MONDE

Nicolas Sarkozy au pays du général Dumas



Claude Ribbe
Mercredi 17 Février 2010

Nicolas Sarkozy au pays du général Dumas
Le président Nicolas Sarkozy se rend aujourd’hui en Haïti où il a été annoncé qu’il présenterait des propositions « extrêmement significatives ». Il faut attendre de savoir lesquelles. Ce qui est surtout extrêmement significatif dans ce voyage, c’est qu’il sera le premier chef d’État français à se rendre dans ce pays, où la France s’était officiellement établie comme en pays conquis dès 1697 et où elle a déporté un million d’hommes, de femmes et d’enfants arrachés à l’Afrique, qui sont les ancêtres des Haïtiens d’aujourd’hui. Ce qui est extrêmement significatif, c’est qu’Haïti, au prix de brutalités inouïes que subissaient les esclaves, faisait vivre un Français sur huit et assurait l’équilibre du commerce extérieur de la France sous l’Ancien régime. Ce qui est extrêmement significatif, c’est que la France envoya en 1802 une formidable expédition pour rétablir l’esclavage, aboli en 1794 (après la révolte des captifs en 1791) et que non seulement l’esclavage ne fut pas rétabli, mais que l’expédition française, qui avait tenté d’exterminer la population avec des moyens que n’aurait pas désavoués Hitler (on utilisa des gaz) fut vaincue : les Haïtiens se proclamèrent indépendants le 1er janvier 1804. Ce qui est extrêmement significatif, c’est que la France, quoique battue à plate couture dans cette première guerre de décolonisation, exigea en 1825, sous la menace d’une reconquête, une indemnité pour la perte de ses esclaves qu’elle fixa à 21 milliards de dollars (équivalent 2004). Ce qui extrêmement significatif, c’est que le paiement de cette indemnité, échelonné sur un siècle, ruina Haïti. Ce qui est extrêmement significatif, c’est que la France héberge depuis 1986 le dictateur Jean-Claude Duvalier. Ce qui est extrêmement significatif, c’est qu’en 2004, pour tenter de faire oublier un tel palmarès et empêcher Haïti de fêter le bicentenaire de son indépendance, la France a apporté son concours à un coup d’État qui a déposé le premier président régulièrement élu de toute l’histoire d’Haïti, Jean Bertrand Aristide, un coup d’État qui devait faire des milliers de morts. Ce qui est extrêmement significatif, c’est que la presse française, unanime, a appuyé ce coup d’État en faisant passer Aristide pour un dictateur pervers qui aurait démissionné, alors qu’il était transporté dans une ex-colonie française – la Centrafrique – dont la décolonisation n’est vraiment que de pure forme et qu'il faillit bien y être assassiné, comme Toussaint Louverture en 1803 au fort de Joux.
On attend donc avec une certaine impatience ce que M. Sarkozy va dire aux Haïtiens. Sachant qu’ils n’ont jamais admis l’enlèvement de leur président ni l’occupation étrangère approuvée par la France qui s’ensuivit, la vraie question est de savoir si M. Sarkozy va rompre avec la politique arrogante et néo-coloniale de ses prédécesseurs, et notamment celle de son rival Dominique de Villepin qui se permettait, il y a peu de temps encore, de lui donner des conseils, lui qui avait envoyé sa sœur menacer de mort le président Aristide. M. Sarkozy va-t-il rompre, au nom de la France, avec trois siècles de turpitudes ? Ou bien va-t-il se contenter de verser une larme de plus sur le récent séisme, qui est l’un des rares épisodes de l’histoire tragique d’Haïti où la France n’ait eu aucune responsabilité ?
Pas de chance : au moment même où le président français entreprend son voyage, le seul héros franco-haïtien qui aurait pu aider à renouer des liens avec ce pays littéralement martyrisé par la France pendant des siècles, vient d’être calomnié et insulté dans un film français à l’occasion duquel les mêmes journalistes racistes qui approuvaient le coup d’État de 2004 approuvent que le rôle de Dumas soit confié à un Gérard Depardieu. Ce film est un échec retentissant et cet échec sauve l’honneur français. Tous ceux qui justifiaient le recours révoltant à Depardieu sous le prétexte qu’il n’existerait pas d’acteur coloré susceptible de garantir le succès d’un film hexagonal en sont pour leurs frais.
M. Sarkozy ne viendra pas seul. Un avion entier d’hommes d’affaires français soucieux de signer des contrats pour la reconstruction d’Haïti a été affrété et devrait se poser en même temps que celui du président. Ce n’est peut être pas du meilleur goût, même si l’Élysée n’est peut être pour rien dans cette visite parallèle. La visite du président français, que les Américains, nouveaux occupants du pays depuis le séisme, n’apprécient guère, est donc des plus délicates. M. Sarkozy doit savoir qu’il ne pourra échapper au poids du passé dans un pays où il marqué à jamais jusqu'aux plus humbles. Attention : Haïti n’est ni la Françafrique, ni la Martinique. Si le président tente de contourner le passé, dans le meilleur des cas, ce ne sera que de l’indifférence et du mépris. Les Américains ne manqueront pas de s’en amuser. Un Haïtien m’indiquait hier que la visite du président français ferait moins effet à Port-au-Prince que celle de Julio Iglesias car lui au moins, ajoutait-il perfidement, est populaire chez nous. Pourtant, qu’on aime ou qu’on n’aime pas Nicolas Sarkozy, tout Français est en droit d’espérer que cette visite historique effacera des siècles de honte et que M. Sarkozy trouvera des mots simples, mais symboliques pour tourner la page. La meilleure manière serait assurément de rendre hommage au général Dumas en lui permettant d’entrer enfin dans l’ordre de la Légion d’honneur. Le président en est le grand maître et aurait toute latitude de procéder à cette annonce, qui ne coûterait pas un centime à la République et toucherait au cœur les Haïtiens. De même qu'elle toucherait les Français. D’autant qu’il ne pourra pas dire qu’il n’était pas au courant d’une demande appuyée par des milliers de signatures et cette fois relayée par la presse. Il appartient donc qu’à lui, s’il ne veut pas manquer son rendez-vous avec l’histoire, de ne pas mépriser l’histoire.

http://www.claude-ribbe.com/ http://www.claude-ribbe.com/



Mercredi 17 Février 2010


Commentaires

1.Posté par Jeanne d'Arc le 17/02/2010 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est intéressant de noter que beaucoup considèrent comme une insulte le fait que ce soit un Depardieu qui ait joué le rôle d'Alexandre Dumas. Ce qui est insultant dans ce film (et qui j'espère ne sera jamais pardonné) c'est que Alexadre Dumas qui a été célébré et encencé pendant deux siècles pour son génie tant que les masses ne savaient pas qu'il était noir (car le secret avait été bien gardé dans le but de faire croire qu'il était blanc), est soudain dépeint comme un tricheur sans talent dont les oeuvres magistrales auraient été écrites par un nègre blanc !

C'est cela l'insulte. Et quelle insulte ! Que Depardieu joue le rôle ou non, grimé ou non, c'est du pipi de chat. Mais vous noterez que toutes les discussions sur ce film de propagande négrophobe tournent autour de la couleur de peau de Depardieu et non sur l'insulte magistrale faite à tous les nègres de la Terre à travers la vie réécrite de l'écrivain.

Le lobby qui cache bien mal son existence et lutte pour la hiérarchisation des souffrances, et qui estime que le Code Noir n'est pas un sujet de film a, en revanche, estimé que la diffamation d'Alexandre Dumas en était un...

Une question, pourquoi n'en avoir jamais parlé avant ? Sûrement, si Alexandre Dumas était nul et avait un nègre pour faire le travail à sa place, on l'aurait su depuis 200 ans !...

2.Posté par Naullay le 17/02/2010 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Peut-être que Sarközy vient pour leur vendre une usine de vaccins, vu les risques d'épidémies après la catastrophe provoquée par les Américains et leurs armes sismiques qui ont déployé d'abord 20 000 soldats avant de s'occuper un peu des morts et des blessés...
Un précédent "curieux": au Mexique, en Mars 2009, Sarkö visita les pyramides puis vendit aux Mexicains une usine de vaccins pandémiques "Sanofi", quelques semaines à peine AVANT l'apparition de ce qu'on appela d'abord la 'Grippe Mexicaine'. Il a le nez creux, ce néo-mondialiste là, et veut ramasser sa part du gâteau Haïtien sans doute...

Rappel : Haïti est bien située près de Cuba et du Venezuela; des réserves pétrolières importantes y ont été trouvées, ainsi que de l'Or. Et c'est une plateforme du trafic de la drogue, qu'apprécie beaucoup la CIA qui s'approvisionne en Opium en Afghanistan et en Coke en Colombie (avec toutes les bases US)

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires