaînes de production. Le client peut accepter un échange standard… si les défauts n’apparaissent pas trop tard, en plein conflit. Les armes russes peuvent être celles de la libération, de l’indépendance si elles ne sont pas soumises à l’autorisation US.


Des coûts qui gonflent après avoir touché une partie du prix d’achat, ce n’est pas agréable.


Mais le conditionnement du respect par la Russie des contrats qu’elle a signés à l’aval politique ultérieur des USA ou de l’Union Européenne, la participation à des sanctions contre les pays qui veulent acquérir les moyens de leur indépendance, cela peut définitivement bloquer le soutien à la Russie capitaliste d’aujourd’hui.


Le monde actuel n’a pas besoin d’un nouvel impérialisme. Il y en a assez ce ceux qui existent déjà (USA, France, Royaume-Uni), de leurs nombreux satellites anciens ou nouveaux, de ceux qui aspirent à recommencer (Allemagne, Japon).


L’affaire des radars et missiles US prépositionnés en Europe, les blocages contre l’accès à l’OMC, les retards ou les refus de l’UE de négocier sincèrement des relations commerciales avec la Russie, la stigmatisation de la Russie et de la Chine comme dangers futurs montrent que les USA n’acceptent pas de partager la gouvernance du monde avec la Russie et avec la Chine.
Le seul moyen de leur imposer une démocratisation de la vie internationale est que la Russie et la Chine fassent front avec les pays émergents et s’appuyent sur tous les pays en développement. L’impérialisme finit toujours par contredire les impératifs de développement nationaux.


L’alignement sur les USA, voire la sujétion, n’est pas une calamité fatidique. Le dynamisme de l’économie chinoise, les restes de performances technologiques soviétiques en Russie, l’appoint de l’Inde, du Pakistan, du Brésil, de l’Afrique du Sud, de l’Égypte peuvent déjà libérer le monde du dictat américain. Cela ne ferait pas du monde un cauchemar gauchiste. Sans compter qu’une telle évolution amènerait forcément les responsables américains à adopter une vision plus universaliste et consensuelle des relations internationales.


Le problème est qu’il faut commencer un jour. Et la balle est dans un premier temps entre les mains des Russes, puis des Chinois.


Dimanche 10 Février 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires