PRESSE ET MEDIAS

Noam Chomsky vient à Paris ! Droit de réponse de Pierre Guillaume, éditeur


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



9696
Mardi 11 Mai 2010

Noam Chomsky vient à Paris ! Droit de réponse de Pierre Guillaume, éditeur
Droit de réponse :

Droit de réponse de Pierre Guillaume, éditeur :

Dans le Monde diplomatique de décembre 1993, page 29, sous le titre : “Pour un judo de l’esprit”, il est écrit  :
“À ces manipulations, Noam Chomsky lui-même n’a pas échappé. Il s’est fait piéger, on le sait, par un négationniste français qui, connaissant son combat pour la liberté d’expression, a obtenu de Chomsky un texte à cet égard publié en préface d’un ouvrage niant l’Holocauste.”

Cette allégation me met gravement en cause en ce qu’elle insinue qu’en tant qu’éditeur du Mémoire en défense du professeur Faurisson j’aurais abusé Chomsky. Cela a été démenti à de nombreuses reprises, et par Chomsky lui-même, notamment dans le film dont il est rendu compte. Cela a été démenti par mes soins, notamment dans mon livre Droit et histoire où un chapitre est consacré à mes relations avec Chomsky.
On ne s’explique d’ailleurs pas par l’opération de quel Saint Esprit un avis sur la liberté d’expression, évoquant précisément l’affaire Faurisson, écrit par Chomsky, aurait pu parvenir dans mes mains sans l’accord de l’auteur.
On s’explique encore moins pourquoi Chomsky m’aurait confié l’édition française de son livre Économie politique des droits de l’homme (publiée dans la collection que je dirigeais aux éditions J.-E. Hallier-Albin Michel), et l’édition de ses Réponses inédites à mes détracteurs parisiens, (parues dans une livraison des Cahiers Spartacus financée par mes soins et précédées d’une introduction signée P. G.) si il estimait avoir été abusé par moi et s’il m’avait retiré sa confiance.
Le seul regret que manifeste explicitement Chomsky dans le film, c’est précisément de s’être laissé influencer par la cabale d’une coterie d’intellectuels parisiens, acharnés à refuser à leurs adversaires la liberté d’expression qu’ils réclament pour eux-mêmes, et de s’être interrogé un instant sur l’opportunité de publier cet avis dans le livre lui-même de Faurisson. Cette interrogation, confiée à titre privé à l’un de ces intellectuels parisiens, dénaturée et sortie de son contexte, a fait l’objet d’une exploitation médiatique sans vergogne et mensongère, et continue à prospérer en dépit des démentis et de l’évidence. C’est pourquoi j’affirme, je confirme, et je répète :
«Chomsky était averti de la publication de son texte sur la liberté d’expression en tête du Mémoire en défense… de Faurisson, dont il ne partage pas les thèses. Il n’a jamais retiré son accord, ni manifesté de regrets.»

Ce texte, en « droit de réponse » (14/02/1994) à la mise en cause de l’éditeur de Chomsky dans les colonnes du Monde diplomatique n’a pas été publié en son temps.


Le sera-t-il maintenant, avec 17 ans de retard,
afin que le Monde diplomatique devienne un médiat crédible pour affronter la situation actuelle ?


Note : La lettre d’envoi de deux pages qui accompagnait ce « Droit de réponse » rédigé dans les formes et les limites prévues par la loi contenait des « détails » et une révélation non dénuée d’intérêt et de signification pour comprendre les enchaînements conduisant au mensonge et ses conséquences possibles.
Cette lettre est consultable à l’adrel suivante :
http://aaargh.codoh.info/fran/archVT/vtancien/vt940214.html
Pour ceux qui ne disposent pas d’un accès à Internet, ils peuvent demander une copie de cette lettre (gratuitement évidemment) à :
La Vieille Taupe, 17, rue de la Bretonnière, 45340 Beaune-la-Rolande.
Il n’est jamais trop tard pour bien faire !
(La sagesse des nations)
Le « droit de réponse » qui figure au verso n’est que l’une des multiples tentatives qui avaient été faites pour tenter de tordre le coup à un gros mensonge.
Ce mensonge, il est possible de l’étudier in statu nascendi, à l’état naissant, en 1981, lorsque Anne Sinclair, à l’époque épouse de Ivan Levaï (et maintenant devenue madame F.M.I.) avait interrompu son émission « L’invité du jeudi » qu’elle dirigeait l’après-midi à la télévision, pour donner la parole impromptu à Jean-Pierre Faye, le 18 décembre 1981. Il lut théâtralement un aérogramme qu’il venait de recevoir de Noam Chomsky :
« O.K., vous m’avez convaincu, j’ai demandé aux éditeurs de retirer la préface… »
Et comme le livre était déjà paru AVEC la fameuse préface, Jean-Pierre Faye précisait même qu’il allait devenir une rareté bibliographique, puisqu’il ne doutait pas qu’il allait être saisi et interdit à la vente !
C’est cette version qui s’est imposé dans tous les médiats sans exception. Elle est devenue le point de départ « obligé » de toutes sortes de commentaires : L’éditeur de Faurisson avait abusé de la confiance de Chomsky et avait publié cette préface sans son accord.
Le livre venait effectivement de paraître. Il suscitait une intense curiosité. Mais il n’était accessible que par correspondance, à la Vieille Taupe, qui n’avait aucune des possibilités communes d’accès à la publicité et aux médiats. Cette « nouvelle » répétée à satiété a servi à casser la diffusion du livre et à ruiner la réputation de l’éditeur chez tous ceux que cela arrangeait de ne pas penser.
Cette version est complètement mensongère et dénature la pensée de Chomsky lui-même. Car la phrase sortie de son contexte, extraite d’une lettre privée, lue théâtralement par Jean-Pierre Faye, n’était absolument pas destinée à être rendue publique. En l’occurrence c’est J.P.F. qui a abusé là de la confiance de Chomsky.
Tout cela a été complètement décortiqué de multiples fois, notamment dans « Une mise au point » publiée dans le livre Droit et Histoire de Pierre Guillaume (disponible à la VT, 15 Euros net). qui contient le communiqué signé Serge Thion que la VT envoyait à l’AFP et à tous les journaux nationaux le jeudi 18 décembre 1980 après accord téléphonique de Noam Chomsky. Ce communiqué démentait la version promue avec toute la puissance médiatique par Jean-Pierre Faye et Anne Sinclair. L’AFP ne répercuta pas ! et tous les journaux nationaux firent silence. En revanche, toute la presse du 19 annonçait la « volte-face » de Chomsky et répercutait la version de Jean-Pierre Faye en sachant parfaitement qu’elle était mensongère.
Le point de vue de l’éditeur lui-même n’a jamais pu s’exprimer dans aucun médiat !
En fait dans une lettre commencée le 6 décembre, postée le 9 et arrivée le 16 décembre 1980, Chomsky, abreuvé de calomnies et de désinformation, avait écrit ceci à Pierre Guillaume :
« J’ai reçu des tas de lettres de France me demandant de retirer la chose que je vous ai envoyé sur les libertés civiles et sur Faurisson. Le ton général de ce que les gens [dont Jean-Pierre Faye et Vidal-Naquet] m’écrivent indique que le niveau d’hystérie est tellement élevé que personne ne fera attention aux faits, […] C’est avec réticence que je tends à me trouver d’accord. J’ignore quelle est la situation à l’heure actuelle. Si la publication n’est pas encore en cours, je suggère fermement que vous ne la mettiez pas dans un livre de Faurisson […] Je suis désolé, il est peut-être déjà trop tard. ».
Ce passage prouve que Chomsky, au plus fort de la formidable bataille, s’est borné à suggérer fermementsi la publication n’est pas en cours. La formule suggère clairement qu’il nous laisse maître de la décision finale, Thion et moi, mais qu’il nous avait bien demandé de considérer sérieusement ses craintes que tous nos efforts ne servent à rien dans le climat d’hystérie qui prévalait.
Mais le comble c’est qu’à l’occasion de la critique d’un film réalisé 13 ans plus tard, au cours duquel Chomsky avait expliqué clairement cette position, et que son seul regret dans cette affaire avait été d’avoir eu ce court moment d’hésitation sur la meilleure stratégie à adopter :
« Je n’aurais pas du faire ça. J’aurais dû laisser faire et me taire. »
le journaliste qui signait I. R. dans le Monde diplomatique parvenait à lui faire dire le contraire et à refuser toute mise au point. Mais Chomsky aurait-il changé d’avis 17 ans plus tard comme le suggère Daniel Mermet dans le film « Chomsky & Cie » ? Vous ne tarderez pas à le savoir !
« Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark »
Comme Hamlet dit de l’esprit de son père : « Bien travaillé vieille taupe ! »


Mardi 11 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par joszik le 11/05/2010 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Courage camarade, vous avez le soutient de TF1, France Télévision, Canal....
du gouvernement, du parti socialiste et de l'ultra-gauche "Truffée".
La légion d'honneur n'est pas loin...quitte à fâcher Pierre Lelouche qui ne vas pas être très content.

2.Posté par Matt1236 le 14/05/2010 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vive Noam Chomsky !
Que l'on adhère ou pas à ses thèses, il nous livre de puissants outils pour comprendre le monde dans lequel on vit ! S'intéresser à Chomsky, c'est se libérer un peu...

3.Posté par nikonekro le 15/05/2010 02:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'interesser à Faurisson...c'est se libérer toujours!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires