EUROPE

Non aux puces électroniques


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 24 Octobre 2016 - 17:02 Je Suis Wallonie !



Mardi 9 Mars 2010

Non aux puces électroniques

Lutte des éleveurs d’ovins allemands contre la bureaucratie de l’Union européenne

Résolution de la Fédération des unions d’éleveurs d’ovins des Länder allemands à l’occasion de la Conférence des ministres de l’agriculture du 16 au 18 septembre 2009 à Eisleben (extraits)

thk. Depuis presque huit ans, la Fédération des unions d’éleveurs d’ovins des Länder allemands [Vereinigung Deutscher Landesschafzuchtverbände e.V., VDL] cherche à influencer l’identification électronique individuelle des animaux planifiée par la politique et à pousser les institutions gouvernementales allemandes vers une action raisonnable. Apparemment avec de petits succès.
Le président de la VDL, Stefan Völl déclare: «Nous devons investir environ 60% de notre temps de travail pour cette idiotie.» La correspondance avec les institutions alle­mandes remplit cinq grands classeurs, toute­fois les documents des deux dernières années ne sont plus archivés que de manière électronique. Stefan Völl passe un week-end sur deux au bureau de Berlin pour maîtriser l’énorme quantité de travail. Et lentement, très lentement, il semble que l’engagement inlassable porte ses fruits.
La demande exigeant que le marquage électronique des animaux soit soumis à une base volontaire préalable, obtient un soutien au niveau des Länder. Le Conseil fédéral allemand a évoqué cette demande auprès du gouvernement fédéral et exigé que la proposition de la VDL soit thématisée à Bruxelles, car finalement c’est là qu’on décide ce qui est censé être bien pour les éleveurs d’ovins allemands.
Un nouveau projet de loi fixant que le marquage électronique des animaux se fasse à titre volontaire, peut être proposé à Bru­xelles par la Commission ou un Etat membre. Pour être adopté, il est nécessaire que tous les autres pays approuvent ce projet de loi. Selon les propos de Stefan Völl, l’Allemagne n’est pas le seul pays qui favorise cette modification de la loi. La Hongrie, la Grande-Bre­tagne, l’Irlande et les Pays baltes soutiennent aussi ce projet, cependant, on ne sait pas encore quelle position prennent les autres pays. Ainsi, il faut encore surmonter quelques obstacles avant qu’une décision soit prise à Bruxelles et que les éleveurs d’ovins allemands puissent faire ce qui est sensé et correspond à leurs expériences.
On n’y voit aucune trace de souveraineté nationale et de participation démocra­tique des citoyens. Bruxelles détermine ce qui est censé être bien pour les éleveurs d’ovins allemands, et il faut lutter inlassablement et péniblement pendant de longues années avec une issue inconnue pour atteindre la moindre des choses.
Comme les autorités suisses vont également débattre de la question de l’implantation d’une puce électronique chez les animaux de rente notamment les vaches, les moutons et les chèvres et aussi les chevaux, la Suisse doit suivre de très près ce qui se déroule en Allemagne et dans l’UE.
Pour illustrer et mieux comprendre la situation des éleveurs d’ovins allemands, «Horizons et débats» publie avec l’autorisation de la VDL, des extraits de sa correspondance avec l’administration ainsi qu’un extrait d’une résolution qui donnent un aperçu de l’ensemble de la discussion.



[…] Garantir la défense des consommateurs et encourager les détenteurs de moutons

 


1. Empêcher l’introduction obligatoire de l’identification électronique

L’identification et l’enregistrement des ovins étaient dans le passé et serait encore aujourd’hui une solution raisonnable et simple pour la traçabilité des animaux afin de lutter contre les épidémies! Un procédé qui est encore utilisé avec succès dans le secteur porcin et qui ne fait pas l’objet de protestation.
Cependant, le règlement concernant l’identification et l’enregistrement individuels des animaux, et particulièrement l’introduction obligatoire à partir du 1er janvier 2010 du marquage électronique, dépassent largement la mesure raisonnable au point de vue surveillance des épidémies! En outre, il existe des difficultés considérables lors de l’utilisation et du contrôle de ce système, tout comme des questions encore non résolues au sujet de la reprise et de l’élimination des puces et des jetons sur les lieux d’abattage.
De plus, tous les arguments de la Commission européenne visant l’introduction obligatoire du marquage électronique peuvent être infirmés et deviennent ainsi sans fondement. Un contrôle régulier du système d’identification du cheptel lors du changement de propriétaire aurait pu empêcher les cas de maladies de la fièvre aphteuse au Royaume-Uni.
La décision prise à propos de l’identification individuelle des animaux et avant tout l’introduction obligatoire du marquage électronique n’améliorent pas la défense des consommateurs, ignorent les revendications de la protection des animaux et représentent une bureaucratie monstrueuse.




Les revendications en détail:

C’est pourquoi la Fédération des unions d’éleveurs d’ovins des Länder allemands exige des ministres de l’agriculture que ceux-ci adressent une pétition à la Commission européenne (commissaire Vassiliou) et qu’ils profitent ainsi du soutien des pays de l’UE (le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède, la Hongrie, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie etc.) pour parvenir aux modifications suivantes de l’ordonnance de l’Union européenne:



a.    Rejet absolu de l’introduction obligatoire de l’identification électronique au 1er janvier 2010.



Un emploi facultatif de l’identification électronique sera soutenu si tous les points faibles en sont éclaircis auparavant.



Justification:



Une loi pas encore mûrement élaborée! Les résultats d’un vaste essai pratique, qui devraient être utilisés, ne seront présentés qu’à la fin 2010. Des résultats intermédiaires actuels provenant d’essais in situ effectués par le Ministère fédéral de l’alimentation, de l’agriculture et de la protection des consommateurs et visant à tester l’identification et l’enregistrement électroniques, montrent qu’il exi­ste encore des problèmes considérables. Les appareils de lecture ne cadrent en partie pas avec les puces, le ministère fédéral et les ministères des Länder compétents, ainsi que les autorités subordonnées, ne peuvent pas en­core donner de recommandations pour des sys­tèmes utilisables en raison des résultats non encore exprimés des essais in situ, d’autant plus que jusqu’à 30% des oreilles marquées suppurent après l’implantation des marques etc.



Impayable!



•    les puces, avec un coût de 1,50 à 2,50 euros la pièce, représentent une multiplication par cinq des coûts (comparaison: boucle auriculaire normale 0,30 euro/pièce)
•    s’ajoutent d’autres coûts pour le simple appareil de lecture à main, allant de 150 à 250 euros.
Chez beaucoup de vétérinaires en fonction, la compréhension pour les éleveurs d’ovins, forcés d’utiliser ce nouveau système de mar­quage pas encore au point et démesuré, augmente. Les contrôles seront également sujets à des difficultés considérables.
La limite de 600 000 animaux au sein des pays membres de l’UE – limite à partir de laquelle l’identification électronique devra être utilisée – est arbtraire.
Un transfert de la lecture de puces de l’exploitation cédante à l’exploitation prenante ne présente pas une amélioration réelle. Les coûts seront directement ou indirectement facturés aux éleveurs d’ovins.
Les frais de gestion et les risques du contrôle restent à la charge du producteur.
Au sujet de la détention des veaux, la commission de l’UE prévoit d’introduire le sys­tème d’identification électronique sur une base volontaire. Cela serait un préjudice énorme pour les détenteurs d’ovins!
La question de la reprise et de l’élimination des puces et des jetons dans les abattoirs n’est pas encore résolue.
Afin de ne pas barrer la route à de nouveaux développements, l’emploi volontaire de l’identification électronique par l’exploitation sera toléré si les systèmes fonctionnent et seront utilisables à l’avenir de manière irrécusable.
Il faut observer la Résolution du Parlement européen sur l’avenir des secteurs ovin et caprin en Europe du 19.06.2008-2007/2192(INI) qui: «invite […] à revoir l’introduction du système d’identification électronique pour les moutons prévue pour le 31 décembre 2009 en raison des difficultés de sa mise en œuvre, de ses coûts élevés et de ses avantages discutables; demande que chaque Etat membre puisse décider de l’introduction ou non de ce système, à titre volontaire. […]»



b.    Au lieu de cela, le système d’identification du cheptel, postulant l’identification des moutons au moment du changement de propriétaire, doit être réintroduit. (Réintroduction des contenus correspondants à la directive 92/102/CEE du Conseil du 27.11.1992 concernant l’identification et l’enregistrement des animaux, article 5)

Justification:



•    Le système a fait ses preuves au cours de nombreuses années. Des difficultés ne sont apparues qu’une fois seulement, lors de l’irruption grave de la fièvre aphteuse au Royaume-Uni. Il s’agissait d’une erreur d’utilisation et non d’une faiblesse du système. Le Royaume-Uni a prouvé depuis lors que les problèmes ont été éliminés.
•    L’utilisation de ce système est largement accepté dans le secteur porcin, pourquoi pas aussi dans le secteur ovin, dans lequel les animaux changent beaucoup moins souvent de propriétaire?
•    Le système empêche l’arrachement des marques auriculaires (10 à 15% des ovins) et la suppuration des oreilles (jusqu’à 30% des animaux) après l’implantation des marques auriculaires et évite ainsi le mauvais traitement des animaux.
Ce système est un procédé sûr et simple pour le décèlement rapide du propriétaire, car contrairement au numéro individuel, le numéro du cheptel permet à chacun directement la catégorisation du cheptel. […]    •
(Traduction Horizons et débats)
Text: [end] CONTENT ELEMENT, uid:3020/text [end] CONTENT ELEMENT, uid:3021/text [begin] Header: [begin]

Lettre adressée aux Premiers ministres des Länder du 3 février 2010

Header: [end] Text: [begin]

Séance du Conseil fédéral du 12/2/2010
Rejet de la mise en œuvre nationale relative à l’introduction obligatoire de l’identification électronique des ovins et caprins

Mesdames, Messieurs,
à l’occasion de la séance du 11/2/2010, le règlement (CE)°21/2004 doit être mis en œuvre au niveau national avec la première ordonnance relative à la modification du règlement sur la traçabilité du bétail. Cela signifie, outre l’utilisation obligatoire de l’identification électro­nique des ovins et des caprins, également un déploiement considérable dans la gestion bureaucratique.
Cette mise en œuvre ainsi que l’utilisation doit être stoppée en toutes circonstances, du moins être modifiée de telle façon que cette utilisation s’effectue à titre volontaire.
Dans un vaste essai in situ, financé par l’Office fédéral de l’agriculture et de l’alimentation, les systèmes d’identification électroniques seront testés jusqu’à la fin 2010. On a déjà constaté des points faibles considérables touchant aussi bien les systèmes d’identification que les appareils de lecture, etc. … qui seront améliorés. Un système réalisable et praticable du point de vue financier pour les détenteurs d’ovins et de caprins n’est point du tout encore trouvé. De plus, les coûts supplémentaires et le déploiement administratif s’y rapportant, sont immenses, sans que les avantages dans le sens de la lutte contre les épidémies animales soient atteints.
C’est pourquoi nous vous prions d’urgence que ce nouveau système d’identification ainsi que le règlement de l’UE pour sa mise en œuvre ne soient pas mis en pratique avant l’éclaircissement de toutes les questions ouvertes. Le Conseil fédéral ne doit pas encourager un système pas encore au point.
Une limite de la décision à une simple résolution comme mentionné au point n°10 des recommandations des commissions, selon laquelle le Conseil fédéral exige du gouvernement fédéral qu’il s’engage expressément au niveau européen à ce que le marquage électronique obligatoire des ovins et des caprins soit modifié en une utilisation facultative et volontaire, ne suffit pas. Le gouvernement fédéral n’a finalement pas entrepris, depuis la Conférence des ministres de l’agriculture à Eisleben en octobre 2009 (avec le même contenu de résolution) un effort quelconque pour présenter à Bruxelles une pétition à ce sujet.
Comme mentionné dans la justification de la résolution, les directives concernant l’identification des bœufs et des porcs ne contiennent pas, pour de bonnes raisons, l’identification électronique obligatoire, bien que ces espèces animales en Allemagne soient plus intensivement traitées et ainsi qu’une importance particulière incombe à leur traçabilité en cas d’épidémies. Le fait qu’on instaure maintenant de manière obligatoire des éléments d’identification supplémentaires et plus onéreux justement pour une espèce animale, chez laquelle la valeur commerciale des animaux individuels est très minime, n’est pas compréhensible au niveau professionnel.
C’est pourquoi, nous vous prions expressément de vous engager à ce que l’utilisation de cette identification électronique et le déploiement administratif supplémentaire qui en découle, soient suspendus ou transformés en une utilisation à titre volontaire.
En outre, on devrait décider que le règlement de l’UE à ce sujet soit déficelé à Bruxelles et qu’on revienne à une mesure professionnelle nécessaire dans la lutte contre les épidémies. Une résolution de ce projet d’ordonnance en Allemagne pousserait beaucoup de détenteurs d’ovins et de caprins à l’abandon du métier d’éleveur.
Ainsi, nous comptons sur votre soutien expressif.



Recevez nos sincères salutations



Gerd Sonnleitner, Président de l’Association allemande des paysans

Carl Lauenstein, Président de la Fédération des unions d’éleveurs d’ovins des Länder allemands

(Traduction Horizons et débats)



Plainte contre le marquage électronique des ovins

Bergers professionnels


[…] Nos efforts intensifs des mois passés ont eu un certain succès au sein de la politique et de l’administration en Allemagne.
Nous avons atteint quelques améliorations de ce règlement superflu et mauvais. Mais nous ne voulons pas d’une «amélioration» du mauvais «marquage électronique des ovins» mais nous désirons préserver le marquage traditionnel du troupeau qui est finançable et qui a fait ses preuves depuis de longues années.
Le nombre des Etats membres qui émettent des critiques face à l’ordonnance bruxelloise VO 21/2004 augmente constamment. Néanmoins, il semble improbable qu’on puisse, par voie politique, empêcher la mise en vigueur avant le 1er janvier 2010. La Commission européenne ne va pas non plus présenter une nouvelle proposition en 2009. Elle refuse même catégoriquement le report de ce sys­tème qui ne fonctionne pas.
Il ne reste donc plus qu’une seule possi­bilité: la Cour de justice de l’Union européenne doit examiner la légalité de cette ordonnance dans une procédure urgente pour la bloquer, s’il y a des doutes au niveau juridique. Des juristes spécialisés se sont familiarisés avec l’état des choses. Ils pensent que cette démarche à des chances. Maintenant il faut réunir tous les arguments et toutes les expériences faites. Puis les juristes devront décider si une plainte fait sens.
Le comité des bergers professionnels au sein de la Fédération des unions d’éleveurs d’ovins des Länder allemands [Vereinigung Deutscher Landesschafzuchtverbände e.V., VDL] s’est décidé à prendre cette voie. Mais il ne peut et ne veut pas porter le financement tout seul. Alors, chers collègues, une plainte couronnée de succès représentera un énorme avantage pour tous les éleveurs d’ovins! Nous vous prions tous de participer aux frais. Nous avons ouvert un compte pour les dons.

(Traduction Horizons et débats)



Mardi 9 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par duperrier le 09/03/2010 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on commencent toujours par les Moutons à quatre pattes ,pour faire admettre à ceux de deux pattes qu'il y a des avantages,celui en premier de vous trouver pour payer,en second de trouver un chemin plus court pour l'abattoir ,
ça de vient de plus en plus grave ,ces pauvres bêtes ,d'avoir des Maîtres Domestiqués à la Machine Européenne

2.Posté par Nizar MAURANGES le 10/03/2010 06:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et ils vont finir par nous l'implanter aussi la puce! Hé bien que neni. Révolution!

3.Posté par la truie qui file le 10/03/2010 08:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les prochains moutons sont certainement les bipedes puisqu'ils aiment tant se faire tondre en ayant la pretention de tondres les autres .

Il faut aller dans un mouroir moderne pour bien comprendre ceci :
Ces pretendus maitres du monde quand ils sont vieux et malades finissent par crever de la meme manière que ce peuple qu'il veulent reduire à leur merci .

Tel traitements ils pretendent imposer , tel sera le leur .

Leurs bons descendants seront les premièrs à les coller de force dans le cerceuil pour leur prendre ce qu'ils ont acquis et entre eux leurs seides sont comme des loups forcenés . A la moindre faiblesse c'est la mise à mort ...

Alors il peuvent pucez tant qu'ils veulent , c'est comme une corde invisible pasée à leur col ,Au besoin ils peuvent greffer une puce sur le cortex des moutons à deux pattes pour les reduire encore plus à merci ...

Mais il y a un petit piege prevu par la Nature pour eux qu'ils les connectent donc tous et assez nombreux ....et ils auront une petite surprise tres desagréable pour eux dont la nature à le secret

4.Posté par yoyo le 10/03/2010 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Même la nature est objet de commercialisation......abject !!

5.Posté par lebanner le 10/03/2010 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

plutôt crever que de porter cette puce
comme dit notre ami "la truie qui file" on va bien rigoler dans les temps a venir

6.Posté par cielétoilé le 10/03/2010 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les puces, les machines à voter : comment s'en sortir ? Déjà éviter de donner tous les pouvoirs à un seul parti . A l'échelon local, allez voter pour les régionales et marquez la différence .

7.Posté par cielétoilé le 10/03/2010 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela vous étonne , ma réaction , hors sujet ? Non parce qu'on commence avec les animaux puis cela sera les enfants , puis les humains , par profession (ex militaires), par catégorie (les prisonniers, les SDF) , puis tout le monde .

8.Posté par Roland le 10/03/2010 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

malheureusement le Parti Pirate ne sera pas présent aux régiionales, contrairement à ce qu'ils avaient prévu.
Mais n'empêche, comme dit le commentaires n°6 même si vous êtes écourés de la politiques et de politiciens allez voter aux régionales (que les gens s'abstiennent c'est tout ce qu' "ils" attendent, ça les arrrangent que le peuple ne vote pas, et ça ne le perturbe pas le moins du monde, aux européennes il y a des pays où il y a eu 15% de votants, eh bien les "élus" n'en ont pas moins fièrement occupés leur sièges de larbins européens!). En boycottant l'UMPS il reste pas mal de choix , du moment qu'on ne vote pour aucun des partis de l"' "Establishment". Si tout le monde faisait ça toutes les "stars" détronées feraient une drole de tronche. u[]u ils le sentiraient passer

9.Posté par duperrier le 11/03/2010 07:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avec le fric on achète tout,ces petites listes sont payés pour faire un paravent ,déjà ceux qui sont présent ont un avantage de 5/ à 10 % ,c'est des magouilles ,il fallait voter Le Pen si ils ont mis la machine machiavélique à broyer sur lui s'est qu'il était dangereux pour ces Rapaces ,c'est très clair pour moi aussitôt qu'ils font un tapage contre une personne je suis pour lui et j'ai défendu toujours Saddam Hussein Kennedy ils l ont descendu ,peut être qu'ils en auraient fait autant avec Le Pen ,les Domestiques avec un morceau de sucre obéissent

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires