ALTER INFO

Niagan, ville des amoureux de la nature


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


La "Semaine de Noël des amoureux de la nature" s'est déroulée à Niagan, plus jeune centre pétrolier du district autonome des Khantys-Mansis (Yougra). 450 scolaires, des jeunes habitant Niagan et leurs invités de neuf communes des alentours ont participé, à cette occasion, à une action écologique originale. Yougra, c'est le nom que porte, depuis des temps immémoriaux, ce coin de taïga austère, dont les anciens habitants vivaient de la chasse au mammouth, de la pêche et des fourrures, sans même imaginer que, sous leurs pieds, une mer de pétrole se cachait dans les profondeurs du sous-sol.


Tatiana Sinitsyna
Mardi 30 Janvier 2007

Tatiana Sinitsyna, RIA Novosti







Le district autonome des Khantys-Mansis est aujourd'hui le "Klondike pétrolier" du pays : on y extrait 60 % de tout le pétrole russe, soit 7,5 % des volumes mondiaux d'extraction. Selon Alexandre Filipenko, gouverneur du district, "Avec un million et demi d'habitants et une superficie comparable à celle de la France ou de l'Ukraine, Yougra assure à lui seul plus du quart du budget de la Russie".



Ce territoire septentrional est le royaume des marécages (60 %), qui alternent avec la taïga, des lacs aux eaux très pures et des cours d'eau puissants. Le plus grand, l'Ob, reçoit les modestes eaux de la Niagan dans sa partie haute. La rivière a donné son nom à la ville. En langue khanty, "niagan" signifie "lieu riant". Pourquoi "riant" ? Parce que le poisson y a toujours pullulé, dit la légende. Et, comme disent les Khantys, "le poisson, c'est une famille rassasiée, donc d'humeur joyeuse".



Niagan n'a le statut de ville que depuis vingt-deux ans. Auparavant, pendant un demi-siècle, ce n'était qu'un village de bûcherons, de bâtisseurs et de géologues. L'abattage et la transformation du bois, la construction demeurent aujourd'hui encore les principales composantes de l'économie de Niagan, mais ce sont les métiers du pétrole qui modèlent aujourd'hui la ville. C'est un pétrole d'excellente qualité, qui fait la fierté de la ville et qui est en même temps sa "marque". Autre fait notable, c'est ici qu'est née la joueuse de tennis Maria Charapova. Ses parents l'ont emmenée alors qu'elle était encore enfant, au nom de sa carrière de toute évidence. Elle n'est jamais revenue à Niagan. Mais, qui sait, peut-être la reverra-t-on car les écoliers s'apprêtent à l'inviter l'an prochain, pour leur "Semaine de Noël des amoureux de la nature".



Pourquoi la tradition de cette fête de l'écologie est-elle née à Niagan ? Peut-être parce que l'environnement laisse à désirer, que les problèmes y sont criants ? Pourtant, la ville ne souffre pas pour l'instant d'une grave surcharge industrielle, explique son maire adjoint Guennadi Zakovriajine,. Les exploitations pétrolières sont à l'écart, il n'y a pas de torchères, fléau de toute province pétrogazière, à proximité de Niagan, si bien que l'air est pur, il manque seulement 20 % d'oxygène mais c'est le lot objectif du Grand Nord. L'adjoint au maire reconnaît toutefois l'existence de deux graves problèmes : une eau saturée de fer et des stations d'épuration surchargées. Le premier est d'ailleurs en cours de résolution grâce aux technologies d'une usine spécialisée et une nouvelle station d'épuration est en cours de construction. Le deuxième problème donne "mal à la tête" à la municipalité et exige des mesures radicales, des investissements importants, de nouvelles technologies.



Dans une région pétrogazière, il ne peut, par principe, y avoir d'activité économique sans que l'homme intervienne sur l'environnement. C'est pourquoi à Niagan, comme dans tout le district, les actions écologiques ne revêtent pas le caractère de mesures ponctuelles mais constituent les éléments d'un programme permanent et bien pensé, réalisé dans le cadre de l'action écologique internationale "Sauver et préserver". Cette dernière vise à inculquer aux habitants une culture écologique, le goût d'une coopération respectueuse avec la nature. Ce recadrage des populations est assuré de différentes façons, s'adresse à toutes les couches de la société, à toutes les tranches d'âge.



Chaque année, le district organise des actions dans le cadre de l'"éducation de la population à l'écologie" et de l'"assainissement de la situation écologique de Yougra", et le festival international de téléfilms écologiques qui s'y déroule est de plus en plus connu. La "Semaine de Noël des amoureux de la nature", à Niagan, a aussi sa place dans ces actions. On peut affirmer que, dans le domaine de l'écologie, le district sert en quelque sorte d'arbitre de la Mode pour les autres entités de la Fédération.



La fête de Niagan, qui conjugue festivités, spectacle haut en couleurs et un gros volume d'informations, a sans nul doute ajouté quelques traits originaux à l'expérience accumulée en matière d'éducation à l'écologie de la jeune génération. Dans le cadre de cette manifestation, une olympiade d'hiver des amoureux de la Nature a été organisée ; les enfants des écoles ont réalisé des exposés sur la protection de la Nature, composé des poèmes, écrit des chansons, de cours récits consacrés à leur région, ont chanté la taïga et ses habitants de toujours : coqs de bruyère, hermines, zibelines, élans, ours. Dans le cadre d'un concours organisé lors de la "Semaine de Noël des amoureux de la nature", les jeunes artistes ont présenté leurs sculptures et leurs tableaux réalisés avec des racines, de la pâte à modeler, de la soie, de la dentelle, des colorants écologiques faits par eux-mêmes.



Donnant libre cours à leur fantaisie, les jeunes ont même employé des déchets : bouteilles, couvercles métalliques et en plastique, briques de lait, papiers de bonbons, etc. Beaucoup ne parvenaient pas à détacher leur regard d'un magnifique vase découpé dans une bouteille plastique de deux litres, ni des marguerites, tulipes, lys et roses faits de betteraves, de carottes, de pommes et de choux. A la fin du concours, les enfants ont emporté dans la taïga toute proche tous ces légumes et fruits transformés avec art, ils les ont déposés sous les bosquets enneigés de cèdres et de pins pour le régal de leurs frères à quatre pattes.



Les "petits écolos", ces défenseurs de la nature, héros du livre de contes L'alphabet des amoureux de la Nature, qui accompagnaient partout le programme de la fête, ont laissé une impression ineffaçable. Les plus jeunes écoliers se sont glissés dans la peau des personnages. Comme l'ont annoncé les organisateurs, on retrouvera les "petits écolos" dans le cadre d'un nouveau projet éducatif appelé L'Ecole des amoureux de la Nature.



En plus des "petits écolos", des enfants déguisés en fleurs, en baies, en oiseaux, en insectes, en bêtes diverses et en esprits de la taïga, ont mis en scène des Tableaux de la Nature qui symbolisaient non seulement la beauté et la diversité du monde animal, mais aussi sa fragilité.



La fête a culminé avec l'Appel que les jeunes participants à la "Semaine de Noël des amoureux de la nature" ont adressé au gouverneur pour lui demander de parrainer le nouveau projet écologique et de protection de la nature "Yougra – territoire des amoureux de la Nature". Un petit garçon, qui venait d'apposer soigneusement sa signature au bas de ce document unique (aucun gouverneur n'a encore reçu le même), a écrit au dos : "Je voudrais que la semaine des amoureux de la Nature ait lieu non pas une, mais deux fois dans l'année !". Cette opinion personnelle en dit long sur la fête de l'écologie à Niagan.



Parmi les "adultes" qui sont à l'initiative de la "Semaine de Noël des amoureux de la nature" et qui aident à sa réalisation, citons les représentants du Conseil des ONG et autres associations près le comité sénatorial en charge de la science, de la culture, de l'éducation, de la santé et de l'écologie, des collaborateurs du ministère de l'Education, de la Direction chargée de la protection de l'environnement auprès de l'administration du district, de l'administration de Niagan et du département municipal en charge de l'éducation et de la science. Une fête de l'écologie destinée au jeune public, aussi somptueuse que celle qui s'est déroulée dans cette petite ville enneigée, n'aurait de toute évidence pas pu avoir lieu sans beaucoup de dévouement et la compréhension du fait que la culture écologique, l'amour de la Nature, de même que la culture en général, s'acquiert dès l'enfance. Disons, pour finir, que le district de Yougra n'est pas seulement à la pointe de l'extraction pétrolière, il vient également au premier rang, en Russie, pour le taux de natalité. Ainsi, l'an dernier à Niagan, 800 bébés sont venus grossir une population de près de 70 000 habitants.


Mardi 30 Janvier 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires