Tribune libre

Non ! Le changement ne s'importe pas ...Ni ne se décrète


Je fais écho ici à la contribution titrée "Peut-on importer le changement ?" Dr. Ali Yousnadj, https://www.alg24.net/contribution-on-importer-changement-dr-ali-yousnadj/#comment-27955, dont je cite un extrait : "C'est bien entendu un non-sens mais je voudrais tellement que ce soit possible. [...] on fait un cahier des charges, on lance un appel d’offres, on sert la ceinture pour réunir le montant nécessaire par ces temps de crise, et le tour est joué : en deux années, au plus, tout serait réglé."


saidab
Lundi 2 Décembre 2019

Le changement commence au début

Non ! Le changement ne s'importe pas ...Ni ne se décrète
Cela fait des siècles et des millénaires que des analyses et des ouvrages de résistance dénoncent la dictature et les dangers des pouvoirs mystificateurs et expliquent comment s'en libérer. Ce sont des pouvoirs de qualités identiques qui dirigent encore le monde aujourd'hui. Les esprits sains ne prennent pas le pouvoir. Peut-être que l'exercice d'un pouvoir sain n'est pas réalisable parce qu'il nécessite une droiture dont les personnes qui convoitent le pouvoir sont dépourvues. Avides de puissance, les esprits hantés par l'objectif de parvenir au pouvoir en paient le pris fort : concupiscence, marchandages, clanisme, subornation, assassinats, faux en tout … A moins que le pouvoir ne modifie les perceptions et corrompt les esprits sains aussi ..

Pour qu'un changement se fasse naturellement (un changement artificiel n'est pas un changement mais une stratégie ponctuelle en général imposée ; donc pas viable), il faudrait que les stratégies de pouvoir se purifient des vices habituels, ce qui n'est pas possible tant que les citoyens dans leur majorité restent éloignés du champ politique. Et constituent de fait les premiers consommateurs des produits du "progrès" ; le carburant essentiel des systèmes de dominations. Un carburant bon marché, disponible sans conditions, renouvelable à volonté. Et pas de robinet d'arrêt. Ni de clauses de rupture parce qu'il n'y a pas de contrat. En même temps qu'ils sont la composante majoritaire de la société, ils sont des victimes bénévoles quand elles ne se sentent pas redevables envers des systèmes qui déstructurent les consciences. Un cycle vicieux fermé.

Il existe bien des personnes et des groupes conscients de cette anomalie (la nature est exempte de telles discordances entre des ressources disponibles et l'usage qui en est fait par des êtres naturels (animaux et plantes)) mais elles ne peuvent pas rendre possible un changement de paradigme parce qu'elles échangent entre communautés éparpillées, isolées sur le terrain. Pourtant, rien n'est impossible. Le changement est dans la nature en général ; dans notre nature en particulier. Il faudrait pouvoir commencer au commencement ...

Comment ? Simplement : en offrant aux jeunes enfants des services assurés par des adultes conscients des réalités du monde contemporain et des dangers qu'il recèle pour eux-mêmes et pour l'humanité. Des encadrants conscients d'une interdépendance universelle : de la qualité humaine de leurs personnes et de leurs fonctions dépend la santé morale des personnes et l'équilibre des sociétés.

Ces référents seraient un modèle vivant d'intégrité ; une source d'inspiration morale, à tout âge et en toutes circonstances. En particulier auprès de jeunes en confrontation passive ou déclarée avec l'autorité, ce que l'on qualifie improprement d'échec scolaire et délinquance. Entre les deux, la déprime. Et l'immolation volontaire en dernier recours contre le désespoir depuis peu !! Aucune explication, aucune rhétorique, aucune sanction, promesse ou récompense ne peut réaliser ce qu'une seule personne juste peut réaliser comme miracle en termes d'éducation. Imaginons le nombre de jeunes qui subissent le tempérament de combien d'adultes inconscients de leur tempérament mais convaincus d'avoir raison, de mieux savoir pour les autres en général. Imaginons maintenant que les jeunes en général soient confiés à des adultes conscients du fonctionnement du cerveau, de leur mode de fonctionnement à eux, donc capables de questionner leur procédés et de les adapter à des besoins réels et des moyens disponibles (ou à inventer). Et d'accepter que les autres, en particulier les jeunes, puissent aussi savoir ce dont ils ont besoin. S'ils y sont aidés ... Reste le talon d’Achille de cette belle théorie : les systèmes qui prévalent ne peuvent pas développer des services de cette nature ...

Pourtant, rien n'est im-po-ssi-ble …



Lundi 2 Décembre 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires